Soulagement pour la toute nouvelle salle de trampolines qui a ouvert à Neupré KoJump

Lien permanent

KoJump Neupré: là où petits et grands s’éclatent en sautant

Ouf de soulagement pour la toute nouvelle salle de trampolines qui a ouvert à Neupré en janvier et qui a été contrainte de fermer à la mi-mars, suite à l’épidémie de Covid-19, alors qu’elle cartonnait. Les installations peuvent à nouveau ouvrir leurs portes ce lundi 8 juin, sous certaines conditions.


Ce mercredi 3 juin, le Conseil national de sécurité a annoncé que les activités sportives, même à l’intérieur, pouvaient reprendre sans exception.

Du coup, chez Kojump, on a bondi de joie. Il faut dire que le confinement est tombé à un bien mauvais moment pour cette enseigne, qui venait d’ouvrir son deuxième parc de trampolines du pays.


C’était le long de la route du Condroz, à Neupré, à la mi-janvier. A l’instar de la première infrastructure de Bruxelles, le succès a été immédiat: «On a été plein du premier jour, avec un agenda quasi full jusqu’en juin», expliquent les patrons, Fabien Feys et Youssef Bachir.


6.000 entrées le mois


Anniversaires, team buildings, etc, avec ses quelques 6.000 entrées par mois dans chaque parc, KoJump croulait donc sous les réservations.

Puis du jour au lendemain, tout s’est arrêté: «Rendez-vous compte, on a investi des centaines de milliers d’euros dans ce projet», continuent les patrons, «ce confinement, c’est près de 200 anniversaires annulés par mois, des centaines de familles qui ne viennent plus, la trentaine de collaborateurs du parc de Neupré qui s’est retrouvée au chômage économique».

Même si les conditions restent strictes, cette réouverture est donc accueillie avec un véritable soulagement. Dès ce 8 juin, petits et grands pourront à nouveau s’éclater dans les infrastructures de KoJump, considérées à la fois comme salles de sport et parcs de loisirs.

Leur accès sera toutefois limité à 20 jumpers par heure, encadrés par un coach sportif. Bien loin donc des 85 personnes par heure qui avaient l’habitude de fouler les trampolines des 950m² d’installations de Neupré: «Il va falloir adapter notre personnel», continuent les patrons, «mais au moins ça nous permet de relancer la machine, en espérant pouvoir passer à 50 personnes à l’heure en juillet».


Tout sera bien entendu mis en œuvre afin de respecter les mesures d'hygiène sanitaire et de distanciation sociale recommandées.

Autres parcs


D’autres centres de loisir de ce genre devraient ouvrir dans le courant de l’année : un à Waterloo et l’autre à Mons. Au vu du succès du concept, Kojump a par ailleurs décidé de se lancer dans l'aventure de la franchise.

Pour petits et grands


Un parc de trampolines: dit ainsi, cela paraît tellement cliché. On s’imagine en effet un enfant qui saute en l’air en criant, le tout sous les yeux des parents, heureux de les voir se défouler un moment.


Et pourtant, les infrastructures de KoJump attirent un public varié et que l’on soupçonnerait pas : des écoles, des familles, des jeunes qui viennent dans le cadre d’un EVG, des clubs de sport, des personnes victimes d’un handicap, etc.


Outre les classiques trampolines, les visiteurs peuvent en fait s’amuser sur une quinzaine d’attractions, dont certaines inédites.


Parmi les plus classiques, citons les boudins fixés à un axe qui tourne et au-dessus desquels vous devez sauter pour éviter d’être éliminé. Des jeux et des piscines en mousse ou encore des murs d’escalade sans baudriers.

Mais il y a aussi des «scratch walls», des murs de velcro où on peut se scratcher au mur. Des murs lumineux interactifs où l’on doit sauter pour éteindre des lumières qui s’allument. Des jeux de balle. Les vendredis ambiance discothèque. Et la fierté de l’enseigne: la «jump tower», qui vous permet d’effectuer un saut de plusieurs mètres de haut en toute sécurité.

« Les parents s’éclatent autant que les enfants », terminent les patrons qui ont en plus prévu un espace co-working à Neupré pour permettre aux adultes de travailler tout en gardant un œil sur les petits bouts.

Rédaction Par Laurent Cavenati

Source

 

Les commentaires sont fermés.