Le remplacement des sirènes Seveso par des SMS inquiète

Lien permanent

Le remplacement des sirènes Seveso par des SMS inquiète le député Ecolo

En 2017, lors de l’annonce du démantèlement du système de sirène d’alerte, certaines communes, dont Huy, avait annoncé leur intention de les conserver à leurs frais. Ce ne sera pas possible. En réponse à une question posée par le député hutois Samuel Cogolati, le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem a confirmé que la commande centrale actionnant les sirènes avait été retirée : il n’est plus possible de les utiliser, ni de faire des tests.

Une situation qui inquiète l’Ecolo qui redoute que tout le monde ne soit pas averti à temps d’une catastrophe nucléaire ou chimique : « Même s’il est judicieux de développer d’autres canaux d’alerte par e-mail, SMS ou ligne fixe pour communiquer de manière plus ciblée, le dernier exercice a démontré que Be-Alert n’était pas encore à même de toucher tout le monde. Tout simplement parce que tout le monde n’a pas un GSM allumé 24h/24 qui peut nous alerter si nécessaire dans la seconde. » Le député évoque aussi les personnes âgées qui ne disposent pas d’un GSM et des couacs dans la mise en place du système : « Lors des précédents tests, tout le monde n’a pas reçu de SMS, dont moi » glisse-t-il.

« Un sondage pour évaluer le système »

Le ministre De Crem a annoncé que le prochain test national de Be-Alert aura lieu le 1er octobre prochain. Samuel Cogolati estime qu’il faudrait alors tester l’efficacité de l’alerte SMS par rapport aux anciennes sirènes Seveso : « via un sondage, il faudrait demander si la population confirme avoir été correctement informée. Il faudra que toutes les leçons puissent être tirées de ce test national. On a vu durant la crise du Covid-19 à quel point l’information était capitale pour sensibiliser la population aux meilleurs gestes barrières. Il faut que nous puissions aussi évaluer, si nécessaire via un test grandeur nature, une alerte nucléaire dans notre région. »

Le député annonce qu’il interviendra à nouveau au Parlement pour que le gouvernement fédéral ne délaisse pas cette tâche aux seules communes de l’arrondissement, mais qu’il investisse efficacement dans l’information et la protection de la population en cas de situation d’urgence.

Article et rédaction Par A.BT

Source

Commentaires

  • Bonjour,
    Résidant à Nandrin, de toute manière je ne les entendais (je dis bien entendais pas comprenais) que si la fenêtre de mon bureau était ouverte (orientée tihange) et qu'en plus j'étais en "alerte" sachant que c'était le jour du test. Par contre un sms ou un email, là pas de prob.

  • Est-ce que tout le monde est convaincu que chacun.e sera réveillé par l'arrivée d'un SMS à 3 h du matin ? Les portes et fenêtres doivent être fermées immédiatement en cas de pollution radioactive. La prise d'iode doit se faire avant de respirer l'air contaminé pour être le plus efficace.
    Avec les sirènes, les personnes qui n'ont pas de GSM ou qui coupent la sonnerie la nuit, étaient à égalité avec les autres. Pourquoi pas combiner les 2 systèmes ? Trop cher ? Il y a de l'argent dans cette centrale, 1 million d'Euros par jour de fonctionnement en bénéfice (EBITDA). Alors, davantage de sécurité pour le voisinage au prix de quelques milliers d'Euros ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel