Pour empêcher la venue des gens du voyage à Nandrin une tranchée au terrain de foot de Templiers Nandrin

Lien permanent

116430471_287755735886143_286639124616304903_n.jpg

 

La semaine dernière, la commune de Nandrin a fait creuser une tranchée de 40 à 50 cm de large et de profondeur sur 100 mètres de long, qui borde le parking des installations du Péry.

Une solution radicale pour éviter une nouvelle installation illégale des gens du voyage sur le terrain de football « A », voisin du parking, sur lequel deux groupes se sont déjà installés, il y a deux ans et pas plus tard que le mois dernier.

« Il y avait trois rayons de blocs en béton, comme des Lego, pour les empêcher d’accéder au site mais ils ont réussi quand même en tirant ou en poussant les blocs », rappelle Michel Lemmens, le bourgmestre PS de Nandrin.

Des blocs qui restent en place sur le parking, en complément : « On peut passer à une voiture, car le parking doit pouvoir rester accessible (les entraînements sont censés reprendre en fin de semaine), mais ce n’est pas possible d’entrer pour une voiture avec une caravane », précise-t-il.

« Pas fait pour ça »

Des mesures temporaires, jusqu’au 15 août normalement.

« Je fais respecter la loi.

On l’avait planifié dès le départ du groupe précédent.

Marchin a labouré le terrain où ils s’installaient, nous ce n’est pas possible.

Il n’y a pas de racisme sous-jacent.

C’est juste que le terrain de foot n’est pas un terrain d’accueil des gens du voyage, il n’est pas fait pour ça et peut être potentiellement abîmé.

Il existe des terrains adéquats ailleurs. »

Mais pas suffisamment.

« Certes mais Nandrin fait partie d’une zone de police regroupant 10 communes.

Pourquoi pas créer un terrain d’accueil, j’en ai déjà discuté autour de moi mais où est-ce le plus judicieux?

Ce serait plus simple à décider dans une monozone.

Nandrin n’a pas de terrain pour cela, il faudrait alors en acheter un, mais est-ce opportun? », s’interroge-t-il.

 

« Un mode de vie différent »

D’autant que les expériences d’accueil l’ont refroidi. « Il y a deux ans, le groupe avait été relativement correct.

Mais le mois dernier, j’ai reçu entre 200 et 400 plaintes de Nandrinois car ils allaient sonner aux portes, on m’a rapporté des bagarres, des crachats...

Il n’y a pas eu de dégâts, il faut le reconnaître (la machine à laver et la batterie de voiture ont été abandonnées après leur départ par d’autres personnes...).

Mais si le foot avait été en activité, cela aurait créé des problèmes.

Et leur mode de vie ne correspond pas au nôtre, dans un contexte exacerbé par la crise du Covid, c’est compliqué. »

Une installation qui risque de faire polémique.

« J’ai déjà dégusté.

Vous savez, moi, les bien-pensants...

Toutes les solutions sont les bienvenues. Ils peuvent téléphoner à la Première Ministre. »

Et s’ils s’installaient malgré tout sur le parking, comme à la Gravière d’Amay ?

« Quand c’est un parking, ici considéré comme voirie communale, on a plus de capacité d’agir, via verbalisation, paiement forcé de p.-v. etc.

L’expulsion n’est pas plus facile toutefois », nuance-t-il.

Article et rédaction par Annick Govaers 

Source

 

 

116713465_283143256119246_1641007940058011982_n.jpg

Commentaires

  • Ils vont combler une partie ou déposer des taques. Ce sont des chevaux de frise qu´il faut mettre.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel