La vie des agriculteurs, qui peinent à trouver des saisonniers pour ce printemps

Lien permanent

Pénurie de saisonniers pour nos agriculteurs de Huy-Waremme

L’épidémie de coronavirus et les restrictions dans le secteur des transports compliquent la vie des agriculteurs, qui peinent à trouver des saisonniers pour ce printemps. Une plateforme a été mise en place pour centraliser les candidatures.
Depuis huit ans, la ferme Étienne (Oleye), comme d’autres exploitations de Wallonie, fait appel à des travailleurs professionnels polonais pour la récolte des fraises. Mais cette année s’annonce plutôt mal : la récolte va bientôt commencer… et la ferme n’a toujours pas trouvé de saisonniers !


Car en effet, avec l’épidémie de Covid-19, les saisonniers des autres pays d’Europe ne peuvent pas venir en Belgique. Un coup dur pour cette exploitation familiale, qui compte sur ces travailleurs compétents. « Il nous faut au moins deux ou trois saisonniers », désespère Maurice Étienne, cogérant de la ferme.

L’entreprise produit en effet « 15 à 16 tonnes de fraises » sur la saison, et fournit notamment le Delhaize de Waremme et HesbiCoop. Sans les saisonniers, la récolte pourrait donc être compromise.

 

Trouver des saisonniers en Belgique s’avère particulièrement difficile. La coopérative Hesbyleg, implantée à Geer, cultive 55 hectares de choux de Bruxelles, ce qui permet de récolter environ 1.100.000 kg de légumes. Dans quelques jours, il faudra « repiquer » les choux.

La société a donc besoin d’une quinzaine de saisonniers.


« Pour le repiquage, on a souvent des saisonniers qui viennent de Liège ou de Huy. Mais avec le coronavirus, on a vraiment un souci concernant le transport du personnel », indique Baudouin De Wulf, de la société Hesbyleg.

En effet, les travailleurs viennent souvent à plusieurs avec un véhicule. Les mesures de distanciation sociale compliquent donc fortement le transport de ces saisonniers, qui ne possèdent pas tous une voiture.

Les machines de plantation vont également être adaptées pour respecter les mesures d’hygiène liées au coronavirus. « On va installer du Plexiglas sur la machine de repiquage. On va aussi équiper les saisonniers avec des gants et des visières », garantit le gérant.
Une plateforme spécifique


Face à ce manque criant de main-d’œuvre, le Collège des Producteurs a lancé la plateforme Jobs Easy-Agri pour centraliser les « petites annonces pour travailleurs saisonniers ». Les candidats peuvent s’inscrire et seront alors géolocalisés sur une carte. Déjà plus de 500 personnes ont proposé leurs services.


Baudouin De Wulf a déjà consulté la plateforme et espère ainsi trouver de la main-d’œuvre.

De son côté, la Ferme Étienne a d’abord contacté une agence d’intérim. Mais sans succès. L’entreprise familiale se tourne désormais vers l’équipe de Jobs Easy-Agri.

En attendant, la Ferme Étienne lance un appel : « Si des gens veulent travailler chez nous, ils peuvent toujours se présenter ».

Infos sur https://jobs.easy-agri.com/

Rédaction de l'article par Ro.Ma.

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel