• La classe-yourte des élèves de maternelle de l'école des « Deux Chênes » prend place à Modave.

    Lien permanent

    Inauguration de la yourte des Deux Chênes .

     

    Inspirée de grands pédagogues tels que Montessori, Freinet, ou Decroly, l’école des « Deux chênes » se définit comme une école à pédagogies alternatives non subventionnée.

    « Notre objectif est de proposer un lieu d'apprentissage alternatif où chacun peut trouver sa place et révéler ses potentiels », précise Audrey Nagant, institutrice primaire de l’école.


    « Il y a quatre ans, lors de l’ouverture de notre école, nous n’avions qu’une seule classe primaire.

    De nombreux parents nous ont fait part de leur envie de voir s’ouvrir une classe maternelle », se remémore Audrey Nagant. « Après réflexion, nous avons décidé de répondre à leur demande.

    Nous avons cherché un bâtiment pouvant accueillir nos futurs élèves, avant de finalement opter pour la mise en place d’une yourte dans notre jardin. »
    Un choix audacieux que l’institutrice explique.

    « La forme de la yourte est presque ronde ce qui induit une ambiance et une dynamique différentes d’une pièce en angle droit », révèle-t-elle.

    « Nous avons dû répondre à de nombreuses normes pour que la yourte puisse voir le jour, mais elle nous procure beaucoup de plaisir. »

    Inaugurée ce 25 mai, la yourte est construite dans des matériaux écologiques et rehaussée d’un dôme ce qui apporte beaucoup de lumière.

    « Dès que l’on y pénètre, on ressent un sentiment d’apaisement, de bien-être et de calme. En plus de cela, elle offre une vue magnifique sur tout le jardin grâce à ses pans de murs vitrés ce qui donne presque la sensation d’être dehors », souligne Audrey Nagant. « Le contact retrouvé avec la nature est au cœur de nos apprentissages. »


    Le matériel Montessori


    Au sein de la yourte, du matériel Montessori est mis à disposition des élèves et disposé en fonction de quatre grands thèmes : vie pratique, vie sensorielle, développement du langage et mathématiques.

    « Le matériel est présent en un seul exemplaire afin que les enfants prennent conscience qu’ils sont dans un groupe », exprime l’institutrice.
    « Les activités que nous proposons ont été plus ou moins mesurées en fonction de l’âge des élèves », explique Audrey Nagant.

    « Le matériel pour les réaliser est disposé dans la yourte sur des plateaux dans un ordre progressif. Chaque nouveau matériel porte une difficulté supplémentaire.

    Par exemple, pour construire ses gestes moteurs, l’enfant va d’abord être amené à transvaser des pois chiches dans une cruche, ensuite des grains de riz, du sable et enfin de l’eau. »

    Des étapes primordiales pour permettre à l’enfant d’affiner ses gestes.
    Dans cette école, les enfants sont acteurs de leurs apprentissages.

    Chacun a la liberté de choisir les activités qu’il souhaite réaliser. Une manière de développer son autonomie, dans un climat de bienveillance. « Nous observons beaucoup les enfants afin de leur proposer des activités propres à leurs potentialités, sans jamais les leur imposer, et éviter de le mettre face à une difficulté trop grande », conclut Audrey Nagant.

    Article et rédaction de Fiona Sorce

    Source

  • Rue d’Anthisnes fermée pour travaux à Hamoir

    Lien permanent

    Des travaux viennent de débuter dans la rue d’Anthisnes à hauteur de la carrière du Blocquay afin de créer une déviation qui contournera un point de passage important des véhicules de l’exploitation.

    Fréquemment empruntée par les automobilistes qui se rendent à Liège depuis Hamoir ou Anthisnes, la route restera fermée pendant quelques jours. En plus d’être situé sur la route vers Liège, la rue d’Anthisnes est un axe important permettant de relier le village d’Anthisnes et celui de Comblain-la-Tour.

    « La carrière était traversée par la voirie communale, » explique le bourgmestre Patrick Lecerf.

    « Les exploitants ont obtenu un permis pour déplacer la voirie afin qu’elle contourne la carrière.

    Avant, les bulldozers traversaient continuellement la voirie, représentant un potentiel danger. C’est une question de sécurité et de confort de travail. »

    Initialement prévus au début du confinement, ces travaux ont été reportés de quelques semaines. Ils sont pris en charge par l’entreprise qui exploite la carrière.

    Article et rédaction par P.Tar.

    Source

  • Un transfert cinq étoiles pour le désormais ancien milieu de Templiers-Nandrin

    Lien permanent

    Burton (Templiers) file à l’URSL Visé

    Un transfert cinq étoiles pour le désormais ancien milieu de Templiers-Nandrin.

    Âgé de 20 ans à peine, le jeune Nicolas Burton a été l’une des révélations de cette saison en P2A et a vu ses excellentes prestations récompensées.

    En effet, il a signé à l’URSL Visé, en D1 Amateurs. Un grand pas en avant dans la carrière du médian.
    « Le club a un super projet avec les jeunes, cela me plaît beaucoup.

    Dans un premier temps, je vais m’entraîner avec l’équipe première et disputer les matches avec l’équipe réserve.

    Ensuite, nous verrons bien. J’espère recevoir ma chance et grappiller du temps de jeu avec l’effectif de José Riga. Je suis prêt à me battre en tout cas », témoigne le jeune homme.


    Si l’écart entre le P2 et la D1 Amateurs semble grand, cela ne fait pas peur à Nicolas, qui peut déjà compter sur son expérience. « Non, je ne suis pas inquiet à ce niveau-là.

    J’ai déjà eu l’occasion de jouer avec une équipe réserve en D1 Amateurs lorsque j’étais à Seraing.

    Je ne vais pas cracher dans la soupe, mais à l’époque, je n’avais pas vraiment l’impression que j’allais recevoir ma chance. Ici, d’après le projet mis en place, je pense que les choses peuvent être différentes. Du moins, je l’espère. »

     

    S’il avait pourtant donné son accord pour rester une saison supplémentaire au sein du noyau nandrinois, Nicolas Burton a finalement changé d’avis. Fabrice Piters, le T1 du club semble même l’avoir encouragé à prendre cette décision.

    « Je voulais prolonger mais ensuite, j’ai appris que plusieurs cadres allaient s’en aller donc je n’étais plus très sûr de mon choix. J’ai parlé de l’offre de Visé à ma famille ainsi qu’à Fabrice et tout le monde m’a dit d’y aller. C’était une occasion qui n’allait peut-être plus jamais se présenter à moi. »


    Débarqué au sein du club visétois cet hiver, l’ancien joueur du Standard et d’Anderlecht, Jonathan Legear, aura joué un rôle important dans le transfert.

    « En fait, je suis assez proche de l’un de mes coéquipiers, Steve Bawin, qui est lui-même un ami de Legear. Il lui a parlé de moi et a loué mes mérites car il savait que le club était à la recherche de jeunes joueurs.

    J’ai ensuite rempli un formulaire d’inscription proposé par Visé et les choses se sont concrétisées », poursuit Nicolas.


    Malgré le beau challenge qui l’attend, il n’a pas été facile pour lui de quitter Templiers-Nandrin. « C’est un super club avec une superbe ambiance. Mais bon, il y a certaines offres qui ne se refusent pas. Je suis impatient de débuter l’aventure avec mon nouveau club. »


    Là-bas, il y retrouvera notamment l’ex-soliérois Sernane Segniagbeto.


    Article et rédaction de Guillaume Tirion

    Source

  • Pour les responsables des unités scoutes de la région, il est impossible à l’heure actuelle de confirmer si les camps se tiendront ou non.

    Lien permanent

    Les scouts pas sûrs de maintenir les camps

    C’était une décision très attendue pour les milliers de jeunes qui fréquentent un des mouvements de jeunesse de l’arrondissement Huy-Waremme.

    Vendredi, le fédéral et les entités fédérées ont donné leur accord pour que les stages et les camps d’été puissent avoir lieu à partir du 1er juillet.


    À ce jour, 2 conditions ont été énoncées :

    1. Un camp ne pourra pas accueillir plus de 50 personnes, animateurs compris.

    2. Les contacts avec l’extérieur devront être limités au strict minimum, afin de préserver la bulle sanitaire (aussi appelée « silo »). Les hikes (randonnées en patrouille) seront interdits.

    En attente de précisions


    Pour les responsables des unités scoutes de la région, il est impossible à l’heure actuelle de confirmer si les camps se tiendront ou non, faute de précisions.

    À l’unité de Waremme (groupe Hesbaye Est), on s’inquiète de devoir faire respecter la distanciation sociale entre les animés.


    « La limitation à 50 personnes n’est pas problématique pour nous.

    Nous avons une vingtaine de baladins, une trentaine de louveteaux et une vingtaine d’éclaireurs, » détaille Olivier Gerardy, membre du staff d’unité.

    « On attend d’autres infos de la fédération scoute pour savoir si on saura faire les camps en respectant les conditions imposées. P

    our dormir la nuit, par exemple, les animés sont habituellements dans un dortoir avec des lits les uns à côté des autres. Si on impose une distance de sécurité, ça ne sera pas possible. »


    Si les conditions ne peuvent pas être respectées, les animateurs envisagent de transformer le camp en un stage de jour lors duquel les jeunes rentrent dormir chez eux le soir.

    Cette solution pourrait également rassurer les quelques parents qui ont révélé leur crainte de laisser partir leur.s enfant.s.


    Mais la grande majorité espère pouvoir partir, comme à Verlaine (groupe Val Mosan-Huy), où les 150 membres de l’unité retiennent leur souffle. « Il y a trop d’incertitudes pour le moment, » regrette le chef d’unité Thierry Kellens.

    « On attend la communication officielle de la fédération pour réaliser une analyse détaillée des contraintes. On discutera ensuite avec les animateurs pour voir s’ils sont toujours d’accord de faire les camps dans ces conditions. » Selon l’animateur d’unité, il serait impossible d’imposer un camp scout sans contacts entre les enfants.


    Lucie Rethy est animatrice fédérale en charge de la région Hesbaye Est (1.500 animés et 275 animateurs) et elle reçoit beaucoup de coups de fil en ce moment. « La fédération est en train de rédiger un protocole complet qui répondra à toutes les questions. »


    D’après Adrien Mogenet, porte-parole de la fédération, ces informations seront publiées jeudi ou vendredi.

    On sait déjà que la distanciation sociale ne devra pas être respectée au sein de la bulle, ce qui peut rassurer plusieurs unités.


    Article et rédaction par P.Tar.

    Source

  • #assiettevide #cwh manifestation symbolique, lundi sur la place Saint-Lambert à Liège.

    Lien permanent

    Quand l’horeca liégeois fait entendre son désespoir

    Manifestation symbolique, ce lundi sur la place Saint-Lambert à Liège. Une trentaine de restaurateurs veulent rouvrir au plus vite dans de bonnes conditions.


    Le mouvement est né à Liège dimanche dernier, et a rapidement pris de l’ampleur.


    Jonathan Servais, le patron des restaurants « Moment » rue Bonne-Fortune et « Kitchen » boulevard de la Sauvenière, à Liège, ainsi que d’un bar à Barcelone, a lancé un premier mouvement sur Facebook en demandant à ses collègues de publier une photo avec une assiette blanche vide avec la mention « SOS ».

    Et très vite les réseaux sociaux ont été inondés de photos de restaurateurs, parfois nus, avec leur assiette vide !
    Puis ce lundi, de 11h à 13h, ils ont réalisé un immense « SOS » à l’aide d’assiettes blanches vides.

    Une trentaine de restaurateurs étaient présents - vu les distanciations sociales, il n’en fallait pas plus -, venus de Liège, Soumagne, Aywaille, Saint-Nicolas, Andenne, Ohey, ...

    « Ces assiettes ont été prêtées par « Le Mascaron » à Jupille tandis que la société « TSM » a installé gratuitement un écran géant sur lequel nous avons projeté les photos que tous les restaurateurs et autres sympathisants ont réalisées sur les réseaux sociaux et le groupe « Métro » nous a prêté un groupe électrogène », précise Marie Halkein, alias Maya, porte-parole du « Collectif Wallonie Horeca face au Covid ».


    Un Collectif qui regroupe à présent 2.400 restaurateurs, fournisseurs, prestataires de services, ... « Anvers nous a demandé de pouvoir lancer un mouvement similaire en Flandre et nous avons accepté », se félicite Marie Halkein.


    CRI DE Désespoir


    « Par cette action symbolique, nous crions notre désespoir.

    Après plus de deux mois de fermeture, nous n’avons toujours aucune information sur une réouverture et surtout sur la manière dont nous pourrons rouvrir. Nous souhaitons bien évidemment que la sécurité de tous soit assurée : les clients et le personnel. Nous réclamons des mesures urgentes (baisse de la TVA de 21 à 6%, maintien du droit passerelle et du chômage temporaire, intervention par rapport aux loyers, ...) et un plan de relance pour nous maintenir dans la durée. Nous étions déjà en difficulté avant la crise et c’est encore pire aujourd’hui.

    Et rouvrir avec une capacité de 30 ou 40% , ce n’est pas rentable. Nous avons des charges très lourdes. L’espérance est d’ouvrir dans de bonnes conditions », insiste Marie Halkein.

     

    « Les mesures de réouverture doivent être réalisables financièrement sinon on ne rouvre pas du tout ! », clame Jonathan Servais, organisateur de cette action avec Marie Halkein, Valérie et Chris Vermiglio (Café international rue de la Casquette à Liège) et Guillaume Troupin .


    « On est en plein désarroi. Le covid-19 n’a fait qu’accentuer la gravité dans laquelle le secteur Horeca se trouvait déjà ! Il est temps de dénoncer le manque de soutien et le manque d’information de la part du Conseil national de sécurité qui ne se réunira que le 3 juin pour parler de notre secteur et des conditions de réouverture. C’est trop tard ! », dénonce Jonathan Servais très satisfait des premières actions menées sur les réseaux sociaux et sur la place Saint-Lambert à Liège.


    Jean-Luc Vasseur, président du Commerce liégeois, est venu soutenir les restaurateurs dont le commerce a bien besoin au centre de Liège.

    Délégation reçue par le collège


    Une délégation composée de 12 personnes des différents secteurs de l’Horeca a été reçue ce lundi de 14h à 15h30 à l’Hôtel de Ville de Liège par le bourgmestre, Willy Demeyer, la première échevine, Christine Defraigne et l’échevine du Commerce, Elisabeth Fraipont.


    « C’était une rencontre symbolique car nos autorités locales n’en savent pas plus que nous sur la date d’une réouverture ni sur les conditions. Nous aurons un rendez-vous par vidéo avec le Ministre Ducarme puis il faudra restructurer la Fédération Horeca », indique Jonathan Servais.


    « Vous nous manquez », a avoué Willy Demeyer qui comprend les craintes du secteur et qui le soutient. « Je relayerai les revendications du secteur au CNS via le Gouverneur. Et en ce qui concerne l’élargissement de l’espace public et des terrasses, il sera examiné au cas par cas. Un groupe de travail spécifique sera constitué ce vendredi », conclut le bourgmestre, Willy Demeyer.

    Par MARC GéRARDY 

    Amédéo ainsi que l’Asti rouvriront


    Les deux plus anciens restaurants de Liège qui existent depuis 1958, « L’Asti » rue de la Madeleine et « Chez Amédéo » devenu « La Main à la pâte » rue Saint-Paul ont décidé de rouvrir dès qu’ils le pourront.
    « J’ai sept personnes à temps plein en chômage temporaire ainsi qu’un mi-temps. Si on impose des plexiglas entre les clients pour la réouverture, je n’ouvrirai pas sinon j’ouvrirai, même avec des places limitées sur mes 120 places disponibles. C’est la plus grande crise que j’ai connue en 62 ans », avoue Sonia Zalateu, la patronne de « L’Asti ».

    Amédéo, 88 ans, a 11 personnes en chômage temporaire et une capacité de 100 places à « La Main à la pâte ».
    « C’est aussi la plus grande crise que je connais en 62 ans après les fameuses grèves de 1960. Il est temps que l’on sache à présent quand on pourra rouvrir car il faut se préparer au moins une semaine à l’avance. En cas de réouverture, avec les distanciations sociales, il y aura seulement 38 places. Nous préférons attendre un mois, voire même deux mois pour pouvoir ouvrir complètement et normalement », insiste Amédéo aux côtés de son associé, Marcello. 

    Article et rédaction de MARC GéRARDY

    Source

     

    Photos ©T.VA

    Lire la suite

  • Dernière ligne droite pour l’arrivée des filtres pour renforcer la qualité des masques buccaux faits maison, le fédéral avait annoncé

    Lien permanent

    Dernière ligne droite pour l’arrivée des filtres

    Pour renforcer la qualité des masques buccaux faits maison, le fédéral avait annoncé une livraison de 22 millions de filtres à glisser à l’intérieur de ceux-ci. Les livraisons vers les communes s’achèvent. Un peu moins de 4 millions doivent encore être remis aux provinces cette semaine.
    La distribution des filtres promis par le fédéral, pour augmenter la qualité des masques en tissu faits maison, se poursuit. D’après le cabinet de ministre Koen Geens, chargé de cette commande, 18,2 millions de filtres sont déjà arrivés dans les différentes provinces qui ont ensuite été chargées de les remettre à leurs villes et communes. Ce qui ne veut pas dire qu’ils sont déjà entre les mains des citoyens. Par souci d’efficacité et d’égalité, de nombreuses communes ont décidé d’attendre la dernière livraison pour procéder à la distribution. « Ils arrivent au compte-gouttes via les gouverneurs », rappelle Maxime Daye, président de l’Union des Villes et Communes de Wallonie. « Si je prends l’exemple du Hainaut où se trouve ma commune (Braine-le-Comte, NdlR), nous avons reçu 80 % de nos filtres. » D’après le cabinet de Koen Geens, le reste des filtres arrivera d’ici la fin de la semaine.
    Plusieurs méthodes de distribution sont envisagées par les communes. « Il n’y a pas de stratégie globale », rapporte Maxime Daye qui rappelle que c’est ici l’autonomie communale qui joue. « Certaines vont les distribuer en même temps que leurs masques. Lorsque les masques ont déjà été distribués, une nouvelle distribution peut être organisée. Des communes ont aussi décidé de passer par des points de vente. » Certaines distributions ont d’ailleurs déjà commencé. À Braine-le-Comte, elle est organisée via les pharmacies. À Anderlecht, les citoyens intéressés ont été invités à se manifester pour bénéficier d’une livraison à domicile.
    En parallèle, le ministre avait été chargé d’enquêter pour savoir si une production nationale de masques était possible à court terme. « Ce qui n’a malheureusement été possible en raison notamment du verrouillage international et du manque de matières premières », indique son cabinet.

    Les masques en tissu commandés (un par habitant, NdlR) par la Défense sont également toujours attendus. Sur les 18 millions, seuls 4,5 millions ont été reçus dans les temps. La société luxembourgeoise chargée de livrer le reste devra payer des indemnités par jour de retard. Sur RTL, le ministre Philippe Goffin a annoncé espérer une livraison à partir du 9 juin, via les pharmacies. Une bonne nouvelle pour les communes qui n’auront donc pas à s’en charger !
    Article et rédaction par Sa.B.

    Source

  • La messe de Pentecôte, on espère vraiment !!!

    Lien permanent

    Les activités des cultes n’ont toujours pas repris mais les choses semblent bouger de ce côté-là.

    Après des réunions avec les représentants des cultes et le cabinet du ministre Geens d’une part (les 4 mai) et avec les experts du GEES d’autre part (le 11 mai), on apprend que les experts du GEES sont chargés de rendre un avis sur la reprise des activités au sein des églises, des mosquées, etc.


    « Nous espérons même une réouverture des églises avant le 8 juin », nous dit Tommy Scholtès, pour l’Église catholique.

    « Le ministre De Crem a même déclaré sur RTL-TVi qu’il n’était pas exclu que l’ouverture soit possible pour la Pentecôte, dimanche prochain, donc.

    Les protocoles, avec les procédures de sécurité à respecter, ont été envoyés au CNS.

    La plupart des églises sont prêtes à accueillir les paroissiens pour des célébrations.

    On attend le feu vert. »


    Les baptêmes devraient reprendre en même temps que les messes mais les communions solennelles et les confirmations seront, elles, reportées à 2021.


    Article de F. DE H.

    Source

  • Memorial Day virtuel pour commémorer la mémoire des soldats US, hier lundi 25 mai 2020 les discours !

    Lien permanent

    L’ambassade des États-Unis en Belgique a rendu lundi un hommage aux milliers de soldats américains qui ont perdu la vie durant les deux Guerres mondiales sur le sol belge, lors d’une cérémonie virtuelle en raison de la crise sanitaire.


    Les États-Unis commémorent chaque année fin mai, sur leur territoire et dans les 151 cimetières militaires américains dispersés dans le monde.

    Ce Memorial Day, qui s’est tenu ce lundi, est un jour férié pour honorer les membres des forces armées qui ont donné leur vie pour l’Amérique.


    Des presque 500.000 soldats américains qui ont perdu la vie durant les deux Guerres mondiales, plus de 14.000 sont inhumés en Belgique, dans les cimetières militaires Flanders Field de Waregem (Flandre occidentale), de Neuville-en-Condroz et de Henri-Chapelle (tous deux en province de Liège).


    En raison de la pandémie du coronavirus, la cérémonie de lundi s’est déroulée de manière virtuelle, sous la forme d’une « expérience interactive unique » en ligne.


    L’ambassadeur des États-Unis en Belgique, Ronald Gidwitz, l’a dirigée, depuis sa résidence en rappelant que les circonstances empêchaient la visite des cimetières abritant des tombes de soldats américains par « les amis, les (membres des) familles et les volontaires ».


    Le Memorial Day constitue une importante tradition en Belgique, où des cérémonies se déroulent depuis 1923. L’édition 2020 se tenait alors que s’achève le 75e anniversaire de plusieurs événements décisifs de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, dont la libération de la Belgique, la Bataille des Ardennes et le jour de la Victoire en Belgique, le 8 mai dernier.


    À Washington, le président américain Donald Trump a participé à une cérémonie en comité restreint au cimetière national d’Arlington, à l’extérieur de la capitale fédérale.

    Source

     

    Reportage photo de Jean-Pol Gurnade et Brigitte Ledieu.

    L'Album Photo clic ici 

     
     
     
     

    25 ab.jpg

    25ba.JPG

     

     

     

     

    Lire la suite

  • Que reste-t-il encore à déconfiner?

    Lien permanent

    Dernière ligne droite: calendrier

     

    Que reste-t-il encore à déconfiner ?

     

    Beaucoup de choses !

    Quand cela va-t-il se faire ?

    On n’a pas encore toutes les dates avec certitude, loin de là. Car c’est l’évolution de l’épidémie et le centre national de sécurité qui ont les cartes en main.

    À ce jour, voilà ce qu’on peut annoncer, avec certitude, ou non.


     Dimanche 31 mai


    Les cultes demandent et espèrent une reprise de leurs activités pour ce dimanche 31 mai, mais aucune certitude. Sinon, ce sera pour le 8 juin en principe.


     Lundi 1er juin


    Sûr et certain : le 1er juin, ce sera la reprise des enquêtes publiques en Région bruxelloise (avec possibilité pour le citoyen d’aller consulter les projets dans les administrations).

    Moins certain : l’ouverture des terrasses de cafés et brasseries, uniquement pour boire un verre. Les fédérations Horeca en rêvent.

     Mardi 2 juin


    Sûr et certain : les visites à des proches dans les hôpitaux (interdites depuis plus de deux mois) vont reprendre. Cela se fera sous conditions strictes et pour les personnes hospitalisées en dehors du Covid-19.

    La priorité sera donnée aux patients hospitalisés depuis longtemps.


     Lundi 8 juin


    Attendu mais à confirmer : réouverture progressive de l’Horeca (là où les clients peuvent s’asseoir), excursion d’un jour, sports en salle, petites activités culturelles, événements en plein air de petite envergure, ouverture des frontières, parcs d’attractions…


     Mardi 9 juin


    Sûr et certain : en Wallonie, fin de la période de suspension qui protégeait les locataires.

    Les expulsions domiciliaires (décidées par un juge de paix) vont pouvoir reprendre.

    (Sauf si l’épidémie venait à reflamber).


    Mercredi 10 juin


    Aucune certitude, mais la fédération des cinémas belges espère rouvrir les salles le mercredi 10 juin ou le mercredi 17 juin, histoire de faire redémarrer la machine à plein rendement pour les grandes vacances.

    « Pour vraiment réamorcer la pompe, il faut compter 2 semaines à 1 mois », nous dit Thierry Laermans, secrétaire de cette fédération.

    « Il faudra voir aussi ce que les distributeurs nous proposeront comme films.

    Pas grand-chose sans doute au début. Le secteur aura besoin de mesures de soutien de la part des pouvoirs publics car au début, la rentabilité ne sera pas au rendez-vous. »


     Quand ?


    Élargir les contacts sociaux au-delà des 4 personnes, c’est à l’étude mais on ignore quand on va pouvoir passer à la vitesse supérieure.

    Au niveau scolaire, on ne connaît toujours pas le sort qui sera réservé aux enfants de maternelle et aux élèves des classes toujours pas rentrées.

    On sait en revanche que l’interdiction de toute manifestation à caractère culturel, sportif, touristique et récréatif restera en vigueur jusqu’au 30 juin au moins.

    Quid des vavances et voyages à l’étranger ?

    Ce sera de toute manière un été sans grands rassemblements et sans festival (interdits jusqu’au 31 août).

    Article par F. DE H.

    Source

  • Offre d'emploi !!!

    Lien permanent

    Vendeur (h/f) Van Marcke Technics Huy
    Van Marcke Huy

    FONCTION
    Accueil et conseils aux clients

    proposer des solutions adaptées aux besoins des clients
    promouvoir les produits et informer le client sur les nouvelles techniques
    entretenir les contacts avec la clientèle
    Logistique

    charger, décharger et contrôler les marchandises entrantes
    approvisionner les rayons et assurer la présentation des produits
    suivre la gestion du stock dans le magasin
    entretenir le magasin (ordre et propreté)
    Administration

    gérer la caisse
    établir les offres, rédiger les bons de commande et les encoder
    classer les bons de commande et de livraison
    traiter les retours
    PROFIL

    affinités avec les équipements sanitaires, le chauffage et/ou les énergies renouvelables
    communicatif, aimable et vocation commerciale
    dynamique et proactif, avec un véritable esprit d’équipe
    disposé à travailler fréquemment le samedi
    OFFRE

    un package salarial motivant: salaire mensuel brut (en fonction de vos connaissances et expérience) + réduction pour le personnel
    formation et accompagnement plus expérimentés et de nos services de support centraux
    possibilités de carrière et formation continue et développement de vos aptitudes au moyen de formations organisées par notre Van Marcke College.

     

    Toutes les infos clic ici 

    voir l'offre d'origine

  • La Croix-Rouge recherche du plasma de personnes guéries du covid-19

    Lien permanent

    Le Groupe santé CHC a besoin de vous !!!

    Coronavirus: la Croix-Rouge recherche du plasma de personnes guéries du covid-19

    Deux études belges tentent actuellement de démontrer la possibilité d’améliorer l’état de santé de personnes malades du covid-19 en leur transfusant du plasma de personnes déjà guéries, et ayant donc développé des anti-corps.

    Le service du sang de la Croix-Rouge est chargé de prélever les donneurs concernés, de préparer et de participer à la fourniture du plasma nécessaire aux hôpitaux partenaires de ces deux études, raison pour laquelle il lance lundi un appel aux personnes guéries.


    « Si les résultats espérés de ces études confirment l’apport thérapeutique du plasma de donneurs guéris dans le traitement du covid-19, cela contribuera de manière importante à la lutte contre cette maladie », estime le Dr Ivan de Bouyalsky, administrateur délégué du service du sang de la Croix-Rouge.

     

    L’une des études, celle coordonnée par le CHU de Liège et dénommée « Confident », rassemble pour l’instant 14 hôpitaux universitaires et non universitaires, 7 en Wallonie et 7 en Flandre.

    Sa particularité est qu’elle se concentre principalement sur des patients nécessitant une ventilation mécanique et donc, un état grave.
    Outre les critères habituels pour pouvoir donner du plasma, les personnes ici recherchées doivent être guéries du covid-19 et ce diagnostic doit avoir été confirmé par un test de laboratoire ou par radiologie.

    Le traitement éventuel doit être terminé depuis au moins 28 jours et la personne ne doit présenter aucun symptôme.

    Les femmes ayant déjà eu une grossesse (arrivée à terme ou non) ne peuvent pas participer, tout comme les personnes ayant déjà reçu par transfusion des produits sanguins.


    Les personnes qui répondent aux critères et désireuses de participer peuvent prendre contact avec leur médecin traitant ou avec le service du sang via le site www.plasmacovid19.be

     

    Source

  • Des tonnes de détritus jetés dans les bulles à vêtements

    Lien permanent

    Pas moins de 75 tonnes de déchets clandestins ont été récupérées dans les bulles à vêtements en Belgique francophone pendant la période de confinement.

    Entre déchets verts, pots de peinture, langes ou encore animaux morts, le «nettoyage de printemps» a un impact coûteux sur les différentes asbl chargées de la gestion de ces 5.600 bulles présentes en Belgique francophone.


    C’est ce que l’on peut lire dans L’Avenir.


    Si deux des trois principales asbl actives dans la collecte de vêtements par l’entremise de bulles à textile ont pu maintenir leurs services en adaptant leurs stratégies de collecte et de stockage, Ofxam a, quant à elle, opté pour un service minimal. En effet, l’association a choisi de fermer ses 600 bulles à vêtements dans le pays.


    «En général, les dépôts clandestins ont lieu dans des zones mal entretenues, où il est plus facile de passer inaperçu. Certaines personnes s’octroient le droit d’y entreposer leurs déchets», affirme Valérie Cartiaux, porte-parole de l’asbl Be WaPP, contactée par Belga.


    Si les dépôts clandestins ne relèvent pas d’un phénomène propre à la crise sanitaire, cette dernière semble pourtant bien l’avoir accentué.

    «Clairement, la fermeture des recyparcs a une incidence sur la gestion des déchets pour certains particuliers», indique à L’Avenir Geneviève Godard, porte-parole de l’association Terre, qui gère près de 2.500 bulles.

    «Les dépôts clandestins coûtent très cher aux asbl chargées de séparer les déchets des vêtements», ajoute par ailleurs Mme Cartiaux

    Source

  • La Ministre de la Culture et des Médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles/Officiel dévoile son plan de relance pour le secteur du cinéma et de l’audiovisuel

    Lien permanent

    Culture.be  l'annonce sur la page 

    La Ministre de la Culture et des Médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles/Officiel dévoile son plan de relance pour le secteur du cinéma et de l’audiovisuel.
     Élaboré avec l'aide du Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel sur base de concertations avec le secteur, ce plan, estimé à 6 millions d’euros, vise à soutenir toute la chaîne de création, des auteurs aux exploitants de salles de cinéma, en répondant aux demandes des professionnels face à cette crise et ses répercussions actuelles et futures.
     https://cutt.ly/ayAdcla

    Culture.be

  • Offre d'emploi Neupré

    Lien permanent

    OUVRIER AJUSTEUR MÉCANICIEN (H/F)
    JO FLEX  Neupré

    Temps Plein, CDI


    Votre mission;

    Vous effectuez le démontage fabrication et le remontage de flexible hydraulique sur engin génie civile.
    Vous travaillez sur chantier, l'entreprise met à disposition une camionnette, le matériel de travail et un gsm.
    Une petite formation sera donnée en interne.
    Vous serez amené à effectuer un service de garde, celui-ci est indispensable!
    ils se déroule de la manière suivante: prestation de garde 1 semaine sur trois et un week-end sur trois.
    VOTRE PROFIL  EXPÉRIENCE(S) PROFESSIONNELLE(S) MÉTIER  SECTEUR DESCRIPTION

    Ajusteur mécanicien
    Traitement des métaux mécanique générale
    Une première expérience est un atout.

    FORMATION(S)  ETUDE DOMAINE DESCRIPTION

    Ens. technique 7ème spécialisation
    Mécanique, électromécanique et métal
    Vous avez effectué des études techniques, mécanique, soudure ou autres ....


    PERMIS DE CONDUIRE
    DESCRIPTION

    [B] Véhicules < 3,5 tonnes et 8 places maximum
    peugro boxer

    VOTRE CONTRAT
    Régime de travail : Temps plein de jour
    Heures/sem : 38h00
    Horaire : 8.30 à 16.30
    Type : A durée indéterminée
    Date de début : 21/06/2020
    Salaire : 14EUR

     

    Toutes les infos clic ici 

    voir l'offre d'origine

  • Colis de Bleue du Condroz" de la ferme George disponibles le 12 juin 2020 , Fin des commandes le 28 mai 2020

    Lien permanent

    Prochains colis de "Bleue du Condroz" disponibles le 12 juin 
    Choix entre :
    colis découverte à 13€/kg
    colis familial à 12,50€/kg
    saucisse campagne porc/boeuf à 9€/kg
    Tout est étiqueté et emballé sous-vide 


     Fin des commandes le 28 mai 


     0472 57 46 43
     jeanphilippe.george@hotmail.be (attention, nous envoyons un accusé de réceptions dans les 2-3 jours...si pas de reponse, recontactez-nous )
    A vos commandes

     

  • Assurance Auto : la carte verte passe au « blanc » !!!

    Lien permanent

    Assurance Auto : la carte verte passe au « blanc » !
    Sur décision du Conseil des Bureaux (COB) et à partir du 1er juillet 2020, les assureurs peuvent désormais imprimer les certificats d’assurance (communément appelés cartes vertes) sur du papier blanc, en utilisant une écriture noire.
    Concrètement :
    - 30 juin 2020 : dernier jour d’impression des certificats d’assurance sur papier vert.
    Les certificats imprimés sur papier vert avant le 1er juillet 2020 restent cependant valables jusqu’à la date de leur expiration.
    - 1er juillet 2020 : les nouveaux certificats sont désormais imprimés sur papier blanc.
    Une coexistence des certificats « verts » et « blancs » est tolérée jusqu’au 31 décembre 2021.
    - 1er janvier 2022 : les certificats d’assurance « verts » ne seront plus valides.

    Source

    AM Assurances SPRL

    Plus d'info

    Grand'Place, 9
    4590 Ouffet

    086 /36 74 04

     

  • Conseil Communal délocalisé Aujourd'hui mardi 26 mai 2020 à Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    La vie politique communale franchira une nouvelle étape dans le dé-confinement ce 26 mai avec la tenue d'un conseil communal.
    L'ordre du jour est consultable sur le site de la commune : http://www.nandrin.be/vie-politique-citoyenne/le-conseil-communal/ordres-du-jour/2020/convoc%20cc%2026%20mai%202020.pdf/view

    !!! Si vous souhaitez assister à cette séance, celle-ci se tiendra à la salle de Saint-Séverin pour des raisons de distanciation sociale. !!!

    Port du masque fortement recommandé.

    Les infos clic ici 


    Mardi 26 mai 2020 de 20:00 à 23:00


    Salle de Saint Séverin, rue d'Engihoul 17 à 4550 Nandrin

    Conseil communal CLIC ICI

    Public
    · Organisé par Nandrin