Toute fête annulée jusqu’au 30 juin en province de Liège ?

Lien permanent

À la demande de nombreux bourgmestres, le gouverneur de la province de Liège, Hervé Jamar, vient d’écrire au centre de crise national afin qu’il clarifie sa position sur les fêtes et rassemblements d’ici au 30 juin.

On lui a promis une réponse officielle ce vendredi.


Des centaines d’organisateurs un peu partout en province de Liège se demandent s’ils doivent poursuivre leurs préparatifs, qui de sa fête de village, qui de la fancy-fair de l’école, qui encore d’une braderie ou d’un concert.
« Tous ces organisateurs se tournent alors vers leur bourgmestre pour avoir une réponse, explique Hervé Jamar, le gouverneur de la province.

Et les bourgmestres se tournent vers moi en tant que responsable de la sécurité provinciale. »


« Il faut s’y préparer »


Hier matin s’est donc tenue une vidéo-conférence à laquelle ont participé les bourgmestres représentants les trois arrondissements : Willy Demeyer pour Liège, Muriel Targnion pour Verviers et Christophe Collignon pour Huy-Waremme.


« Oui, c’est vrai, j’ai posé la question aux noms des 24 bourgmestres de l’arrondissement, nous confirme Willy Demeyer.

Je sais que c’est dramatique pour la vie associative, sportive ou événementielle mais il faut qu’il puisse s’y préparer. »


Et de réclamer également que la position soit commune pour l’ensemble du pays, histoire d’éviter que les Liégeois ne se déplacent dans les provinces voisines pour y faire la fête.


Le gouverneur a donc écrit officiellement ce mardi au centre de crise national pour savoir quelle est la position à adopter sur ce point, et bien d’autres encore apparemment.


« Je sais que la date du 30 juin a été avancée dans des réunions. Le déconfinement devra se faire de manière dégressive et les rassemblements populaires sont clairement ciblés.


Mais ce qui a été dit n’a pas encore été écrit. Donc, le comité de crise nous a promis une réponse, par écrit ou peut-être via une communication de la première ministre, pour vendredi après-midi au plus tard. »


Reste aussi l’épineuse question des grands festivals de l’été comme les Ardentes ou les Francofolies et pour lesquels le ministre de l’Intérieur s’est déjà prononcé de manière défavorable.

« Là aussi, je dois attendre une décision nationale, reprend Hervé Jamar.

Parce qu’on verrait mal le festival de Werchter se tenir et pas les Ardentes par exemple. » Sur ce point, il pourrait aussi y avoir une réponse précise ce vendredi.

Rédaction de l'article par Luc Gochel

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel