• Le Jogging de Saint-Martin Nandrin reporté au mois de septembre est finalement annulé pour 2020

    Lien permanent

    Info de Céline Paulus

    Malheureusement, la situation reste compliquée...nous préférons annuler l'édition 2020 pour vous retrouver en 2021 pour une édition inoubliable de notre jogging ! Au programme, courses, run and bike, détente pour tous et tous ensemble ! À l'année prochaine en pleine forme ! 

     

  • Les SMS envoyés à Nandrin, «une fausse bonne idée» pour le Tracing des clients

    Lien permanent

    Tracing des clients: les SMS envoyés à Nandrin, «une fausse bonne idée»

    Lors de la réunion, ce lundi, entre les bourgmestres de l’arrondissement Huy-Waremme et les services du Gouverneur de la Province de Liège, Michel Lemmens, bourgmestre nandrinois, a demandé si l’envoi de SMS par les clients dans les établissements Horeca qu’ils fréquentent était légal. En effet, sur son territoire, deux cafés le proposaient à leurs clients, à l’initiative de Pascal Ligotti, à la tête de l’Apero Café, suivi par le Café des Sports de Villers-le-Temple.

    Un système plus facile que la version papier « dans la mesure où la majorité de mes clients sont des habitués. Ils me suivent sur Facebook et m’ont sur Messenger, ou alors possèdent mon numéro de GSM. C’est donc très facile de m’écrire un petit message en arrivant et en partant », nous expliquait Pascal Ligotti ce dimanche. Quant aux clients de passage, le patron nandrinois venait leur expliquer sa démarche et donnait son numéro de GSM, tout en inscrivant tout de même leur nom sur une feuille. Une façon de s’assurer aussi que le numéro de téléphone communiqué était le bon.

    « Pas suffisant »

    Après vérification, ce système n’est pas valable. « Il n’est pas suffisant, confirme Michel Lemmens. Cela est dû au Règlement général sur la protection des données (un règlement de l’Union européenne qui constitue le texte de référence en matière de protection des données à caractère personnel NDLR). Il n’y a par ailleurs pas de garantie que les SMS seront « détruits » après le délai prescrit. La bonne manière de faire, c’est d’imprimer les documents officiels. C’était une fausse bonne idée », commente le bourgmestre.

    Les deux tenanciers ont été avertis par le mayeur et ont reçu la visite de la police locale. « Il s’agissait d’un passage en toute sympathie, assure Michel Lemmens, on est dans la prévention, pas dans la répression. Nous avons d’ailleurs demandé, à l’échelle de la zone de police, un passage régulier dans les différents cafés et restaurants afin d’aider les gérants, les rassurer, et les informer. »

    « Je ne suis pas un révolutionnaire »

    Pascal Ligotti s’est quant à lui conformé à la réglementation. « J’ai imprimé les documents officiels qui se trouvent sur le comptoir et que les clients doivent désormais remplir à la main. J’ai reçu un message du bourgmestre et la police est venue me voir. Je ne suis pas un révolutionnaire, j’ai compris pourquoi les messages n’étaient pas autorisés, je me plie à ce qu’on me demande. Mon système était plus précis car on avait l’heure d’arrivée et de départ, ce qui n’est pas le cas dans la version papier, mais la loi est la loi », conclut-il, philosophe.

     

    Article et rédaction Annick Govaers 

    Source

  • La commune d’Ouffet annule les représentations du cirque !

    Lien permanent

    La commune d’Ouffet annule les représentations du cirque Anderland rue Doyard

    À l’arrêt depuis la mi-mars en raison de la crise sanitaire, le cirque s’apprêtait à faire son grand retour dès ce mercredi 29 juillet sur le site communal du Doyard à Ouffet, où il devait proposer une série de représentations jusqu’au 9 août.

    Malheureusement, le rebond épidémiologique que connaît actuellement la Belgique a bouleversé les plans de cette troupe familiale, habituée à se produire dans la région. Mercredi, la bourgmestre Caroline Cassart a annoncé avec tristesse la décision de la commune d’annuler les représentations du cirque Anderland. Un arrêté de police a été pris à cet effet et les nombreuses pancartes publicitaires placardées aux quatre coins de la communes ont été retirées ce jeudi matin. La bourgmestre a rencontré les organisateurs ce jeudi pour leur expliquer la décision du collège.

    « Ils ont très bien compris la situation »

    « Ils ont très bien compris la situation. C’était une décision difficile à prendre, qui a demandé du temps, car on connaît le côté humain derrière, » explique Caroline Cassart. « C’est un secteur qui est en difficulté car il n’a plus fait de représentations depuis le 14 mars. On avait accepté leur demande en janvier mais le CNS de lundi à changé la donne. Le collège a dû prendre une décision de précaution, même si la situation à Ouffet est assez stable. »

    Selon la bourgmestre, la rencontre avec les organisateurs du cirque s’est bien passée et la commune va faire un geste afin de les aider.

    Le site leur est réservé pour mai 2021

    Non seulement le site du Doyard leur est réservé d’office pour mai 2021 - la commune accueille un cirque par an sur son territoire -, mais ils bénéficieront probablement d’une réduction du coût de location.

    « La commune fera également un geste par rapport à leur consommation d’eau et d’électricité depuis leur arrivée. Ils nous ont demandé pour quitter dans 9 jours, le vendredi 7 août, ce qu’on a accepté.

    Ils ont besoin de temps pour voir comment ils vont s’organiser et où ils vont aller, » conclut la bourgmestre d’Ouffet.

    Article et rédaction de Pierre Tar 

    Source

     

  • Le centre commercial Médiacité étend ses horaires à l’occasion des soldes.

    Lien permanent

    Les horaires d’ouverture de la Médiacité élargis pour les soldes

    « À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles ! Cette année, les soldes d'été rythmeront le quotidien des commerces à partir de ce samedi 1er août. Profitez des larges horaires de Médiacité pour faire de bonnes affaires en toute tranquillité ! Le centre commercial est ouvert jusque 22h le samedi 1er août et le dimanche 2 août de 11h à 19h. En plus, le parking est à maximum 5€ la journée du dimanche. »

    A noter que l'espace de coworking est à nouveau ouvert aux horaires habituels dans le respect des normes sanitaires.

    Par L.C.

    Source

  • Le collège communal de Ferrières a décidé d’imposer le masque sur la plage du Batty de Sy. Un

    Lien permanent

    Ferrières: le masque désormais obligatoire sur la plage du Batty de Sy

    La décision vient de tomber et sera d’application dès ce vendredi. Le masque est désormais obligatoire sur la plage du Batty de Sy, le long de l’Ourthe (sur la commune de Ferrières).

    « C’est une décision du collège. Sy est l’endroit de la commune avec le plus de monde. On l’a vu les derniers week-ends : il y avait beaucoup de touristes. On a alors contacté les services du gouverneur pour avoir leur accord sur cette obligation », explique le bourgmestre de Ferrières Fred Léonard (PS).

    L’obligation concerne donc la plage et les alentours. Même assis, les visiteurs doivent conserver le masque… et a priori également dans l’eau (« dès qu’on est dans le domaine public »).

    250€ d’amende

    Et comme il n’y a pas de règle sans sanction, la police a été alertée de cette nouvelle mesure. Les infracteurs risquent jusqu’à 250€ d’amende.

    « On sait que c’est un endroit festif, notamment avec les établissements Horeca et les beaux espaces. Les gens aiment rester tout l’après-midi sur place. Mais parfois à certains endroits, c’est un peu l’anarchie et il nous semble important de rappeler les règles », conclut le mayeur, qui rappelle que la distanciation sociale est toujours d’application.


    Article et rédaction Ro.Ma.

    Source

  • Incendie en cours aujourd'hui vendredi 31 juillet 2020 à Nandrin

    Lien permanent

    Incendie en cours Rue de la Halète à Nandrin , pompiers et police sur les lieux .

    Il semblerait qu'un champs serait en feu .

    Reportage photos Loris D 

     

    Plus d'infos dans nos éditions 

    116515923_751505738943718_2997570842684478970_n.jpg

    116637123_395861071381449_5395053519418304918_n.jpg

    116420326_511766029595258_1969832601740584411_n.jpg

    116512514_756645571771407_6445128774806853897_n.jpg

     

  • Intradel l'annonce il fait très chaud dans les files d’attente qui sont longues, reportez votre visite

    Lien permanent

     

    Intradel L'annonce

    Comme sur certaines autoroutes  trop de voitures  créent des bouchons... aussi dans la gestion des apports.
    Reportez votre visite (il fait très chaud  dans les files d’attente qui sont longues)
    Merci de votre compréhension et vos efforts de tri

  • Durant la période fortes chaleurs annoncées , nous vous rappelons que les collectes de vos déchets peuvent être avancées

    Lien permanent

    Chers usagers,

    Durant la période estivale et en cas fortes chaleurs annoncées , nous vous rappelons que les collectes de vos déchets  peuvent être avancées pour faciliter le travail de nos équipes sur le terrain.

    Nous vous conseillons donc de sortir vos poubelles la veille, au soir.

    Suivez notre actualité ici https://bit.ly/2CW6aPq

    Merci pour votre collaboration.

     

     
  • Les cas de COVID-19 Condroz et d'autres en chiffres, Aujourd'hui du 31 juillet 2020

    Lien permanent

    Le nombre d’infections en Belgique s’élève désormais à 68.006, contre 67.335 jeudi, soit une augmentation de 671 nouveaux cas en 24h.

    Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 pour 100.000 habitants poursuit également sa hausse. Pour la période s’étalant sur deux semaines, et jusqu’au 27 juillet inclus, 36,5 cas ont été recensés (contre 33,1 jeudi).

    Le nombre d’admissions à l’hôpital suit la même tendance avec 18,7 par jour (17,7 jeudi), en progression de 34% par rapport à la semaine précédente.

    Sciensano fait également part d’une moyenne de 2,7 décès par jour, en baisse de 10% sur une semaine. Depuis le début de l’épidémie, 9.840 personnes ont perdu la vie des suites du Covid-19, soit une augmentation de 4 décès par rapport au dernier bilan.

    Source

    31 juil  cov .jpg

    31 juil  cov 0.jpg

    Source

  • Plan wallon forte chaleur et pics d'Ozone

    Lien permanent

    Plan wallon forte chaleur et pics d'Ozone

    Les principaux troubles

     Troubles dus à la chaleur

    insolation : elle est due à l’impact direct du soleil sur la tête et survient surtout chez les enfants qui ont été exposés en plein soleil lors d’une forte chaleur. Elle se caractérise principalement par des maux de tête violents, un état de somnolence avec perte éventuelle de conscience, une fièvre élevée et, parfois, des brûlures cutanées superficielles.

    crampes de chaleur : ce sont des crampes musculaires qui surviennent principalement au niveau de l’abdomen et des membres et qui se manifestent surtout en cas de transpiration excessive lors d’efforts physiques intenses.

    épuisement dû à la chaleur : survient après plusieurs journées très chaudes ; la transpiration abondante réduit la quantité d’électrolytes et de sels dans l’organisme. L’épuisement dû à la chaleur se caractérise par des vertiges, des évanouissements, de la fatigue, de l’insomnie ou une agitation nocturne inhabituelle

    coup de chaleur : l’exposition d’une personne à une température élevée pendant une période prolongée est susceptible d’entraîner des complications par manque de régulation thermique du corps humain : température corporelle élevée, augmentation du rythme cardiaque, agitation inhabituelle, peau chaude, rouge et sèche, maux de tête, nausées et vomissements, convulsions, perte de conscience pouvant aller jusqu’au coma. Il s’agit d’une urgence médicale qui, si elle n’est pas traitée, peut entraîner la mort en peu de temps.

     Troubles dus à un pic d’ozone

    essoufflement ou respiration anormale

    irritation oculaire

    irritation de la gorge

    maux de tête

    Ces troubles peuvent se manifester tant chez des personnes en bonne santé que chez des malades chroniques.

    Il est important de savoir que tous ces troubles peuvent être évités !

  • Vu la trop forte prolifération de sangliers des chasseurs ont été désignés en collaboration avec la DNF pour en réduire le nombre

    Lien permanent

    Le 20 JUIN 2020 le Blog Villageois relatait le témoignage face à la situation d'un habitant de Neupré sur l'affluence dans la zone Nandrin Neupré

    Clic ici pour lire l'article du 20 juin 2020 

    Vigilance et prudence Clic ici  face à l'affluence de sangliers sur Nandrin et Neupré

     

    La  Commune de Neupré annonce

    Vu la trop forte prolifération de sangliers  sur le territoire et leur présence régulière auprès des habitations, des chasseurs ont été désignés en collaboration avec la DNF pour en réduire le nombre. Ce n’est pas de gaieté de cœur.. mais ces animaux portent atteinte à la biodiversité, sont potentiellement dangereux pour l’homme et occasionnent de très, très importants dégâts sur de multiples propriétés de la commune.
     Pas d’affolement donc en cas de coups de feu proches de vos maisons et durant la nuit.

    La  Commune de Neupré 

     

    Importants dégâts

    Cette opération d’envergure se veut toutefois ponctuelle. « Ce n’est évidemment pas de gaieté de cœur que nous avons pris cette décision, insiste Virginie Defrang-Firket. Mais ces dernières semaines, nous avons constaté énormément de dégâts sur de multiples propriétés de la commune. Des jardins ont été entièrement retournés. Nous étions sollicités de toute part. » Leur présence auprès des habitations devenait en effet des plus problématiques. Responsables de nombreux accidents de voiture, les sangliers peuvent également s’avérer dangereux pour l’humain.

    Au-delà de l’impact sur l’homme, ces animaux portent atteinte à la régénération forestière et à la biodiversité. « Il faut savoir que la surdensité de sangliers est l’une des causes principales de régression de certaines espèces sensibles. Sur leur passage, les sangliers détruisent les micro-habitats que d’autres animaux utilisent comme refuge ou site de production », explique la bourgmestre.

     

    31 juil sangli.jpg

     

  • Nandrin Summer's Broc en août 2020 aussi à Nandrin

    Lien permanent

    Parce qu'il faut être reconnaissant aux personnes qui ont améliorer votre vie, Nandrin Summer's Broc et ses organisateurs Jean-François, Eric, Didier.

    Photos de Claude F 

    rue de la halète 
    4550 Nandrin
  • Avis décès région Madame Marie DEVILLERS Epouse de Monsieur Didier GILLES de Bonsin

    Lien permanent

    dc devill.png

    Madame Marie DEVILLERS

    Epouse de Monsieur Didier GILLES

    Domiciliée à Bonsin (5377, Belgique)
    Née à Huy (4500, Belgique) le vendredi 6 mars 1987
    Décédée à Liège (4000, Belgique) le mercredi 29 juillet 2020 à l'âge de 33 ans

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Dans l'histoire à Nandrin !!! article archives du Blog !!! c'était en 2014 !!! Un Nandrinois entretient la station Princesse Elisabeth

    Lien permanent

    Un Nandrinois entretient la station Princesse Elisabeth

    François Tilmant.JPG

    François Tilman (33 ans) vient de rentrer d’Antarctique où il passe l’hiver depuis 6 ans

     

    Couvreur et terrassier en Belgique, le Nandrinois François Tilman devient chauffeur et mécano en Antarctique.
     Son rôle ? Faire tourner la station polaire avec une dizaine de collègues pendant que les scientifiques effectuent leurs recherches.
     « Des journées bien remplies, le plus souvent à l’extérieur, avec un paysage à couper le souffle ».
     
    Bien à l’aise dans ses sandales qu’il ne quitte pratiquement jamais, François Tilman (33) se réadapte doucement à son ancien rythme de vie. 
    Il vient de rentrer d’Antarctique, après un séjour de 4 mois. «Cela fait six ans que j’y travaille chaque hiver, en fait l’été là-bas. 
    Ça fait donc six ans que je n’ai plus connu l’hiver belge », sourit- il. Ce Nandrinois d’origine, qui habite aujourd’hui à Erezée, est couvreur et terrassier à son compte.
     Comment a-t-il atterri au pôle Sud ? «Par le bouche à oreille.
    Des copains y étaient allés et m’ont dit que la station cherchait un mandaï, rit-il.
     J’ai donc commencé comme manoeuvre et, au fil du temps, j’ai eu de plus en plus de tâches intéressantes. »
     Cette année, il était chauffeur de dameuses, de bulldozers, de grues et aide mécanicien, après avoir travaillé comme charpentier (pour agrandir les garages en bois). 
    «Le plus important, c’est la polyvalence.
     On n’est pas énormément, donc on s’entraide beaucoup. »
    Ses journées sont loin d’être « light » : «On commence à 8h et on finit vers 20h-21h. Le temps passe cependant très vite car on fait plein de choses. »
     Le Nandrinois dégage la neige, entretient les machines, monte des constructions métalliques, ravitaille les scientifiques en expédition, va décharger le bateau qui approvisionne la station polaire, à 200 km de là, etc. «Ce n’est qu’une fois par an mais ramener
    les containers à la station peut être très long, il faut parfois quatre trajets...
    Un aller dure entre 15 et 20h en fonction de la météo, un retour peut prendre entre 25 et 48h ! ». En chemin, le froid peut surprendre.
    «Avec le vent, oui. Mais en général,il ne fait que -10° et il y a du soleil.
    On travaille parfois en t-shirt ! » La station polaire est réglée sur les heures belges. Mais... «il fait clair tout le temps, alors quand il faut aller se coucher, c’est un peu perturbant. » Belle compensation : un paysage composé tantôt de montagnes, tantôt d’étendues
    blanches à perte de vue.
    Ils sont 10 à 15 hommes et femmes à faire tourner la station (électronique, électricité, traitement des eaux, cuisine, mécanique, charpente...), en plus des 5 à 30 scientifiques présents. 
    Une camaraderie s’est développée, malgré le roulement. 
    «On s’amuse bien, on est une bande de copains et une bonne équipe. 
    C’est  pour ça qu’on revient.
     Les scientifiques sont très sympas aussi ».
    François Tilman deviendra papa fin mai. 
    «Si on fait encore appel à moi, il faudra que j’en discute avec ma copine. Un séjour moins long serait un compromis. » 
     
    Article de ANNICK GOVAERS dans le journal La Meuse H-W du 21 mars 2014
     
    « L’explorateur Alain Hubert est notre chef. C’est un bon gars, très sympathique »
     
    La station Princesse Elisabeth a un impact quasi inexistant sur son environnement.
    Panneaux photovoltaïques, thermiques, éoliennes, bioréacteur...
    «On a un appareil qui transforme la glace en eau potable.
    Et tout le monde fait attention à ne pas gaspiller eau et électricité. 
    On trie aussi nos déchets et on les évacue par bateau », précise François Tilman.
    > L’explorateur Alain Hubert, «le chef » comme il l’appelle, est présent toute la saison (4 mois). 
    Il est décrit comme «un bon gars, très sympa. »
     Côté sous, «je ne gagne pas plus en Antarctique qu’en Belgique. »
    > Seuls animaux à proximité de la station, deux oiseaux : le pétrel et le skua.
    «A la mer, j’ai déjà vu des manchots empereurs et Adélie, des phoques, des orques... Mais pas d’ours polaire, car il n’y en a pas au pôle Sud. » 

     

  • Visite de la chèvrerie de Borlon et de la ferme de Haya sortie en famille du PCS Condroz

    Lien permanent

    S O R T I E - F A M I L L E 

    Vous aimez les animaux?
    Vous voulez savoir comment on fabrique le fromage?
    Vous souhaitez vivre l'expérience de la transhumance et découvrir de beaux coins près de chez vous ?

     CECI EST POUR VOUS

    à Chèvrerie de Borlon.

  • L’inflation a augmenté en juillet 2020 !!!

    Lien permanent

    L’inflation a augmenté en juillet: voici les principales hausses et baisses des prix!

    Ce mois-ci, les principales hausses de prix ont concerné les carburants, les billets d’avion, le poisson et les fruits de mer, les chambres d’hôtel ainsi que les restaurants et les cafés. Les médicaments, le gaz naturel, les voyages à l’étranger et les city-trips, les légumes et les loyers privés ont, par contre, exercé un effet baissier sur l’indice.

    « Les mesures actuelles relatives au Covid-19 n’ont pratiquement aucun impact sur le calcul de l’indice », précise Statbel.

    En juillet, seul le témoin « festivals » a dû être entièrement imputé.

    Le poids de ce témoin dans le panier est d’environ 0,2 %.

    Source

  • Le pass tourisme de la Province de Liège victime d’un bug !!!

    Lien permanent

    Le pass tourisme de la Province de Liège victime d’un bug

    Fin juin, la Fédération du Tourisme de la Province de Liège (FTPL) lançait le « pass#provincedeliègetourisme », qui propose des réductions sur quelque 130 activités organisées en province de Liège. Le but ? Relancer l’activité touristique, à l’arrêt pendant le confinement, en misant sur les visiteurs locaux. Seule condition pour profiter de ce pass gratuit : s’inscrire en ligne (www.PASSprovincedeliegetourisme.be) et être domicilié en province de Liège.

    Seul souci, ces fameux pass, s’ils connaissent un beau succès auprès de la population liégeoise, peinent maintenant à arriver dans les boîtes aux lettres. Alors que le mois de juillet se termine doucement, beaucoup commencent dès lors à s’impatienter. Alors, un flop le pass tourisme liégeois ? Au contraire, il aurait plutôt été victime de son succès, explique-t-on du côté de la FTPL. Et de quelques petits soucis au démarrage également…

    « En fait, ça a été un très gros succès très vite, détaille la Fédération du Tourisme de la Province de Liège. Et c’est vrai qu’on a été un peu surpris par cet engouement rapide. En quelques jours à peine, nous avions ainsi reçu plus de 25.000 demandes. »

    Beaucoup de demandes et un surcroît de travail donc. Résultat : un retard certain dans l’envoi des pass. Et une grogne tout aussi certaine chez les demandeurs. Ce qui n’a pas arrangé les choses, loin de là. « Nous avons énormément répondu aux personnes qui nous interpellaient, sur les réseaux sociaux ou via la foire aux questions sur notre site. Et nous avons également envoyé aux personnes qui le demandaient une confirmation par mail, qu’ils pouvaient déjà présenter aux attractions pour déjà profiter des réductions. »

    Et tout ça, ça prend également du temps. Mais aujourd’hui, tout est en passe de rentrer dans l’ordre, assure-t-on à la Fédération du Tourisme de la Province de Liège. « Tout le monde a mis la main à la pâte, et le retard est maintenant en grande partie résorbé. 90 % des personnes devraient recevoir leur pass cette semaine, le reste suivra. On comprend que tout le monde voudrait le recevoir maintenant, mais il faut quand même savoir que ce pass n’est pas limité dans le temps, chacun pourra donc toujours en profiter. »

    Des réductions dans toute la province

    Ce pass a pour objectif de soutenir les acteurs du tourisme en leur amenant plus de visiteurs, mais aussi de les aider à faire la promotion de leur offre, tout en dynamisant le tourisme de proximité, explique la Fédération du Tourisme de la Province de Liège. Il permet donc actuellement à ses détenteurs de profiter de réductions et d’avantages sur plus de 130 activités actuellement.

    À titre d’exemple, les détenteurs du pass bénéficient du canotage et d’un minigolf gratuit pour toute entrée payante à la piscine de Wégimont.

    Pour ceux qui préfèrent le minigolf dans le noir, le Goolfy, installé au Kinépolis propose les parties à 6 euros, au lieu de 8 normalement.

    Aux grottes de Comblain-au-Pont, ce pass donne droit à une réduction de 20 % sur le prix d’entrée. Au musée Boverie, la réduction monte à 50 % pour l’accès aux collections permanentes.

    Quelques exemples parmi d’autres, sachant qu’on en trouve encore beaucoup d’autres, partout en province de Liège, sur des musées, des sites naturels, des activités sportives ou de loisirs, des visites chez des producteurs locaux, et même sur de l’hébergement ou de l’Horeca.

    Et, pour rappel, ce pass est quant à lui totalement gratuit.

    Article et rédaction GW 

    Source

     

  • Onze communes wallonnes appliquent désormais des restrictions de l’usage de l’eau

    Lien permanent

    Les communes appliquant des restrictions de l’usage de l’eau sont Gouvy, Habay, Manhay, Stoumont, Theux, Tellin, Tenneville, Trois-Ponts, Libin, Bouillon et Rochefort.

    Les prévisions météorologiques annoncent un temps sec et des températures supérieures à 25°C les prochains jours, ce qui va aggraver la situation actuelle de sécheresse.

    La cellule sécheresse rappelle dans ce contexte l’importance «d’un usage raisonné de l’eau de distribution, pour préserver les ressources et garantir un approvisionnement normal au cœur de l’été, notamment suite à la hausse du tourisme et de l’activité horeca en Wallonie».

    Les volumes d’eau dans les barrages-réservoirs restent cependant dans la norme et la situation est sous contrôle dans tous les sites, rassure-t-on.

    Débit des cours d’eau faible

    Les autorités wallonnes constatent par ailleurs que les débits des cours d’eau navigables sont bas, similaires à ceux de 2019.

    Les cours d’eau non navigables subissent pour leur part des baisses importantes et rapides des débits. La mesure d’interdiction de l’exploitation des centrales hydro-électriques, à l’exception de celles exploitées sur les grands barrages, reste dès lors d’application.

    La circulation des kayaks est désormais interdite sur la majorité des tronçons.

    Le dernier tronçon praticable, sur la Lesse, entre Gendron et Anseremme, devrait atteindre le seuil limite ce vendredi 31 juillet, ce qui entraînerait sa fermeture.

    La prochaine réunion de la cellule sécheresse est prévue le jeudi 13 août.

     

    Source

  • Les soldes débutent ce samedi 1 er août 2020

    Lien permanent

    Les soldes débutent ce samedi: «La période est cruciale car il y a beaucoup de stocks invendus en raison du confinement», indique Comeos

    Plus de 80 % des commerçants indépendants estiment que leur magasin reste moins fréquenté qu’en temps normal, indique l’UCM, qui a interrogé un échantillon représentatif de 656 répondants.

    Seuls 4,5 % d’entre eux constatent un certain rattrapage des semaines perdues.

    Ils sont 88 % à annoncer un chiffre d’affaires en baisse pour les six premiers mois de l’année, et même 76 % en « forte baisse ». Ce qui se répercute sur toute la chaîne : moins d’un tiers a maintenu ses commandes auprès de ses fournisseurs. Les autres ont annulé ou reporté.

    Les stocks restent cependant importants, malgré que les magasins aient réduit leurs achats, et en dépit d’offres conjointes durant les dernières semaines.

    Pour 43 % des commerçants, les stocks sont plus élevés que l’an dernier.

    Pour les consommateurs, « cela signifie qu’il y aura de bonnes affaires à réaliser dès les premiers jours », encourage l’UCM.

    « Cette année en particulier, la période des soldes est cruciale car il y a beaucoup de stocks invendus en raison du confinement », souligne Kathy Bergen, en charge du secteur de la mode chez Comeos.

    Les chiffres d’affaires restent plus faibles malgré le redémarrage.

    « Reporter les soldes a été une mauvaise décision », exprime Kathy Bergen, en espérant que leur début donnera « un nouvel élan au secteur ».

    Les commerçants interrogés par l’UCM sont cependant pessimistes sur la question : 88 % d’entre eux pensent que les ventes seront inférieures à celles de juillet 2019.

    Les mesures prises lundi par le Conseil national de sécurité constituent un « handicap supplémentaire » pour l’organisation.

    En raison d’un rebond de l’épidémie en Belgique, les consommateurs doivent en effet faire leurs courses seul, à l’exception d’un enfant mineur ou d’une personne ayant besoin d’assistance.

    Ils ne peuvent de plus rester que 30 minutes maximum dans le magasin.

    Les chaînes de vêtements ont signalé à Comeos qu’en mars, au début du confinement, le chiffre d’affaires des magasins était retombé à 37 % de celui réalisé l’année dernière à la même période.

    Ce chiffre tombe à 10 % en avril, pour remonter à 64 % en mai. Le mois de juin a été quasi-normal, mais juillet chute à nouveau à 59 % par rapport à l’an dernier.

    « Au-delà des soldes, l’avenir est inquiétant », alerte l’UCM.

    Seul un commerçant sur quatre n’a pas de problèmes de liquidités.

    Ils sont 18,5 % à estimer avoir besoin de plus de 20.000 euros pour survivre.

    L’UCM appelle les autorités à prévoir les aides nécessaires.

    Elle espère également que les consommateurs soutiendront les commerces de proximité et rappelle que faire ses courses à deux reste possible sur rendez-vous.

    Source

  • De plus en plus de dénonciations, délation auprès de la police, politiques etc ! Ça balance pas mal !!! même dans les petits villages

    Lien permanent

    Confinement, déconfinement, reconfinement partiel : il y a de quoi ne plus s’y retrouver. D’autant plus que le respect des règles sanitaires en conséquence de cette crise sanitaire un côté très polarisant.

    Port du masque, rassemblements sociaux, respect de la bulle sociale : autant d’éléments qui ont suscité l’adhésion d’une grande partie de la population. Mais pas de tous les citoyens et c’est là que s’est formé un système de délation auprès des services de police. Des personnes estimant suivre les règles ont souvent interpellé les policiers pendant la période de confinement. Et même pendant le déconfinement !

    Dénonciation, pas délation

    Le durcissement des mesures, que l’on sentait arriver depuis un petit temps, a relancé ce mécanisme.

    Le constat a été effectué à Namur, Bruxelles ou Liège.

    Moins à Charleroi où la police met en avant un tassement de ce type de plaintes.

    « La position de la zone de police est de répondre à toute réquisition, afin de vérifier la situation et de verbaliser les constatations d’infractions », constate le commissaire David Quinaux.

    « Il y a une hausse des appels des citoyens », observe de son côté Olivier Libois, chef de corps de la zone de police de Namur.

    « Mais je préfère parler de dénonciations plutôt que de délations qui ont un motif plus méprisable.

    Lorsque nous recevons ces appels, nous nous livrons d’abord à une analyse macroscopique.

    On essaie de voir si nous devons orienter nos contrôles vers un quartier ou un créneau professionnel spécifique. Un exemple : si 80 % des night-shops reviennent dans les plaintes que nous recevons, nous y accorderons de l’attention. Sans ça, nous n’avons pas de raison de le faire. »

    « Il n’a pas son masque »

    Les cas les plus fréquents ?

    « Les plaintes sont le plus souvent individuelles.

    Une personne en balance une autre parce qu’elle ne porte pas de masque.

    On a parfois quelques plaintes au niveau du respect des distances dans l’Horeca même si, à Namur, 99 % des établissements ont bien collaboré.

    On a simplement constaté certains oublis par rapport à la distance du 1m50 lorsque les gens se faisaient dos. »

    « Les mesures devenant plus restrictives, les appels ont effectivement tendance à augmenter », reconnaît également Jadranka Lozina, porte-parole de la zone de police de Liège.

    « La dénonciation d’infractions a toujours existé.

    Ces informations permettent à la police de réagir, de vérifier l’information et de constater les faits.

    Dans le cadre d’une police de proximité, nous adaptons alors la réaction adéquate par rapport aux faits dénoncés. »

    « Nous avons un peu plus d’appels de ce style », confirme Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de Police Bruxelles-Capitale Ixelles.

    « Personne ne veut vivre dans une société de délation et nous misons principalement sur le civisme et le bon sens de notre population.

    Maintenant, nous avons également un rôle à jouer lorsqu’on nous appelle et que nous constatons une infraction. »

    Par JM 

    Source

     

  • Pas de brocante au club de foot de Clavier le 16 août 2020 suite à la pandémie du Covid-19

    Lien permanent

    La brocante du club de football de La Clavinoise, qui devait se tenir le dimanche 16 août prochain, a été annulée par le conseil communal de Clavier en raison du coronavirus.

    Le comité organisateur vous fixe rendez-vous au lundi de Pentecôte 2021.

    Article et rédaction Par Marc Gérardy

    Source

  • OPH Créations photographe professionnelle à Nandrin

    Lien permanent

    OPH Créations
     
     
    OPH créations vous emporte... vers son SITE WEB

    OPH créations vous emporte dans vos rêves...

    Photographe depuis bientôt 14ans, je suis riche d’une belle expérience auprès des nouveaux-nés et des plus petits.

    Mon métier...ma passion...

    Spécialisée dans la photographie de bébés, enfants et familles.
    Je vous reçois dans mon studio ou me déplace à votre domicile pour immortaliser ces merveilleux instants que sont les grossesses, les baptêmes, les communions, les mariages,
    ou tout autre événement...

    Les instants s’envolent...les souvenirs capturés sont éternels.

  • Stage créatif Sur le Cyber-harcèlement pour les 11 - 18 ans à Nandrin

    Lien permanent

     S T A G E - C R E A T IF - C Y B E R H A R C E L E M E N T ]

    avec le @planningOA

    Plus d'infos :
    04 384 66 99
    Les infos ici

    PCS Condroz

  • Les cas de COVID-19 Condroz et d'autres en chiffres, Aujourd'hui du 30 juillet 2020

    Lien permanent

    Le nombre moyen d’infections au coronavirus est passé à 347,1 par jour entre le 20 et le 26 juillet, selon la mise à jour jeudi des données du tableau de bord de l’Institut de santé publique Sciensano. Cela représente une augmentation de 77 % par rapport à la semaine précédente, indique Sciensano.

    Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 pour 100.000 habitants continue également d’augmenter. Pour la période s’étalant sur deux semaines, et jusqu’au 26 juillet inclus, 33,1 cas ont été recensés (contre un décompte de 31,7 la veille).

    Dans de nombreuses communes, le nombre de cas continue de grimper. Et dans certaines d’entre elles, le fameux « seuil d’alarme » a même été atteint ou dépassé. Ce jeudi, on dénombre pas moins de 118 communes dans lesquelles ce seuil a été dépassé. Ce seuil d’alarme est atteint lorsqu’on dépasse les 20 nouvelles contaminations sur 100.000 habitants (en une semaine).

    Attention donc que ce « seuil d’alarme » est à relativiser dans certaines communes. Les petites communes peuvent en effet rapidement le dépasser avec un seul cas.

    Voici donc, dans le tableau ci-dessous, le nombre de cas de coronavirus par 100.000 habitants.

    Les 118 premières communes de la liste ont atteint ou dépassé le seuil d’alarme. Source

    30 juil cov.jpg

    30 juil cov 0.jpg

    Source

  • Des séquelles aussi pour les personnes porteuses du coronavirus mais asymptomatiques?

    Lien permanent

    Des séquelles aussi pour les personnes porteuses du coronavirus mais asymptomatiques? «Pour l’instant, il est vraiment très compliqué de répondre»

    On le sait, les dommages causés par le coronavirus sont nombreux et importants. Touchant de nombreux organes, le virus pourrait laisser des séquelles aux patients qui ont été touchés par la maladie, notamment à cause de leur long passage aux soins intensifs. Mais pour les personnes paucisymptomatiques, la question reste en suspens.

    Car ces personnes sont des malades du coronavirus mais n’ont pas eu (ou très peu) de symptômes. Non-hospitalisées, elles n’ont pas un réel suivi. Interrogé par La Libre, le directeur du service de médecine interne à l’hôpital Erasme, le Pr Jean-Christophe Goffard, explique qu’il est difficile de savoir si ces patients pourraient aussi souffrir de séquelles à plus long terme. « Pour l’instant, il est vraiment très compliqué de répondre de façon objective à cette question. C’est le type d’information qui doit être vraiment étayée avant tout », déclare-t-il à nos confrères.

     

    Mais le médecin se veut tout de même rassurant. « On peut simplement observer aujourd’hui que, en ce qui concerne les personnes ayant eu des infections paucisymptomatiques, l’immense majorité ne présente pas de séquelles. ».

    Une approche positive que relativise, de son côté, Yves Van Laethem. Le virologue et porte-parole interfédéral explique à La Libre que des lésions pulmonaires ont été révélées dans les scanners thoraciques de patients asymptomatiques. Pour lui, « on ne peut donc pas totalement exclure l’existence de séquelles probablement mineures, dans la mesure où ce nouveau coronavirus ne se perpétue pas en nous. »

    Pour les experts, impossible donc de donner une réponse définitive à cette question. Seul l’avenir pourra apporter la clarté nécessaire.

    Article complet clic ici 

  • La Petite Boutique de Nandrin vous prépare déjà le printemps été 2021

    Lien permanent

    La Petite Boutique de Nandrin

     

    3ème rdv en collection pour vous préparer déjà le printemps été 2021! Une très chouette nouvelle marque française et éthique fera sont entrée en boutique !
    Et oui, les jours de fermetures sont majoritairement consacrés à ma boutique...
    Car oui, j'adore vous trouver des tenues que je choisis avec soin entre 6 mois et 1 an à l'avance.
    Pas de vêtements chinois chez moi ! Je refuse de céder à la facilité qui entraîne des dérives et de gros soucis que vous connaissez tous maintenant.
    Depuis bientôt 6 ans, je choisis avec qui je travaille, des marques éthiques, responsables, qui ont des choix de confections en respect avec l'humain et la planète  (et donc mes propres valeurs ).
    Il en va de même pour mes charmant(e)s créateurs et créatrices de bijoux, déco et accessoires que je remercie au passage de tout cœur pour leur confiance 
    Vive le local ! Soutenez vos petits indépendants, nous en avons tellement besoin...
    Petit clin d'œil à toutes mes collègues boutiques indépendantes aux mêmes valeurs, force et courage à nous toutes 
     vos masques et toutes les précautions d'usage en ce temps un peu spécial...
    Belle journée ensoleillée à tous 
    Stéphanie

  • Dans l'histoire à Nandrin !!! article archives du Blog !!! C'était en 2015 !!!Julie Remacle Nandrinoise fait la part belle à son ancien instituteur d’Ombret dans « Huit ans »

    Lien permanent

    Julie Remacle Nandrinoise fait la part belle à son ancien instituteur d’Ombret dans « Huit ans »

    Julie Remacle fait la part belle à son ancien instituteur d’Ombret dans « Huit ans ».JPG

    Aujourd’hui comédienne,metteuse en scène et maman d’une petite fille, Julie Remacle (30 ans) signe son premier livre « Huit ans ».
     Elle y raconte un souvenir marquant de sa jeunesse, quand elle était élève à l’école communale d’Ombret.
    Une anecdote où son instituteur de l’époque, Jean-Philippe Thirion,joue un rôle important. 
    Dans la seconde partie, Julie Remacle adopte la vision du monde d’un enfant dans un style très personnel.
     
    Pas toujours évident pour un enseignant de jouir d’une forme de reconnaissance.
     Bien souvent, elle se limite à quelques mots échangés avec d’anciens élèves, devenus grands. Alors un livre, ça n’arrive pas tous les jours.
    Jean-Philippe Thirion, instituteur en 5e et 6e primaire à l’école d’Ombret pendant 10 ans et aujourd’hui directeur de l’école d’Ampsin et des Tilleuls, a donc été très surpris de découvrir « Huit ans », le premier bébé littéraire de Julie Remacle. 
    « Je n’avais plus de contact avec elle depuis les primaires,sauf avec sa maman que je croisais parfois au magasin. 
    Un jour, elle m’a appelé pour me demander de lire son bouquin et de lui donner mes impressions. 
    Je me suis rendu compte que cette histoire me disait quelque chose et qu’en fait, oui, c’était vraiment arrivé et je me suis reconnu ! », raconte Jean-Philippe Thirion.
    L’anecdote, vécue par la petite Nandrinoise qu’elle était, Julie Remacle nous la résume : « Un inspecteur de la Communauté française m’avait demandé d’écrire un texte à lire sur l’école idéale.
     Sauf que moi, j’avais décrit tous les problèmes rencontrés (pavés défoncés etc.) dans mon école d’Ombret qui restait malgré tout, à mes yeux, une école idéale. 
    Autant dire que l’idée n’est pas passée !, rit-elle. 
    J’ai dû réécrire mais finalement j’ai laissé tomber.
     Ma personnalité s’est affirmée à ce moment-là. »
    La deuxième partie de « Huit ans » se compose d’une série de textes courts, décrivant la vision du monde d’un enfant dans les années nonante. 
    «J’y évoque par exemple l’affaire Dutroux ».
     La particularité du style saute aux yeux : il n’y a en effet pas de ponctuation,ce qui colle à l’essence enfantine du récit.
    Qu’a donc poussé cette comédienne,metteuse en scène et maman accomplie, à coucher ses souvenirs sur papier ? 
    «J’ai toujours écrit, depuis mon plus jeune âge.
     J’ai toujours beaucoup lu aussi.
    Je me suis un jour dit : allez Julie,fais-en quelque chose, un vrai objet et tente ta chance ! 
    Ce projet m’a pris environ deux ans. 
    J’ai envoyé mon livre à différentes maisons d’édition et de la chance, j’en ai eue puisque Antoine Wauters, directeur de la collection IF aux éditions amaytoises de l’Arbre à paroles,m’a retenue. 
    « Huit ans »s’inscrit dans la catégorie des textes hybrides, entre romans et poésies.
    Il est accessible à tous, à partir de l’adolescence.
     Je raconte le plus de choses en un minimum de mots.
    Ce livre, je l’ai écrit en parlant »,confie la jeune femme de 30 ans.
    Son bouquin est officiellement sorti le 13 février dernier, coûte 12 euros et est commandable partout.
    Julie Remacle était présente à la Foire du livre et prépare Les Parlantes,le festival international de lecture de Liège, qui aura lieu le 7 mars prochain.
     « Comme je suis dans la création artistique, je voulais plus qu’une simple lecture.
     J’ai eu l’idée de faire enregistrer la première partie du livre consacrée à Ombret dans un style de feuilleton radio où mon instituteur préféré,Jean-Philippe Thirion, joue son propre rôle ainsi qu’un petit garçon de son l’école, Anthony Reth.
    Les autres personnages du conte sonore sont lus par deux acteurs (David Murgia qui incarne le narrateur et David Daubresse) », décrit Julie Remacle.
     Notons par ailleurs que les écoliers amaytois ont réalisé une panoplie de dessins sur des mots précis du récit qui seront projetés aux Parlantes. 
     
    Article ANNICK GOVAERS Pour La Meuse 
  • Le jeune homme qui était au volant de la voiture dans l'accident de Hamoir a comparu devant la chambre du conseil

    Lien permanent

    Le conducteur à l’origine du crash de Hamoir maintenu sous bracelet électronique

    Il y a un mois, Benjamin (20) et Tom (17) perdaient la vie dans un terrible accident, quai de l’Ourthe à Comblain-la-Tour. Le crash a eu lieu dans un tournant, vraisemblablement pris trop rapidement.

    Le véhicule, dans lequel se trouvaient six personnes, a percuté la façade d’une maison en revenant d’une soirée qui s’était déroulée dans un restaurant. Deux autres personnes ont été grièvement blessées. Le conducteur, un mineur d’âge de 17 ans, conduisait sans permis de conduire. Les premières analyses toxicologiques effectuées après l’accident avaient démontré qu’il n’avait pas bu d’alcool. Selon les premiers p.-v., il aurait fui, à pied, les lieux de l’accident. Après le drame, le jeune homme avait été privé de liberté et placé en détention à domicile, sous bracelet électronique.

    « Très dur à vivre »

    Le jeune homme a comparu ce lundi devant la chambre du conseil de Liège. Mardi matin, la juge a décidé de prolonger son maintien sous bracelet électronique pour un mois. Une décision à laquelle sa maman s’attendait : « On s’en doutait, les devoirs d’enquête ne sont pas terminés… Avec les vacances judiciaires rien n’avance rapidement. L’enquête s’annonce longue et fastidieuse. C’est très compliqué et dur à vivre pour nous, mais je ne lâcherai rien. Pour mon fils, je veux que toute la vérité soit faite. »

    Outre le conducteur, les regards s’étaient tournés vers le restaurateur de Hamoir où les jeunes avaient terminé la soirée. La maman de Tom, l’un des jeunes décédés, qui est également la soeur de ce restaurateur, le mettait en cause. « Il est en partie responsable de la mort de mon fils » affirmait-elle dans nos pages le 4 juillet dernier.

    Le restaurateur entendu par la police

    Le groupe d’amis était resté au restaurant jusqu’à 3 heures du matin. En cette période de confinement de Covid, où la limite est fixée à 1 heure du matin, cette heure d’ouverture tardive posait question. Tout comme le fait que le restaurateur ait servi à boire aux jeunes. Le restaurateur, dont le beau-fils Guillaume a également été grièvement blessé, se défendait en expliquant que Guillaume avait pris un verre avec ses amis en dehors de tout contexte professionnel et, que, durant ce temps, il était occupé à nettoyer le restaurant.

    Me Jammaer, l’avocat du restaurateur, nous a précisé que, dans le cadre des devoirs d’enquêtes complémentaires, son client avait été interrogé par un commissaire de Hamoir. Ce n’est pas encore le cas de Guillaume qui doit faire l’objet d’une prochaine audition.

     

    Article et rédaction Par A.BT

    Source

  • Avis décès région Madame Alix DAWANCE Veuve de Monsieur Julien HALLEUX de Neupré

    Lien permanent

    dc dawance.png

    Madame Alix DAWANCE

    Veuve de Monsieur Julien HALLEUX
    Domiciliée à Neupré (4120)
    Née à Warzée (4590) le jeudi 14 juin 1928
    Décédée à Rotheux-Rimière (4120) le mercredi 29 juillet 2020 à l'âge de 92 ans

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .