Durant cette période de confinement, le cabinet d’avocats Prœlium a lancé une application pour faciliter la communication avec ses clients.

Lien permanent

Un cabinet d’avocats hutois lance une application

Durant cette période de confinement, le cabinet d’avocats Prœlium a lancé une application pour faciliter la communication avec ses clients. Cette initiative suit la volonté du cabinet de se projeter sur le long terme et penser à l’écologie.


Alors que les avocats tentent de s’organiser au mieux durant cette période de confinement, le cabinet hutois Prœlium a lancé une nouvelle initiative permettant de répondre au mieux aux demandes de ses clients. Avec l’aide d’un informaticien, le cabinet a repensé son application du même nom : « Elle a été développée en 2017 mais consistait à présenter notre équipe et notre travail. Elle a donc été remise au goût du jour avec une approche plus complète », explique Me Alexandre Wilmotte.


Faciliter la communication


L’application est accessible et téléchargeable depuis mercredi. Son utilité consiste à garder la proximité avec les clients et les soutenir: « Les personnes peuvent prendre rendez-vous en ligne, afin de planifier nos contacts téléphoniques pendant ce confinement, transmettre leurs documents et poser des questions. Ce type d’outil facilite la communication et offre une réponse plus rapide des membres de l’équipe qui peuvent répondre de leur téléphone où qu’ils se trouvent », ajoute l’avocat.

 

Pierre Lenaerts est l’informaticien derrière cette mise en œuvre. Il a pu rapidement répondre aux besoins de Prœlium : « J’avais travaillé sur l’ancienne version de 2017 et quand j’ai été contacté au début de la période du confinement, la mise en place du système a été rapide. Je connaissais les besoins du cabinet et sa volonté. L’application sera perfectionnée et complétée plus tard. Il s’agit d’une bonne base dans les circonstances actuelles ».


« Plus besoin de se déplacer »


Créé en 1924 et situé Avenue Joseph Lebeau à Huy, le cabinet Prœlium agit depuis plusieurs années au niveau écologique et l’application prolonge ce travail de sape : « Nous utilisions déjà peu de papier et procédions largement par voie digitale, donc nous n’avons pas été pris de court par les restrictions. La numérisation des dossiers est primordiale vu l’importance du débat écologique dans la société. Rien que pour les déplacements, l’application offre une alternative. Plus la peine d’emprunter son véhicule pour déposer des dossiers, il suffit de se connecter à son compte. Nous nous adaptons et pensons plus loin ».


Me Alexandre Wilmotte et les collaborateurs comptent développer d’autres projets de ce type à l’avenir et espèrent que la justice prendra le pli : « Je souhaite que le monde judiciaire puisse faire un pas dans ce sens, en procédant notamment aux vidéo-conférences lorsque cela peut se faire. Mais cette avancée ne sera possible qu’avec la mise à disposition de moyens financiers supplémentaires ».

 

Rédaction de l'article par Maxime Gilles

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel