Les enfants ne sont pas moins contagieux que les adultes, appel à la prudence pour les écoles

Lien permanent

Le célèbre virologue Christian Drosten est formel:

les enfants ne sont pas moins contagieux que les adultes, appel à la prudence pour les écoles

Les enfants sont tout aussi porteurs du coronavirus que les adultes, d’après une étude allemande. La quantité de charge virale pouvant être détectée dans les voies respiratoires ne diffère pas selon les groupes d’âge, selon cette analyse dirigée par le très réputé virologue Christian Drosten de l’hôpital de la Charité de Berlin.

Sur la base de leurs résultats, les chercheurs mettent en garde contre une réouverture sans restriction des écoles et des jardins d’enfants en Allemagne.

Les mesures de confinement adoptées pour contenir la pandémie de coronavirus ont montré leurs effets. Avec le relâchement progressif de ces règles, la manière dont la fermeture des écoles et des crèches a contribué à l’amélioration de la situation suscite de plus en plus la discussion.

Jusqu’à présent, le niveau de transmission des enfants n’est pas clairement défini.

L’étude de cette question est difficile, notamment parce que les écoles ont été fermées prématurément et parce que le virus, surtout dans les premiers stades de l’épidémie, a principalement été transmis par des voyageurs adultes.


Lire aussi
Un virologue allemand, référence en matière de coronavirus, met en garde contre une deuxième vague d’épidémie «plus puissante et incontrôlable»

Concrètement, les chercheurs ont analysé les échantillons provenant de 3.712 personnes infectées par le coronavirus entre janvier et le 26 avril, et déterminé la quantité de charge virale.

Cette dernière ne variait pas d’un groupe d’âge à l’autre.

 

Lors de la prise en compte du risque de contamination en cas de réouverture des écoles et des crèches, les mêmes précautions devraient être prises que pour des adultes, concluent les chercheurs.


Certains arguments jouent néanmoins en faveur d’une contagion moins importante des enfants, admettent les chercheurs : ils développent moins de symptômes, ils toussent donc moins, et ils expirent moins d’air.

Ils sont en revanche plus actifs socialement et physiquement.

Source

Les commentaires sont fermés.