Voici tout ce qui change dès ce mercredi 1 er juillet 2020

Lien permanent

En milieu de semaine dernière, le Conseil national de sécurité a donné son vert au lancement de la phase 4 du déconfinement en Belgique.

Elle débute ce mercredi 1er juillet 2020.

Voici ce qui change.

Le Conseil national de sécurité s’est réuni mercredi dernier afin d’évoquer une nouvelle phase du déconfinement en Belgique, bien que le coronavirus circule toujours dans le pays. Le CNS a décidé d’activer la phase 4 du déconfinement, dès ce lundi 1er juillet.

Voici donc tout ce qui change :

Bulle plus large

Des contacts étroits sont permis avec 15 personnes au lieu de 10 personnes auparavant, en plus du foyer, sur une base hebdomadaire. Pour rappel, ce droit est individuel.

« On espère pouvoir faire plus. Dans les bulles plus proches, le risque de contamination est plus grand car les contacts sont plus rapprochés par rapport aux rassemblements qui ont lieu dans un cadre sécurisé.

Quinze, ça permet d’élargir la personne et d’avancer de manière progressive car le virus est toujours là », avait indiqué Sophie Wilmès.

 

Tous ouverts… ou presque

Piscines, centres de bien-être et saunas, parcs d’attractions et terrains de jeux intérieurs, théâtres, cinémas, casinos, salles de jeux de hasard, salles de congrès, salles de fêtes et salles de réception (limitées à 50 personnes), peuvent rouvrir depuis ce 1er juillet.

Par ailleurs, les règles générales qui sont déjà en vigueur pour d’autres activités s’appliquent, comme le respect obligatoire des distances de sécurité, la mise en place de créneaux horaires et la gestion des foules, le nettoyage des infrastructures et le port du masque buccal qui reste fortement recommandé.

 Les jacuzzis et les hammams ne peuvent quant à eux rouvrir que pour les soins privatisés.

Malheureusement, les boîtes de nuit restent fermées jusqu’au 31 août et les rassemblements de masse (comme les festivals) restent interdits.

Oui au public

Il est, depuis aujourd’hui, bien possible d’organiser des activités en présence d’un public, sous certaines conditions qui sont reprises dans des protocoles.

 Pour les événements réguliers organisés dans des structures permanentes comme des théâtres, des cinémas, des tribunes, des salles de congrès, des protocoles sont donc établis avec les ministres compétents et les experts du GEES. Pour les événements ponctuels dans l’espace public, un outil en ligne est disponible (matrice) et sert de référence aux autorités locales dans l’octroi des autorisations pour ces événements.

Des règles précises doivent aussi être appliquées.

Les événements culturels peuvent donc reprendre en présence d’un public, limité à 200 personnes en intérieur, et à 400 en extérieur en juillet, à condition que les règles de sécurité soient respectées.

Cette limite de 400 personnes vaut aussi pour les manifestations statiques et à condition de respecter les mesures de sécurité.

Toute demande de manifestation doit aussi faire l’objet d’une autorisation auprès des autorités locales.

En août, si les conditions sanitaires le permettent, on pourrait passer à un public de 400 personnes en intérieur et de 800 à l’extérieur.

Plus de libertés au magasin

Depuis ce mercredi, on peut être accompagné pour aller au magasin avec des personnes de notre bulle de contact et il n’y a plus de limite de temps.

Le port du masque n’est toujours pas obligatoire, même si la question continue de diviser.

Mais les distances de sécurité sont toujours valables. 

Pour les marchés, les protocoles restent d’application, mais il n’y a plus de restrictions quant au nombre de marchands autorisés, avec la levée de l’interdiction de dépasser les 50 étals.

Horeca, rien ne change

Sophie Wilmès a confirmé que l’heure de fermeture des bars et restaurants (fixée à 1 heure du matin) ne change pas pour l’instant.

« Après discussion, nous sommes arrivés à la conclusion que le problème pouvait être débattu plus tard », avait-elle indiqué.

Mariages

En ce qui concerne les réceptions de mariage, on passe à 50 personnes autorisées avec les règles imposées dans l’horeca (distanciation sociale, maximum de personnes par table, etc.)

Toujours pas de rassemblement, sauf…

En ce qui concerne les rassemblements festifs et les rassemblements non autorisés  : « Le respect de l’ordre doit être organisé par les bourgmestres, ce n’est pas facile. »

La Première ministre a insisté sur la nécessité d’« avoir un langage clair ».

 

 

« C’est in-ter-dit, et non seulement c’est interdit mais c’est dangereux », a-t-elle martelé.

Pour le reste, il incombe aux bourgmestres de faire respecter l’ordre public sur le territoire de leur commune.

Les forces de l’ordre ont autorité pour agir.

Fêtes foraines

Les kermesses et fêtes foraines peuvent à nouveau ouvrir leurs allées aux visiteurs à partir du 1er juillet.

Et le sport ?

En ce qui concerne les événements sportifs  : pour ce mois de juillet : 200 personnes autorisées à l’intérieur, 400 à l’extérieur. Au mois d’août, on passera de 400 personnes à l’intérieur et 800 à l’extérieur.

Pour les matches de football, cela fera l’objet d’une analyse approfondie et dans le respect de protocoles stricts.

Pour rappel, afin de lutter contre la pandémie mondiale du coronavirus Covid-19, qui a fait près de 10.000 morts dans notre pays, la Belgique est entrée en confinement strict le 18 mars dernier.

Depuis le 4 mai, le déconfinement a débuté.

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel