• Bénédiction domestique des Rameaux

    Lien permanent

    Dans son message de Carême du 26 mars, notre évêque écrit : « Dimanche des Rameaux, il faut éviter toute célébration publique. Mais les rameaux cueillis par les fidèles et apportés dans leurs maisons seront considérés comme bénis, par association spirituelle aux offices célébrés en privé et diffusés par les médias. »


    Pour éviter tout rassemblement, il n’y aura donc pas de célébration publique des Rameaux ni de rameaux bénis mis à la disposition de ceux qui le souhaitent.


    En complément au message de notre évêque, voici une prière de bénédiction domestique des Rameaux.
    L’amour qui va jusqu’au bout mène jusqu’à la croix, c’est vers elle que nos cœurs cette semaine sont tournés.

    Traçons en silence sur nos corps le signe du plus grand amour.

    Dans nos mains, des rameaux pour fêter la victoire de la vie ; encore verts malgré l’hiver, ils sont signes d’espérance. Des rameaux pour accueillir celui qui vient nous immerger dans la tendresse de Dieu.


    Dieu notre Père, bénis ces rameaux qui nous rappellent ceux qui furent coupés en l’honneur de Jésus quand il est entré à Jérusalem, lui que nous aussi accueillons chez nous aujourd’hui. Nous les garderons dans nos maisons ; qu’ils témoignent de notre appartenance au Christ et qu’ils soient un signe de notre désir de le suivre en fidèles disciples.

    Nous les poserons sur les tombes de nos défunts ; qu’ils témoignent de notre espérance et qu’ils soient signes de notre foi en Christ vainqueur de la mort et seigneur de la vie. Béni sois-tu Père pour Jésus, lui qui nous entraine en sa Pâque et nous offre de renaitre en ton Esprit.

    A toi notre louange pour les siècles des siècles. Amen.

    Source

  • Chaque jour, les ambulanciers de la zone Hemeco (Huy-Condroz) interviennent pour des personnes suspectées d’être atteintes par le Covid-19.

    Lien permanent

    Huy/Condroz: nos ambulanciers en première ligne face au Covid-19

    Chaque jour, les ambulanciers de la zone Hemeco (Huy-Condroz) interviennent pour des personnes suspectées d’être atteintes par le covid-19. Des secouristes qui font preuve d’un professionnalisme sans faille pour venir en aide à la population. Reportage au cœur de la zone de secours à la caserne de Huy.


    Depuis le début de la crise sanitaire, les ambulanciers et les pompiers de la zone Hemeco sont envoyés au front. Plusieurs fois par jour, ils sont appelés pour intervenir pour des personnes suspectées coronavirus qui présentent des symptômes… détresse respiratoire, fièvre, toux. Tous ces maux dont on ne préférerait jamais être atteint.
    Avec énormément de sang-froid, ces secouristes font preuve de professionnalisme et viennent en aide à ces personnes susceptibles d’être contaminées. Une caserne, réorganisée, qui vit au rythme de la progression du coronavirus et de la décontamination des véhicules. Une caserne calme, avec une distanciation respectée entre les hommes du feu, où les sirènes retentissent davantage pour les interventions liées à la pandémie.
    Un véhicule prêt !


    Chaque jour, trois ambulances sont au départ. Un véhicule d’urgence est désormais destiné à des cas de suspicions au covid-19, sur les trois départs. Deux ambulanciers se tiennent prêts et équipés pour affronter ce virus si contagieux. Vincent Risko est déjà intervenu plusieurs fois.

    « Pendant ma garde ce vendredi, je suis allé chercher une jeune femme de 32 ans qui présentait des problèmes respiratoires. Elle avait été confirmée au covid-19. Nous l’avons amenée à l’hôpital. Elle s’y était déjà rendue une première fois où elle avait été testée positive. Entre-temps, elle est rentrée chez elle car elle n’avait pas de symptômes sévères. Et là, l’état s’est aggravé. Je peux vous assurer que toutes les tranches d’âges sont touchées », explique le secouriste.

    Une prise en charge d’un patient contaminé ou suspecté implique évidemment une décontamination complète de l’ambulance. « Quand on revient à la caserne, on procède à une désinfection complète de notre habitacle, de la cabine sanitaire ainsi que de tous les éléments à l’intérieur susceptibles d’avoir été contaminés à l’aide d’un désinfectant puissant. La tenue de protection complète est également jetée après chaque intervention », ajoute l’ambulancier. Un protocole à suivre, qui peut être lourd tant physiquement que mentalement pour ces secouristes.

    « Quand on arrive au domicile d’une personne suspectée, le secouriste va au contact premier de la personne. S’il s’avère qu’elle peut se déplacer avec l’aide de l’ambulancier jusqu’au véhicule, le chauffeur reste dans la cabine afin que celle-ci ne soit pas contaminée. Mais dans le cas où il faut avoir recours à un brancard, le chauffeur s’équipe et vient en aide également ».

    La peur au ventre ?
    Un quotidien désormais bouleversé pour ce service de secours. La peur au ventre de contracter le virus, cet ambulancier essaie de ne pas y penser. « On est bien équipés ! On fait très attention et on prend toutes les mesures nécessaires ».
    Vincent Risko et son collègue sont aujourd’hui les deux ambulanciers pour le covid-19. Demain, ce sont deux nouveaux visages qui viendront en aide aux citoyens. Et chaque jour, ils seront nombreux à se relayer. Des héros qui ont un seul mot à la bouche : « Restez chez vous. »

    « Nous avons entre 4 et 6 interventions pour le Covid-19 par jour »
    Malgré le nombre d’interventions liées au coronavirus qui fluctuent chaque jour au sein de la caserne Hemeco, un premier bilan a pu être établi. « Nous avons entre quatre et six interventions pour le covid-19 par garde de 24 heures, pour la zone. On est en deçà de ce qui avait été prévu mais à tout moment, la courbe peut augmenter », indique Quentin Goffard, capitaine.


    Pour faire face à l’arrivée du coronavirus, les effectifs ont augmenté.
    « Nous avons augmenté notre personnel de garde pour assurer les appuis logistiques, dans le cas où on devrait mettre en place une décontamination constante. Fort heureusement, nous ne l’avons pas encore atteint. Ils sont désormais quinze secouristes au lieu de douze », ajoute le capitaine.
    Au vu des mesures de confinement, Quentin Goffard constate également une diminution des interventions, hors-corona. « C’est relativement calme. Et heureusement. Le confinement a du bon pour ça ».

    Le capitaine veille également à ce que les sapeurs soient équipés intégralement.
    « Nous avons reçu du gel hydroalcoolique de chez BioWanze. En ce qui concerne l’approvisionnement de tenues, masques, tout est géré par la Province de Liège. C’est elle attribue les équipements en fonction de nombre d’ambulances. Un marché public provincial a d’ailleurs été lancé », conclut-il.


    Pendant cette crise que traverse la Belgique, la solidarité s’organise entre les différentes zones de secours. « Les agents bénéficient du soutien des 6 zones de secours de la Province. Les six commandants de zone ont décidé de travailler ensemble dans le cadre de cette crise covid-19 pour harmoniser leurs procédures et s’entraider sur leurs besoins en matériels. Par ailleurs, le commandant de la zone de secours Hemeco représente l’ensemble des commandants au sein de la Cellule de Sécurité Provinciale Covid-19 du Gouverneur de la Province de Liège », indique Stéphane Bouquette, commandant de la zone.

    Rédaction de l'article par AD 

    Article complet  et photos clic ici 

  • Les contrôles renforcés, attention 250 euros… par personne!

    Lien permanent

    La chaleur a décidé de faire son grand retour à l’occasion des congés de Pâques. Une bonne nouvelle dont il ne faut toutefois pas abuser.

    Car les mesures de confinement, elles, ont bien l’intention de rester d’actualité jusqu’au 19 avril, au moins.

    Et pour s’assurer que tout le monde les respecte bien, la police n’hésitera pas à renforcer les moyens sur le terrain.

    « On s’attend effectivement à ce que des gens souhaitent se déplacer avec le beau temps », indique Jonathan Pfund, attaché de presse à la police fédérale.

    « C’est pourquoi on a prévu au sein de la police fédérale la capacité nécessaire pour venir en appui des zones de police locales.

    Celles-ci sont en tout cas prêtes à contrôler si les déplacements effectués sont bien des déplacements essentiels. »


    Du côté de la mer du Nord, le gouverneur de la Flandre occidentale, Carl Decaluwé, a lui aussi annoncé des contrôles non seulement pour éviter que des gens ne rejoignent les communes côtières mais également à l’intérieur de celles-ci (commerces, entrées des appartements, gare…) pour s’assurer que personnes n’est passé entre les mailles du filet, a-t-il rappelé à la VRT.


    Seuls les déplacements essentiels en voiture sont autorisés.

    Les balades à pied ou à vélo sont quant à elles possibles, au départ de son domicile et tout en restant à proximité de celui-ci.

    Troquer sa voiture par son vélo pour se rendre à la mer sera également sanctionné par les forces de l’ordre.


    La police sera, comme depuis le début de la crise, très vigilante.

    Pour rappel, en cas de non-respect des règles de confinement, les amendes s’élèvent à 250 euros, pour une première infraction.

    « Si plusieurs personnes se trouvent dans une voiture pour un déplacement non-essentiel, elles peuvent bien évidemment toutes être sanctionnées », rappelle Jonathan Pfund.


    Pour ceux qui disposent d’un jardin ou d’une terrasse, rien ne les empêche d’en profiter, tout en respectant les règles de base et notamment le respect de ses voisins.


    Rédaction de l'article par Sa.B.

    Source

  • Il n’en sera finalement rien pour la réouverture partielle des recyparcs en Wallonie

    Lien permanent

    En Flandre, les recyparcs rouvriront à partir de mardi.

    Début de semaine, la ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier, nous annonçait plancher elle aussi sur une réouverture partielle et conditionnée à partir de la semaine prochaine.

    Il n’en sera finalement rien. Du moins, pas tout de suite, faute d’accord.

    «La concertation des Intercommunales a fait état de craintes du personnel, relayée par les syndicats, de rouvrir les recyparcs rapidement», indique le gouvernement dans un communiqué.

    «Ce s craintes sont liées notamment à la difficulté de pouvoir gérer de manière sécurisée un afflux prévisible de déchets très important.» La Wallonie ne baisse toutefois pas les bras.

    «La ministre Tellier poursuivra les discussions avec les syndicats en vue d’une réouverture progressive des recyparcs», annonce le gouvernement.

    En attendant, les collectes en porte-à-porte des papiers-cartons et des PMC devront être assurées, là où ce n’était pas ou plus le cas.

    Pour rappel, la réouverture visait notamment à lutter contre la hausse des dépôts clandestins

    Source

  • Message aux jeunes par Maxime Alexandre à la demande de l' Administration Communale de Clavier

    Lien permanent

    Administration Communale de Clavier

    En cette période de confinement qu'on imagine plus que pénible pour nos jeunes, nous avons demandé à Maxime Alexandre de s'adresser tout particulièrement à eux qu'il a l'habitude de côtoyer en tant qu'enseignant et accompagnateur en montagne depuis plus de 10 ans.

    Nous comptons vraiment sur vous pour PARTAGER le message à nos ados !

     

     

     

     

     

    Voir la vidéo clic ici 

     

     

     

     

  • Nombre de cas cumulés détectés des communes du Condroz mise à jour du 4 avril 2020

    Lien permanent

    Découvrez la carte des cas confirmés de coronavirus commune du Condroz 

    Cette carte a été mise à jour  avec les nouveaux chiffres officiels datés du 4 avril 2020

     

    Amay 15
    Burdinne <5
    Clavier 7
    Ferrières 9
    Hamoir <5
    Héron 6
    Huy  40
    Marchin 15
    Modave <5
    Nandrin 18
    Ouffet 5
    Verlaine 5
    Villers-Le-Bouillet 6
    Wanze 19
    Anthisnes 8
    Engis 12
    Tinlot 5

    Source

    4 avril.JPG

     

  • Précisions du vendredi 3 avril 2020 sur les mesures pour les Mariages

    Lien permanent

    La mise à jour du moniteur belge ce vendredi apporte de la clarté et certains changements concernant certaines mesures imposées par le gouvernement pour limiter la propagation du coronavirus.

     

    Mariages
    Sont autorisés :
    les mariages civils, mais uniquement en présence des conjoints, de leurs témoins et de l’officier de l’état civil.

    Plus de place pour les parents, donc.


     les mariages religieux, mais uniquement en présence des conjoints, de leurs témoins et du ministre du culte.

    Plus de place pour les parents, donc.

    Source

     

  • PENURIE DES BLOUSES OPERATOIRES APPEL à DES COUTURIERES, LE CHU DE LIEGE CENTRALISE UNE OPERATION DE SOLIDARITE

    Lien permanent

    PENURIE DES BLOUSES OPERATOIRES : LE CHU DE LIEGE CENTRALISE UNE OPERATION DE SOLIDARITE
    LES COUTURIERES PEUVENT S’INSCRIRE à couture@chuliege.be


    On parle souvent des masques, rarement des blouses de protection qui sont aussi vitales pour protéger le personnel dans les salles d’opération, les soins intensifs et la première ligne Covid. La pénurie guette et la date des prochaines livraisons sont incertaines.

    Le CHU de Liège a encore du stock mais souhaite répondre positivement pour coordonner la réponse à un appel de solidarité provenant des différentes couturières. Le travail est de réaliser des blouses, à partir de la toile utilisée pour champ de stérilisation utilisés dans les salles d’opération.

    Un prototype a été validé par les services du CHU. Une couturière professionnelle a réalisé un exemple cousu et un patron. La société Techni-Voile à Alleur va découper les différentes pièces que les couturières n’auront plus qu’à assembler. Ces toiles prédécoupées vont arriver la semaine prochaine au CLC de Chênée (le centre de logistique du CHU), emballée par unité.


    L’idée est de créer une réserve de couturiers/couturières qui seraient prêtes à réaliser, chez elles (dans le respect du confinement), les fameuses blouses. Il y en a quelque 6000 à coudre dans un premier temps. Et il ne s’agit pas de tissu mais d’une fibre synthétique.

    Les couturières de l’Opéra Royal de Wallonie sont également mobilisées.

    Si nous parvenons à accroitre notre volume de toile –un produit lui-même fort sollicité-, nous pourrions poursuivre l’effort vers d’autres destinataires dans le besoin, en Belgique ou ailleurs.


    Vous avez une machine à coudre, vous habitez dans la région liégeoise, vous avez du temps (coudre une blouse dure 30 minutes) et envie de vous rendre utile pour soutenir la chaine de soins ?

    Alors envoyer un mail à couture@chuliege.be


    Vous recevrez en retour un formulaire d’inscription à remplir. Nous vous informerons alors de la façon de rentrer en possession des modèles prédécoupés à coudre qui seront livrés selon les quantités souhaitées, avec la note technique.


    Le CHU de Liège remercie Techni-Voile pour son soutien, les couturières qui répondront à cet appel et l’Opéra Royal de Wallonie pour son soutien direct !


    MERCI A TOUS POUR CETTE SOLIDARITE

    CHU de Liège

  • Précisions du vendredi 3 avril 2020 sur les mesures pour les enterrements

    Lien permanent

    La mise à jour du moniteur belge ce vendredi apporte de la clarté et certains changements concernant certaines mesures imposées par le gouvernement pour limiter la propagation du coronavirus.

    Enterrements
    Jusqu’à présent, les cérémonies pouvaient avoir lieu « dans le cercle intime ou familial ». Ce vendredi, une précision a été apportée.

    Maximum 15 personnes peuvent être ensemble et celles-ci doivent, évidemment, maintenant des distances de sécurité.

    Pierre-Yves Dermagne (PS) avait annoncé en date du 24 mars 

    Face aux craintes du secteur des pompes funèbres, le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne (PS), a demandé aux gouverneurs de provinces et aux autorités communales de faire appliquer une série de mesures strictes quant à l’organisation des obsèques et des visites au funérarium.

    Il leur est ainsi demandé de prendre les arrêtés nécessaires pour interdire totalement le retour des défunts à domicile en raison de l’impossibilité de faire respecter, dans ces conditions, les mesures de distanciation sociale.
    Par ailleurs, afin d’éviter des allées et venues au sein des funérariums, il est également proposé d’organiser une seule période de recueillement, sur rendez-vous, limitée à un maximum de cinq personnes simultanément, issues du cercle strictement familial, dans le plus grand salon dont disposent les entreprises de pompes funèbres. Des mesures particulières et régulières de désinfection des lieux devront, en outre, être mises en œuvre, autant pour les visiteurs que pour les membres du personnel.

    Enfin, le nombre de participants aux funérailles d’un défunt devra être limité à un maximum de quinze personnes, en ce compris le personnel communal et des pompes funèbres. En outre, la cérémonie, confessionnelle ou non, devra être organisée en un lieu non confiné, autrement dit en plein air.
    Ces trois mesures, qui ne devront pas entraîner de surcoûts pour les bénéficiaires du service funèbre, seront mises en œuvre, sur le terrain, sous le contrôle des autorités communales, avec le concours des entreprises de pompes funèbres, chacune pour ce qui relève de ses champs de compétences et d’intervention, a précisé le ministre Dermagne.

    Source 

    Coronavirus en Belgique: les décisions concernant l’organisation des obsèques et des visites au funérarium en Wallonie

     

  • La vitamine D pendant le confinement

    Lien permanent

    Il s’agit là d’une recommandation du CHU de Liège. Le confinement, bien qu’il sauve des vies, risque d’entraîner une baisse du taux sanguin de vitamine D.
    Celle-ci est synthétisée naturellement par exposition de la peau aux rayons UVB solaires et sans exposition au soleil, des déficiences peuvent apparaître, surtout si le confinement est prolongé. Or, si la vitamine D est bien connue pour son action sur le système osseux, elle possède aussi des propriétés intéressantes sur le système immunitaire.
    Une méta-analyse, publiée en 2017 dans le British Medical Journal a ainsi montré qu’une supplémentation en vitamine D pouvait protéger des infections aiguës du tractus respiratoire. Il est en outre bien connu que les enfants présentant un rachitisme vitaminique (lié à une carence profonde en vitamine D) souffrent, outre des effets osseux, d’infections respiratoires sévères.
    Les mécanismes reliant infection et vitamine D sont bien connus et associent à la fois une stimulation du système immunitaire inné et une modulation de l’immunité acquise.

    « S’il n’existe aucune donnée montrant que la vitamine D pourrait réduire l’incidence de l’infection par le Covid-19, ou en atténuer l’atteinte, une supplémentation quotidienne en vitamine D (par exemple, par 800 UI), au vu du faible risque présenté, pourrait s’avérer bénéficiaire », affirment le Pr Etienne Cavalier (chimie clinique) et le Pr Michel Moutschen (maladies infectieuses) du CHU de Liège.

    Source

  • Condamnés pour avoir volé à Nandrin et d'autres communes

    Lien permanent

    Ce jeudi, le juge du tribunal de première instance de Liège, division de Huy, a condamné deux cambrioleurs à 10 mois et un an de prison avec sursis, pour des vols et tentatives de vols commis à Saint-Georges, Amay et Nandrin.

    Ils étaient notamment poursuivis pour avoir emporté des boutons de manchettes en or et deux sacs Louis Vuitton.


    Domicilié en région parisienne Ratko, 22 ans, a vécu un temps à Ans, chez sa compagne.

    Son complice, Armando 18 ans, n’avait pas de domicile connu avant son arrestation.


    Ils étaient poursuivis notamment pour avoir volé, à Saint-Georges-sur-Meuse le 12 janvier dernier, des boutons de manchettes en or, un bracelet Dinh Van, deux sacs Louis Vuitton, un sac Delvaux et un porte-cartes.

    Pour entrer dans la maison, ils avaient brisé une fenêtre située à l’arrière de l’habitation et ont minutieusement fouillé la chambre. La justice leur reprochait également deux autres vols à Amay et Nandrin le 24 janvier.
    Arrêtés à Nandrin


    Les deux cambrioleurs ont été arrêtés le 24 janvier, à 11 heures 30, à Nandrin.

    Leur voiture avait été repérée par un témoin. Interpellé par la police, Ratko a admis avoir brisé une fenêtre, mais a affirmé qu’il s’était immédiatement enfui avec son complice après cet acte, car briser la fenêtre avait causé beaucoup de bruit…

    Lors de l’audience, Me Charlotte Verleek, qui plaidait loco Me François Dessy, a souligné le jeune âge des prévenus et leur absence d’antécédent judiciaire. Le vol commis à Saint-Georges n’a pas été contesté par les prévenus, mais ils ont minimisé son butin. Les deux autres cambriolages commis à Amay et Nandrin ont par contre été requalifiés en tentative de vol.


    Me Charlotte Verleek a sollicité la suspension du prononcé pour ses clients, ce qui a été refusé par le juge. Ce dernier a souligné la nécessité « de ne pas banaliser de tels faits », mais aussi l’absence de remise en question affichée par les deux prévenus.


    En raison de la crise sanitaire, ils n’ont pas été extraits de la prison


    Le juge ne s’est cependant pas opposé au sursis. Ratko écope donc de dix mois de prison avec sursis pour ce qui excède la détention préventive.

    Armando est condamné à un an de prison avec sursis, dans les mêmes conditions.


    Les deux hommes doivent quitter la prison de Lantin au cours des prochaines heures, voire dans les jours qui viennent les formalités administratives prenant un peu plus de temps en raison de la crise du coronavirus.

    Ajoutons qu’en raison des précautions sanitaires prises dans ce cadre, les deux détenus n’ont pas été extraits de la prison de Lantin pour assister au prononcé de leur jugement.


    « Pas d’antécédent »


    Le contexte global dans lequel ce jugement a été prononcé est évidemment particulier, mais Me François Dessy ne pense pas que la crise sanitaire ait joué un rôle dans la libération rapide de ses clients : « Je ne veux pas croire que cette décision de libération soit liée au contexte.

    Il n’y avait pas d’intérêt à maintenir mes clients en prison, et rappelons qu’ils n’avaient pas d’antécédent » souligne-t-il.

    Rédaction de l'article Par A.BT 

    Source

  • Report des célébrations de professions de foi prévues entre Pâques et Pentecôte, les infos pour le Condroz

    Lien permanent

    Ce lundi 30 mars, les évêques de Belgique ont publié des nouvelles directives concernant le report des confirmations et des premières communions.

    Elles s’appliquent aussi dans le diocèse de Liège aux célébrations de professions de foi. Ainsi, les différentes célébrations de premières communions, de professions de foi et de confirmations prévues entre Pâques et Pentecôte seront reprogrammées à l’année scolaire prochaine, c’est-à-dire à partir de septembre 2020.

    Dans notre Unité pastorale, sont concernées les célébrations de professions de foi prévues le dim. 17 mai à l’église d’Ouffet et le dim. 24 mai à l’église de Terwagne.

    La célébration des professions de foi prévue le dim. 7 juin à l’église de Nandrin est pour le moment maintenue.

    Brèves numéro spécial n°3 Clic ici .pdf