Attention Infractions Covid : si, si, la police verbalise toujours !!!

Lien permanent

Samedi soir, la police d’Anvers a verbalisé plus de 60 jeunes, rassemblés dans un appartement pour une lockdown party.

Elle avait été appelée sur place pour tapage nocturne et a découvert ce rassemblement interdit.

Pour rappel, les rassemblements privés de plus de 10 personnes sont toujours interdits en raison des mesures prises pour lutter contre le coronavirus.

Ce quota passera à 15 personnes mercredi.


Malgré le déconfinement et les assouplissements des mesures, la police continue donc de sévir.

Les statistiques du collège des procureurs généraux montrent en effet que certains jours de la semaine dernière, on a dépassé les 900 p.-v. (989 lundi) sur une seule journée.

Certes, c’est beaucoup moins que lors du pic de la crise où l’on a dépassé plusieurs fois les 2.300 p.-v. par jour (semaine du 16 au 23 avril), mais cela reste important tout de même.


« AUTRE CHOSE À FAIRE »


« En mars et avril, les règles étaient plus strictes, c’était blanc ou noir », indique le commissaire Philippe Van Den Hole, porte-parole de la zone Bruxelles-Ixelles.


« À présent, les mesures sont plus souples.

Mais on continue à verbaliser tout rassemblement interdit, une fête avec un trop grand
nombre de personnes dans un appartement par exemple.

On verbalise aussi dans l’Horeca quand l’heure de fermeture (1 heure du matin), n’est pas respectée. »


À Braine-l’Alleud, on n’a pas dressé un seul p.-v. Covid la semaine dernière.

« S’il y a des rassemblements, on se montre et on fait preuve de pédagogie mais on ne sort plus le carnet », nous dit le commissaire Michel Buchelot.


« On a autre chose à faire, car la vie criminelle classique a repris son cours.

On ne fait donc plus le tour des restos.

On ne réagit plus qu’au tapage nocturne. »


Selon le collège des procureurs généraux, les parquets correctionnels et auditorats du travail du pays totalisent 74.731p.-v. pour infractions Covid.

Les parquets jeunesse (quand l’auteur est mineur) totalisent, eux, 9.989 p.-v. Soit, un total (sur 3 mois environ)
de 84.820 infractions aux règles sanitaires émises par le Conseil  national de sécurité. 


Article et rédaction par F. DE

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel