• Des voiries dégradées où les quads et les motos posent problème à Ouffet, réservées uniquement aux chevaux, piétons et vélos, en plus des tracteurs

    Lien permanent

    De retour à l’administration communale après un déménagement temporaire à la Salle aux Oies en raison de la crise sanitaire, le conseil communal d’Ouffet s’est tenu ce mardi soir afin d’évoquer les nombreux projets de réfections et adaptations de voiries en cours.

    Premièrement, la commune a décidé d’initier un travail sur l’ensemble de son territoire afin de limiter la circulation des quads, motos et autres engins motorisés sur les voiries essentiellement agricoles adaptées aux modes de circulation doux. Les panneaux F99C et F101C (carré sur fond bleu où l’on voit un tracteur, un piéton, un vélo et un cheval) vont d’abord être installés au Tige de Parfondvaux (sentier à Ellemelle menant au bois Thier Renson). Ensuite, le village d’Ouffet sera concerné avec le chemin reliant la rue de Hamoir au Fond Bûzé, le Sentier des Ecureuils, le Chemin de la Drève de Xhenceval et le sentier 40 reliant la N623 à la Drève de Xhenceval. Warzée sera concernée avec le chemin reliant la rue du Baty au Tige de Pair et les chemins reliant la rue de Bende, la route de Bende et la Grand’Route.

    Une signalisation qui permettra de sanctionner

     

    « On tenait à mettre la signalisation adéquate afin de sensibiliser les citoyens et de pouvoir sanctionner par le biais de la police locale, » explique la bourgmestre Caroline Cassart.

    « Ce sont des voiries dégradées où les quads et les motos posent problème.

    On souhaite qu’elles soient réservées uniquement aux chevaux, piétons et vélos, en plus des tracteurs. On veut régler le problème sur l’ensemble de la commune. »

    Les mandataires ont également voté en faveur de la réfection de diverses voiries dans le cadre du Plan d’Investissement Communal 2019-2021 pour un investissement total évalué à 620.922€ TVAC (dont) : Tige Pirette, rue Mognée, rue Halbadet, et ruelle des Fossés.

     

    Article et rédaction par Pierre TAR 

    Source

  • Avis décès de la région Monsieur Guy BEUGNIER Epoux de Madame Marie-Claude VAN ROY de Clavier

    Lien permanent

    dc clav.png

    Monsieur Guy BEUGNIER Epoux de Madame Marie-Claude VAN ROY

    Domicilié à Clavier (4560)
    Né à Borlon (6941) le mercredi 25 novembre 1959
    Décédé à Huy (4500) le mercredi 1 juillet 2020 à l'âge de 60 ans

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

     

  • Rénover les tiges et installer des haies à Ouffet

    Lien permanent

    Rénover les tiges et installer des haies

    La commune vient d’initier un dossier avec la Région Wallonne afin d’obtenir un subside pour refaire ses voiries agricoles. La condition ?

    Il faudra installer des haies le long de ces chemins. « On doit encore finaliser le dossier, mais s’il est accepté on aura entre 60 et 80% de subside pour refaire ces voiries, ce qui serait une bonne chose.

    On commencera par le Tige de Parfondvaux, » conclut la bourgmestre. La voirie pourrait bénéficier de 100.000 € de la région.

    Enfin, Ouffet a rejoint l’association de projet « Promotion Sociale Ourthe-Vesdre-Amblève » afin de donner la possibilité à ses habitants en recherche d’emploi de suivre des formations liées aux métiers en pénurie dans la région.

    Pour l’instant, peu de formations de ce type sont accessibles près de Ouffet.

    Article et rédaction par Pierre TAR 

    Source

  • L’ONE confirme que les enfants ne sortent pas suffisamment et avance des pistes

    Lien permanent

    Les enfants doivent davantage jouer à l’extérieur!

    Enfants et jeunes passent moins de temps à l’extérieur que leurs parents au même âge. « La densification de la circulation routière, le surinvestissement des écrans ou encore l’évolution sécuritaire de notre société expliquent en partie ce constat », résume une enquête commandée par l’ONE autour de la problématique de l’investissement des espaces extérieurs par les enfants et les jeunes. Les résultats sont là : dans près d’une famille sur 10, les enfants ne jouent jamais dans un espace extérieur privé durant l’été. En hiver, c’est pis : c’est le cas dans une famille sur 5 ! Restent alors les espaces publics. Mais là encore, l’investissement ne semble pas suffisant.

    Outre le fait que certaines familles ne disposent tout simplement pas de jardin ou de cour (8 %), le mode de vie familial est aussi responsable de ce désinvestissement. « Le rythme effréné de certaines familles limite le temps passé avec l’enfant, à l’intérieur et à plus forte raison à l’extérieur », résume l’étude. « Cela a un impact aussi sur les possibilités de créer avec les voisins des liens sociaux, propices au développement d’une « confiance collective » encourageant les parents à laisser davantage d’autonomie à leurs enfants dans les espaces extérieurs. »

    Et, malheureusement, on ne peut pas dire que le confinement ait amélioré les choses : « Que du contraire, la plupart du temps », indique Anne Baudaux, conseillère à la Direction Recherches et Développement à l’ONE. « Raison de plus pour en parler ! ». D’autant que, rappelle la conseillère, « investir l’espace extérieur contribue grandement au développement global des enfants et des jeunes et particulièrement à leur santé physique, motrice et psychologique, à leur socialisation, à l’éveil des sens… ».

     

    Pour enrayer cette tendance, l’ONE pointe l’importance de vérifier que les messages véhiculés ne soient pas trop « vecteurs de peur ». Par exemple, si une communication indique qu’avaler de la terre n’est pas bon pour les enfants, il faut éviter que cela se transforme en une crainte de laisser ses enfants jouer dans la terre.

    L’étude a également permis de mettre en évidence que la météo ou le manque de temps sont des freins pour les parents. Des freins que déconstruit Anne Baudaux : « Profiter de l’extérieur ne nécessite pas forcément d’y faire une activité ou d’y consacrer une demi-journée. Et même s’il pleut, on peut y aller. On y va moins, mais on y va et on s’équipe. Le climat, c’est aussi une découverte pour les enfants et il peut être une nouvelle source d’émerveillement. »

    Dans toutes les communes

    Atténuer les craintes et les contraintes n’est par contre pas suffisant. La qualité des espaces publics auxquels les familles ont accès – lorsqu’elles y ont accès – varie d’un quartier à l’autre et peut parfois procurer un sentiment d’insécurité. C’est pourquoi l’une des recommandations de l’étude consiste en l’adaptation ou le développement d’espaces extérieurs publics dans toutes les communes, afin de les rendre appropriés aux enfants et aux adultes.

    Si de nouvelles structures de qualité voient le jour, cela sera également bénéfique pour les milieux d’accueil. Même si, dans les crèches, il semblerait que les petits bouts jouent davantage dehors (voir ci-contre), avoir accès à un espace public proche et sécurisé ne peut que renforcer la pratique.

    De même, l’étude recommande également de développer les compétences des agents de l’ONE dans le domaine de l’investissement de l’espace extérieur via des formations ou des journées d’études. Une manière d’encourager les professionnels à faire sortir les enfants dont ils ont la garde.

    Ramener les plus jeunes dans la nature ou tout simplement à l’extérieur ne se fera pas en un claquement de doigts. Et cela ne reposera pas uniquement sur les épaules de l’ONE : les différentes instances décisionnelles doivent elles aussi être sensibilisée à la problématique afin d’encourager l’investissement financier et humain.

    Les vacances semblent en tout cas être un bon moment pour réinvestir l’espace extérieur. Surtout après la période particulière que l’on a connue et les nombreuses activités organisées par écran interposé. « C’est l’occasion pour les enfants aussi de libérer toute l’anxiété accumulée en profitant par exemple des activités confirmées en extérieur cet été ! », conclut Anne Baudaux.

    Lire la suite

  • Il reste encore des disponibilités pour les retardataires cet été en jobs d’étudiant

    Lien permanent

    Les temps sont durs pour les étudiants qui n’ont pas été épargnés par la crise sanitaire.

    Après un confinement forcé et des examens aux modalités inédites, voilà que le coronavirus met son grain de sable dans leur recherche de job cet été.

    « Pendant le confinement, seule une entreprise sur cinq estime ne pas avoir été affectée par l’épidémie.

    On s’attend à ce que le recours à un étudiant recule de 20-30 % », contextualise Marc Vandeleene, communication manager chez l’agence d’intérim Manpower.

    L’industrie, la grande distribution, l’agroalimentaire ou encore les sociétés de production sont des secteurs qui ont toujours besoin de main-d’œuvre estudiantine.

     

    « Les gens vont partir en vacances et il va falloir trouver des personnes pour assumer leurs tâches pendant leur absence. Il ne faut pas oublier tous les travailleurs qui ont été fort sollicités pendant la crise sanitaire et qui vont profiter de l’été pour se reposer », indique Marc Vandeleene.

    Plus compliqué dans l’événementiel et l’Horeca

    Certains secteurs sont plus touchés que d’autres par la crise et recourront moins à des étudiants comme le secteur de l’événementiel et de l’Horeca.

    « La priorité va être donnée aux employés fixes. Ensuite, si le besoin se fait sentir, des étudiants seront embauchés mais ce sera moins stable qu’avant.

    Les patrons vont recourir à des contrats d’intérim pour des périodes plus courtes et renouvelables ou faire travailler le jeune à temps partiel », précise Thierry Neyens, président de la Fédération Horeca Wallonie.

     

    Beaucoup d’employés sont encore en chômage temporaire ou en télétravail. Difficile dans ces conditions de former les étudiants pour les postes administratifs comme dans les banques.

    Nouveaux jobs de la crise

    S’il faut faire une croix sur certains jobs traditionnels, la crise a créé de nouveaux jobs que les étudiants pourront occuper : les postes liés à la désinfection, à l’accueil et la sécurité ou encore au tracing dans un call center corona.

    Ces postes à pouvoir attirent par contre moins les étudiants qui craignent pour leur santé ou qui sont rebutés par les consignes sanitaires à respecter comme le port du masque.

    Si du côté de Walibi, Pairi Daiza et Kinepolis, on n’engage plus d’étudiants cet été, tout n’est pas perdu .

    Il reste encore des disponibilités ailleurs. « Il ne faut jamais désespérer, l’économie se remet en marche et la reprise s’accélère : des opportunités vont apparaître au cours de l’été », ajoute Marc Vandeleene.

    Article et rédaction par ZHEN-ZHEN ZVENY

    Source

  • Le 1er juillet marquait le coup d’envoi des camps des mouvements de jeunesse.

    Lien permanent

    Les camps version Covid-19 ont débuté ce 1er juillet

    Ce 1er juillet marquait le coup d’envoi des camps des mouvements de jeunesse.

    Cette année, on compte près de 2.602 camps, rassemblant à travers le pays près de 100.000 enfants, adolescents et animateurs en Wallonie. 12 % des camps n’ont pu être organisés faute de moyens logistiques ou humains.

    La crise sanitaire a évidemment imposé certaines adaptations.

    Parmi les directives à suivre, on retrouve notamment l’obligation de ne pas dépasser des bulles de 50 personnes. Les hikes ainsi que les sorties sont déconseillés.

    Mercredi, le patro de Rhisnes et ses 110 animés déposaient leurs bagages à Wodecq (Wallonie picarde) en présence de Pierre-Yves Jeholet (MR) ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de Valérie Glatigny (MR) ministre de l’Aide à la jeunesse.

    « Nous sommes fiers que chaque mouvement ait pu s’adapter aussi rapidement. Ce n’était pas évident mais tout le monde a su imaginer des solutions pour que tout puisse se dérouler presque comme chaque année », indique Valérie Glatigny.

     

    On s’amusera différemment

    Du côté des animateurs, malgré les contraintes, on se réjouit.

    « Cette année sera particulière, c’est vrai. Mais elle ne sera pas forcément moins amusante, elle sera différemment amusante », explique Emilie Delespesse, coprésidente du patro rhisnois. « Ici, il y a cinq bulles différentes.

    On a trois bulles d’animés, une bulle composée des différents cuistots et une autre bulle composée de l’équipe de nettoyage, chargée de la désinfection des lieux.

    Chaque bulle a son réfectoire, ses propres toilettes, tout est vraiment bien séparé. On a aussi aménagé un local de quarantaine », continue la Rhisnoise, 19 ans.

    « En termes de chiffres, on compte plus ou moins 30 animés de moins que les autres années. Nous sommes fiers de ce chiffre car on craignait que les parents refusent de laisser partir leurs petites têtes blondes.

    Au final, ils nous font confiance et savent que les mesures seront respectées dans le bien de tous », finit-elle. Bien que particulier, le camp de cette année sera tout aussi enrichissant pour ces jeunes.

    Article et rédaction par RÉMY HARTIEL

    Source

  • Les instances hutoises ont marqué leur volonté d’aider financièrement les forains, en difficulté à la suite de la crise.

    Lien permanent

    Exonération et aide directe pour les forains

    Ce lundi soir à Huy, sans surprise, la question de la foire et des forains était au cœur des débats du conseil communal (même si le tumultueux dossier du survol de la centrale de Tihange a également fait l’objet de vifs échanges au Centre Nobel).

    On peut dire (avec beaucoup d’euphémisme) que l’épidémie du coronavirus a quelque peu perturbé l’organisation des festivités annuelles hutoises… Le collège s’est montré clair sur la question : les festivités du 15 août seront maintenues si la législation le permet.

    « On est favorable à l’organisation de la foire du 15 août.

    Mais on aimerait obtenir des précisions, et on est en attente d’un arrêté ministériel.

    On réagira en fonction des arrêtés », explique le bourgmestre hutois Christophe Collignon (PS).

    Deux mesures de soutien

    Pour aider les forains en difficulté, les autorités hutoises ont décidé d’exonérer à hauteur de 50% le droit de place des forains pour la foire d’août.

    Une mesure votée à l’unanimité, et qui représente 24.000 € pour les finances communales.

    Mais pourtant, du côté de Défi et d’Ecolo, on aurait voulu aller au-delà des 50%. La majorité a rappelé que Huy fait déjà plus que certaines communes à ce sujet, et que cette mesure représente déjà une aide considérable.

    Les autorités ont également exprimé leur volonté de faire un geste supplémentaire pour les forains hutois.
    « Le collège est en train de réfléchir à une aide directe pour les forains habitant sur le territoire de la Ville.
    Mais on n’a pas encore fixé le montant. Il y a 13 familles de forains sur le territoire de la ville », a indiqué Jacques Mouton (MR), échevin hutois des Marchés et de la Foire.

    Pas de foire de Statte de deux mois

    Écolo-Huy a déposé une proposition sur la table du conseil : étendre la foire de Statte du 1er septembre au 1er novembre, en cas d’annulation des festivités du 15 août. Une proposition recalée par la majorité, car, selon le mayeur, il ne sert à rien de « tirer des plans sur la comète ».

    « Les mesures actuelles me laissent penser qu’on pourra organiser la foire du 15 août. De plus, la « foire à 1€ » occasionne quand même des nuisances. Une foire de 2 mois ?

    Pour les riverains, ce ne sera pas possible », explique Jacques Mouton.

    En résumé, malgré la volonté de la majorité et de l’opposition de maintenir les festivités, il reste encore beaucoup d’interrogations pour cet été de déconfinement.

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

  • Destination Wallonie pour les Belges cet été

    Lien permanent

    Le secteur du tourisme wallon se dote d’une nouvelle marque, d’une nouvelle campagne de promotion et d’un nouvel outil à destination des opérateurs touristiques.

    « Changer d’air » est le fil rouge de cette campagne de promotion.
    Une communication innovante, positive et rassurante pour rappeler aux Belges que le tourisme et l’évasion dans leur pays ne sont pas qu’une illusion.

    Se déconnecter du confinement pour se reconnecter aux réalités naturelles et culturelles d’une Wallonie qui propose de se vider la tête et de se nourrir l’esprit avec une nouvelle signature « Destination Wallonie, tout pour s’évader ».


    « On veut apprendre au public belge à redécouvrir la Belgique et la Wallonie, nous explique Pierre Coenegrachts, Directeur général adjoint et porte-parole de Wallonie Belgique Tourisme.

    Nous avons développé cette campagne en partenariat et à la demande de la Ministre wallonne du Tourisme, Valérie De Bue. »


    « La Wallonie est malheureusement souvent méconnue.

    Le Belge est un grand voyageur en Europe.

    Il va souvent chercher ailleurs des choses qu’on a ici et souvent insoupçonnées.

    C’est un bon étonnement de redécouvrir en Wallonie des paysages, des activités ou des hébergements qui sont surprenants et bien équipés.

    Après ce confinement, on va avoir, cet été, une nouvelle clientèle belge en Belgique et en Wallonie.

    En général, 10% des Belges prennent des vacances en Belgique et en Wallonie.

    Cet été, de 35 à 40% des Belges ont l’intention de passer leurs vacances chez nous.

    Et c’est une clientèle qu’on aimerait garder à l’avenir. »


    A terme, cette campagne multi-supports, créée et réalisée avec l’aide de l’agence Hungry Minds, sera développée dans toutes les régions du pays et progressivement à l’étranger par Wallonie Belgique Tourisme. «On veut transporter le visiteur dans une vague d’émotions jusqu’à l’immerger dans ses futurs instants d’évasion, en
    famille, en couple ou entre amis ».


    DES OUTILS POUR LES OPÉRATEURS TOURISTIQUES


    Pour guider les opérateurs touristiques à travers toutes les mesures de déconfinement, une plateforme
    a été élaborée pour préparer les acteurs touristiques à accueillir les visiteurs.

    Un « guide des bonnes pratiques sanitaires » a été mis en place par le Commissariat Général au  Tourisme.

    Ce guide sera actualisé régulièrement en fonction des informations reçues et validées par le Conseil National de Sécurité.


    VISITWALLONIA.BE


    Une nouvelle adresse web visitwallonia.be a été créée à destination du public et vers laquelle converge toute l’information utile pour découvrir, organiser et, « à brève échéance », réserver ses séjours ou escapades en Wallonie.

    Elle remplacera progressivement walloniebelgiquetourisme.be.


    « C’est également sur ce site que le visiteur pourra se tenir informé de l’évolution des réouvertures et des conditions d’accès aux sites touristiques, attractions et hébergements en Wallonie pour cet été 2020. »


    Valérie De Bue, Ministre wallonne du Tourisme : « Cette campagne de promotion du Tourisme wallon est bien
    plus qu’une campagne de relance.

    C’est une nouvelle ère pour le tourisme wallon.


    Un tourisme que je souhaite plus durable, encore plus attractif et moteur de tout un éco-système. »


    NICOLAS DEWAELHEYNS

     

    Cette publication n’engage pas la rédaction SudInfo et la Blog 

  • Un loup aurait été aperçu chez nos voisins de Hesbaye

    Lien permanent

    Un loup aurait été aperçu à proximité de l’autoroute à Villers-le-Bouillet

    La semaine dernière, un automobiliste circulait à proximité de la sortie d’autoroute à Villers-le-Bouillet lorsqu’il aurait aperçu un loup.

    Il a alors alerté le « réseau loup de Wallonie », spécialisé pour documenter le plus objectivement possible l’éventuelle réapparition du loup, qui s’est rendu sur place.

    « Lorsqu’on nous contacte, on ne sait jamais conclure la présence d’un loup par rapport à un témoignage », explique Alain Licoppe, coordinateur du réseau loup de Wallonie.

    L’automobiliste en question n’a pas eu le réflexe de dégainer son appareil photo.

    Et sans image, le membre du réseau loup rencontre plus de difficultés pour tirer une conclusion.

    « En fonction des critères que l’on a reçus, nous n’écartons pas la piste de la présence d’un loup.

    On a déjà vu des loups présents dans des endroits improbables. Cela peut être des individus de passage, à la recherche d’un territoire », ajoute le coordinateur.

    Pas une conclusion à 100 % !

    Régulièrement, le Réseau Loup reçoit des témoignages via leur site.

    « À partir du moment où on n’a pas de photo ou de vidéo, on essaie de prendre le descriptif et de comparer avec les critères qui font penser au loup.

    Cela permet de mettre le curseur, davantage vers le loup ou le chien.

    Mais on n’arrive pas toujours à une conclusion à 100 % !

    En fonction des critères, on peut soit exclure directement le loup et enregistrer l’animal comme un canidé indéterminé. Et à l’avenir, si on reçoit de nouveaux témoignages avec des images, on peut effectuer un recoupement et dire qu’il s’agissait bien d’un loup ou non.

    L’information n’est pas perdue mais elle est dans l’attente d’une confirmation », poursuit Alain Licoppe.

    Depuis trois ans, le réseau recense les traces de passage de loups en Wallonie. « Nous avons déjà reçu 550 alertes pour toute la Wallonie depuis le mois de mai 2017.

    On tourne entre trois et quatre appels par semaine. Si les gens nous contactent rapidement et envoient rapidement leur observation, on essaie d’aller voir sur le terrain.

    Avec un indice ADN, cela nous permet de mettre en évidence la présence d’un loup…

    Pour le loup dans les Hautes-Fagnes, nous sommes sûrs qu’il s’agit du même individu à chaque fois.

    Nous avons une quarantaine d’indices… », conclut le coordinateur.

    Article et rédaction Par Amélie Dubois

    Source

  • Règlement de la zone de Police du Condroz, Toute personne ayant des animaux confiés à leurs soins ne pourra les laisser errer sur les voies publiques, dans les parcs publics et autres lieux accessibles au public.

    Lien permanent

    Article 11
    Toute personne ayant des animaux confiés à leurs soins ne peut les faire ou les laisser pénétrer et circuler sur les propriétés d’autrui.
    Toute personne ayant des animaux confiés à leurs soins ne pourra les laisser :

    • errer sur les voies publiques, dans les parcs publics et autres lieux accessibles
    au public.
    • menacer ou détériorer la voie publique, les parcs publics et autres lieux accessibles au public, ou y déranger les animaux.
    • se baigner dans les étangs ou les pièces d’eau des parcs publics ou y déranger ou blesser les animaux.
    Il est interdit à toute personne ayant des animaux domestiques sous sa garde, de les laisser déposer leurs excréments sur la voie publique, dans les parcs publics et autres lieux accessibles au public, exception faite pour les chiens dans les endroits signalés et aménagés à cet effet.


    En cas de non- respect de cette disposition, la personne sera tenue d’enlever ou de faire enlever les excréments. Dans le cas où cette personne ne pourrait être découverte, l’enlèvement sera effectué par celui à qui incombe le
    nettoyage de cet endroit.
    Il est interdit aux propriétaires et détenteurs de chiens :

    • d’entraver la circulation en ne tenant pas un chien en laisse

    • d’exciter ou ne pas retenir leurs chiens, lorsqu’ils attaquent ou poursuivent les passants, quand même il n’en résulterait aucun mal ou dommage Les chiens doivent être tenus en laisse dans les parties agglomérées de la
    commune, dans les parcs et autres lieux accessibles au public.
    Le port de la muselière est imposé aux chiens dangereux dans tout lieu public ou privé accessible au public, y compris les transports en commun ainsi que dans les parties communes des immeubles collectifs.
    Est considéré comme chien dangereux, le chien qui montre ou a montré son agressivité ou est connu pour la manifester.
    Sauf en ce qui concerne les cas particuliers des maîtres-chiens agréés, membres des sociétés de gardiennage et des maîtres-chiens de police, dans le cadre de leurs missions et pendant leurs services, il est interdit d’utiliser un chien et son apparence agressive pour intimider les tiers.
    De même, il est interdit d’utiliser un chien pour incommoder ou provoquer la population et porter ainsi atteinte à la sécurité publique, à la commodité de passage et/ou aux relations de bon voisinage.

    Si un chien réputé dangereux est susceptible de présenter un danger pour les personnes ou les animaux domestiques, le Bourgmestre, de sa propre initiative ou à la demande de toute personne concernée, peut prescrire au propriétaire ou au gardien du chien des mesures de nature à prévenir le danger.
    En cas d’inexécution par le propriétaire ou le gardien du chien considéré comme dangereux, le Bourgmestre peut, par arrêté, placer le chien dans un lieu de dépôt adapté à l’accueil et à la garde de celui-ci, sans préjudice des dispositions de l’article 9 § 2 à 5 de la loi du 14 août 1986 relative à la protection et au bien-être des animaux.
    Pour reprendre possession du chien placé dans un lieu de dépôt, le propriétaire ou le gardien du chien doit préalablement exécuter les mesures décidées par le Bourgmestre.
    Si l’importance du danger pour les personnes ou les animaux domestiques que présente le chien considéré comme dangereux le requiert, le bourgmestre peut ordonner par arrêté la mise à mort de l’animal par un vétérinaire .
    Le dressage des chiens considérés comme dangereux au mordant n’est autorisé que dans le cadre des activités de sélection canine encadrées par une association agréée par le ministre compétent en matière de santé publique et en présence de dresseurs et responsables d’activité en possession d’un certificat de capacité et d’un matériel
    agréé.
    En cas d’infraction aux dispositions de la présente section, le service de police intervenant pourra pratiquer, aux frais du contrevenant, la saisie administrative de l’animal faisant l’objet de l’infraction. A cet effet, la police pourra si nécessaire faire appel à tout expert ou organisme habilité et ce, aux frais du propriétaire ou détenteur
    de l’animal.
    La confiscation éventuelle d’un chien dangereux et/ou du matériel de dressage éventuel peut être prononcée.
    Le chien saisi sera dirigé vers la Société Royale pour la Protection et le Bien-Être des Animaux ou vers tout autre endroit habilité à les recueillir.
    Si dans les 72 heures de la saisie, le propriétaire ou le détenteur du chien ne se présente pas au responsable du lieu d’hébergement momentané de celui-ci, muni de laisse et muselière requises, le chien sera réputé abandonné par son propriétaire ou détenteur.
    Les frais d’hébergement et de capture éventuels, ou les frais en cas de nécessité d’appel à un vétérinaire pour anesthésier le chien saisi seront à charge de son propriétaire ou détenteur.

    Source

    https://www.police.be/5296/questions/reglements-de-police/reglement-general-de-police-de-la-zp-du-condroz

  • À quoi ressembleront vos grandes vacances 2020 ?

    Lien permanent

    Agence wallonne pour la Sécurité routière - AWSR

    À quoi ressembleront vos grandes vacances 2020 ? 
    Il est fort probable que beaucoup d’entre vous ne quitteront pas le pays cette année.
    Vous serez bien plus nombreux à profiter des lieux touristiques en Belgique et donc plus nombreux aussi sur les routes 

    Rappel des règles de courtoisie 


     
  • À partir du 10 juillet 14 h, grimpez le Mur de Huy et prenez-vous en photo au sommet

    Lien permanent

    A partir du 10 juillet 14 h, grimpez le Mur et prenez-vous en photo au sommet, avec votre vélo, devant le panneau What’s your chrono ? et publiez ensuite votre photo et votre chrono sur la page Facebook Huy le Mur Chrono où le temps référence de Christophe Brandt sera indiqué. Fin septembre, un tirage au sort permettra aux plus chanceux de remporter un cadeau « Made in Huy ». Et toutes les photos seront compilées sur un grand panneau exposé au sommet du Mur à l’occasion de la prochaine Flèche Wallonne
    #huylemurchrono

    Huy le Mur chrono

  • Place aux artistes en juillet et août 2020

    Lien permanent

     

     

    Chaque samedi en juillet et en août, 4 places de Liège sont en fête (Esplanade Des Guillemins, Kiosque Parc d'Avroy, Place du Vingt-Août, Place De L'Yser).
    Découvrez musiciens, comédiens, danseurs, artistes de cirques, plasticiens, poètes qui feront de nos places leurs scènes éphémères. Des spectacles pour tous, gratuits, pour faire revivre Liège, ses artistes, sa convivialité et lui redonner les couleurs ardentes de l'été.

    Programme complet : https://www.visitezliege.be/fr/programme-complet

    Province de Liège / Théâtre de Liège / Visit Liège

    Place aux Artistes

    Public 
     · Organisé par Ville de Liège 
  • Pour obtenir le pass gratuit de douze voyages !!!

    Lien permanent

    Voyager gratuitement

    Pas de train avant 9 heures du matin en semaine

    Ceux qui, à l’annonce du superkern, espéraient voyager gratuitement en train dès le début de l’été vont devoir patienter et respecter des conditions plutôt strictes. Pour obtenir le pass gratuit de douze voyages, ils devront attendre jusqu’au début du mois d’août avant de pouvoir déposer leur demande via un formulaire en ligne. Les premiers voyages ne seront possibles que deux semaines après l’ouverture des demandes, soit pas avant le 17 août, un lundi. Faites donc une croix sur le long week-end du 15 août si vous comptiez faire une virée à la mer ou dans les Ardennes. Ce ne sera pas non plus possible pour les deux derniers week-ends des vacances. Le pass ne sera utilisable que durant la semaine, jusqu’en septembre. En semaine, on ne pourra pas monter dans un train avant 9 h du matin afin de ne pas surcharger l’heure de pointe matinale.

    pas au guichet

    Le pass est utilisable sur une période d’un semestre à raison de deux trajets par mois.

    « L’étalement de l’utilisation du pass sur 6 mois est appelé à garantir un meilleur étalement des flux de voyageurs », précise la SNCB sur son site internet.

    On pourra le demander jusqu’au 30 septembre inclus via le formulaire en ligne. Il ne sera pas possible d’effectuer la démarche auprès d’un guichet en gare.

    « Une éventuelle assistance téléphonique peut être demandée pour l’utilisation du formulaire en ligne », précise également la SNCB.

    Le passe sera nominatif. Toutes les personnes résidant en Belgique et âgées de plus de 12 ans pourront bénéficier de titre de transport.

    Rappelons qu’en dessous de cet âge, un enfant peut voyager gratuitement et sans billet s’il accompagne un parent en 1ere et 2e classe.

     

    Cette mesure de gratuité liée à la crise sanitaire du coronavirus ne concerne que la SNCB. Contacté par nos soins, le TEC indique ne pas envisager pas une telle opération.

    Par contre, il lève, à partir de ce 1er juillet, la limitation du nombre de passagers à bord des véhicules.

    Toutes les places assises et « debout » pourront être occupées. Par contre, il faudra continuer à porter le masque ou une alternative couvrant le nez et la bouche.

    Article et rédaction par Y.H.

    Source

  • Des remèdes anti moustiques !!!

    Lien permanent

    mst.jpgAstuce contre les moustiques
     
    Versez l’eau chaude dans le fond de votre moitié de bouteille.
    Ajoutez-y le sucre brun.
    Mélangez.
    Saupoudrez ensuite avec la levure de bière, sans mélanger.
    Retournez le goulot de la bouteille coupée sur la partie basse.
    Placez le piège à moustiques dans une pièce de la maison.
    Ingrédients
     
    20 cl d’eau chaude
    50 g de sucre brun
    1 g de levure de bière levure de boulangerie
    Équipement
     
    Une bouteille en plastique coupée en deux
    Une cuillère pour mélanger
     
     
    Posez sur les rebords des fenêtres, des balcons, sur la table, sur les chevets du lit :
     
     Une ou plusieurs plantes de basilic en pot
     
      Un ou plusieurs bols d’infusion de thé dans laquelle vous aurez pressé une gousse d’ail pressée.
      Une ou plusieurs oranges piquées de clous de girofle
      Des bouquets de géranium ou des géraniums en pot
     
      Des bouquets de menthe
     L’ammoniaque est parait-il également efficace pour éloigner les moustiques. Versez--en dans une coupelle un peu tous les soirs, à condition de ne pas la mettre à portée des enfants.
     Vaporisez de l'essence de lavande sur vos ampoules électriques avant de les allumer
     Munisez-vous vos lampes d'ampoules teintes en jaune.
     Vaporisez des huiles essentielles dans la maison
     
    Les huiles essentielles ne sont pas des insecticides, mais leur odeur peut repousser les moustiques. L'essence de citronnelle est certainement le répulsif naturel anti-moustique le plus connu, mais d’autres ont également la propriété de chasser les moustiques naturellement. Ce sont les huiles essentielles de citron, de basilic, de genévrier, de myrrhe, de bois de cèdre, de pin, de géranium et de romarin.
    Recettes de répulsifs anti-moustiques à base d’huile essentielle pour adulte.
     
    Certaines huiles essentielles (par exemple l’huile essentielle de géranium est déconseillée aux femmes enceintes et aux enfants moins de 6 ans)
     
    Dans un vaporisateur, un diffuseur ou sur une boule de coton placez près de votre lit, versez  ces mélanges :
    Premier mélange :
     
    1 goutte d'huile essentielle de Citronnelle de Ceylan + 1 goutte d'huile essentielle de Géranium odoran + 2 gouttes d'huile végétale de Jojoba
     
    second mélange : 100 ml d’huile végétale + 10 ml d’huile essentielle de citronnelle   6 ml de bois de rose + 10 ml de géranium + 4 ml de girofle
     
    Protégez votre corps des piqures de moustique
     
    Massez préventivement les zones découvertes de votre corps avec du jus de citron

  • Aujourd'hui jeudi 2 juillet 2020 Balade du CCCA Consultatif Communal des Aînés de Modave

    Lien permanent
    Commune de Modave

    L'annonce

    Voici la reprise 
    Balade du CCCA le jeudi 2 juillet 2020

    Bonjour à tous,
    A tous ceux qui veulent se dégourdir les jambes, rendez-vous à 14 heures précises, Place de la Gare à Pont-de-Bonne.

    A la demande de Pietro, vous veillerez à respecter les mesures de sécurité, à savoir la distanciation sociale et le port du masque. Merci
    Info: Pietro 0472/42 05 98

    Commune de Modave

  • Un reportage photo dans la campagne condruzienne

    Lien permanent

    Habitué à photographier les événements sportifs, le mouvement et la vie, le photographe tihangeois Sébastien Roquet a décidé de consacrer un reportage au thème d’une journée en famille dans la campagne condruzienne, le 5 juillet à Vierset (Modave).

    « J’ai toujours habité la région du Condroz et souhaitais promouvoir nos campagnes dans une mise en scène de pique-nique familial », explique le Tihangeois.

    « Les participants pourront demander à être photographié avec leur voiture, moto, vélo, ou encore cheval », ajoute Sébastien Roquet. « Je m’adapterai aux souhaits de chacun. »

    Capturer les émotions

    Le photographe précise qu’il prendra le temps de réaliser ce shooting calmement.

    « Mon but est d’écouter les envies des participants, les mettre à l’aise pour capturer leurs émotions et essayer qu’ils se retrouvent dans la photo », révèle le photographe.

    « J’aime l’image de la grand-mère qui dit « Ça, c’est bien mon gamin », en découvrant le cliché de son petit-fils. »

     

    Une fois cette expérience photographique réalisée, les participants seront invités à se retrouver au pub Deux ours (2 Place Georges Hubin – 4577 Vierset-Barse) où ils pourront découvrir l’atypique tanière de Fred Macquet, tout en dégustant des mets locaux.

    Réservez votre shooting sur www.rszoom.org ou la page Facebook RS Zoom.

    Article et rédaction de FIONA SORCE

    Source