Chaque jour, les ambulanciers de la zone Hemeco (Huy-Condroz) interviennent pour des personnes suspectées d’être atteintes par le Covid-19.

Lien permanent

Huy/Condroz: nos ambulanciers en première ligne face au Covid-19

Chaque jour, les ambulanciers de la zone Hemeco (Huy-Condroz) interviennent pour des personnes suspectées d’être atteintes par le covid-19. Des secouristes qui font preuve d’un professionnalisme sans faille pour venir en aide à la population. Reportage au cœur de la zone de secours à la caserne de Huy.


Depuis le début de la crise sanitaire, les ambulanciers et les pompiers de la zone Hemeco sont envoyés au front. Plusieurs fois par jour, ils sont appelés pour intervenir pour des personnes suspectées coronavirus qui présentent des symptômes… détresse respiratoire, fièvre, toux. Tous ces maux dont on ne préférerait jamais être atteint.
Avec énormément de sang-froid, ces secouristes font preuve de professionnalisme et viennent en aide à ces personnes susceptibles d’être contaminées. Une caserne, réorganisée, qui vit au rythme de la progression du coronavirus et de la décontamination des véhicules. Une caserne calme, avec une distanciation respectée entre les hommes du feu, où les sirènes retentissent davantage pour les interventions liées à la pandémie.
Un véhicule prêt !


Chaque jour, trois ambulances sont au départ. Un véhicule d’urgence est désormais destiné à des cas de suspicions au covid-19, sur les trois départs. Deux ambulanciers se tiennent prêts et équipés pour affronter ce virus si contagieux. Vincent Risko est déjà intervenu plusieurs fois.

« Pendant ma garde ce vendredi, je suis allé chercher une jeune femme de 32 ans qui présentait des problèmes respiratoires. Elle avait été confirmée au covid-19. Nous l’avons amenée à l’hôpital. Elle s’y était déjà rendue une première fois où elle avait été testée positive. Entre-temps, elle est rentrée chez elle car elle n’avait pas de symptômes sévères. Et là, l’état s’est aggravé. Je peux vous assurer que toutes les tranches d’âges sont touchées », explique le secouriste.

Une prise en charge d’un patient contaminé ou suspecté implique évidemment une décontamination complète de l’ambulance. « Quand on revient à la caserne, on procède à une désinfection complète de notre habitacle, de la cabine sanitaire ainsi que de tous les éléments à l’intérieur susceptibles d’avoir été contaminés à l’aide d’un désinfectant puissant. La tenue de protection complète est également jetée après chaque intervention », ajoute l’ambulancier. Un protocole à suivre, qui peut être lourd tant physiquement que mentalement pour ces secouristes.

« Quand on arrive au domicile d’une personne suspectée, le secouriste va au contact premier de la personne. S’il s’avère qu’elle peut se déplacer avec l’aide de l’ambulancier jusqu’au véhicule, le chauffeur reste dans la cabine afin que celle-ci ne soit pas contaminée. Mais dans le cas où il faut avoir recours à un brancard, le chauffeur s’équipe et vient en aide également ».

La peur au ventre ?
Un quotidien désormais bouleversé pour ce service de secours. La peur au ventre de contracter le virus, cet ambulancier essaie de ne pas y penser. « On est bien équipés ! On fait très attention et on prend toutes les mesures nécessaires ».
Vincent Risko et son collègue sont aujourd’hui les deux ambulanciers pour le covid-19. Demain, ce sont deux nouveaux visages qui viendront en aide aux citoyens. Et chaque jour, ils seront nombreux à se relayer. Des héros qui ont un seul mot à la bouche : « Restez chez vous. »

« Nous avons entre 4 et 6 interventions pour le Covid-19 par jour »
Malgré le nombre d’interventions liées au coronavirus qui fluctuent chaque jour au sein de la caserne Hemeco, un premier bilan a pu être établi. « Nous avons entre quatre et six interventions pour le covid-19 par garde de 24 heures, pour la zone. On est en deçà de ce qui avait été prévu mais à tout moment, la courbe peut augmenter », indique Quentin Goffard, capitaine.


Pour faire face à l’arrivée du coronavirus, les effectifs ont augmenté.
« Nous avons augmenté notre personnel de garde pour assurer les appuis logistiques, dans le cas où on devrait mettre en place une décontamination constante. Fort heureusement, nous ne l’avons pas encore atteint. Ils sont désormais quinze secouristes au lieu de douze », ajoute le capitaine.
Au vu des mesures de confinement, Quentin Goffard constate également une diminution des interventions, hors-corona. « C’est relativement calme. Et heureusement. Le confinement a du bon pour ça ».

Le capitaine veille également à ce que les sapeurs soient équipés intégralement.
« Nous avons reçu du gel hydroalcoolique de chez BioWanze. En ce qui concerne l’approvisionnement de tenues, masques, tout est géré par la Province de Liège. C’est elle attribue les équipements en fonction de nombre d’ambulances. Un marché public provincial a d’ailleurs été lancé », conclut-il.


Pendant cette crise que traverse la Belgique, la solidarité s’organise entre les différentes zones de secours. « Les agents bénéficient du soutien des 6 zones de secours de la Province. Les six commandants de zone ont décidé de travailler ensemble dans le cadre de cette crise covid-19 pour harmoniser leurs procédures et s’entraider sur leurs besoins en matériels. Par ailleurs, le commandant de la zone de secours Hemeco représente l’ensemble des commandants au sein de la Cellule de Sécurité Provinciale Covid-19 du Gouverneur de la Province de Liège », indique Stéphane Bouquette, commandant de la zone.

Rédaction de l'article par AD 

Article complet  et photos clic ici 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel