Il reste encore des disponibilités pour les retardataires cet été en jobs d’étudiant

Lien permanent

Les temps sont durs pour les étudiants qui n’ont pas été épargnés par la crise sanitaire.

Après un confinement forcé et des examens aux modalités inédites, voilà que le coronavirus met son grain de sable dans leur recherche de job cet été.

« Pendant le confinement, seule une entreprise sur cinq estime ne pas avoir été affectée par l’épidémie.

On s’attend à ce que le recours à un étudiant recule de 20-30 % », contextualise Marc Vandeleene, communication manager chez l’agence d’intérim Manpower.

L’industrie, la grande distribution, l’agroalimentaire ou encore les sociétés de production sont des secteurs qui ont toujours besoin de main-d’œuvre estudiantine.

 

« Les gens vont partir en vacances et il va falloir trouver des personnes pour assumer leurs tâches pendant leur absence. Il ne faut pas oublier tous les travailleurs qui ont été fort sollicités pendant la crise sanitaire et qui vont profiter de l’été pour se reposer », indique Marc Vandeleene.

Plus compliqué dans l’événementiel et l’Horeca

Certains secteurs sont plus touchés que d’autres par la crise et recourront moins à des étudiants comme le secteur de l’événementiel et de l’Horeca.

« La priorité va être donnée aux employés fixes. Ensuite, si le besoin se fait sentir, des étudiants seront embauchés mais ce sera moins stable qu’avant.

Les patrons vont recourir à des contrats d’intérim pour des périodes plus courtes et renouvelables ou faire travailler le jeune à temps partiel », précise Thierry Neyens, président de la Fédération Horeca Wallonie.

 

Beaucoup d’employés sont encore en chômage temporaire ou en télétravail. Difficile dans ces conditions de former les étudiants pour les postes administratifs comme dans les banques.

Nouveaux jobs de la crise

S’il faut faire une croix sur certains jobs traditionnels, la crise a créé de nouveaux jobs que les étudiants pourront occuper : les postes liés à la désinfection, à l’accueil et la sécurité ou encore au tracing dans un call center corona.

Ces postes à pouvoir attirent par contre moins les étudiants qui craignent pour leur santé ou qui sont rebutés par les consignes sanitaires à respecter comme le port du masque.

Si du côté de Walibi, Pairi Daiza et Kinepolis, on n’engage plus d’étudiants cet été, tout n’est pas perdu .

Il reste encore des disponibilités ailleurs. « Il ne faut jamais désespérer, l’économie se remet en marche et la reprise s’accélère : des opportunités vont apparaître au cours de l’été », ajoute Marc Vandeleene.

Article et rédaction par ZHEN-ZHEN ZVENY

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel