Sera-t-il interdit de faire redoubler des élèves cette année?

Lien permanent

Une certitude: très peu d’élèves redoubleront en juin

Sera-t-il interdit de faire redoubler des élèves cette année ?

Si ce n’est pas annoncé aussi sèchement dans la circulaire du week-end dernier, il y est quand même précisé que « le redoublement doit être exceptionnel » et que « la décision doit être prise en dialogue avec les parents et les élèves ».


En cas de réussite, poursuit le texte, « la décision s’accompagne, de mesures précises pouvant comprendre des travaux d’été et devant impliquer un plan de remédiation à la rentrée 2020.

En cas d’échec ou d’attestation d’orientation restrictive, la décision doit faire l’objet d’une motivation détaillée expliquant en quoi il est impossible de permettre le passage de classe ou la certification, ou encore pourquoi l’orientation de l’élève doit être limitée à certaines filières ».


Techniquement, le redoublement n’est donc pas interdit, mais cela doit se prévoir en concertation avec les parents.

« Il y a sans doute des parents qui préféreront voir leur enfant recommencer leur année s’ils sont convaincus que ce serait mieux pour lui », explique le cabinet de la ministre de l’Éducation, Caroline Désir (PS).

« Le redoublement doit vraiment être considéré en dernier recours. En cette année très particulière, nous préférons qu’une solution soit trouvée en concertation avec les parents, que l’on réfléchisse à ce qui serait la meilleure solution ou orientation pour les enfants. »

Ce qui est aussi une façon d’éviter de trop nombreux recours, la fin de l’année scolaire s’annonçant chaotique.

Autre initiative d’une école liégeoise : envoyer aux parents un formulaire à remplir pour savoir si leur enfant (6e primaire) sera présent à la rentrée du 18 mai. Cela signifie-t-il qu’elle se fera sur base volontaire ?

« Il a été demandé aux écoles de garder le contact avec les enfants qui ne reviendraient pas et de leur envoyer du travail », précise le cabinet qui ne critique pas l’initiative.

Il est compréhensible qu’une école souhaite savoir qui sera présent le 18 mai, pour s’organiser du mieux qu’elle peut.

Le taux d’occupation de la garderie, avec la reprise économique du 4 mai, puis commerciale du 18 mai, reste une grande inconnue…

Article et rédaction par Didier Swysen

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel