• Albert Leruth, habitant de Strée, reconstruit des objets en miniature

    Lien permanent

    Albert Leruth, de Modave, construit une mini Jeep de 85 cm

    Albert Leruth (Strée) est passionné par le bricolage et le modélisme. Il profite du confinement pour créer une Jeep miniature en acier.
    Depuis des années, Albert Leruth, habitant de Strée, reconstruit des objets en miniature. « Je bricole depuis des années. J’ai déjà reproduit une Bugatti pour mon petit-fils. J’ai aussi fait une moto en métal… »
    Avec le confinement, ce Modavien de 72 ans a décidé de se lancer dans un projet ambitieux : reconstruire pièce par pièce une mini Jeep en acier. « Je m’ennuyais avec le confinement. Je me suis dit que c’était le moment de le faire. J’ai donc fait un plan : je divise les dimensions de la Jeep par 3,75. En longueur, elle fait 85 cm, et en largeur 45 cm », indique ce passionné de Jeep, qui en possède d’ailleurs une. Son véhicule, à proximité de son atelier, lui sert notamment de modèle.


    Plusieurs semaines

    Cet autodidacte du bricolage, qui a travaillé dans le milieu du bâtiment et à la centrale nucléaire, utilise uniquement de grandes tôles et quelques outils. « Je travaille avec de la tôle de 1 millimètre. Sauf pour le châssis, qui est un peu plus épais ». Seules les roues ne sont pas en métal !


    Le Modavien passe désormais toutes ses journées à travailler sur son prototype, chez lui. « Je travaille depuis maintenant trois semaines. La voiture sera sûrement très belle, mais c’est loin d’être fini. Il faut encore au moins trois semaines de travail. Je n’ai jamais fait une maquette aussi compliquée », assure le bricoleur. Il doit encore notamment installer un (faux) moteur, des sièges, une capote…et peindre le tout « en kaki et avec des inscriptions ».


    Albert Leruth a déjà publié les premières images de son bricolage sur les réseaux sociaux de sa région et est agréablement surpris par les réponses qu’il obtient. « Beaucoup de gens m’envoient des petits mots. Ça les intéresse », se réjouit le Modavien.

     

     

    Article et rédaction Par  RO.MA.

    Source

    jeep.jpg

     

  • Inquiets, ils ont adressé un courrier à S. Wilmès

    Lien permanent

    250 parents refusent que leurs enfants rentrent à l’école

    Dans la foulée du dernier Conseil national de sécurité (CNS), le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a détaillé dans une circulaire les contours de la future rentrée scolaire.

    Pour les élèves de 1re et de 2e primaire, celle-ci devrait se faire le 25 mai prochain, à raison d’un jour par semaine par groupe. La petite Léa, 7 ans, est supposée retrouver le chemin de son école à Flénu (Mons).

    Seulement voilà, sa maman y est catégoriquement opposée.


    Le moins que l’on puisse dire c’est que Catherine Dumont, 44 ans, n’a pas du tout été rassurée par les mesures de distanciation sociale annoncées, vendredi dernier.

    Elle a créé avec une autre maman (Nathalie Delplace) un groupe Facebook rapidement rejoint par 250 autres parents d’élèves.
    Une pétition
    Ensemble, ils ont adressé un e-mail à la Première ministre Sophie Wilmès ; à Caroline Desir, ministre francophone de l’Enseignement obligatoire mais également à Elio Di Rupo et à Pierre-Yves Jeholet.


    Une pétition est également sur le point d’être lancée. « Il est absolument hors de question que l’on remette nos enfants à l’école en mai.

    Les enfants sont des êtres sociables, ils ont besoin de contacts. Même si on n’a qu’une trentaine d’élèves dans une cour de récréation, ils ne garderont jamais 1m50 entre eux, » argue Catherine Dumont.

    « Autre exemple : nous sommes en pleine période de pollinisation. Les enfants allergiques éternuent toutes les cinq minutes, ils vont donc passer leur journée à se laver les mains ? »


    Dans le courriel adressé à Sophie Wilmès et qui nous a été transmis, les parents s’inquiètent encore du manque de lave-mains, ; du nettoyage des classes une à deux fois par jour, à leurs yeux impossible à réaliser ou encore du risque pour le personnel enseignant de transmettre le virus à ses proches.


    La perte d’apprentissages, ces parents s’en préoccupent, bien évidemment.

    « C’est vrai que le travail à domicile n’a rien à voir avec une présence à l’école mais pour nous, c’est un choix à faire en période de crise sanitaire. On préfère que nos enfants perdent une année plutôt qu’ils perdent la vie, » souligne la Montoise.


    Les images d’enfants décédés du coronavirus qui circulent sur internet mais aussi les cas d’enfants touchés par le syndrome de Kawasaki, une maladie rare peut-être liée au Covid-19 suscitent de nombreuses interrogations chez ces papas et ces mamans.

    « Nos enfants ne sont pas que des vecteurs de la maladie. Ils risquent eux aussi d’attraper le covid et d’y succomber.

    Comme tout parent, nous ne tenons pas à pleurer devant la photo de nos enfants d’ici quelques semaines et voilà pourquoi nous nous battrons pour eux jusqu’au bout.

    Ce sont nos enfants et leur vie n’a pas de prix ! », conclut Mme Dumont.

    Article et rédaction par V.P.

    Source


    Groupe Facebook « Nos enfants ne vous serviront pas de cobayes »

    ON N'EST PAS DES IDIOTS!

    NOS ENFANTS NE VOUS SERVIRONT PAS DE COBAYES!!!!

  • une nouvelle circulaire précise les modalités de reprise partielle des leçons dans l'enseignement spécialisé

    Lien permanent

    Enseignement spécialisé : une nouvelle circulaire précise les modalités de reprise partielle des leçons dans l'enseignement spécialisé. Plus d’infos : http://www.enseignement.be/index.php?page=26823&do_id=7810

    enseignement.be

    FWB - Circulaire 7557 (7810_20200430_094230).clic ici pdf

  • La commune d’Amay va mettre une salle communale à disposition des étudiants qui ont des difficultés à réviser à la maison, pendant le confinement

    Lien permanent

    Étudier à la commune d’Amay pendant le confinement !!!

    La commune d’Amay s’apprête à mettre une salle communale à disposition des étudiants qui ont des difficultés à réviser à la maison, pendant le confinement.


    Préparer ses examens ou tout simplement faire ses devoirs en plein confinement peut vite se transformer en cauchemar pour nombre d’étudiants, qu’ils soient en supérieur ou en secondaire. En cause : une famille nombreuse trop bruyante, une connexion internet hasardeuse, ou tout simplement un manque d’air.
    « La pression va monter »


    Pour aider ces jeunes, la commune d’Amay est actuellement en train de sonder sa population pour connaître la demande et, le cas échéant, mettre une ou plusieurs salles communales équipées de wifi ou de câbles internet à leur disposition.


    « Quand plusieurs personnes sont sur la même bande passante en même temps, ce n’est pas toujours facile d’avoir une bonne connexion. Pour les étudiants du supérieur, la pression va progressivement monter et le stress du réseau ne devrait pas s’y ajouter.

    Moi même, quand j’étais étudiant, j’avais besoin de changer de pièces pour étudier efficacement, or en confinement ce n’est pas toujours possible. Le but est d’offrir de bonnes conditions de travail », revient Jean-Michel Javaux, bourgmestre d’Amay, toujours en convalescence après avoir contracté le Covid-19.


    4 personnes intéressées


    Dès lors, les Amaytois preneurs peuvent le faire savoir au mayeur directement via Facebook ou à l’administration communale qui prendront les mesures nécessaires, à très courte échéance. Pour l’instant, quatre personnes ont manifesté un intérêt.


    « Nous avons déjà pensé à six ou sept salles communales inoccupées qui pourraient accueillir des étudiants, en commençant par celle du conseil communal.

    En fonction de la demande, on pourrait en ouvrir d’autres, comme au gymnase, au service environnement, à l’Académie... », cite-t-il notamment.

    Les étudiants seraient disposés de manière à respecter largement la distanciation sociale.


    Cette mise à disposition s’adresse aux étudiants du supérieur mais aussi à ceux du secondaire.


    « Nous n’allons pas demander de carte d’étudiant ou de preuve que le jeune habite bien la commune.

    Mais attention, ça ne doit pas devenir une maison des jeunes où ils viendraient jouer en ligne, c’est un objectif de travail qui doit être poursuivi », souligne Jean-Michel Javaux.


    La ou les salles resterai(en)t ouverte(s) jusque fin juin, voire août pour les deuxièmes sessions.

    Article et rédaction par Annick Govaers

    Source

  • Garderies: l’info officielle reste floue !!!

    Lien permanent

    Combien d’enfants accueillis en garderie les lundi 4 mai (début du déconfinement et reprise de l’activité économique) et 11 mai (réouverture des commerces) ? C’est la grande inconnue.

    « Ce flou nous interpelle.

    Le message du cabinet de la ministre Désir (Éducation) est que les garderies risquent la saturation.

    Les parents qui cherchent d’autres solutions n’ont aucun moyen de savoir ce qui est autorisé ou non », explique le porte-parole de la Ligue des Familles.


    Allô, info Covid ?


    Cinq personnes ont appelé la ligne officielle d’info Covid avec la même question : elles disaient devoir retourner au travail et demandaient si elles pouvaient confier leur enfant de 3 ans à un proche, car la garderie leur semblait compliquée pour un enfant si jeune.


    – 1er appel, première réponse : « Oui bien sûr, c’est mieux que les grands-parents ».

    – 2e appel : « Oui, s’il n’y a vraiment pas d’autre solution ».


    – 3e appel : « Non, pas autorisé et vous risquez une amende. On ne peut confier son enfant à un ami ni à un frère ou une sœur, il faut s’arranger avec l’employeur, prendre un congé parental ».


    – 4e appel : « Faire garder les enfants par un membre de la famille, c’est autorisé ; au-delà, non ».


    – 5e appel, après hésitation : « Oui, c’est possible par quelqu’un de proche uniquement ».


    « Lors d’un autre appel, on a demandé si c’était possible de confier ses deux enfants à un proche, en cas de télétravail : non, et si la police l’apprend, on aura une amende, nous a-t-on dit. »
    Congé parental


    La Ligue rappelle qu’elle veut un congé parental correctement payé, à temps plein ou partiel, pour tout parent. « Ce que propose la ministre Muylle est insuffisant et pas abouti », regrette-t-elle.


    Article et rédaction de D.SW.

    Source

  • Tous les Belges n’ont pas leur masque !!! Et Vous ???

    Lien permanent

    Tous les Belges n’ont pas leur masque .

    Selon le virologue Marc Van Ranst, qui cite une étude de l’Université d’Anvers, 60 % des Belges auraient un masque fait maison. Côté wallon, le ministre des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, attend le décompte final de l’Union des Villes et Communes pour jauger la situation.
    Pas mal de communes ont lancé des commandes ou leur fabrication via des bénévoles, mais toutes n’auront pas achevé la distribution pour le 4 mai.
    Au Fédéral, le ministre de la Défense, Philippe Goffin, chargé de trouver « le plus vite possible » 12 millions de masques, a déclaré qu’il espérait une livraison « pour mai ». Le gouvernement avait aussi promis deux filtres réutilisables pour les masques buccaux. Ils sont attendus entre le 4 et le 20 mai, selon le « Nieuwsblad ».

    Le masque sera obligatoire dans les transports publics dès le 4 mai. Et sur les lieux de travail, là où la distanciation est impossible. Les employeurs seront-ils en mesure d’en fournir à leurs travailleurs, dès le 4 mai, comme demandé par Sophie Wilmès ?

    Article et rédaction de F. DE H.

    Source

  • 40€ de réduction sur la facture d’eau: les demandes affluent!

    Lien permanent

    Beau succès pour la réduction de 40 euros sur la facture d’eau offerte par la Région wallonne aux personnes mises au chômage temporaire, partiel ou non, dans le contexte de la crise du coronavirus. D’après le cabinet de la ministre de l’Environnement, Céline Tellier, la Société wallonne des Eaux a déjà reçu pas moins de 8.200 demandes en une semaine !

    L'IDEN La société coopérative Intercommunale de Distribution d'Eau de Nandrin, Tinlot et environs

    Le fait également Intercommunale de Distribution d'Eau Nandrin IDEN clic ici  annonce 40 euros de réduction sur votre facture d’eau

    COVID-19 - demande d'intervention de 40 euros sur votre facture d'eau pour les personnes concernées sur présentation de l'attestation de l'ONEM.

    Le document de demande sera mis en ligne dans les prochains jours et sera actif à partir de ce 4 mai 2020.

    La demande pourra être introduite jusqu’au 31 octobre 2020.

    Toutes les infos sur http://iden-eau.be/


    Avec la crise, de nombreux citoyens ont probablement vu leur consommation d’eau augmenter. « Les mesures d’hygiène préconisées pour limiter la propagation du virus recommandent de se laver régulièrement les mains », rappelle Céline Tellier. « Et boire est un besoin vital qui doit rester accessible. Nous avons dégagé des budgets pour qu’un maximum de citoyens puissent être aidés et pour leur permettre de conserver cet accès à l’eau si essentiel. »


    En plus de l’engouement, la mesure a également suscité pas mal de questions pratiques auxquelles la ministre a donc souhaité apporter des précisions. Il s’agit bien d’une réduction unique. Elle est donc ni majorée en fonction de la taille du ménage, ni applicable plusieurs fois, ni multipliée par le nombre de personnes au chômage temporaire dans le ménage.


    Une preuve suffit


    Les personnes vivant dans un immeuble avec un seul compteur pour plusieurs habitations doivent se tourner vers leur syndic « qui effectuera les démarches et les répercutera dans votre décompte ».


    Pour bénéficier de la réduction, il vous suffit de vous rendre sur le site internet de votre distributeur d’eau ou de la SPGE.

    Vous devrez fournir la preuve qu’une demande a été faite à l’ONEM concernant le chômage temporaire pour force majeure dans le cadre de la crise sanitaire.

    Les preuves d’envoi de demande de chômage temporaire et accusés de la CAPAC ou syndicats peuvent également servir de preuves, tout comme les déclarations ONEM faites par l’employeur.

    Une attestation étrangère pour les personnes domiciliées en Belgique mais travaillant à l’étranger est aussi acceptée.


    La Région wallonne rappelle que les indépendants ne peuvent bénéficier de la réduction.

    « Le gouvernement a décidé de mettre en place plusieurs aides pour subvenir aux besoins des indépendants qui éprouvent des difficultés financières », justifie-t-elle.


    Article et rédaction Sa.B.

    Source

  • Du 16 au 30 avril, une prière au cimetière dans l’intimité familiale a eu lieu lors du décès de ....

    Lien permanent

    Mr Joseph LECOMTE, époux de Mme Raymonde FRANCE de Clavier.
    - Mr Mario QUINTO, veuf de Mme Tilly BASTIN d’Ellemelle.
    - Mme Mariette HANSENNE, épouse de Mr Camille LEMAIRE de Tavier.
    - Mr Léon DUBOIS, époux de Mme Marie-José BODART de Clavier.
    - Mme Albertine CHAMPAGNE, veuve de Mr Albert BURON de Villers le Temple.
    - Mme Marie-Thérèse FABRY, veuve de Mr Théo GODET de Nandrin.
    Des célébrations de commémoration à l’église auront lieu après la période de confinement lorsque les autorités civiles et religieuses le permettront.

    Brèves numéro spécial n°6.pdf

  • Annulation de certaines activités prévues durant les mois de mai et juin 2020

    Lien permanent

    Annulation de certaines activités prévues durant les mois de mai et juin


    Depuis le début de l’épidémie du covid-19, on ne compte plus les activités annulées ou postposées. Signalons les activités en mai et juin mentionnées dans le dernier numéro de « Condr’aujourd’hui » qui ne pourront pas avoir lieu :


    Les célé
    brations des professions de foi prévues le dimanche 17 mai à l’église d’Ouffet,


    le dimanche 24 mai à l’église de Terwagne et le dimanche 7 juin à l’église de Nandrin.


    Les célébrations patriotiques prévues le dimanche 3 mai à l’église de Nandrin


    et le vendredi 8 mai à l’église d’Ocquier.


    Les concerts prévus le samedi 2 mai à l’église de Terwagne (concert de la chorale « Nota bene »), le dimanche 17 mai à l’église de Saint-Séverin (concert organisé par l’ASBL « Saint-Séverin Musique ») et le samedi 23 mai à l’église d’Anthisnes (12ème récital « Autour du piano » organisé par Emilie Chenoy).


    La messe en wallon prévue le lundi de Pentecôte (1er juin) à la chapelle de Limont à l’occasion de la fête du village.


    La journée communautaire « Tous à Banneux ! » à la découverte du message et du sanctuaire de Banneux prévue le lundi de Pentecôte (1er juin).


    Le pèlerinage du prieuré de Scry en Slovénie sur les pas de Saint Martin prévu du 28 mai au 4 juin ainsi que la conférence de Vincent Flamand « Quand Dieu s’efface » prévue le lundi 18 mai.

    Brèves numéro spécial n°6 clic ici .pdf

  • Voici le nombre de cas détectés dans les communes du Condroz aujourd'hui jeudi 30 avril 2020

    Lien permanent

    Voici les données cumulées concernant les cas de coronavirus dans notre pays, et notamment celles pour chaque commune, dévoilées jeudi 30  avril par Sciensano.
    Découvrez notre carte interactive du pays et le tableau qui reprend chaque commune.

    À noter que le nombre de cas dépistés est inférieur à la réalité du nombre de personnes porteuses du virus en Belgique. Chez nous, le dépistage n’est pas généralisé. Ces chiffres ne reprennent donc pas les cas les moins graves ou les patients asymptomatiques.

    Toutes les cartes et infos clic ici

     

    Hier mercredi 29 avril 2020 

     

    Nandrin


      35 cas détectés officiellement depuis le début de l'épidémie.

     

    Aujourd'hui jeudi 30 avril 2020 

    Nandrin


    36 cas détectés officiellement depuis le début de l'épidémie.

     

    30 aévril 36.jpg

    Amay 42
    Burdinne 10
    Clavier 15
    Ferrières 25
    Hamoir 8
    Héron 15
    Huy 138
    Marchin 28
    Modave 13
    Nandrin 36
    Ouffet 6
    Verlaine 7
    Villers-Le-Bouillet 17
    Wanze 56
    Anthisnes 19
    Engis 30
    Tinlot 11
  • Inscriptions dès le 11 mai 2020 à l'école Libre de Nandrin

    Lien permanent

    https://saintmartinnandrin.be/ecole/  dès le 11 mai 2020 sur rendez-vous !!!

    085/511029  ou 0479/153775

    stm.3.jpg

     

  • La Micro-ferme des Fossettes de Fraineux Nandrin annonce les premiers produits qui seront disponibles à la mi-mai 2020

    Lien permanent

    Micro-ferme des Fossettes l'annonce sur la page Facebook 

     

    La demande dépasse l'offre !


    JE RAPPELLE UTILEMENT QUE LES PREMIERES RECOLTES SE FERONT A PARTIR DE LA MI-MAI !!!


    Nous vendons uniquement des œufs pour le moment.


    LES PREMIERS PRODUITS QUI SERONT DISPONIBLES SONT LES LAITUES, RADIS ainsi que quelques aromatiques (sauge officinale, thym, ciboulette...).

    Si d'autres possibilités, cela sera annoncé en temps voulu !


    MERCI DONC DE NOUS CONTACTER OU DE SURVEILLER LES ANNONCES POUR EVITER TOUTE COMMANDE INUTILE.


    0499/24 13 37 * naturabovy@mail.be ou en message privé.


    Un peu de patience 

    Rappelez-vous que nous cultivons au rythme des saisons, pas comme les grandes fermes avec des serres immenses 

    Plus les mois avanceront plus les disponibilités et les variétés s'intensifieront !
    Bonne journée.

    Tige des Fossettes 
    Yernée-Fraineux, Liege, Belgium

    0499 24 13 37

    Micro-ferme des Fossettes

  • Reprise des inscriptions en 1 er commune dès le 18 mai 2020

    Lien permanent

    agri insc.png

    Reprise des inscriptions en 1 er commune dès le 18 mai 2020

    Athénée Royal Agri-St-Georges

     

    Agri- St - Georges Huy 

    Sur rendez-vous 

    042751431

     

  • Explosion du cyberharcèlement en plein confinement, notamment chez les plus jeunes

    Lien permanent

    La députée Jacqueline Galant pointe l’explosion du cyberharcèlement en plein confinement, notamment chez les plus jeunes. Le harcèlement scolaire a disparu mais d’autres formes se sont développées.

    Chez Child Focus, les signalements ont doublé, voire triplé.


    La suspension des cours a-elle été une bouffée d’oxygène pour les jeunes victimes de harcèlement scolaire ? C’est ce qu’affirme le psychopédagogue et spécialiste de la question Bruno Humbeeck.

    « Le confinement est arrivé en pleine haute saison du harcèlement scolaire », explique-t-il.

    « Cet arrêt a donc été vécu comme un soulagement. Je peux vous dire que pour ces jeunes, le confinement, c’est la joie. »


    Par contre, il ne faut pas croire que le combat est gagné. Loin de là. « Le jour où l’école reprendra (pour l’ensemble des élèves, NdlR), il est très probable d’assister à un grand retour du harcèlement scolaire et de sa déclinaison, à savoir le cyberharcèlement. »

    C’est pourquoi il insiste sur l’importance de mettre en place des dispositifs préventifs, et notamment l’outil Cyber-Help.

    Avec ce projet, les élèves sont invités à télécharger une application mobile qui permet d’alerter l’équipe éducative en cas de problèmes de harcèlement. « Il faut que les établissements scolaires s’équipent », insiste-t-il.


    Cette nouvelle positive de la disparition, du moins temporaire, du harcèlement scolaire, est cependant contrebalancée par le renforcement d’autres formes de cyberharcèlement. Un renforcement directement lié au confinement.

    Ce lundi, en séance plenière du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la députée Jacqueline Galant a souhaité mettre l’accent sur la problématique.

     

    L’ennui et le besoin de diffuser l’agressivité qui nait dans les espaces confinés conduisent à certaines dérives. En Belgique également.

    Dans ce contexte, le cyberharcèlement touche aussi bien les adultes que les plus jeunes. Et pour ce dernier, l’absence de l’école n’est peut-être pas sans conséquence.

    « À l’heure actuelle, les possibilités de se confier à des camarades de classe ou à des professeurs sont beaucoup moins nombreuses », rappelle la députée.


    Child Focus confirme la problématique. « Les signalements relatifs aux images d’abus sexuels d’enfants ont doublé », explique le porte-parole Stephan Smets.

    « De même, pour ce qui est de la sextorsion (pratique qui consiste à faire chanter les jeunes à l’aide de photos ou de vidéos compromettantes, NdlR), le nombre de dossiers a triplé. »

    Les jeunes ne sont effectivement pas les seuls à n’avoir jamais été aussi présents sur la toile. En plein confinement, c’est également le cas des prédateurs.


    Participer aux Vidéos TikTok


    Interdire les réseaux sociaux à ses enfants n’est cependant pas la solution.

    À l’heure actuelle, c’est pour eux le seul moyen de garder contact avec leurs proches et amis. Le conseil qui peut être donné aux parents, c’est bien évidemment d’en discuter ouvertement, mais aussi de s’impliquer.

    L’application TikTok est par exemple très à la mode et créer une vidéo ensemble serait une bonne idée selon Child Focus.


    La problématique du cyberharcèlement n’a pas disparu avec le confinement et ne disparaîtra pas après. Pour en parler, six étudiants en relations publiques lancent à partir dès ce mercredi trois lives sur le compte Instagram « cyberharcelement.parlons_en  

    ».

    « À l’origine, nous organisions une conférence mais nous avons dû nous adapter », explique Evi Bettens. « Nous avions opté pour cette thématique après le suicide de Maëlys. »


    L’initiative a été soulignée par Jacqueline Galant qui rappelle que des aides existent : « Je veux rappeler aux victimes qu’il existe des plateformes comme le numéro gratuit et anonyme Ecoute Enfants « 103 » ou encore le site internet stopcyberhate.be. »


    Article et rédaction par Sabrina Berhin

    Source

  • Le bracelet qui vous rappelle à l’ordre!

    Lien permanent

    le bracelet électronique.

    Il s’agit d’un bracelet qui émet un signal, si vous ne respectez pas la fameuse distance de sécurité d’un mètre et demi.

    Et cela par rapport à n’importe quel individu.

    Le bracelet ne sait évidemment pas si vous approchez d’un malade ou non.

    Il permet aussi le suivi des contacts.


    Cet outil, mis au point par la société anversoise Rombit, fonctionne en fait sur le bracelet de sécurité déjà mis en place pour les travailleurs du port d’Anvers.

    On y a simplement ajouté une nouvelle fonction.

    Selon Rombit, ce bracelet est plus précis que les smartphones.

    « Les applications pour smartphones ont une plus grande marge d’erreur, ce qui conduit à des résultats trompeurs.

    De plus, ils ne sont pas utilisables dans un contexte industriel : les travailleurs n’ont souvent pas de smartphones dans leurs poches et la couverture mobile n’est pas fiable partout, surtout à l’intérieur des bâtiments ».

    Ce bracelet, qui ne fonctionne pas par internet mais via des ondes radio, est surtout indiqué pour les secteurs de la construction et de la logistique, et aussi pour les milieux industriels.

    Le « Covid radius », c’est son nom, est en pleine production.

    Il sera disponible dès le mois de mai.


    Article et rédaction par AF. DE H.

    Source

  • Sera-t-il interdit de faire redoubler des élèves cette année?

    Lien permanent

    Une certitude: très peu d’élèves redoubleront en juin

    Sera-t-il interdit de faire redoubler des élèves cette année ?

    Si ce n’est pas annoncé aussi sèchement dans la circulaire du week-end dernier, il y est quand même précisé que « le redoublement doit être exceptionnel » et que « la décision doit être prise en dialogue avec les parents et les élèves ».


    En cas de réussite, poursuit le texte, « la décision s’accompagne, de mesures précises pouvant comprendre des travaux d’été et devant impliquer un plan de remédiation à la rentrée 2020.

    En cas d’échec ou d’attestation d’orientation restrictive, la décision doit faire l’objet d’une motivation détaillée expliquant en quoi il est impossible de permettre le passage de classe ou la certification, ou encore pourquoi l’orientation de l’élève doit être limitée à certaines filières ».


    Techniquement, le redoublement n’est donc pas interdit, mais cela doit se prévoir en concertation avec les parents.

    « Il y a sans doute des parents qui préféreront voir leur enfant recommencer leur année s’ils sont convaincus que ce serait mieux pour lui », explique le cabinet de la ministre de l’Éducation, Caroline Désir (PS).

    « Le redoublement doit vraiment être considéré en dernier recours. En cette année très particulière, nous préférons qu’une solution soit trouvée en concertation avec les parents, que l’on réfléchisse à ce qui serait la meilleure solution ou orientation pour les enfants. »

    Ce qui est aussi une façon d’éviter de trop nombreux recours, la fin de l’année scolaire s’annonçant chaotique.

    Autre initiative d’une école liégeoise : envoyer aux parents un formulaire à remplir pour savoir si leur enfant (6e primaire) sera présent à la rentrée du 18 mai. Cela signifie-t-il qu’elle se fera sur base volontaire ?

    « Il a été demandé aux écoles de garder le contact avec les enfants qui ne reviendraient pas et de leur envoyer du travail », précise le cabinet qui ne critique pas l’initiative.

    Il est compréhensible qu’une école souhaite savoir qui sera présent le 18 mai, pour s’organiser du mieux qu’elle peut.

    Le taux d’occupation de la garderie, avec la reprise économique du 4 mai, puis commerciale du 18 mai, reste une grande inconnue…

    Article et rédaction par Didier Swysen

    Source

  • Des masques pour enfants effectuée via la Conférence des Élus Meuse-Condroz-Hesbaye

    Lien permanent

    Huy-Waremme: 20.000 masques pour enfant commandés

    Une commande de 20.000 masques pour enfants a été effectuée via la Conférence des Élus « Meuse-Condroz-Hesbaye ».


    Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, les bourgmestres de l’arrondissement de Huy-Waremme veulent unir leurs forces et jouent ainsi la carte de la supracommunalité.

    Pour rappel, il y a environ deux semaines, la Conférence des Élus « Meuse-Condroz-Hesbaye » a effectué une commande de 200.000 masques, afin d’offrir à chaque habitant de l’arrondissement une protection.

    Cependant, ces masques de taille unique ne sont pas vraiment adaptés aux enfants.


    Pour résoudre ce problème, une commande de 20.000 masques pour enfant (de 5 à 12 ans) a été effectuée par les communes de Huy-Waremme qui participent au projet. Ces protections devraient arriver à la fin du mois de mai.

    Ces derniers jours, plusieurs communes (comme entre autres Hamoir, Héron et Tinlot) ont d’ailleurs lancé des appels à la mobilisation pour confectionner des masques pour enfants (voir La Meuse du 24 avril).


    Concernant les masques « pour adultes », une partie a déjà été livrée aux autorités communales et plusieurs communes nous ont indiqué que les distributions devraient avoir lieu dans le courant de la semaine prochaine.

    Notons également que les communes de Huy-Waremme participent à l’opération « Coudre contre le Covid » avec le CHU de Liège.

    À partir de la première semaine de mai, 350 couturiers et couturières de l’arrondissement donneront du temps pour confectionner des blouses et surblouses chirurgicales pour les institutions hospitalières.

    Article et rédaction par Ro.Ma.

    Source

  • La Zone de police du Condroz vous avertit pour la vente de muguet sur le Condroz !!!

    Lien permanent

    Zone de police du Condroz

    ATTENTION ! Suite aux mesures prises par le gouvernement fédéral afin de limiter la propagation du Covid-19, la vente de muguet sur la voie publique ne sera pas autorisée !


    Par contre, les commerces qui peuvent ouvrir sur base de l'Arrêté Ministériel peuvent vendre du muguet si c'est à l'intérieur du magasin (pas avec une échoppe sur le parking par exemple).
     les commerces qui ne peuvent pas ouvrir (ex. : fleuristes) sont fermés au public mais, en revanche, ils peuvent continuer à vendre en ligne et par téléphone en assurant la livraison à domicile .
    Tout vendeur ambulant de muguet fera l’objet d’un procès-verbal pour infraction à la loi relative au commerce ambulant et à l’arrêté ministériel COVID.


    La rédaction du PV s’accompagnera d’une saisie du muguet.


    Merci pour votre compréhension et prenez soin de vous!

     

    Zone de police du Condroz

     

  • Il y a des cas en Belgique, la Maladie qui touche les enfants peut-être liée au coronavirus et inquiète les médecins

    Lien permanent

    Maladie peut-être liée au coronavirus qui touche les enfants et qui inquiète les médecins: «Il y a des cas en Belgique dont je suis au courant»

    Ce mardi, les autorités sanitaires britanniques tentaient de savoir s’il existait un lien entre le coronavirus et une maladie grave qui touche, depuis peu, un petit nombre d’enfants.

    Après l’Angleterre et la France, des cas similaires de cette maladie infantile seraient également recensés en Belgique.
    Vidéo

    Belga image
    La maladie mise en évidence ce lundi par les médecins britanniques ressemble à la maladie de Kawasaki, un syndrome vasculaire affectant les jeunes enfants et dont la cause reste indéterminée.

    « C’est une nouvelle maladie qui, selon nous, peut être causée par le coronavirus », déclarait Matt Hancock, ministre britannique de la Santé, à la radio LBC.

    « Nous ne sommes pas sûrs à 100 % parce que certaines des personnes qui l’ont contractée n’ont pas été testées positives (au coronavirus). Nous faisons donc actuellement beaucoup de recherche. Mais c’est quelque chose qui nous préoccupe », a-t-il ajouté.

     

    Le ministre a indiqué qu’il y avait « un petit nombre de cas ». « Il s’agit d’une maladie très rare, mais je pense qu’il est tout à fait plausible que cela soit dû à ce virus, du moins dans certains cas » avait déclaré lundi le chef des services sanitaires, Chris Whitty, lors de la conférence de presse quotidienne du gouvernement sur le coronavirus.

    La société britannique de soins intensifs pédiatriques (PICS) avait relayé lundi une alerte du service public de santé anglais, NHS England, concernant une petite augmentation du nombre de cas d’enfants gravement malades, certains atteints du Covid-19, d’autres non.

    Leurs syndromes se rapprochaient de ceux de la maladie de Kawasaki et du syndrome du choc toxique.


    Parmi les symptômes des jeunes patients figurent des douleurs abdominales, des troubles gastro-intestinaux et une inflammation cardiaque.

    Le professeur Russell Viner, président du Royal College of Paediatrics and Child Health (RCPCH), a rappelé qu’il y avait une faible probabilité pour que des enfants atteints du coronavirus deviennent gravement malades.


    Des cas aussi en Belgique


    Ce mercredi matin, sur les ondes de Bel-RTL, Jean-Christophe Goffard, chef de service de médecine interne à l’hôpital Erasme, a expliqué qu’il existait aussi des cas de cette maladie en Belgique.

    « Oui il y a eu des cas en Angleterre, en France. Probablement aussi des cas en Belgique dont je suis au courant », explique-t-il dans un premier temps avant de reconfirmer quelques secondes plus tard lorsque Fabrice Grosfilley lui redemande s’il y a « au moins un cas en Belgique ».

    « Oui a priori », répond le médecin.


    Mais il invite les citoyens à ne pas paniquer puisqu’il existe un traitement pour cette maladie.

    « C’est une maladie un peu mystérieuse qui existe et qui est décrite depuis très longtemps : il y a des manifestations à la fois cutanées et cardiaques, notamment en provoquant des infarctus chez les enfants.

    Mais il existe des traitements pour cette maladie.

    Et là, actuellement, il y a une association qui semble émerger entre cette maladie et le nouveau coronavirus.

    On reste cependant toujours dans la spéculation mais néanmoins, il y a quelques cas qui ont constaté.

    Mais il y a un traitement. Le tout, c’est de ne pas passer à côté. »

    Par Sudinfo

    Vidéo interview clic ici 

    Lire aussi
    Inquiétude des médecins autour d’une maladie peut-être liée au coronavirus et qui touche les enfants: des cas au Royaume-Uni et maintenant en France!

  • Retour à l’école : pas si vite !

    Lien permanent

    Les chiffres belges du coronavirus, même s’ils restent élevés, sont en baisse constante.

    Ça sent le déconfinement et la reprise des activités. Du moins en partie.

    Ce qui se passe à l’étranger doit nous inciter à la prudence.

    En Allemagne, pays moins touché que la Belgique, l’épidémie est de nouveau en train de s’aggraver, alors que le pays entamait son déconfinement.

    Au Japon, on ferme les écoles qu’on avait rouvertes.

    En Italie, les enfants ne retrouveront leurs classes qu’en septembre.

    Et chez nous ?

    Lors du dernier Conseil national de sécurité, Sophie Wilmès avait été très prudente sur le calendrier de déconfinement.

    Et on en vient à se demander si la réouverture des écoles aura bien lieu à partir du 18 mai, même progressivement, même partiellement.

    Ne va-t-on pas assister à une « marche arrière toute » ?

    Le vent serait-il en train de tourner ?


    Si le retour des enfants à l’école se fait pour de mauvaises raisons, à savoir libérer les parents pour relancer la machine économique, il n’y a aucune chance que la population adhère à la décision.

    Avec les personnes âgées dans leurs homes et les enfants, on touche à ce que l’on a sans doute de plus précieux.

    Et à part quelques trompe-la-mort inconscients, la majorité des Belges a peur, à des degrés divers.

    La peur, même si elle est souvent irrationnelle, les politiques doivent en tenir compte.

    La situation à l’étranger, notamment en France, qui entame elle aussi son « déconfinement scolaire », sera scrutée avec la plus grande attention ; mieux vaut une petite marche arrière qu’une nouvelle catastrophe.

    Rédaction de Benoît Jacquemart ÉDITORIALISTE

    Source

  • À la demande des communes 5G suspendue en plusieurs endroits

    Lien permanent

    5G suspendue en plusieurs endroits

    Proximus avait déployé sa 5G « light » dans 30 communes du pays. Plusieurs d’entre elles, situées en région wallonne, ont cependant demandé à l’opérateur de suspendre l’activation de la technologie sur leur territoire, ce qui a été exécuté. Dans le sud du pays, les zones de couverture sont donc aujourd’hui beaucoup moins nombreuses. Parmi les zones actuelles, on en retrouve notamment une à Frasnes-lez-Anvaing, à Mons, au nord-est de Charleroi, à Wavre, Eupen et Bastogne. Dans la province de Namur, toutes les zones ont disparu.
    « Cette suspension temporaire nous permettra d’échanger de façon constructive avec la région wallonne et les communes qui nous l’ont demandé sur ce que peut apporter la 5G et partager des informations rassurantes concernant les aspects de la santé et environnementaux de cette nouvelle technologie », précise le porte-parole de Proximus, Haroun Fenaux.
    Une version light
    Précisons néanmoins que la 5G développée ici est une version « light » de la technologie. « En termes d’émissions, ce sont les mêmes ondes radios que celles de la 2G, 3G et 4G », rappelle-t-il. L’opérateur ne dispose en effet pas encore des licences nécessaires et doit donc fonctionner via les bandes de fréquences dont il dispose déjà.

    Proximus souligne enfin que son ambition est bien « de déployer le meilleur réseau 5G de Belgique tout en respectant toutes les normes applicables dans chaque région qui sont parmi les plus stricte du monde ».

    Article et rédaction par Sa.B.

    Source

  • OFFRE D' EMPLOI VENDEUR(-SE) NANDRIN (H/F) EXTRA NANDRIN

    Lien permanent

    VENDEUR(-SE) NANDRIN (H/F) Extra Nandrin

    Nandrin

    Temps Partiel, CDI


    Vendeur (-euse) chez eXtra ? Une fonction polyvalente !
    Si les clients se sentent bien chez Extra, c'est grâce à toi !
    Tes tâches
    Accueil des clients ;
    Réception et contrôle des livraisons ;
    Réassortiment des rayons ;
    Travail en caisse ;
    Décoration des tables et mise en valeur de nos articles ;
    Rangement et nettoyage du magasin.

    Extra prévoit une formation approfondie sur le terrain avec un formateur qui t'accompagne dans l'apprentissage de nos procédures et le fonctionnement en magasin.

    Tu es eXtra !
    Tu es passionné par la vente et la décoration ;
    Tu as une bonne expérience dans la vente ;
    Tu es prêt à travailler les weekends ;
    Tu aimes travailler en équipe ;
    Tu as le sens des responsabilités et tu es impliqué dans ton travail ;
    Tu débordes d'énergie et tu aimes quand ça bouge !


    VOTRE PROFIL
    EXPÉRIENCE(S) PROFESSIONNELLE(S)
    MÉTIER
    DURÉE
    SECTEUR

    Vendeur en produits utilitaires (outillage, bricolage, droguerie)
    18 mois
    Autres commerces de détail alimentaires en magasin spécialisé

    VOTRE CONTRAT


    Régime de travail : Temps partiel
    Heures/sem : 24h00


    Type : A durée indéterminée


    Commentaire (avantages) : - Un package salarial incluant chèques repas, écochèques, remboursement des frais de transports en commun, carte de réduction dans nos magasins, ... ; - Un contrat à temps partiel à durée indéterminée en 24h/semaine (3 journées complètes) ; - Des formations internes : décoration, service client, ... ; - Un emploi stable dans une entreprise familiale en pleine expansion ! N'hésite pas à nous rendre visite dans l'un de nos magasins pour plus d'informations

     

    Toutes les infos clic ici 

     

    voir l'offre d'origine

    Lire la suite

  • Avis de décès de la région Madame Odette DODEIGNE Veuve de Monsieur Jacques BERLEUR d'Anthisnes

    Lien permanent

    dcdodeigne .png

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Cet arrêté, citernes de mazout devait entrer en vigueur ce 13 mai 2020

    Lien permanent

    Vu le risque que plus de 700.000 ménages wallons ne puissent plus faire remplir leurs citernes à partir de ce 13 mai, le gouvernement wallon a, sur proposition de la ministre régionale de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo), abrogé l’arrêté en question », explique le gouvernement wallon dans un communiqué.

    Un nouveau texte, « avec des ambitions environnementales au minimum équivalentes », sera soumis au gouvernement à la fin de l’été.


    À l’heure actuelle, toute citerne de mazout d’une capacité comprise entre 3.000 litres et 24.999 litres doit être déclarée dans le cadre du permis d’environnement et doit respecter toute une série d’obligations environnementales.

    Par contre, pour les citernes d’une capacité inférieure à 3.000 litres, l’application de ces règles n’est pas obligatoire, excepté en zone de protection de captages d’eau potabilisable.


    46 % des ménages


    En juillet dernier, le gouvernement avait adopté un nouvel arrêté visant à réglementer les citernes d’une capacité inférieure à 3.000 litres.

    Il comptait ainsi rassembler l’ensemble des obligations s’appliquant aux citernes d’une capacité de 500 à 24.999 litres dans un outil juridique unique afin d’assurer une harmonisation de l’ensemble des obligations en la matière.

    Cet arrêté devait entrer en vigueur ce 13 mai, et devait concerner 46 % des ménages wallons.

    Source

  • Avis de décès de la région Madame Josephine LAMBERT Veuve Monsieur Georges JAMART de Neuville-En-Condroz

    Lien permanent

    dc jamart lambert.jpg

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Voici le nombre de cas détectés dans les communes du Condroz aujourd'hui mercredi 29 avril 2020

    Lien permanent

    Voici les données cumulées concernant les cas de coronavirus dans notre pays, et notamment celles pour chaque commune, dévoilées mercredi  29  avril par Sciensano.
    Découvrez notre carte interactive du pays et le tableau qui reprend chaque commune.

    À noter que le nombre de cas dépistés est inférieur à la réalité du nombre de personnes porteuses du virus en Belgique. Chez nous, le dépistage n’est pas généralisé. Ces chiffres ne reprennent donc pas les cas les moins graves ou les patients asymptomatiques.

    Toutes les cartes et infos clic ici

     

    Hier mardi 28 avril 2020 

     

    Nandrin


      35 cas détectés officiellement depuis le début de l'épidémie.

     

    Aujourd'hui mercredi 29 avril 2020 

    Nandrin


    35 cas détectés officiellement depuis le début de l'épidémie.

     

    29 avril 35.jpg

     

     

     

    Amay 41
    Burdinne 9
    Clavier 15
    Ferrières 24
    Hamoir 8
    Héron 15
    Huy 135
    Marchin 28
    Modave 13
    Nandrin 35
    Ouffet 6
    Verlaine 7
    Villers-Le-Bouillet 17
    Wanze 55
    Anthisnes 18
    Engis 30
    Tinlot 11

     

     

  • Des mots devenus des mots de tous les jours en cette période, Aujourd'hui le Mot lockdown

    Lien permanent

    Aujourd'hui le Mot lockdown

     Lockdown est un protocole pénitentiaire qui empêche généralement des personnes ou des informations de quitter une zone.

    Le protocole ne peut généralement être initié que par une personne en position d'autorité.

    Les verrouillages peuvent également être utilisés pour protéger les personnes à l'intérieur d'une installation ou, par exemple, d'un système informatique, d'une menace ou d'un autre événement externe.

    Dans les bâtiments, un verrouillage de forage signifie généralement que les portes menant à l'extérieur sont verrouillées de sorte que personne ne puisse entrer ou sortir.

    Un verrouillage complet signifie généralement que les personnes doivent rester où elles sont et ne peuvent pas entrer ou sortir d'un bâtiment ou de chambres dans ledit bâtiment

    Définition du verrouillage
    1
    : le confinement des détenus dans leurs cellules pendant la totalité ou la majeure partie de la journée en tant que mesure de sécurité temporaire
    2: une mesure ou une condition d'urgence dans laquelle des personnes sont temporairement empêchées d'entrer ou de quitter une zone ou un bâtiment restreint (comme une école) pendant une menace de danger

    b: une condition temporaire imposée par les autorités gouvernementales (comme lors de l'épidémie d'une maladie épidémique) dans laquelle les gens sont tenus de rester chez eux et de s'abstenir ou de limiter les activités à l'extérieur du domicile impliquant des contacts publics (comme dîner au restaurant ou assister à de grands rassemblements)

    Source

  • Aujourd'hui 29 avril 2020 L’astéroïde géant 1998 OR2 va frôler la Terre !!!

    Lien permanent

    Un choc avec la Terre mettrait fin à notre existence.

    Mais il n’y a aucune chance que cela se produise.
    Nous y sommes presque ! Après des mois d’attente, l’énorme astéroïde 1998 OR2 va « frôler » la Terre ce mercredi. S’il est classé dans la catégorie des astéroïdes « potentiellement dangereux par la NASA », il ne représente aucun danger pour notre belle planète.


    Pourtant, celui-ci avait été présenté il y a quelques semaines par le DailyExpress comme ayant la capacité de « mettre fin à la civilisation humaine ».

    Ce qui est vrai, car sa taille avoisine les 4,1 kms de diamètre et un choc avec notre planète bleue ne laisserait aucune chance à notre civilisation. Même le coronavirus y passerait…

    Sauf que, si la bête va passer « à proximité » de la Terre le 29 avril 2020, il n’y a absolument aucun risque qu’elle nous rentre dedans.

    Selon les estimations des experts, l’astéroïde se rapprochera à 0,04205 unité astronomique de la Terre.

    Une unité astronomique étant la distance moyenne de notre planète avec le soleil, soit environ 150 millions de kilomètres.

    Bref, pas de panique. Et si vous voulez vous assurez vous-même que l’astéroïde ne change pas de trajectoire au dernier moment, il sera possible de le suivre avec un télescope, mercredi soir, durant quelques heures, à partir de 21 heures.

    Source

     

  • Recherche d'ouvriers·ères d'entretien en milieu nucléaire

    Lien permanent

    Nous sommes à la recherche d'ouvriers·ères d'entretien en milieu nucléaire.

    Envoyez votre candidature aux adresses mails suivantes : estel.wagner@mirhw.be ET olivier.bertrand@mirhw.be !

    Mission Régionale Huy-Waremme