Le gouverneur Hervé Jamar va rappeler à l’ordre plusieurs bourgmestres

Lien permanent

Le ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem, l’a rappelé ce mardi dans nos colonnes : les bourgmestres doivent appliquer les directives du Centre National de Crise (CNC) et ne pas faire de l’excès de zèle. Il a d’ailleurs chargé les gouverneurs de les rappeler à l’ordre.


Si la plupart des bourgmestres récalcitrants se trouvent du côté du Hainaut, il y en a tout de même quelques-uns en province de Liège.

« Effectivement, le ministre De Crem nous a demandé de jouer notre rôle de médiateur », explique Hervé Jamar, le gouverneur de la province de Liège.

« Et il en a profité pour clarifier certaines situations. »


S’il eut été plus facile d’intervenir en cas de manquements aux normes édictées par le Conseil National de Crise, c’est plutôt l’inverse qu’on reproche à certains. À savoir « un excès de précaution », ce qui est plus compliqué à sanctionner.


« Je vais m’inspirer de la lettre qu’a écrite le gouverneur du Hainaut, Tommy Leclercq, à ses bourgmestres et je vais envoyer un mail cet après-midi (NDLR : mardi) aux 84 bourgmestres de la province pour leur rappeler le respect strict des décisions du CNC », explique Hervé Jamar.

Trois cas spécifiques


Mais au-delà de ce mail général, Hervé Jamar va aussi être attentif à trois situations spécifiques.


Ainsi à Pepinster, le bourgmestre Philippe Godin a pris un arrêté pour obliger les clients à porter le masque dans les commerces, alors que celui est seulement « hautement recommandé » pour les clients par le CNC.


« Je vais l’appeler ce mercredi et activer ainsi mon rôle de médiateur », poursuit Hervé Jamar.


Oui, mais s’il maintient sa position ?

« Je devrai alors prendre un arrêté de suspension et prévenir le ministre. »
Et s’il n’est toujours pas content, il lui restera alors le recours au Conseil d’État.


À Braives également où le bourgmestre Pol Guillaume a interdit la reprise des cours dans les écoles ce lundi car elles n’étaient pas dans de bonnes conditions pour le faire.

Alors que le CNC a autorisé certaines classes à reprendre les cours.


« Je n’ai pas encore été saisi par la ministre de l’Enseignement, Caroline Desir.

Mais si elle me le demande, j’appellerai également Pol Guillaume. »


Enfin, plusieurs bourgmestres s’étaient aussi érigés contre la décision du CNC d’autoriser une personne à rendre visite à un proche dans les maisons de repos.

Liège et Seraing notamment avaient pris un arrêté d’interdiction de visite, en opposition à la demande du CNC.


Si Willy Demeyer a levé depuis son arrêté, Francis Bekaert à Seraing, ne l’a pas encore fait, estimant que cela allait de soi suite aux directives édictées par la Région wallonne.

« S’il ne l’a pas fait, il devra le faire aussi », reprend Hervé Jamar.


Notons également que la Ville de Liège avait outrepassé ses prérogatives en interdisant au mois d’avril les mariages car la distanciation sociale n’était pas respectée.

« Elle n’était pas en droit de le faire », confirme le gouverneur. Mais depuis lors, les mariages ont à nouveau été autorisés.


Entre le bon sens et l’excès de prudence, le principe de précaution peut être facilement soumis à interprétation. Et c’est là toute la difficulté.


Article et rédaction Luc Gochel

Source

Commentaires

  • Tiens tiens, le gouverneur-fantôme refait parler de lui...alors que les bourgmestres tentent d'enrayer la propagation du virus dans leurs communes respectives, il veut les sanctionner !!
    S'agirait-il d'une basse vengeance contre le méchant MR qui en a assez de lui ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel