• Le camping communal Dessous de Hamoir a ainsi rouvert ses portes, mais tous les services ne peuvent pas être assurés. Le camping du Rocher de la Vierge à Comblain-la-Tour a aussi rouvert

    Lien permanent

    Les campings de Huy-Waremme ont rouvert ce jeudi

    Les campings de Huy-Waremme ont pu rouvrir dès ce jeudi pour accueillir les locataires (à l’année) de parcelle. Une quinzaine de locataires se sont directement rendus à l’Hirondelle d’Oteppe (Burdinne), une vingtaine au camping communal de Hamoir.
    C’est une nouvelle qui en a surpris plus d’un !

    Depuis ce mercredi, les seconds résidents peuvent à nouveau profiter pleinement de leur bien.

    Et cette mesure a également fait sourire un bon nombre d’amateurs de camping !


    Ainsi, au camping de l’Hirondelle d’Oteppe (Burdinne), qui compte 260 emplacements, une quinzaine de locataires de parcelle sont venus sur le site pour profiter du jour férié.

    « Ce jeudi, ce n’était pas encore le rush. Les gens vont sûrement étaler leurs visites.

    Ils veulent venir, mais ne veulent pas prendre de risque. Les gens peuvent donc venir entretenir leur parcelle.

    Mais les plaines de jeux et les piscines restent fermées », indique une employée du site, qui précise que ce camping attire principalement des habitants des régions proches de Burdinne.


    Mauvais timing selon Lecerf


    À Hamoir, le bourgmestre libéral Patrick Lecerf se réjouit de cette réouverture des campings, mais critique fortement le timing : « C’était attendu depuis un certain temps dans ce contexte de déconfinement.

    Les mesures sont bonnes, mais le timing est affreux.

    On a reçu l’information le soir, la veille de la fête de l’Ascension.

    C’est l’absurdité à la belge !

    Comment voulez-vous qu’on s’organise ? »


    Le camping communal – Dessous de Hamoir a ainsi rouvert ses portes, mais tous les services ne peuvent pas être assurés.

    « Les gens peuvent venir dans leur caravane (ils étaient une vingtaine ce jeudi) pour entretenir leur parcelle et passer la journée.

    Mais on ne sait pas ouvrir les sanitaires.

    Le personnel est en congé.

    Ça sera ouvert la semaine prochaine.

    On a quatre douches pour cent caravanes, ce qui est la norme.

    On va dire aux gens de respecter les distances », assure le bourgmestre.


    Le camping du Rocher de la Vierge à Comblain-la-Tour (Hamoir) a aussi rouvert pour les locataires de caravanes résidentielles.

    Les sanitaires et la plaine de jeux restent fermés.


    Par ailleurs, il est important de préciser que le camping de passage reste strictement interdit à ce stade.


    Autres résidences


    Bien sûr, cette nouvelle mesure ne concerne pas que les campings. Les propriétaires de villas et d’appartements peuvent désormais retrouver leurs biens.


    Le bourgmestre de Burdinne, Frédéric Bertrand, voit d’un bon œil cette levée de l’interdiction.

    « Nos seconds résidents sont les bienvenus. Ce sont souvent des gens bien intégrés dans le village.

    Il y a même des seconds résidents connus, comme Didier Reynders à Vissoul depuis des années, et Isabelle Durant, qui a une seconde résidence Oteppe ».


    La commune de Ferrières compte également un bon nombre de seconds résidents pendant la belle saison.

    « On a beaucoup de Liégeois, mais aussi des Flamands et des Hollandais.

    C’est bien pour eux. On avait d’ailleurs reçu beaucoup de demandes à ce sujet-là », indique le mayeur ferrusien Frédéric Léonard.

    Article et rédaction RO.Ma 

    Source

  • Les médias du groupe doivent servir de vecteur à un renouveau, Rossel se mobilise pour un nouvel envol

    Lien permanent

    Rossel se mobilise pour un nouvel envol

     

    La crise a et aura encore des conséquences sans précédent à tous les niveaux de la société.

    Mais c’est probablement au niveau économique que les répercussions se feront sentir le plus longtemps.

    C’est dans ce cadre que le groupe Rossel lance la campagne « Prenons un nouvel envol », qui vise à conscientiser tout un chacun de l’impact qu’il peut avoir sur la relance de l’économie.

    « Chacun a un rôle à jouer dans ce nouveau départ », explique Thierry Hugot, directeur commercial et marketing Groupe chez Groupe Rossel.

    « Si toute la chaîne joue le jeu, des banques aux petits commerçants locaux en passant par les consommateurs, que tout le monde rentre dans cette dynamique, cela va contribuer au redressement et à la relance de la société. »


    Il y a urgence


    Et l’urgence est réelle, car on ne peut malheureusement pas se permettre d’attendre les milliards d’euros promis par l’Europe : « Cette crise va coûter tellement cher pour les générations futures que la réaction doit être rapide, chacun à son niveau ».


    Les médias du groupe Rossel sont donc bien déterminés à jouer un rôle dans ce renouveau : « On va mettre nos médias à disposition des différents commerces et services.

    Dès maintenant, chacun d’entre nous doit se demander ce qu’il peut faire à son niveau pour relancer la machine.

    Est-ce que je fais venir un jardinier ?

    Une femme de ménage ?

    La crise touche et va toucher tout le monde. Nous allons adapter nos offres à chaque profil d’annonceurs, de commerces.

    Nous devons retrouver une énergie collective qui nous permettra de surmonter ce qui nous attend.«


    L’image de « l’effet papillon » semble donc bien choisie : « Ce ne sont pas les États qui vont trouver les solutions. On a le sentiment que, si on ne fait rien à notre niveau, personne ne va bouger.

    Ce qui n’était au départ qu’une ‘grippe’ que l’on regardait de loin est devenu une pandémie mondiale.

    On se doit désormais d’inverser cette dynamique, pour que toutes les petites causes aient de grands effets », conclut Thierry Hugo.

     

    Article et rédaction de A.Th.

    Source

     

    Depuis quelques semaines, l’effet papillon se révèle à plusieurs milliards d’entre nous.

    Chaque battement d’aile s’avère vital pour la planète entière.

    Plus que jamais, chaque individu joue un rôle majeur, chaque entreprise est moteur de changement.

    Notre action, si petite soit-elle, sera déterminante pour notre avenir et contribuera à réinventer notre vision collective.

    Les médias de Rossel poursuivent une mission essentielle.

    Informer. Être des médias de référence, crédibles et au cœur des grands enjeux.

    La mission même de Rossel Advertising est de permettre aux marques et aux annonceurs d’y exprimer leur point de vue, leur utilité, leur émotion.

    Nous vous aiderons, tous ensemble, à prendre un nouvel envol.

  • Avis de décès de la région Monsieur Ernest BLETARD Veuf de Madame Andrée FOX d'Ouffet

    Lien permanent

    Monsieur

    Ernest BLETARD

    Veuf de Madame Andrée FOX

    Né à Anthisnes, le 28 décembre 1927 et décédé à Ouffet, le 22 mai 2020.

    Les circonstances actuelles imposent que les funérailles, suivie
    de l'inhumation aient lieu dans l'intimité, le lundi 25 mai 2020 à 10 heures 30 au cimetière d'OUFFET.

    Pour la santé de tous, en lieu et place de contacts directs, vous êtes invités à déposer vos messages de condoléances sur www.funerarium-lardau-laffut.be

    Cet avis tient lieu de faire-part.

    Prenez soin de vous et des autres.

    Pompes Funèbres LARDAU-JEANJEAN & Fils
    Funérariums et fleurs
    Melreux, Marche, Bonsin, Ouffet, Barvaux s/O, Anthisnes
    086/36.75.82

    P.F. LARDAU-JEANJEAN & fils

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • À défaut de pouvoir rouvrir, le centre culturel installera dès le 8 juin 2020 Un «drive-in culture» sur la place de Grand-Marchin

    Lien permanent

    Un «drive-in culture» sur la place de Grand-Marchin

    À défaut de pouvoir rouvrir, le centre culturel installera dès le 8 juin un espace de rencontre, de troc d’objets culturels, de photographie et de musiques devant ses portes.


    Après presque 3 mois d’inactivité provoqués par la crise sanitaire, le centre culturel de Marchin espère qu’il pourra lui aussi profiter du déconfinement pour prendre l’air.

    Mais comment reprendre une activité culturelle tout en continuant de maintenir l’établissement fermé ?

    La réponse des animateurs : proposer un « drive-in Culture ».


    Dès le 8 juin et sous réserve d’une modification des mesures sanitaires d’application, le centre culturel souhaite ouvrir un bureau d’été devant sa porte d’entrée, place de Grand-Marchin.

    Un membre de l’équipe y sera présent chaque jour de la semaine de 14 à 17h pour vous accueillir derrière un comptoir aménagé spécialement pour l’occasion.


    Un troc d’objets culturels


    « L’idée est venue d’une envie de proposer quelque chose sur la place publique, » explique l’animatrice-directrice Rachel Jans. « On a d’abord pensé à exposer sur les fenêtres du bâtiment.

    Finalement, ça sera un bureau à ciel ouvert, où l’on fera notamment du troc d’objets culturels. »

    Chaque passant pourra déposer un objet culturel de son choix (texte, livre, sculpture…) dans un bac et repartir avec une curiosité déposée par un autre visiteur ou choisie par l’équipe.

    Le centre culturel mettra à disposition des brochures et des dépliants récents, des cartes postales éditées lors des précédentes expos et des affiches de la Biennale de photographie en Condroz.


    Un kiosque pour les musiciens


    Chaque visiteur se fera photographier avec et sans son masque afin de réaliser un trombinoscope qui pourrait faire l'oeuvre d’une exposition après le confinement. Enfin, en échange d’une phrase originale, chaque visiteur recevra un badge et participera à la création d’un cadavre exquis (jeu d’écriture collectif).


    « Le but du jeu sera également de faire revivre le kiosque devant le centre culturel en invitant des artistes locaux à venir s’y produire le vendredi après-midi lors d’une scène ouverte, » explique Rachel Jans.


    Bâtiment en travaux
    Proie des infiltrations d’eau et de l'humidité depuis plusieurs mois, le centre culturel a vu apparaître des cloques sur ses murs et une fuite dans une toilette.

    Des ouvriers communaux ont profité de la fermeture pour effectuer des réparations. Un couvreur devra analyser la façade et le toit pour trouver une solution durable.

    Article et rédaction par P Tar 

    Source

  • Les CPAS ont reçu une aide de la part du Fédéral, avec de grandes disparités dans notre arrondissement de H-W

    Lien permanent

    Le Fédéral apporte une aide aux CPAS de Huy-Waremme

    Les CPAS ont reçu une aide de la part du Fédéral.

    La répartition se fait en fonction du nombre de personnes aidées.

    Avec de grandes disparités dans notre arrondissement.

    Ce n’est pas une surprise. Les centres publics d’action sociale subissent directement les conséquences économiques et sociales de la crise du coronavirus.

    Pour leur venir en aide, le gouvernement fédéral a octroyé un « subside Covid-19 », pour un montant de 15 millions, réparti dans les 581 communes du pays.


    « On est heureux d’avoir été entendu. Car après la crise sanitaire, il va y avoir une crise sociale d’une grande ampleur », redoute Luc Vandormael, président de la Fédération des CPAS et du CPAS de Waremme.

    Huy en tête


    La clé de répartition de cette aide tient compte du nombre de personnes aidées par les CPAS. Dans notre arrondissement, c’est ainsi la commune de Huy qui décroche l’aide la plus élevée (70.338€).


    « On a environ 950 personnes qui bénéficient du revenu d’intégration à Huy.

    Huy est le pôle entre Liège et Namur. Et beaucoup de personnes en précarité s’installent ici, car tout est à portée de main, sans moyen de locomotion », indique Geneviève Nizet, présidente du CPAS hutois¸ qui précise que le nombre de jeunes en difficulté a augmenté ces dernières années.


    En bas du classement, on retrouve Burdinne, qui reçoit 910€, et Donceel (964€).

    « Sur la commune, on a une petite dizaine de personnes qui bénéficient du RIS, et parfois de manière ponctuelle. Certaines années, il n’y en avait que trois ou quatre », explique Geneviève Rolans, présidente du CPAS de Donceel, qui craint également une augmentation des demandes liée au Covid.


    Pour information, Waremme touche une aide fédérale de 13.780€, Amay 23.482€ et Hannut 14.364€.

    Des chiffres très éloignés de ceux des grandes villes wallonnes comme Liège (983.228€) ou Charleroi (690.880€).


    Un futur incertain


    « Les CPAS avaient déjà tiré la sonnette d’alarme avant la crise.

    Le nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration a augmenté, à cause notamment des exclusions du chômage. À Waremme, on a une centaine de personnes qui touchent le revenu d’intégration.

    En 2014, il y en avait environ 45 », commente Luc Vandormael.


    Le président du CPAS waremmien constate déjà l’arrivée de nouveaux publics touchés par la crise, comme « les étudiants jobistes qui ont perdu leur boulot et qui demandent une aide pour un ordinateur, des indépendants qui ont perdu des revenus, des salariés mis en chômage et qui conservent des charges… ».


    Luc Vandormael attend avec impatience les mesures complémentaires promises par les autorités, et aimerait notamment la mise en place d’une aide directe pour les personnes précarisées.

    Article et rédaction  Par Ro.Ma

    Source

  • Limiteurs d’eau: leur interdiction va être prolongée

    Lien permanent

    En Wallonie, environ 2.000 ménages vivent avec un limiteur d’eau.

    Un appareillage destiné à limiter (fortement) le débit d’eau.

    Il est installé chez les mauvais payeurs mais, à côté de ceux qui sont de mauvaise foi, il y a une majorité de personnes qui ne parviennent pas à nouer les deux bouts.

    Avec la crise du Covid, leur nombre risque d’exploser.


    Mesures


    Le gouvernement wallon a donc pris des mesures en mars, afin d’aider les plus précaires à faire face aux dépenses d’énergie et d’eau. Parmi ces mesures, « l’interdiction de suspension de fourniture d’eau et de limitation de débit pour une durée de 60 jours à partir du 1er avril 2020 », comme le rappelle le député André Frédéric.

    Mais la mesure est censée s’arrêter le 1er juin. Le député a donc interpellé la ministre Tellier.

    Bonne nouvelle : « Concernant la crise du Covid, laquelle n’est hélas pas dernière nous, j’envisage de faire usage de la faculté prévue dans l’arrêté du gouvernement et de prolonger l’interdiction de pose de limiteurs d’eau au-delà du 1er juin vu la persistance de la crise. »


    La mesure va donc être prolongée… mais on ne sait pas jusque quand.

    André Frédéric, comme tout le groupe PS du parlement de Wallonie, demande d’ailleurs que ce soit un juge de paix qui décide de la pose d’un limiteur d’eau.

    Les socialistes avaient déposé une proposition de décret en ce sens sous la précédente législature.

    Sur ce point, Madame Tellier n’est pas vraiment sur la même longueur d’onde que le député.

    Mais on peut faire confiance à ce dernier pour revenir à la charge. Covid ou pas Covid !


    Article et rédaction par B.J.

    Source

  • Sébastien Pocognoli en dégustation à La vache à glace de Villers le Temple de Nandrin

    Lien permanent

    Sébastien Pocognoli , est un joueur de football international belge.

    Il évolue au poste d'arrière gauche.

    Formé au Standard de Liège et amateur de bonne glace, il est venu à Villers le Temple en déguster une à La vache à Glace de Villers le Temple .

    Rencontre avec le reporter du Blog Villageois du Condroz Loris Demarteau, qui a immortalisé le moment .

    Il faut dire, que la glace de La vache à glace de Villers le Temple en vaut le détour.

     
    Rue de la ferme de l'abbaye 10
    4550 Villers-Le-Temple, Liege, Belgium
     
     
    0472 48 28 20
     

     

  • Voici les communes où le virus circule le plus!

    Lien permanent

    Coronavirus en Belgique: près de 6000 nouveaux cas de Covid-19 depuis le début du déconfinement, voici les communes où le virus circule le plus!

    Tous les jours nous publions sur notre site, avec les données fournies par Sciensano, le tableau et la carte des cas cumulés de coronavirus dans chaque commune du Royaume depuis le début de l’épidémie.

    Mais alors que la Belgique a débuté depuis bientôt 3 semaines son déconfinement progressif, nous faisons aujourd’hui le point sur les nouveaux cas détectés dans chaque commune depuis le début du déconfinement (le 4 mai), afin de voir où le Covid-19 circule le plus. Et visiblement, ce n’est pas toujours là où l’on croit…

    Depuis le 4 mai, date du début de la première phase du déconfinement en Belgique (phase 1A), on a détecté 5968 nouveaux cas de Covid-19 (jusqu’au 20 mai inclus), alors que le pays en est, au moment d’écrire ces lignes, à 56.235 cas officiels depuis le début de l’épidémie de coronavirus. En clair, cela veut dire qu’un peu plus d’un cas sur dix a été recensé depuis que notre pays a entamé son déconfinement.

    Malgré tout, on est très loin des chiffres d’avril dernier où, en plein pic, on dépassait régulièrement la barre des 1.500 nouveaux cas par jour. Les nouveaux cas confirmés restent toutefois un des indicateurs utilisés pour suivre l’évolution de l’épidémie (avec les nouvelles hospitalisations, l’occupation des unités de soins intensifs, l’absentéisme au travail, les décès…).

     

    Sur ces 5968 nouveaux cas officiels depuis le 4 mai, il n’y a aucune donnée de localisation pour 182 d’entre eux. Tous les autres se retrouvent dans nos deux nouvelles cartes commune par commune ci-dessous, qui permettent de voir où le virus circule le plus depuis que l’on se « déconfine ».

    Quelques mots d’explications : le premier graphique met en évidence le nombre de nouveaux cas dans chaque commune depuis le 4 mai, début du déconfinement, jusqu’au 20 mai inclus.

    Ce sont des données brutes. Le deuxième graphique reprend exactement les mêmes chiffres que le premier, mais il montre lui les communes où le virus circule le plus, c’est-à-dire où il y a le plus de nouveaux cas proportionnellement par rapport à la période avant le déconfinement.

    20 mai pl2.jpg

     

     

    Merksplas, Vresse-sur-Semois, Pecq, Juprelle...


    Ainsi, dans le premier graphique, on voit que c’est à Anvers, Bruges, Namur, Mouscron, Bruxelles, Ostende, Charleroi, Liège et Maasmechelen que l’on a détecté le plus de cas depuis le 4 mai.

    Mais on remarque dans le second que c’est notamment dans les communes de Merksplas, Vresse-sur-Semois, Sint-Laureins, Koekelare, Beauraing, Waimes, Pecq, Bullange et Juprelle que le nombre de nouveaux cas a été le plus élevé proportionnellement au nombre total de cas recensés dans ces communes depuis le début de l’épidémie.

    20 mai pl2  nan.jpg

     

    Ainsi, si l’on prend par exemple la commune de Beauraing, 44 % des cas positifs détectés à ce jour l’ont été depuis le début du déconfinement (11 sur un total de 25).

    Alors qu’à Anvers, où l’on a recensé le plus de cas positifs depuis le 4 mai, les 363 cas ne correspondent ainsi qu’à 15,71 % du total de la commune.

    Pas très loin de la ville de Bart De Wever, à Merksplas, on a dénombré 33 nouveaux cas de coronavirus depuis le début de la phase 1A du déconfinement.

    Soit 67,35 % du total de la commune depuis le début de l’épidémie (49 cas en tout sur ses terres) !

    On peut donc constater qu’à l’heure actuelle, le virus y circule un peu plus qu’ailleurs… Des données importantes, suivies attentivement par les experts, alors que le pays continue de se déconfiner.


    À noter que, malgré que l’on teste beaucoup plus maintenant qu’au début de l’épidémie, le nombre de cas dépistés est toujours inférieur à la réalité du nombre de personnes porteuses du virus en Belgique.

    Par Sudinfo

    Article complet avec cartes et chiffres clic ici 

    Lire la suite

  • Poissonnerie L'aquarium - Coumont Vendredi, samedi et dimanche à Nandrin

    Lien permanent

    Poissonnerie L'aquarium - Coumont réouverture parking de la jardinière 204 Route du Condroz Nandrin

    RÉOUVERTURE  
    -NANDRIN (parking de la jardinière 204 Route du Condroz)
    vendredi : de 8h00 à 17h30
    Samedi: de 8h00 à 14h30
    Dimanche:de 8h00 à 13h00

     Uniquement des commandes au 085/612016 ou au 0475/248633
    Vendredi : de 15h00 à 17h00
    Samedi : de 15h00 à 17h00

    Nous sommes de retour dès cette semaine sur les marchés suivants :

    - MERCREDI : Huy, Couthuin et Braives
    - JEUDI : Jodoigne et Jambes
    - VENDREDI : Waremme, Wanze et Nandrin
    - SAMEDI : Nandrin
    - DIMANCHE : Nandrin

    Pour Tilff, Ohey, Andenne et Amay : en attente d’autorisations.
    Pour Comblain-au-pont : retour le jeudi 28/05.

    Toutes les mesures d’hygiène et de distanciation sont mises en place pour vous accueillir en toute sécurité.

    Poissonnerie L'aquarium - Coumont

     

  • Dès aujourd'hui vendredi 22 mai 2020 , nouvel arrivage de fraises et des asperges vertes en bottes à La petite bergerie de Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent

    La petite bergerie  l'annonce sue la page 

    A partir de ce vendredi, nouvel arrivage de fraises de la ferme Delarbre ! Nous aurons également des ASPERGES vertes en bottes ...... La ravier de fraises et/ou la botte d'asperges : 5 € - 2 raviers ou 2 bottes : 9 € ! De la qualité à un prix juste.

    Réservations souhaitées et conseillées car la quantité est comme chaque semaine limitée - 0494/762603 ou 0478/943367


    Rue Manesse 2 
    4550 Villers-Le-Temple, Liege, Belgium

    0494 76 26 03

    La petite bergerie

     

  • Proxy Delhaize Nandrin sera fermé ce dimanche 24 mai 2020

    Lien permanent

    Proxy Delhaize Nandrin   l'annonce 

    Afin de remercier l' équipe qui donne tant chaque jour, le magasin sera  fermé ce dimanche 24 mai

     

    Proxy Delhaize Nandrin

     

  • Un site Internet de vente, réalisé sur-mesure en fonction des besoins de votre entreprise par des développeurs locaux, un nom Hybris Studio

    Lien permanent

    Solution e-commerce Hybris 

    Ils sont locaux et dans le Condroz 

    Leur devise : Du problème naît la solution

    Vous voulez que vos projets ne restent pas des idées au fond d'un tiroir et qu'ils deviennent une réalité ?

    De nombreuses entreprises vendant leurs produits en boutique ne disposent pas encore de solution leur permettant de vendre en ligne.

    En effet, pour beaucoup d'entrepreneurs, les coûts de fabrication d'un site e-commerce et la gestion quotidienne de celui-ci sont un énorme un frein à l'épanouissement de leur business sur Internet.

    Toutes les infos clic ici 

    Cour du Vieux Puits, 5
    B-4557 Ramelot
    BE0641.637.479
    hello@hybris-studio.be
    +32(0)85/870.106

    https://www.hybris-studio.be/

  • Attention en laissant un flacon de gel désinfectant dans votre voiture !!!

    Lien permanent

    Les experts mettent en garde: voici ce que vous ne devez absolument pas faire en cette période de coronavirus

    Selon des experts, en laissant un flacon de gel désinfectant dans votre voiture, vous pourriez sérieusement compromettre son efficacité.


    Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, les autorités n’ont eu de cesse de répéter une règle élémentaire d’hygiène pour combattre le virus : se laver les mains. Si un simple savon et de l’eau suffisent à tuer les microbes et le virus, il arrive de ne pas avoir accès à un évier à proximité lors de nos déplacements. Beaucoup d’entre nous se sont donc rués sur les gels désinfectants et ont eu tendance à en dispatcher des flacons un peu partout, notamment dans nos voitures.
    Il s’agit pourtant d’une fausse bonne idée. Comme le rapportent nos confrères de RSVPLive, plusieurs experts ont mis en garde les citoyens sur les risques de laisser son gel désinfectant dans son véhicule. En particulier, depuis le retour du beau temps. En effet, la température intérieure d’une voiture grimpe assez rapidement, en particulier si elle est garée en plein soleil. Cette chaleur ferait s’évaporer l’alcool contenu dans le gel désinfectant, l’ingrédient même qui tue les virus et les bactéries. Il perdrait ainsi en efficacité.

    En outre, le désinfectant « réchauffé » aurait tendance à irriter plus encore la peau. Et le produit pourrait sérieusement abîmer votre véhicule s’il venait à fuir.

     

    Source

  • Au Présent, Boutique et Espace Boncelles présente le cheminement de Brigitte Bennaets de Saint-Séverin réalisation ses de masques en vidéo .

    Lien permanent

    Au Présent, Boutique et Espace

     

     

    Rue Reine Astrid 49/5

    Boncelles 

    0486 02 05 22

     

     

    Au Présent, Boutique et Espace

     

     

  • Suivi des contacts... Pourquoi cela vous concerne si vous avez des symptômes ? Vidéo

    Lien permanent

    Le 02/214.19.19 vous appelle ? Décrochez !
    Le contact tracing, est  sur les rails depuis lundi, va véritablement prendre son envol .
    Vous allez peut-être être contactés par un « corona détective », qui ne pourra rien vous imposer mais les autorités demandent à chacun de jouer le jeu.

     

     

    Le 02/214.19.19 vous appelle ?

    Le 02/214.19.19 vous appelle ? Décrochez !

    Le contact tracing, est sur les rails depuis lundi, va véritablement prendre son envol .

    Vous allez peut-être être contactés par un « corona détective », qui ne pourra rien vous imposer mais les autorités demandent à chacun de jouer le jeu.

    Il s’agit d’endiguer la reprise de l’épidémie afin de réussir le déconfinement du pays. Voici ce que l’on attend de vous.


    Deux numéros à retenir. Ce corona détective vous appellera avec un numéro de téléphone unique (que vous soyez bruxellois ou wallon) qui s’affichera sur votre téléphone.

    Il s’agit du 02/214.19.19. « Il est important que les gens connaissent ce numéro », indique Lydie Denis, porte-parole de Sciensano. « Car nombreuses sont les personnes qui ne décrochent pas quand elles ne connaissent pas le numéro ».

    De peur de recevoir un message publicitaire par exemple. « C’est aussi une façon de savoir que c’est bien une personne habilitée pour le contact tracing qui vous appelle et pas un mauvais plaisantin ». Précisons que ce numéro ne fonctionne que dans un seul sens.

    Le 02/214.19.19 peut vous appeler mais vous ne pouvez pas l’appeler. L’autre numéro à retenir, c’est le 8811. Car on peut aussi vous contacter par SMS.

    Enfin, il est possible aussi que le corona détective doive se rendre chez vous, à votre domicile. Il aura alors sur lui une carte d’identification.
     Listez dès à présent vos contacts.

    Comme le professeur Emmanuel André, coordinateur du comité interfédéral « testing & suivi des contacts » l’a précisé, il est d’ores et déjà demandé à chaque citoyen de noter dans un carnet les contacts qu’il a eus chaque jour.

    De telle sorte, si vous tombez malades, il sera plus facile de vous souvenir qui vous avez vus et qui les « corona détectives » devront appeler pour les alerter.

    Pour vous guider, le site info-coronavirus.be a publié le tableau (voir l’onglet : prenez soin de vous) que remplira avec vous l’enquêteur si vous tombiez malade. Dans les jours qui précèdent votre diagnostic, les questions seront précises.

    Ils chercheront à savoir si vous avez croisé un collègue, un cohabitant, un amoureux ne vivant pas sous le même toit… Si le contact a eu lieu à moins de 1,5 m et s’il a duré plus de 15 minutes.

    S’il y a eu un contact physique. Si cette personne travaille dans les soins de santé (médecin, kiné, infirmier…) Et pour chacun de ces contacts, on vous demandera le nom, prénom, numéro de téléphone, mail…

    Vos amis du barbecue…


     Promis, ça reste secret.

    Les autorités insistent : toutes ces données, qui seront encodées dans la base data de Sciensano (l’institut de santé publique), resteront confidentielles.

    « Elles ne seront jamais communiquées à la police, à la justice, aux membres de votre famille ou à vos cohabitants, à votre employeur ou à votre école, etc.

    La demande de contact ne sera pas non plus utilisée de quelque manière que ce soit pour vérifier si vous avez respecté les mesures gouvernementales Covid-19 », insistent les autorités.

    Donc, même si vous avez organisé un barbecue interdit à 20 personnes dans votre jardin, communiquez quand même les noms des participants. Ils ne seront pas verbalisés !

    Mais tout simplement informés qu’ils ont été en contact avec une personne malade.

    Toutes les données à caractère personnel reçues seront effacées par Sciensano avant le 9 juin 2020. Les données destinées à la recherche scientifique seront conservées jusqu’à 30 ans après le décès du patient dans un environnement distinct et sous forme pseudonymisée.


    Qui sont ces enquêteurs ?

    Des agents de mutuelles et des personnes habituées à travailler en call-center. La Wallonie (Aviq) a attribué le marché au Groupement Autonome des Mutualités (Solidaris, Mutualité chrétienne, Mutualités libres, Mutualité libérale et Mutualités Neutres) et à des opérateurs spécialisés dans les call-centers, Ikanbi (Ans), CallExcell (Saint-trond), l’entreprise de travail adapté Entra (Heppignies) ainsi qu’à l’agence d’intérim LEM Intérim.

    Soit un total de 570 personnes, qui travailleront sous la surveillance de la Cellule de surveillance des maladies infectieuses de l’Aviq.

    À Bruxelles, ce sont aussi des mutuelles qui se chargeront d’appeler les citoyens, avec l’appui du call center N’Allô (filiale d’Engie).


    Article de Françoise De Halleux

    Source