• Les températures estivales partout en Belgique de quoi inquiéter nos agriculteurs et nos maraîchers pour leurs cultures.

    Lien permanent

    La sécheresse met en péril les cultures des agriculteurs et maraîchers

    Depuis le mois de mars, les températures estivales ont fait leur apparition partout en Belgique. De quoi inquiéter les agriculteurs et les maraîchers pour leurs cultures. Et certains impacts, se font déjà ressentir.
    À quelques semaines de l’été, les agriculteurs et les maraîchers subissent déjà un épisode de sécheresse qui met en péril leur exploitation. Des sécheresses consécutives qui inquiètent davantage. Les températures sont au-dessus des normales saisonnières.


    Amaury Poncelet, agriculteur implanté à Berloz en a bien conscience et a été contraint d’irriguer davantage ses cultures. « Je cultive des légumes pour l’industrie de surgélation. J’ai des cultures de haricots, de fèves du marais, de carottes… il faut désormais irriguer pour faire lever les cultures.

    Sans cette sécheresse, les cultures n’ont pas besoin d’eau pour démarrer. On irrigue sur la fin mais pas au début.

    Cette sécheresse a évidemment un impact financier. Avec l’irrigation, on ne fait pas des rendements supplémentaires mais on sauve les meubles.

    Il y a coût tant au niveau de l’énergie, l’usure des machines… », explique-t-il. Voilà déjà plusieurs années consécutives que la sécheresse impacte les exploitants agricoles.

    « Cette irrigation demande beaucoup de travail et de main-d’œuvre.

    Il faut surveiller constamment ! On est face à une répétition d’années sèches. J’ai peur de l’évolution du climat. Si cette année, on a un été sec, cela va faire mal pour les cultures ». S’il est encore trop tôt pour donner avec exactitude, la perte déjà engendrée par la sécheresse pour Amaury Poncelet, il peut néanmoins déjà dresser un premier bilan. « Pour les chicorées, c’est la catastrophe.

    Il a plu même pas 10 mm il y a quinze jours. On a cru que cela allait être suffisant, elles ont commencé à germer puis elles sont mortes. À ce stade-ci, on est déjà à 50 % des chicorées qui sont mortes, je n’avais jamais vu ça », indique l’agriculteur.


    Même constat, moins lourd pour le froment, l’esturgeon et les betteraves. « Énormément de betteraves n’ont pas bien levé. On estime à 20 % de non-levées dans la région. C’est vraiment du jamais vu.

    En ce qui concerne le froment et l’esturgeon, ils n’ont pas normalement de soif particulière car ils descendent suffisamment bas pour aller chercher de l’eau mais les précipitations n’ont pas été assez importantes. Et certains froments ne sont pas développés.

    On estime que le rendement ne sera pas optimal même si on ne va pas crier au loup avant d’avoir été mordu. On ne parle pas de catastrophe, on estime qu’on aura un rendement entre 60 et 70 % d’une année normale ».

    Amaury Poncelet possède également du bétail. Là aussi, la sécheresse a un impact. « On a dû nourrir en prairie plus tôt. On se croirait mi-juillet », s’inquiète Amaury Poncelet.
    Chez le maraîcher

    À Hody (Anthisnes), Laurent Born, maraîcher qui tient le commerce du Jardin d’Antan, a irrigué plus tôt cette année. « Cela représente beaucoup plus de travail que d’habitude à cette saison-ci. C’est un maraîchage et on est habitués à irriguer mais cette année cela a commencé beaucoup trop tôt… déjà au mois d’avril. Cela représente des coûts importants. Une sécheresse au printemps, cela commence à devenir assez inquiétant », indique-t-il.

    Article et rédaction par AD 

    Source

     

  • La rue sur Haies Nandrin , qui passe derrière l’Aldi, va être refaite

    Lien permanent

    La rue sur Haies, qui passe derrière l’Aldi, va être refaite.

    Cette réfection est prévue dans le Plan d’investissement communal 2019-2021.

    Il a été décidé de confier l’étude des travaux à un auteur de projet pour un montant de 21.000 euros environ.

    « Il est temps de la refaire, avec sûrement des aménagements sécuritaires complémentaires comme dans la rue Tige Paquette », indique le mayeur.

    Article de AG 

    Source

  • Une plaine de jeux à Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    Après avoir répondu à l’appel à projets « C’est ma ruralité ! », la commune de Nandrin avait été sélectionnée et a reçu un subside de 15.000 euros pour mettre sur pied son projet « Rencontre le long du voye di messe ».

    Mardi soir, les élus ont approuvé le cahier des charges. Il s’agit de créer une plaine de jeux et un étang didactique entre l’école de Saint-Séverin et ce chemin avec, notamment, un petit pont en bois.

    Cet aménagement, accessible à tous, revient en tout à 26.230 euros et devrait voir le jour cette année.

    Article de AG 

    Source

  • Aldi va proposer de la viande fraîche dans ses rayons !!!

    Lien permanent

    Aldi va proposer de la viande fraîche dans ses supermarchés

    La chaîne de supermarchés Aldi va proposer de la viande fraîche dans ses rayons, annonce le discounter vendredi. Le déploiement dans les magasins débutera mardi.


    À l’exception de quelques magasins, Aldi ne proposait pas encore de viande fraîche dans ses supermarchés.

    La nouvelle offre sera fournie par une filiale de Renmans, la chaîne de boucherie avec laquelle Aldi coopère déjà.

    Il est question de d’environ 25 articles de viande belge fraîche.

    Rien ne changera par ailleurs en ce qui concerne la collaboration avec Renmans.


    Le déploiement commence le 2 juin et devrait être achevé à la mi-octobre.

    D’ici là, chaque semaine, une quinzaine de magasins proposeront cette nouvelle offre.

    Source

     

  • Intradel va installer deux nouvelles bulles à verre enterrées sur le parking multimodal à Nandrin

    Lien permanent

    Intradel va installer deux nouvelles bulles à verre enterrées sur le parking multimodal.

    « Elles remplaceront les deux bulles hors sol de l’Intermarché.

    Ce sont les deux dernières qui ne sont pas encore enterrées. Cela devrait être fait en 2021. »

    Rédaction Par Annick Govaers

    Source

  • Nandrin supprime la taxe sur les plats à emporter !!!

    Lien permanent

    La réunion du conseil communal s’est tenue mardi soir exceptionnellement à la salle Saint-Séverin, en raison de la distanciation sociale à respecter.

    Les élus ont voté deux mesures d’allégement fiscal dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19, pour l’année 2020.

    La première taxe économique supprimée concerne les plats à emporter. Une taxe étonnante mais très ancienne : « plus de 25 ans », estime le bourgmestre, Michel Lemmens.

    Elle vise les trois friteries de l’entité, qui permettent de manger à l’extérieur.

    « A l’époque, elle avait été mise en place pour compenser le coût du nettoyage communal des abords des friteries où les clients jetaient leurs sachets, raviers et boissons.

    C’était une taxe dissuasive, un peu à l’image des dancings » D’un montant de 1.875 euros (625 euros par friterie), elle a donc été gelée pour l’année 2020.


    Autre taxe économique non enrolée cette année, la taxe sur les panneaux publicitaires, aussi bien pour les contribuables nandrinois que les grosses entreprises.

    D’un montant de 7.000 euros, elle a donc été gelée.


    Mardi soir, le conseil communal a ratifié ces décisions du Collège, prises antérieurement. 

    Article de Annick Govaers 

    Source

  • Philippe Bernard, du groupe « Vivre Nandrin » remplace Thierry de Faveri suite au décès du conseiller de l’action sociale

    Lien permanent

    Suite au décès du conseiller de l’action sociale Thierry de Faveri, c’est Philippe Bernard, du groupe « Vivre Nandrin » qui le remplace.

    Âgé de 69 ans, cet avocat retraité habite à Villers-le-Temple.

    Article de AG 

    Source

  • Les enseignants plus fragiles auront toujours la possibilité de rendre un certificat médical

    Lien permanent

    Certificats pour les plus fragiles

    Les enseignants plus fragiles auront toujours la possibilité de rendre un certificat médical.

    « Je ne suis pas certain que, pour les plus âgés, ceux en situation d’obésité ou qui ont des problèmes d’hypertension, ce soit une bonne idée de les remettre en classe », affirme l’infectiologue Yves Van Laethem.

    « Si j’étais leur médecin, je leur remettrais sans problème un certificat. Pour eux, il vaut peut-être mieux attendre la rentrée de septembre. »

    Source

  • Des faux mails et de textos envoyés au nom de la FPS Finance, Ne vous faites pas prendre !

    Lien permanent

    Safeonweb_be  informe 

     

    Chaque jour, nous recevons des rapports de faux mails et de textos envoyés au nom de la FPS Finance. Ne vous faites pas prendre ! 

    https://www.safeonweb.be/nl/actueel/phishing-naam-van-de-fod-financien-weer-de-lift

    Nous recevons quotidiennement des exemples de faux e-mails et SMS envoyés au nom du SPF Finances. Faites attention. C'est du phishing.
    Transmettez-les à suspect@safeonweb.be et supprimez-les.

    Toutes les infos clic ici 

     

     

  • Fonds d’urgence de 4 millions d’euros pour le sport !!!

    Lien permanent

    Afin d’apporter une aide directe aux secteurs touchés par les mesures de confinement, un Fonds d’urgence a été mis en place par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. 4 millions d’euros sont directement affectés au sport.

    La subvention est destinée à soutenir des opérateurs actifs reconnus dans le secteur du sport par la Fédération Wallonie-Bruxelles dont la viabilité financière est menacée du fait de l’application des mesures sanitaires de confinement.

    Cette viabilité financière de l’opérateur sera évaluée en tenant compte des risques de manque et/ou d’absence de trésorerie suite à l’annulation d’organisations et de manifestations sportives entre le 13 mars et le 14 juin 2020.

     

     Qui sont les bénéficiaires ?

    Comment introduire votre dossier? Quelles sont les dépenses admissibles?


    Autant de réponses que vous trouverez dans le Vade Mecum 

    Vade Mecum Formulaire clic ici

     

    Toutes les infos clic ici 

     

    Source

  • Le calendrier des fruits et légumes de saison par Nature & Progrès Belgique

    Lien permanent

    Nature & Progrès Belgique

    Vous étiez nombreux à l’attendre… Ça y est, nous avons réédité notre CALENDRIER DES FRUITS ET LEGUMES DE SAISON ! 
    Tant pour notre Santé que celle de la Terre, il est essentiel de consommer #BIO, #local et de #saison. N’achetez donc plus de fruits et légumes sans avoir consulté notre Calendrier au préalable ! Vous découvrirez également l’étonnante diversité des produits que proposent Les producteurs BIO de Nature & Progrès Belgique.
    Comment vous procurer le calendrier ? 
     Téléchargez-le : bit.ly/2BaDxg1
    Commandez-le au format papier : bit.ly/3gvR4Pr
    Ce calendrier vous est offert par Nature & Progrès. N’hésitez pas à soutenir nos actions en réalisant un don : www.natpro.be/faire-un-don 

     

  • Chômage temporaire, congé parental…prolongation des mesures corona jusqu’au 31 août 2020

    Lien permanent

    Chômage temporaire, congé parental…: le Groupe des 10 trouve un accord sur la prolongation des mesures corona jusqu’au 31 août

    Le Groupe des 10 est parvenu à un « accord minimaliste » sur la prolongation jusqu’au 31 août des mesures corona proposées par le gouvernement pour aider les entreprises et leurs employés à surmonter la crise liée au coronavirus, a fait savoir jeudi soir le président de la FGTB Robert Vertenueil. Patrons et syndicats doivent se retrouver le 15 juin en vue de discuter d’une prolongation éventuelle jusqu’à la fin de l’année. « Nous aurons alors une meilleure vision de la situation économique », a indiqué Pieter Timmermans, CEO de la FEB (Fédération des entreprises de Belgique).

    L’accord porte avant tout sur la prolongation du chômage temporaire pour force majeure, mais aussi sur le congé parental corona, le gel de la dégressivité des allocations de chômage… « Toutes les mesures prises jusqu’au 30 juin sont reconductibles, sans modification, jusqu’au 31 août », détaille le responsable de la FGTB.
    Syndicats et employeurs ont convenu de se retrouver le 15 juin afin de déterminer si ce paquet de mesures peut être prolongé jusqu’à la fin de l’année. « Les patrons sont demandeurs d’une telle prolongation, mais si le chômage temporaire est maintenu aussi longtemps, nous pourrions alors demander de revoir à la hausse les indemnités de chômage versées aux travailleurs », explique Robert Vertenueil.

    D’ici la mi-juin, le Conseil national de sécurité aura émis de nouvelles recommandations et la Banque nationale (BNB) aura publié de nouvelles analyses, ajoute M. Vertenueil.
    « Il est important de ne pas se prononcer à trop long terme afin de prendre des mesures qui soient appropriées au mieux à la situation en temps réel de la pandémie », justifie Marie-Hélène Ska, secrétaire générale de la CSC.
    La décision du Groupe des 10 va être communiquée au gouvernement fédéral qui décidera s’il suit l’accord trouvé par les interlocuteurs sociaux.
    La question des pécules de vacances à verser aux employés n’a par contre pas été tranchée jeudi soir. « Les employeurs souhaitent être aidés au travers de baisses de cotisations sociales qui se feraient par le biais de la Sécurité sociale, ce que nous refusons », ajoute le président du syndicat socialiste.
    Dans le calcul de ce pécule de vacances, le gouvernement a décidé d’assimiler la période de chômage temporaire de force majeure à du travail, « mais il convient maintenant de se demander qui va payer. Les entreprises ne peuvent pas faire face à un tel coût », nuance Pieter Timmermans, CEO de la FEB

     

    Source

  • Proxy Delhaize Nandrin l'horaire du week-end de Pentecôte 2020

    Lien permanent

    Proxy Delhaize Nandrin   vous informe 

     

    Oui. . . . . Un autre week-end prolongé ?

    1 juin pdn.jpg

     

  • Le remboursement de certains abonnements est possible en raison de la pandémie de Covid-19!

    Lien permanent

    Salles de sport, transports en commun: le remboursement de certains abonnements est possible en raison de la pandémie de Covid-19!

    Si les conditions générales de vente sont globalement d’application, certaines sociétés donnent des alternatives à leurs clients.

    Vous évitez de prendre les transports en commun depuis le début de la pandémie de coronavirus ? Votre abonnement à la salle de sport ne vous sert à rien depuis plusieurs semaines ?

    Le remboursement de certains abonnements est possible en raison de la période exceptionnelle que nous vivons.


    Malheureusement, et comme l’explique la RTBF, les transports en commun, que cela soit les TEC, la SNCB ou la STIB, fonctionnent tous selon les conditions générales de vente. Le remboursement d’un abonnement se fera donc sous conditions. Le hic ? Celles-ci formulent que l’annulation ou la suspension peut se faire uniquement pour une période à venir et non pour une période déjà écoulée…

     

    Stéphane Thiery, le directeur marketing des TEC, déclare à nos confrères : « Dans les conditions générales de vente, on ne règle pas le passé. On règle le futur. Le transport en commun a continué à rouler. Si quelqu’un ne peut plus aller sur le transport en commun, pour la période qui est devant lui, il peut se faire rembourser pour la partie d’abonnement déjà payée pour le futur. On ne rembourse pas l’abonnement du passé ».


    En ce qui concerne les salles de sport, des alternatives ont été proposées par certaines sociétés aux clients : ne rien réclamer pour soutenir le club sportif, demander une suspension ou un remboursement de l’abonnement, ou encore bénéficier d’avantages que vous n’aviez pas avant le confinement. Même son de cloche au niveau du secteur culturel qui fonctionne… « au cas par cas ».


    Julie Frères, porte-parole de Test-Achats, déplore la situation : « Malheureusement, il n’y a pas de règles spécifiques qui s’appliquent en cas de force majeure d’un abonnement qu’on aurait conclu ».

     

    Source

  • A partir du 2 juin, les visites seront autorisées au CHR de la Citadelle.

    Lien permanent

    A partir du 2 juin, les visites seront autorisées au CHR de la Citadelle.

    Qui ? Quand ? Comment ? Combien de temps ?
    Toutes les explications ci-dessous

  • Vous êtes allés faire vos courses chez Delhaize? Il est demandé aux clients qui ont acheté ce produit de ne pas le consommer.

    Lien permanent

    Vous êtes allés faire vos courses chez Delhaize? Attention!

     

    L’AFSCA rappelle les « petites boulettes volaille » de chez Delhaize pour présence de Listeria monocytogenes.
    Photo

    En collaboration avec l’AFSCA, Delhaize a décidé de retirer ces produits du marché et de les rappeler auprès des consommateurs en raison de la présence de Listeria monocytogenes. Le produit concerné est : « petites boulettes volaille 200g ». Delhaize demande à ses clients de ne pas consommer et de ramener au magasin le produit.
    « Chaque jour, Delhaize effectue des centaines de contrôles de qualité en interne afin de garantir à tout moment la qualité et la sécurité alimentaire de ses produits », rappelle l’AFSCA. « Entre-temps, Delhaize a déjà retiré des rayons tous les produits concernés et renforcé les contrôles vis-à-vis du produit et du fournisseur. Il est demandé aux clients qui ont acheté ce produit de ne pas le consommer. Les clients ont la possibilité de rapporter le produit en question au point de vente où ils l’ont acheté. Le remboursement de chaque article concerné est garanti ».

    Info produits :
    Nom : PETITES BOULETTES VOLAILLE 200g
    Marque : DELHAIZE
    Code EAN : 5400112586006
    Numéro de lot : 12/06/2020 – Lot 2014 et 15/06 – Lot 2119
    À consommer de préférence avant le : 12/06/2020 et 15/06/2020
    Période de commercialisation : du 25/05/2020 au présent
    Problématique : la présence de Listeria monocytogenes
    Les autres produits du même assortiment ne sont pas concernés et peuvent donc être consommés en toute sécurité. Delhaize tient à s’excuser pour les désagréments occasionnés.

    Que faire si vous avez déjà consumé le produit ?
    Il est conseillé aux personnes qui ont consommé ce produit et qui constatent de la fièvre ou des maux de tête de consulter leur médecin pour le signaler.
    Les femmes enceintes, les personnes immunodéficientes, les personnes âgées et les enfants doivent être particulièrement attentifs à ces symptômes.
    Ces symptômes peuvent indiquer une listériose, qui peut être grave.
    Pour rappel, la listériose est une maladie infectieuse d’origine bactérienne. Il s’agit d’une infection causée par la bactérie : Listeria monocytogenes. L’individu infecté peut être atteint d’une septicémie (infection généralisée de l’organisme par le passage de la bactérie au travers des vaisseaux sanguins) ou une infection du cerveau. Les symptômes les plus fréquents sont d’abord d’ordre intestinal et gastrique : troubles digestifs, diarrhées, douleurs abdominales, etc. Une fièvre et des courbatures peuvent également apparaître à la suite de ces symptômes primaires.
    Pour de plus amples informations, les clients peuvent s’adresser à notre service Clients au numéro gratuit 0800/95 713.

    Source

     

  • Sauvons l’Horeca ne sera pas un vain mot, Les restaurants liégeois vont pouvoir étendre leur terrasse

    Lien permanent

    Sauvons l’Horeca ne sera pas un vain mot à Liège.

    Ce vendredi, le collège devrait présenter une solution à tous les restaurateurs liégeois qui voudraient étendre leur terrasse pour respecter les distanciations sociales, tout en ne perdant pas l’usufruit de la moitié de leurs tables.


    Après l’opération spectaculaire des restaurateurs liégeois sur la place Saint-Lambert lundi, posant par dizaines avec leurs assiettes vides, la Ville n’a pas traîné pour leur trouver une solution dès que leur réouverture sera autorisée par le Conseil National de Sécurité.


    L’idée générale est de compenser les tables qu’ils devront sacrifier pour pouvoir respecter la fameuse distanciation sociale. Et comment faire si ce n’est en leur donnant de l’espace supplémentaire ? Et le seul moyen est de leur permettre de s’étendre durant tout l’été sur l’espace public à proximité. « Sur le principe, on est d’accord, explique le bourgmestre Willy Demeyer. On va en discuter jeudi au collège et on rencontrera leur collectif vendredi. »


    Respecter des règles


    Mais il faudra bien sûr respecter des règles et ne rien faire d’illégal. « Comme entraver la circulation des piétons et des véhicules, empêcher l’arrivée des services de secours, perturber la tranquillité publique », ajoute le bourgmestre.

    Il y aura donc des principes généraux à respecter, mais il est clair que toutes les demandes devront être réglées au cas par cas, selon la localisation de l’établissement.


    Trois situations classiques


    Il existe un espace public libre à proximité : comme une place, une cour, un dégagement, etc. C’est le cas typique de la place du Marché par exemple. Même si ses terrasses en occupent déjà une bonne partie, il en reste encore un peu.


    Et pourrait-on aussi la rendre entièrement piétonne, comme lors des derniers étés ? « Nous devons conjuguer avec un autre élément important, c’est le chantier du tram. Si la rue fait partie d’un trajet de déviation d’un chantier, ce ne sera pas possible, explique Willy Demeyer. Mais si ce n’est pas le cas, on pourrait peut-être faire passer certaines petites rues en piétonnier pour cet été. »


    Le restaurant est situé dans un piétonnier : la situation est bien sûr plus simple. Mais il faut s’arranger pour ne pas gêner les commerces voisins et surtout, toujours laisser l’espace suffisant pour l’intervention des services de secours.


    Il n’y a pas de place publique à proximité : il n’y a donc d’autres possibilités que de s’étendre sur les trottoirs voisins ou… sur la rue. « C’est en effet l’idée, poursuit Marc Minet, son chef de cabinet. Ce serait de permettre à chaque restaurant qui est dans le cas de s’étendre sur une ou plusieurs places de stationnement qui longent son établissement.

    Cela s’est déjà fait à Liège et je vois que la Hollande et la France ont aussi opté pour cette solution. »


    Mais il ajoute : « Il faudra toujours bien respecter la distance d’1m50 avec le piéton qui passe sur le trottoir. »


    Au cas par cas


    On le voit, il y aura des principes généraux, mais chaque cas individuel sera analysé. Tous les restaurateurs qui en feront la demande auprès de la Ville recevront rapidement la visite d’un agent communal. « Et nous mettrons en place une procédure simplifiée car il faut aller vite. »


    Reste alors le problème de l’éventuel bruit que vont occasionner les convives de ces cafés-restaurants les nuits d’été ?

    « Ça, c’est un autre problème, reprend Marc Minet. Le règlement sur le bruit et le tapage nocturne reste bien sûr d’application. »Reste maintenant à connaître la réaction des voisins et des clients. Tout le monde sera-t-il solidaire avec le secteur Horeca ?

    Etendre l’espace public disponible à proximité
    La solution la plus simple consistera à étendre l’espace public disponible aux terrasses. C’est le cas typique de la place du Marché. Certaines petites rues du centre-ville pourraient également être fermées à la circulation cet été.


    Etendre les terrasses dans le piétonnier existant

    Ce sera possible, en accord bien sûr avec les commerces voisins, mais aussi en laissant toujours la possibilité aux services de secours d’intervenir rapidement. Les tables et les chaises devront être très rapidement déplacables.


    S’étendre sur des places de stationnement

    Au cas par cas, on permettra aussi aux restaurants et cafés qui ne disposent que d’un trottoir de pouvoir s’étendre sur le ou les places de stationnement situées juste en face de leur établissement. Comme cela existe déjà parfois à Liège.T.V.A.


    «Très heureux que la Villea réagi aussi rapidement»


    Du côté du « Collectif Wallonie Horeca contre le covid », on est très satisfait de cette réaction rapide de la Ville.
    « C’est la preuve qu’en s’unissant et en organisant des manifestations pacifiques, on peut recevoir une écoute attentive de la Ville, réagit Jonathan Servais, un des organisateurs du mouvement qui compte déjà plus de 4.000 membres sur Facebook. La Ville a réagi rapidement, sans attendre des infos au niveau national. Ça montre que Liège reste une ville ardente et qu’elle aime ses restaurants et ses cafés. »
    Il reste toutefois inquiet pour tous ceux qui n’auront pas de possiblité de s’agrandir et pour les cafés du Carré, toujours sans solution.

    Article et rédaction Par Luc Gochel

    Source

     

  • keyaki Condroz Nandrin est ouverte ce samedi 30 mai 2020 le soir pour les plats à emporter

    Lien permanent

    Keyaki Condroz  annonce 

    Chers clients,

    Je vous annonces que notre restaurant keyaki Condroz est ouverte ce samedi (30-05-2020) le soir pour les plats à emporter.

    Prise de commande au 043675888.
    Le restaurant sera ouvert de mardi au dimanche de 17:30-21:30. lundi Jour férié sera ouvert!!!

    Nous essayons d'adapter nos services en fonction de la sécurité de chacun.

    Pour éviter le temps d’attente, securite .n'hésitez pas de commander votre repas à l’avance .

    Tél. 04/ 367 58 88
    Commande uniquement par téléphone.

    Keyaki Condroz

     

  • Distributeur de billets que bpots prévoit d’installer dans la commune de Hamoir

    Lien permanent

    Un nouveau distributeur de billets prévu place Del Cour à Hamoir

    En dépit des circonstances, l’ambiance était bon enfant mardi soir dans la salle annexe du hall omnisports de Hamoir, qui accueillait le conseil communal afin d’établir une distanciation entre les élus.

    Il a notamment été question du distributeur de billets que bpots prévoit d’installer dans la commune.


    Mardi soir, pour faciliter les échanges entre les conseillers, un micro était mis à disposition et il fallait se désinfecter les mains avant de le saisir.


    Avant la séance, le bourgmestre Patrick Lecerf a tenu à faire le point sur la gestion de la crise et à saluer le comportement exemplaire de l’ensemble des équipes communales et des commerçants. « On peut également être fier de la population. On a eu des craintes au début du confinement puis une sagesse s’est installée. »


    Le local de la poste ne convient pas


    Le mayeur a reçu une réponse de bpost ce mardi suite aux sollicitations de la commune pour installer un distributeur de billets après la fermeture de la banque ING. « Le local actuel de la poste ne convient pas. Ils nous demandent de leur proposer des emplacements et vont étudier la question.

    La place Delcour, près de l’office du tourisme, pourrait convenir. » Pour rappel, l’agence ING devait fermer début mai, mais cela a été reporté en raison de la crise. Le distributeur bpost devrait être installé durant le 1er trimestre 2021.

    En marge de cette nouvelle, la commune a annoncé qu’elle fera bientôt l’acquisition d’un système de paiement bancontact dans l’administration, une revendication de longue date du groupe PdH.

    La création d’une Régie Communale Autonome et d’un centre sportif, projet majeur de la commune lancé il y a plusieurs années, devait être mise sur la table ce mardi au travers de 4 points (statuts, contrat de gestion, plan d’entreprise et désignation des administrateurs). Ils ont tous été reportés.

    « On était sur le point de lancer officiellement la RCA mais il manque quelques détails, explique l’échevin des sports Loïc Jacob. On a envie de bien faire les choses et d’éviter des allers-retours inutiles avec la tutelle. » On devrait donc en savoir plus lors du prochain conseil communal, vers la mi-juin.


    Article et rédaction par P.Tar.

    Source

  • Dominique Swinnen la nouvelle directrice de l’Académie Marcel Désiron

    Lien permanent

    Voici la nouvelle directrice de l’Académie d’Amay

    Les élus locaux l’ont voté, ce mardi soir, à huis clos : Dominique Swinnen prendra la succession d’Eric Polet à la tête de l’Académie Marcel Désiron, à la prochaine rentrée.


    Dominique Swinnen n’est pas une inconnue au sein de l’Académie Marcel Désiron d’Amay, au contraire ! Elle y a d’abord été élève pendant neuf ans, puis professeur de piano de 1982 à 2007. Aujourd’hui professeur d’harmonie pratique au Conservatoire de Liège à temps complet, la Sérésienne de 59 ans, originaire d’Ampsin, avait posé sa candidature pour prendre la relève d’Eric Polet à la tête de l’Académie amaytoise.

    « Je suis arrivée dans ma dernière ligne droite de carrière, à 59 ans, j’ai envie de retrouver mes racines, de recotoyer mes anciens collègues. C’est à Amay que j’ai fait toute ma formation, que j’ai appris à donner cours, que j’ai découvert tout ce que cela pouvait apporter. Je souhaite contribuer à faire rayonner l’Académie », souligne Dominique Swinnen. Cette dernière était arrivée première des épreuves auxquelles quatre candidats avaient participé.

    « Il y a eu une épreuve théorique avec des études de cas et un entretien devant un comité de sélection, organisé le 22 février dernier. Mme Swinnen avait réussi à 89 % cet entretien. Le candidat suivant avait 70 % », précise Luc Huberty, échevin de l’enseignement artistique. Mardi soir, les conseiller communaux amaytois devaient se prononcer en faveur d’un des quatre candidats retenus, et c’est le nom de Dominique Swinnen qui est sorti du lot.


    Cette dernière prendra ses fonctions dès le 1er septembre prochain. « Eric Polet, qui devait être pensionné au 1er mai, a accepté de continuer à travailler jusqu’au 31 août pour l’épauler », ajoute l’échevin. Une entrée en fonction dans un contexte de déconfinement. « C’est un contexte particulier, en effet. Certains aménagements seront probablement nécessaires, c’est difficile de faire des projections à ce stade.

    Nous verrons aussi comment les parents réagissent et si cela se ressentira sur le nombre d’inscrits. Je souhaite en tout cas insuffler le bien-être, le bien-vivre à l’Académie, qu’elle soit un lieu de rencontres intergénérationelles », insiste la nouvelle directrice.


    L’Académie Marcel Désiron compte 985 élèves et 32 professeurs. Elle dispense des cours de formation musicale mais aussi d’art parlé au sein de 7 implantations.

    Article et rédaction Par Annick Govaers

    Source

     

  • les clubs veulent chouchouter leurs fans !!! Anderlecht , Standard etc ...

    Lien permanent

    Coronavirus: les clubs veulent chouchouter leurs fans

    Partout, il a fallu aussi rembourser les abonnés privés de la fin de la compétition. Cela a parfois été un casse-tête pour trouver la formule de dédommagement la mieux adaptée ou la plus juste possible.


    1 Anderlecht : un geste limité dans le temps
    Mis sous pression par les initiatives d’autres clubs dont le FC Bruges et le Racing Genk tout en étant englué dans un carcan financier délicat, le Sporting d’Anderlecht s’est adapté aux circonstances exceptionnelles du coronavirus au moment de lancer sa campagne d’abonnements pour la saison prochaine. Etant donné que l’exercice 2019-20 n’a pu aller à son terme, Anderlecht a décidé de consentir un geste commercial à l’encontre de ses abonnés, de ceux qui voudraient le devenir et ceux qui ne veulent plus l’être (NDLR : ces derniers auront droit à une compensation financière).

     

    Pour les deux premières catégories citées, le club bruxellois a décidé d’accorder un rabais de 20 % sur les abonnements pour la saison 2020-21 qui comprennent la phase classique et les éventuels playoffs mais pas les rencontres de Coupe de Belgique.

    Un geste limité dans le temps.

    Pour donner un coup de boost à ses ventes dès le lancement de la campagne – la saison dernière, le RSCA a enregistré 13.000 abonnés notamment grâce au retour de Vincent Kompany –, ce geste commercial sera en vigueur jusqu’au 12 juillet pour les anciens et jusqu’au 30 juin pour les nouveaux abonnés qui bénéficieront d’une remise de 10 % entre le 1er et le 12 juillet.

    En comptant le cinquième du prix plein raboté, on oscille entre 185 et 480 euros pour ceux qui renouvellent et entre 205 et 530 pour ceux qui viendraient s’ajouter.

    Avec les quinze matches de la phase classique assurés et peut-être trois ou quatre rencontres supplémentaires si Anderlecht joue les playoffs pour le titre ou pour le ticket européen et participe au barrage européen entre le quatrième et le vainqueur de ce qui s’apparentera aux Playoffs 2.


    Voilà pour des circonstances normales à savoir quand le public sera présent dans les tribunes ce qui ne sera pas le cas durant les premières journées de l’exercice 2020-21.

    Bien consciente de cette donnée, la direction a déjà fait savoir qu’elle effectuerait un remboursement auprès des abonnés pour toutes les rencontres à domicile disputées à huis clos.


    2 Standard : les mêmes prix pour les abonnements et deux belles initiatives
    Jamais sans doute, pour nos clubs, une campagne d’abonnements n’aura été aussi difficile à mettre en place, tant il aura fallu, pour certains, faire preuve de réflexion et de créativité pour dédommager des supporters privés de la 30e journée de la phase classique du championnat, mais aussi, comme c’est le cas au Standard, tous ceux qui, avant le déclenchement de la crise sanitaire, étaient passés à la caisse pour s’offrir un mini-abonnement pour les cinq matches de Playoffs 1. Ce problème, le club liégeois l’avait réglé à la mi-mai, après l’Assemblée générale de la Pro League qui avait entériné la fin prématurée du championnat, en proposant une réduction du montant équivalent sur l’abonnement pour la saison 2020-2021 ou un remboursement pur et simple de ce mini-abonnement.


    Place désormais, à Sclessin, à l’exercice 2020-2021 avec une campagne d’abonnements qui sera lancée le mercredi 3 juin, à destination des 23.000 abonnés de la saison dernière qui bénéficieront d’une période de priorité d’un mois, jusqu’au samedi 4 juillet, pour renouveler leur abonnement pour les 15 matches de phase classique programmés en bord de Meuse. La vente libre débutera le 14 juillet, en fonction des disponibilités qu’il y aura encore à ce moment-là.

     

    Autre donnée importante : en concertation avec la Famille des Rouches, qui regroupe tous les clubs officiels du Standard, les prix resteront identiques à ceux de la saison dernière, sur base de trois catégories de prix. Le prix plein pour les personnes de 18 à 60 ans, un prix réduit pour les moins de 18 ans et les plus de 60 ans et un prix un peu plus avantageux encore pour ceux qui sont inscrits dans un club de supporters. Globalement, ce sont des prix très attractifs qui sont proposés pour un club du top. À titre exemplatif, l’abonnement le moins cher revient, à tarif plein, à 150 euros, en tribune 3, et donc à 10 euros par rencontre.


    Qui des matches qui, en début de saison, pourraient être disputés à huis clos ? Comme cela avait été le cas pour les mini-abonnements pour les cinq matches de Playoffs 1, le Standard s’engage à dédommager chaque abonné qui, pour cause de Covid-19, serait privé de l’un ou l’autre match à Sclessin. Sans préciser, parce que c’est encore trop tôt, la forme que ce dédommagement prendra.


    Enfin, contexte oblige, le Standard a décidé d’offrir deux cadeaux à chacun de ses abonnés : un masque en tissu aux couleurs du club et un carnet de bons de réduction d’une valeur totale de 1.000 euros à faire valoir chez certains partenaires du matricule 16 et auprès d’autres enseignes complémentaires qui, sollicitées par le service commercial du Standard, ont accepté d’adhérer à cette démarche de solidarité avec les supporters du Standard mais aussi avec le commerce en général. À 60 %, ces bons concernent des articles de première nécessité à utiliser, notamment, dans certaines grandes surfaces ou des galeries commerçantes de la Cité ardente.


    3L’Excel Mouscron n’augmentera pas ses tarifs


    À l’Excel, le lancement de la campagne d’abonnements dépendra des prochaines mesures qui seront prises par le Conseil national de sécurité. En attendant, les employés du club feront progressivement leur retour dans les bureaux du Canonnier à partir du 2 juin prochain. « Si jamais le CNS nous permet de jouer devant du public à partir du mois de septembre, nous allons préparer une campagne d’abonnements », explique Ruddy Naessens, directeur commercial et marketing de l’Excel. « La campagne sera liée à un certain nombre d’actions. Je travaille notamment sur un carnet de chèques avantages qui sera offert aux abonnés. »


    Ce qui est d’ores et déjà acquis, c’est que les tarifs ne seront pas revus à la hausse. L’Excel propose les prix les plus attractifs de l’élite, avec un abonnement en tribune debout vendu à 135 euros. « Nous resterons sur des prix démocratiques. Les prix pour les particuliers ou sociétés évolueront en fonction du nombre de matches. Nous avons par ailleurs mené une grande enquête auprès de nos abonnés et de ceux qui ne viennent plus. Au niveau de l’accueil, nous avons aménagé des locaux, dont un espace qui servira de salle d’accueil pour les supporters qui viennent acheter des tickets, cela permettra d’éviter les files. »


    4 SC Charleroi : les matches annulés seront dédommagés


    Du côté du Mambourg, la campagne d’abonnements en vue de la saison prochaine est lancée depuis le 19 mai dernier et les premiers fans ont donc déjà pu acheter leur précieux sésame, que ce soit en ligne ou en se rendant sur place, même si le club demande fort logiquement de privilégier l’option à distance.

     

    Avant cela, la direction carolo avait mis en place un groupe de travail qui planchait depuis plusieurs semaines sur divers scénarios d’abonnements en fonction des décisions concernant le football belge. Le club a annoncé la couleur et la formule choisie juste après la décision d’arrêter définitivement la saison 2019-2020 et celle de confirmer que le championnat de D1A se jouerait toujours à 16 lors du prochain exercice.


    Avec des prix strictement les mêmes que la saison dernière, le matricule 22 propose ses abonnements pour les quinze matches de la phase classique entre 160 à 275 euros, hors tarifs préférentiels (étudiants, enfants, seniors et membres de clubs de supporters). Les fans qui avaient pris un abonnement pour les Playoffs 1 de la saison passée pourront déduire le montant payé de leur futur abonnement (payable en trois fois pour ceux qui le souhaitent).


    Alors qu’il avait remboursé les détenteurs d’un ticket unique pour le dernier match de la phase classique face à Courtrai finalement annulé, le RCSC avait aussi annoncé via le Facebook Live de Mehdi Bayat que les abonnés de la défunte saison –privés de cette rencontre contre les Flandriens– recevraient deux places pour le match face au KVK la saison prochaine.


    Cette politique d’offrir deux tickets sera aussi d’application si certaines rencontres venaient à se jouer à huis clos à cause du Covid-19 lors du prochain championnat. Cette idée permettait en effet de lancer la campagne en se basant sur quinze matches à domicile et de compenser ensuite les pertes éventuelles pour les abonnés.

    5 En Flandre : Bruges a déjà 20.000 abonnés, Gand propose un abonnement européen
    Le FC Bruges a été le premier à dégainer, en lançant sa campagne d’abonnements pour la saison 2020-2021 dès le 30 mars, sans même connaître le format de la compétition et le nombre de matches prévus au programme. Le champion de Belgique a proposé à ses abonnés de renouveler leurs abonnements (pour la phase classique et les playoffs) à un tarif préférentiel, allant jusqu’à faire baisser le prix de ceux-ci de manière importante ; jusqu’à 45 euros. L’engouement a été de taille : à ce jour, 20.000 abonnés ont déjà été enregistrés, pour 24.000 la saison dernière, alors que la vente libre a débuté lundi. Le Club s’est par ailleurs engagé à dédommager ceux-ci en cas de huis clos imposé pour certains matches prévus au Jan Breydelstadion. Chaque abonné recevra une compensation de 5 % du montant déboursé pour s’offrir son abonnement. Enfin, et le plus logiquement du monde, le Club remboursera également ses supporters qui avaient déjà acquis une place pour la finale de la Coupe de Belgique face à l’Antwerp, si celle-ci est confirmée à huis clos.


    C’est une proposition étonnante et originale que La Gantoise a formulée à ses fans qui étaient déjà passés à la caisse pour obtenir un mini-abonnement pour les cinq matches de Playoffs 1 2019-2020 programmés à la Ghelamco Arena. Ceux-ci ont en effet la possibilité de convertir cet abonnement Playoffs 1 en un abonnement européen valable pour la saison 2020-2021.

    Avec l’assurance d’assister, au minimum, à quatre rencontres de Coupe d’Europe, si Gand échoue au 3e tour préliminaire de la Ligue des champions, ce qui le renverrait en phase de poules de l’Europa League (avec 3 matches à domicile au menu). Dans ce cas, la direction gantoise reverserait en plus à chacun de ses abonnés un cinquième du prix de leur abonnement. Et rien si les Buffalos franchissent le 3e tour préliminaire, puisqu’ils disputeraient alors le barrage pour accéder à la phase de groupes de la Ligue des champions ou, en cas de défaite, à la phase de poules de l’Europa League. Ce qui ferait 5 matches à voir au programme.

     

    À Genk, où les abonnements valent pour toute la saison (phase classique + playoffs donc, soit un total de 20 matches), on a opté pour la facilité, sans aucunement solliciter le service billetterie et sans se prendre la tête. Redevable vis-à-vis de ses 18.000 abonnés de la saison dernière de 6 matches (celui de la 30e journée de la phase classique face à Malines) et les cinq des Playoffs (1 ou 2), le club limbourgeois a décidé de prolonger gratuitement les abonnements jusqu’au 31 décembre 2020. Avec la possibilité d’aller plus loin encore dans le temps en fonction des matches qui se joueront à huis clos.

    La belle affaire ?

    Pas nécessairement, puisque jusqu’en fin d’année, ce sont 9 rendez-vous de championnat qui seront disputés à la Luminus Arena, qui seront donc censés compenser les six top matches auxquels les abonnés du Racing auraient assisté si leur équipe avait battu Malines pour accéder aux Playoffs 1. Du coup, avec 18.000 abonnés jusque fin 2020, Genk n’a lancé aucune autre campagne d’abonnement.


    Le match de la 30e journée supprimé contre Mouscron, les tickets de la finale de Coupe et les abonnements : tout sera décidé la semaine prochaine.


    Le Kavé n’avait pas attendu la Pro League pour lancer sa campagne et a déjà enregistré 6.500 abonnés (dont 1.819 en 5 jours, un record pour le « Malinwa » !). Ceux qui s’abonnent avant le 1er juin bénéficient d’une réduction de 22 %.

    Article Par G.R., S.H., B.H., Ph.G., D.S.

     

    Source

     

  • Marie à la Pentecôte, une des fêtes les plus authentiquement mariale... Pourquoi aller à Banneux le lundi de la Pentecôte ?

    Lien permanent

    Pourquoi aller à Banneux le lundi de la Pentecôte ?

    Avant de partir à Banneux, dans notre coeur, dans notre tête, si nous nous rappelions le lien indéfectible entre Marie et la Pentecôte…
    Pour cela, nous pouvons ouvrir les liens suivants (et bien d’autres encore si nous cherchons un peu…)
    Marie à la Pentecôte, une des fêtes les plus authentiquement mariale...
    Marie, mère de l'Eglise... (le Pèlerin)
    Nous pouvons aussi nous plonger dans la « Neuvaine de Pentecôte » réalisée par Ignace, notre séminariste en stage, et envoyée, en son temps, avec les « Brèves spéciales n° 8 ».
    Pour ne pas chercher, voici le lien sur le site « Cathocondroz »


    "Neuvaine de Pentecôte 2020"

    Neuvaine Pentecôte 2020.pdf

    Banneux 2020[1256] clic ici .pdf

     

     

    Lire la suite