• Voici le nombre de cas de Covid-19 détectés dans votre commune!

    Lien permanent

    Ce mardi 31 mars, Sciensano a rendu publiques les données cumulées concernant les cas de coronavirus dans le pays, et notamment celles pour chaque commune.

    Le point commune par commune Clic ici 

     

    Article complet Clic ici 

  • Ce soir le restaurant la Capannina et Stapelle Fleurs ont décidé de récompenser le service des urgences du CHU de Liège

    Lien permanent

    Ce soir le restaurant la Capannina et Stapelle Fleurs ont décidé de récompenser le service des urgences du CHU de Liège en offrant pizzas et fleurs pour les soutenir...

    Stapelle Fleurs

    1 fleurs .jpg

     

    Lire la suite

  • Attention !!! 40 p.-v. pour non-respect des mesures de confinement à Huy

    Lien permanent

    Christophe Collignon, le bourgmestre de Huy a indiqué qu’entre vendredi et ce lundi matin, la police de Huy avait dressé 40 P.-V. pour non-respect des règles de confinement.

    Essentiellement suite à des rassemblements non autorisés.

    « Les policiers n’ont pas dû intervenir pour faire fermer des commerces ou suite à des lockdown parties, mais ils ont dû sanctionner des rassemblements de personnes non autorisés.

    Ces rassemblements de personnes étaient le fait de personnes marginalisées (SDF) ou d’un public qui n’avait pas encore bien compris les mesures…

    Quelques P.-V. ont aussi été dressés à l’encontre de personnes qui sont venues se balader à Huy alors qu’elles n’habitent pas dans la région. »

    Selon le bourgmestre, suite à l’intervention des policiers, les rassemblements de jeunes au terrain de foot de Huy ne se sont cependant pas reproduits.


    Ces P.-V. doivent être envoyés au Parquet qui se chargera de transmettre les amendes aux personnes concernées : « Le principe de la perception immédiate n’a pas encore été appliqué » commente encore le bourgmestre.


    Pas de couvre-feu


    Certains citoyens, dont l’ex-conseillère communale Bernadette Mathieu, se sont par ailleurs émus des rassemblements qui perdurent en soirée rue Saint-Pierre à Huy, à proximité d’un night shop.

    « Entre six ou sept personnes restent assises à proximité du commerce et discutent parfois après 21 heures…

    En journée, elles se font discrètes, mais en soirée les rassemblements reprennent. »

    Bernadette Mathieu regrette cette situation et suggère l’instauration d’un couvre-feu : « Les gens ne doivent plus sortir le soir… De toute façon, à part faire ses courses, on ne peut pas sortir normalement… »

     

    Le bourgmestre n’est, pour l’instant, pas favorable à cette idée de couvre-feu : « Les mesures de crise sont décidées par le Fédéral. Nous les appliquons, mais que chaque commune décide, dans son coin, de mesures supplémentaires, n’est pas approprié à ce stade » estime-t-il.

    Il annonce cependant que les contrôles seront renforcés rue Saint-Pierre : « Le commerçant responsable du night shop va être sensibilisé par la police. Nous allons aussi insister pour éviter que les dépôts clandestins se multiplient à cet endroit. »


    Par ailleurs, le bourgmestre invite toutes les personnes confrontées à des rassemblements non autorisés à former le 101.


    Rédaction de l'article par A.BT

    Source 

  • Le mode d'emploi pour le prêt des livres sans contact à la bibliothèque de Nandrin

    Lien permanent

    La bibliothèque de Nandrin, située dans la cour du musée communal, a fermé ses portes le jeudi 12 mars, conformément aux mesures de confinement exigées par les autorités. Toutefois, dès cette semaine, l’ASBL propose un service de prêt exceptionnel, qui évite tout contact physique avec le lecteur.


    « Si un étudiant a vraiment besoin d’un des livres de ma bibliothèque, on propose de le dépanner en lui prêtant, » explique Miette Eloy, bibliothécaire bénévole depuis 50 ans à Nandrin.


    « Les profs de certaines écoles imposent la lecture d’un livre à leurs élèves et demandent un travail sur la lecture. Or, toutes les librairies et bibliothèques sont fermées. »
    Déposé dans un sachet


    Miette Eloy et Maud Henry (présidente de l’ASBL) ont décidé d’aider ces étudiants en leur donnant accès aux collections, en toute sécurité.

     

    « On porte des gants et on prend le livre dans le rayon. Il est ensuite déposé dans un sachet en plastique ou en carton. On sonne au lecteur pour convenir d’un jour et d’une heure où il vient récupérer le livre, qui sera déposé devant l’entrée de la bibliothèque. On les fait venir à des heures séparées afin qu’ils ne se croisent pas entre eux. » Pour une sécurité optimale, la bibliothécaire recommande même au lecteur de se munir de gants pour récupérer son colis, et de le laisser « reposer » 24 heures avant utilisation.


    15 cents/emprunt


    Même si l’objectif premier est de venir en aide aux élèves qui ont des lectures obligatoires, tous les lecteurs affiliés à la bibliothèque de Nandrin pourront profiter du service, dans la mesure où le système fonctionne comme prévu. « Une boîte est déposée à côté du colis pour que le lecteur paie les 15 cents de l’emprunt, explique Maud Henry. C’est une bibliothèque familiale. Les gens sont toujours accueillis gentiment et ce n’est pas grave s’ils ne rendent pas le livre à temps. ».
    Pour réserver un livre, contactez Miette Eloy au 086/366306

    Rédaction de l'article Par P.Tar

    Source

  • Attention !!! Une nouvelle circulaire prévoit de nouvelles sanctions liées au coronavirus

    Lien permanent

    Le collège des procureurs généraux a publié une circulaire afin que les parquets et les services de police appliquent les nouvelles mesures de manière uniforme sur tout le pays.


    > Les personnes qui se rassemblent ou effectuent des déplacements non essentiels et les commerçants qui gardent leur magasin ouvert en dépit de l’obligation de fermeture, ne recevront plus d’avertissement, mais bien immédiatement un p.-v. et une amende.

    Pour chaque infraction constatée, une transaction pénale de 250 € pour les particuliers et de 750 € pour les commerçants. La police pourra même saisir la recette du restaurateur, par exemple, qui n’aurait pas respecté l’interdiction.

    Pour prouver les infractions, le policier peut procéder à des constatations, des auditions et se baser sur des photos, des images de caméra de surveillance, etc.

    En cas de récidive, le contrevenant sera traduit devant le tribunal correctionnel.


    La circulaire prévoit en outre 3 sanctions spécifiques :


    1. La personne qui crie publiquement qu’elle est porteuse du Covid-19 sera punie d’un emprisonnement de 3 mois à 2 ans et d’une amende de 50 à 300 € ;

    2. La personne qui crache ou éternue délibérément sur une personne pour lui faire croire qu’elle pourrait attraper le Covid-19 sera punie de 3 mois à 2 ans de prison et d’une amende de 50 à 300 €;


    3. Tousser, cracher ou éternuer délibérément sur des aliments proposés à la vente : 6 mois à 5 ans de prison et amende de 200 à 2.000 €

    Rédaction   Par F. DE H

    Source

  • Des inquiétudes sur les prix en pharmacie ?

    Lien permanent

    Des consommateurs dénoncent des hausses des prix dans les pharmacies sur certains produits demandés comme les masques, selon des critiques formulées auprès de l’agence Belga et de l’association Test-Achats.


    Jean-Philippe Ducart, manager lobby &press au sein de l’ASBL, se montrait prudent dimanche en expliquant qu’une analyse approfondie des plaintes était réalisée.

    La porte-parole du SPF Economie Chantal De Pauw assurait également durant le week-end qu’une attention était dirigée sur les prix pratiqués mais qu’aucun contrôle n’avait encore été ordonné à ce stade.


    Jean-Philippe Ducart de Test-Achats remarque que « des consommateurs rapportent avoir vu des masques chirurgicaux vendus entre 6 et 9 euros, soit un effet multiplicateur de 10 à 15. Si tous les pharmaciens s’entendent sur ce prix, cela pose un problème.

    Si c’est un cas isolé, cela constituerait une pratique commerciale déloyale ». Il concède que l’augmentation des prix peut aussi venir des fournisseurs, ce que confirme Alain Chaspierre, porte-parole de l’Association Pharmaceutique Belge (APB) : « Les masques de type FFP2 sont réservés depuis un certain temps aux hôpitaux, qui n’en ont pas assez.

    Ils ne sont normalement plus vendus dans les pharmacies. Les prix des fournisseurs se sont cependant envolés. Mon médecin généraliste achète aujourd’hui dans les 17 euros un masque FFP2 au fournisseur et donc on ne peut pas reprocher aux pharmaciens qui en vendent encore d’être excessifs en les proposant à 20 euros, la marge étant de 3 euros ».


    Jean-Philippe Ducart ajoute que Test-Achats a formulé des plaintes au SPF Santé publique et à l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) au sujet de la vente de ViruProtect, un produit jugé inutile voire dangereux par l’association : « Des produits de comptoir nous posent problème.

    C’est le cas du ViruProtect. On profite de la crédulité ou de l’inquiétude des gens. On lance lundi une initiative pour appeler les gens à témoigner sur ce type de pratique ».

    Alain Chaspierre estime que les pharmaciens souffrent au contraire d’un manque de reconnaissance de leur travail pourtant primordial dans cette crise. « L’ordre des pharmaciens a publié une note sur son site au sujet de l’étique professionnelle par rapport aux prix. On met des balises. Même s’il est possible qu’un ou deux pharmaciens tombent dans l’excès, je pense que la grande majorité fait un travail remarquable. Les pharmaciens ont mis en place des procédures pour assurer le suivi des soins et font du portage à domicile ».


    Il note encore que les prix des médicaments sont fixes : « Les pharmaciens régulent la vente du paracétamol à une boîte par famille pour éviter que des gens ne fassent du surstockage dans les maisons.

    Le Plaquenil, qui contient de l’hydroxychloroquine, a été mis en quarantaine par l’État pour les réserver pour aux hôpitaux et aux malades chroniques qui en ont besoin pour traiter la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus érythémateux.

    Il faut se méfier plus que jamais des sites de vente en ligne, qui sont la grande porte d’entrée des médicaments falsifiés ».

    Quant à l’envolée des prix de l’alcool, il note que l’État a autorisé les pharmaciens à se fournir auprès des distilleries pour fabriquer des solutions et gels hydroalcooliques.

    Par Sudinfo avec Belga |

    Source

  • Le SPF Santé a adressé une enquête en ligne destinée aux communes de tout le pays.

    Lien permanent

    Structures de soins intermédiaires pour soulager l’hôpital

    Le SPF Santé a adressé une enquête en ligne destinée aux communes de tout le pays.

    L’idée est, le cas échéant, de libérer les hôpitaux des patients qui ne sont pas en phase aiguë de Covid-19 pour laisser la place aux cas les plus graves. Le SPF a donc demandé que soit établi un inventaire de tous les locaux pouvant servir de « structures de soins intermédiaires ».

    Le pic d’admission à l’hôpital du coronavirus n’est pas encore atteint mais il s’agit d’être prêts à toute éventualité.
    Quels bâtiments ?


    Mais quel genre de bâtiment pourrait ainsi être mis à disposition ?

    Réponse de l’Union des villes et communes de Wallonie (UVCW) à ses membres : « Il s’agit de maisons de repos vacantes, d’hôpitaux vacants, des hôtels, des internats, des centres de réhabilitation, des centres de vacances, des accueils de jour hospitaliers… où il existe déjà des infrastructures pour accueillir les personnes.

    Vous pouvez aussi renseigner des salles de sport, des anciennes initiatives d’accueil… Il convient que ces infrastructures soient facilement accessibles, équipées en eau et en énergie, raccordées à un réseau d’égouts. »

    A priori, ce sont plutôt les grandes villes qui sont concernées, mais les plus petites disposent parfois de halls de sport ou de centres d’hébergement pour jeunes.


    « L’armée pourra aussi aider à monter des hôpitaux de campagne », précise Maxime Daye, président de l’UVCW. La demande du SPF Santé se situe dans le cadre du plan d’urgence national.

    Le but est d’éviter des situations comme celle que vivent les Italiens.

    « Mais on n’y est pas », rassure M. Daye.

    Qui rappelle que « les villes et les communes sont le premier lieu de solidarité.

    Pour qui ?


    Et qui irait dans ces structures ?

    « Ces structures intermédiaires accueilleraient des patients Covid-19 de deux types.

    Soit après avoir été vus et « triés » par un médecin généraliste ou un service d’urgence (dans les postes médicaux d’orientation), ces patients n’auraient pas besoin d’être hospitalisés mais ne pourraient pas être soignés à domicile. Soit ils ne doivent plus rester à l’hôpital mais ne peuvent pas encore retourner chez eux.

    Il est nécessaire de recevoir ces patients dans de bonnes conditions et de manière structurée car ils peuvent encore être une source d’infection Covid-19. »


    Rédaction de l'article par Benoît Jacquemart

    Source 

  • DJ liégeois résidant en région hutoise s’est fait connaître au début des années 2000 avec son titre « Big Orgus ».

    Lien permanent

    Le DJ liégeois Furax signe sur un tout gros label

    Si le nom d’Alexandre Schippers ne vous évoque rien, son pseudo Furax est lui bien connu de plusieurs générations de clubbeurs. A 46 ans, ce DJ liégeois résidant en région hutoise s’est fait connaître au début des années 2000 avec son titre « Big Orgus ».

    Un remix vient de sortir sur le label international du célèbre duo belge Dimitri Vegas et Like Mike. Une belle consécration mais aussi une seconde jeunesse à l’internationale pour Furax qui se produit à Tomorrowland depuis 2015.
    « Big orgus » en 2003
    C’est en 1999 sous le nom de Redshark que le titre « Big Orgus » voit le jour. Mais c’est quatre ans plus tard en 2003 qu’Alexandre Schippers sort la version connue du grand public de son titre. Et pour la première fois sous le nom de Furax.
    « D’un morceau trance plus pointu, j’en ai fait un titre jump commercial avec une mélodie qui se retient. C’est cette version qui tourne depuis lors partout dans les clubs et en radio. »

    Classé pendant plusieurs semaines dans le Top 10 des ventes en Belgique et en France, ce titre figurera sur plus de 120 compilations.
    « A l’époque, il est sorti en CD et en vinyle. On en pressait 1.500 copies à la fois. Et tout s’écoulait en trois jours à peine. » Deux versions remixes suivront en 2006 et 2010.

     

    Clip clic ici 


    Aujourd’hui, « Big Orgus » a dépassé le million en streaming sur Spotify et compte plus de trois millions et demi de vues sur You Tube.


    Classique incontournable de la retro house depuis vingt ans, il s’apprête à prendre aujourd’hui une nouvelle dimension internationale.
    Lors de la « Garden of Madness » qui a réuni des milliers de personnes au Sportpaleis d’Anvers en décembre dernier, Furax a eu la belle surprise de voir son titre joué par Dimitri Vegas et Like Mike en personne. « Je recevais des messages et des vidéos d’un peu partout. A ma grande surprise, mon titre connaissait une seconde jeunesse. »
    Et c’est une nouvelle version du titre, réalisée en collaboration avec le duo hollandais Bassjackers (NDLR : qui travaille avec Armin Van Buren sur le label Spinnin), qui est désormais disponible depuis vendredi dernier sur le label « Smatch The House ». Un label créé par Dimitri Vegas et Like Mike.
    Renommée internationale
    « C’est une incroyable opportunité pour moi de dépasser les frontières de l’Europe. Ils disposent d’une grande communauté internationale et d’une énorme visibilité à travers le monde par leurs connexions. J’ai déjà reçu des retours de Dubaï et de Philadelphie. En tant que petit Liégeois, je n’aurais jamais imaginé il y a quinze ans que ce titre allait s’exporter de la sorte. »

    Rédaction de l'article par  Vincent Arena

    Source

  • Permis ou interdit?

    Lien permanent

    Avec le confinement prolongé jusqu’au 19 avril (au moins), que peut-on encore faire, ou pas ? Voici les dizaines de questions posées au SPF Santé publique et leurs réponses.

    Ces questions balaient notre vie quotidienne, le travail, les loisirs, les voyages, les services publics. A noter qu’il s’en ajoute à chaque nouvelle mesure prise par le gouvernement fédéral.

    Les questions reprises ici ont été mises à jour ce dimanche 29 mars.

    Quand puis-je sortir de chez moi ?


    Les personnes sont tenues de rester chez elles. Il n’est autorisé de sortir qu’en cas de nécessité pour : > Se rendre à son travail.

     Effectuer un déplacement professionnel.

     Se rendre dans un commerce autorisé.

     Aller au distributeur de billets des banques ou à un bureau de poste. > Aller chez le médecin. > Porter assistance à une personne vulnérable.

    > Effectuer une activité physique (près de chez soi).
    Quels sont les commerces qui peuvent rester ouverts ?


    Les commerces et les magasins sont fermés, à l’exception :

     Des magasins d’alimentation, y compris les magasins de nuit (jusque 22 h).

     Des magasins d’alimentation pour les animaux.

     Des pharmacies. > Des librairies. > Des stations-service et fournisseurs de carburants.


    Quels sont les commerces qui tombent sous la définition de « magasin d’alimentation » ?


    Seuls les magasins et commerces qui vendent principalement des denrées alimentaires peuvent rester ouverts, à condition que : - Il n’y ait pas de consommation sur place. - Les mesure nécessaires soient prises en ce sens. - Ils soient dans la possibilité d’organiser la distanciation sociale entre les clients Cela concerne donc par exemple les supermarchés, les épiceries, les magasins de boissons, les magasins agricoles et bio, les boucheries, les boulangeries, les poissonneries, les banques alimentaires… La vente de nourriture via les distributeurs automatiques reste autorisée.

    Et les magasins mixtes ?


    Les magasins d’alimentation (y compris pour animaux) qui proposent de manière accessoire des biens non comestibles (par exemple un espace papeterie) restent ouverts sans devoir fermer leurs rayons non alimentaires. Les boucheries, boulangeries, chocolatiers, glaciers, traiteurs, commerces de vin, commerces d’alcool peuvent rester ouverts s’ils ne proposent pas de dégustation sur place.


    Dans quelles conditions les commerces pouvant rester ouverts peuvent-ils fonctionner ?


    Les précautions qui doivent être respectées sont les suivantes : - Des mesures nécessaires doivent être prises pour garantir le respect des règles de distanciation sociale, en particulier, le maintien d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne. - Les grandes surfaces ne peuvent accueillir qu’un maximum d’un client par 10 mètres carrés et les clients ne peuvent y rester que maximum 30 minutes. - Dans la mesure du possible les citoyens doivent s’y rendre seul. - Les magasins d’alimentation ne peuvent être ouverts que de 7h à 22h.


    Quelles sont les heures d’ouverture autorisées pour les magasins qui peuvent rester ouverts ?


    Avant la crise du Covid-19, les magasins ne pouvaient rester ouverts que jusque maximum 20h (21h le vendredi soir). Les magasins peuvent maintenant rester ouverts jusque 22h. Les magasins de nuit peuvent ouvrir, de leur heure d’ouverture habituelle jusqu’au plus tard 22h. Les autorités locales peuvent, dans des circonstances particulières et temporaires, autoriser une dérogation relative aux heures d’ouverture aux commerces situés sur leur territoire. Cela peut être accordé si le commerçant en fait la demande et ne peut durer que maximum 15 jours par an.


    Les magasins d’alimentation peuvent-ils déplacer leur jour de repos ?


    Les petits commerçants du secteur de l’alimentation doivent rester fermés lors de leur jour de repos hebdomadaire. Les magasins de nuit doivent aussi respecter leur jour de repos hebdomadaire.


    Peut-on obliger un commerce ou une entreprise à rester ouvert(e) ?


    Si l’ordre public ou l’intérêt public l’exige, le bourgmestre peut prendre l’arrêté de police nécessaire, y compris concernant l’ouverture d’un commerce ou d’une entreprise.


    Des services de sécurité peuvent-ils être fournis pour la surveillance et l'assurance de la chaîne alimentaire, de l'approvisionnement et de la vente au détail ?


    Oui, les services de sécurité privés et spéciaux font partie des secteurs cruciaux et des services essentiels énumérés dans l’annexe de l’arrêté ministériel du 23 mars 2020.


    Puis-je acheter des médicaments en quantité suffisante ?


    Oui, il n’y a pas de problèmes d’approvisionnement en médicaments. Pour éviter le stockage excessif, vous ne pourrez acheter qu’une boîte de médicaments contenant du paracétamol à la fois, sauf si une ordonnance médicale stipule le contraire.


    Puis-je encore payer par cash ?


    Les paiements électroniques sont encouragés. L’argent cash n’est pas contaminé mais payer de manière électronique vous permet de garder la distance sociale.

    Lire la suite

  • Prolonger la fermeture des recyparcs wallons ? une demande de la CSC

    Lien permanent

    La CSC Service publics demande mardi à la ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Ecolo), de prolonger la fermeture des recyparcs wallons.

    Nous vous avons annoncé ce lundi une possible réouverture partielle et conditionnée des parcs à conteneurs la semaine prochaine. Un plan de réouverture est encore à l’étude et les modalités sont en cours de rédaction, pour un passage devant le gouvernement wallon mercredi, a indiqué la porte-parole de la ministre à l’agence Belga.

    Article Complet Clic ici 

  • Avis de décès de la région Le Professeur Marc ANSSEAU Epoux de Madame Annie COLLIN D'Anthisnes

    Lien permanent

     

     

    Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents, dans la mémoire des vivants. »
    (J. d'Ormesson)

    Le Docteur Annie Collin

    son épouse ;

    Mélanie et Alexandre Royer-Ansseau
    Antoine Ansseau et Margaux Rase

    Ses enfants et beaux-enfants ;

    Théo

    son petit-fils ;

    Luc et Anne-Françoise Ansseau-Dossin
    Mireille et Philippe Kinet-Ansseau
    Véronique et Carl Van Cammeren-Ansseau

    Ses frère, sœurs, beaux-frères et belle-sœur ;

    Olivier et Isabelle Ansseau
    Stéphane Kinet
    Alexandra Van Cammeren

    Ses neveux et nièces ;

    Les familles Ansseau, Collin et apparentées

    Ont le regret de vous annoncer le décès du

     

    Professeur Émérite

    Marc ANSSEAU

    Epoux de Madame Annie COLLIN

    Né à Baudour, le 18 avril 1951 et éteint à Clavier, le 31 mars 2020.

    Suite à la décision gouvernementale et par mesures sanitaires, les visites et l'inhumation au cimetière d'ANTHISNES, auront lieu dans l’intimité familiale.

    Cet avis tient lieu de faire-part.

    Condoléances : www.funerarium-lardau-laffut.be

    Pompes Funèbres LARDAU-JEANJEAN & Fils
    Funérariums et fleurs
    Melreux, Marche, Bonsin, Ouffet, Barvaux s/O, Anthisnes
    086/36.75.82
    Délégué : André et Gina CARÊME-PELOSATO à Anthisnes

    P.F. LARDAU-JEANJEAN & fils

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

     

     

     

     

     

  • Avis de décès de la région Monsieur Roger VLIEGHE ET Madame Suzanne GENGOU d'Anthisnes

    Lien permanent

    avis dc 2 .png

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

     

  • Depuis leur prison où ils sont confinés, les détenus assisteront à leur procès par vidéo interposée

    Lien permanent

    Samedi, le conseil des ministres élargi aux présidents de 10 partis a étudié des arrêtés royaux de pouvoirs spéciaux proposés par Koen Geens pour adapter le fonctionnement de la Justice et des prisons à la crise du coronavirus.


    Côté prisons, un congé pénitentiaire prolongé doit pouvoir être octroyé, sous conditions, à certains détenus dont un premier congé s’est bien passé, tandis que ceux qui sont en fin de peine pourraient être libérés plus tôt, sous certaines conditions là aussi.

    En revanche, on va suspendre les permissions de sortie, congés brefs et détentions limitées, pour éviter des allers-retours à court terme entre la prison et le monde extérieur, qui sont autant de risques de faire entrer le virus dans un établissement pénitentiaire.


    Au pénal, les délais de prescription seront prolongés. Dans les chambres des mises, les parties pourront s’exprimer par écrit, pour éviter les déplacements et contacts physiques. Globalement, il s’agira de limiter le plus possible les audiences où les parties sont physiquement présentes.


    Au civil, il sera possible pour les cours et tribunaux de prendre en délibéré sans plaidoiries des affaires qui auraient normalement dû passer par des audiences, sauf si les parties s’y opposent. Les délais prescrits à peine de déchéance seront automatiquement rallongés jusqu’à un mois après la fin de la période de crise actuelle.

    Par ailleurs, le tribunal correctionnel de Malines va utiliser, dès lundi, la vidéoconférence pour permettre à des détenus d’assister virtuellement à leur procès.

    C’est le premier tribunal à adopter ce système en Belgique. En raison du confinement et de la distance sociale, les détenus ne sont plus transférés au tribunal. Les avocats sont aussi autorisés à représenter leurs clients, sauf s’ils indiquent, au moins 24 heures à l’avance, qu’ils veulent absolument être présents en personne.
    Procès par vidéo
    Le tribunal de Malines a donc établi une liaison vidéo avec la prison de Malines. « Nous avons tout testé ces derniers jours et nous avons également obtenu l’autorisation pour ce mode de fonctionnement de la justice et du système pénitentiaire.

    Nous commencerons à travailler de la sorte ce lundi », explique le président de la section de Malines du tribunal de première instance d’Anvers, Theo Byl.

    « C’est ça, la justice moderne : répondre aux besoins avec la technologie.

    C’est un grand pas en avant dans cette crise du coronavirus. Nous continuons à traiter un maximum de dossiers, sinon nous accumulerons un énorme arriéré et cela ne sera bénéfique à personne ».

    Rédaction de l'article par M.R.

    Source

  • PharmaStock affiche la disponibilité des produits les plus demandés dans les pharmacies.

    Lien permanent

    PharmaStock affiche la disponibilité des produits les plus demandés dans les pharmacies. Cela évite aux clients de contacter inutilement un établissement ou de s’y rendre pour en rentrer bredouille.


    Avec la pandémie de coronavirus, nombreux sont les Belges à s’être rués dans les pharmacies, vidant les stocks et occasionnant des congestions au sein des établissements.

    Gels hydroalcooliques, masques, thermomètres, paracétamol, vitamine C et E, sélénium, échinacea, zinc… sont parmi les produits les plus demandés.


    Cette ruée en masse dans les pharmacies a plusieurs conséquences néfastes : trop de clients se retrouvent dans les mêmes endroits confinés, les réserves se vident et les pharmaciens sont épuisés.

    Face à cette situation, les employés de Groupe R ont créé PharmaStock (https://www.pharmastock.info/), un outil d’aide à l’information et à la gestion des flux clients dans les pharmacies.


    Avec PharmaStock, il n’est plus nécessaire de faire du porte-à-porte pour trouver le produit désiré, d’appeler les pharmacies déjà débordées pour savoir si elles ont encore des stocks ou de se déplacer pour rien.

    Le site permet aux clients de s’informer sur la disponibilité des articles en pénurie sans entrer dans la pharmacie.

    Produits en stocks


    « Une trentaine d’officines sont présentes sur le site », nous explique l’Ucclois Martin Renchon, à l’origine de l’initiative. « On leur crée une page sur laquelle sont présentés une dizaine de produits les plus demandés. Chaque jour, les pharmaciens ont juste à cocher pour indiquer quels produits sont encore dans leurs stocks ».

    Ces produits sont le Paracétamol, le Dafalgan, les huiles essentielles de Ravintsara, les probiotiques, les Vitamine C et D, le Zinc, le gel hydroalcoolique, alcool pour les mains, le savon désinfectant, les lingettes mains, les masques chirurgicaux, les gants et les thermomètres.
    Outil national
    « On ne se limite pas à Bruxelles, ni à la Wallonie », poursuit le Bruxellois. « Le site est bilingue. C’est un outil qui répond à un scénario de crise. On l’a créé parce que, comme beaucoup de Belges, on s’est retrouvé au chômage et on a réalisé que ça répondait à un véritable besoin. »

    « Les premiers retours sont très positifs. J’ai pensé utile de diffuser l’outil d’autant que nous venons d’implanter PharmaStock dans les premières pharmacies et qu’au plus de pharmacies joueront le jeu, au plus l’outil sera efficace. Il est possible que nous gardions l’outil par la suite, si les pharmaciens l’adoptent. On pourrait étendre le service à plus de médicaments.

    Si jamais il s’avère que cela répond à un véritable besoin, on pourrait alors demander une participation de 10 euros par mois par officine.

    C’est une petite participation que l’on demanderait pour l’entretien et l’hébergement du site. »


    Situation éreintante


    Une pharmacienne uccloise revient sur les derniers jours qu’elle et ses collègues ont vécus. « Nous avons eu énormément de demandes la semaine passée depuis l’annonce gouvernementale du confinement. Nous avons été débordés autant émotionnellement que physiquement. En temps normal, on sert environ 150 personnes par jour. Là, on tournait autour des 250 personnes. »


    « On a doublé notre charge de travail. C’était dur non seulement parce qu’il fallait fournir le service à la clientèle mais également parce que cette dernière était très tendue et stressée. C’est un contact qui pèse lourd sur le moral. On est protégé par une plaque en plexiglas mais malgré tout, une partie des collègues a dû se mettre en arrêt de travail. »


    Et de conclure : « On risque de connaître une pénurie pour certains médicaments si l’on n’est pas attentif. On a reçu des directives pour le Paracétamol, par exemple. On ne peut pas en vendre plus de 30g par personne, soit une boîte. Si l’on ne respecte pas ça, on court à la pénurie. »

    https://www.pharmastock.info/

    Rédaction Par GDS 

    Source

  • Attention il s’agit d’une arnaque !!!

    Lien permanent

    Décathlon, Carrefour…: attention si vous voyez ces publications sur Facebook, il s’agit d’une arnaque!

    Une campagne de spams se répand depuis plusieurs jours sur Facebook. Soyez très prudents, des personnes malveillantes utilisent l’image de vos magasins favoris !

    Vous les avez peut-être constatées en surfant sur Facebook : de nombreuses publications de magasins tels que Décathlon ou encore Carrefour vous annoncent une bonne nouvelle en jouant sur votre âge. « Né en ‘81 ? Ne manquez pas ça. Obtenez un cadeau à dépenser dans ce magasin », ou encore « Uniquement pour les personnes nées en 1981 », peut-on lire en commentaire d’une image de l’une de ses enseignes.

    Ces postes, pour les moins attrayants, vous devez vous en méfier ! Il s’agit en effet d’une grosse campagne de spams qui se répand sur le réseau social depuis plusieurs jours et qui utilise des marques connues.

    Prudence donc si vous les voyez dans votre fil d’actualité et n’hésitez pas à prévenir les personnes qui ont partagé le lien. Celles-ci n’ont peut-être pas remarqué avoir été victimes du spam. La meilleure solution reste de signaler la publication auprès de Facebook, qui fera le nécessaire pour la retirer.

    Source

    Article complet clic ici 

     

    arna1.jpg

    arn2.jpg

  • Sortie sans sortir, visites virtuelles des musées de Belgique

    Lien permanent

    Découvrez les plus belles collections en quelques clics

    Confinement imposé par le coronavirus : voilà qui nous oblige à être créatif. Vous ressentez le besoin de vous évader de votre salon ? Partons ensemble pour une promenade virtuelle dans l'un des magnifiques musées de Belgique.

    8 visites virtuelles des musées de Belgique
    Découvrez les plus belles collections en quelques clics

    Clic ici

     

    https://www.museumpassmusees.be

  • Natagora publie un cahier d'activités à faire avec les enfants

    Lien permanent

    Coincé à la maison avec les enfants ?

    Natagora vous a compilé toutes les fiches d’activités du P’tit Natagora, parues dans notre magazine.

    Des activités à faire à l’extérieur si vous avez accès à la nature, ou en intérieur.

    Et pour chaque activité, un mini-dossier pédagogique.
    Lorsque les écoles sont fermées, beaucoup de parents cherchent des pistes pour offrir à leurs enfants des activités intéressantes.
    Sortir, sortir, et encore sortir !

    Dehors, les enfants se défoulent, ils trouvent mille activités, ils s’épanouissent, ils jouent ensemble.

    Les adultes, aussi. Les études se multiplient et vont toutes dans le même sens : sortir fait du bien au moral et à la santé.
    Et lorsqu’il pleut trop, ou que les bottes sèchent, ou que le plus petit est à la sieste, rien de tel que de bricoler en continuant à apprendre.

    Source ici 

     

                          Téléchargez notre cahier d'activités Ici 

    https://www.natagora.be/

  • Pour le moment, les crèches de Wallonie et de Bruxelles n’accueillent plus que 1% des enfants habituels

    Lien permanent

    Seulement 1 % d’occupation dans les crèches

    Pour le moment, les crèches de Wallonie et de Bruxelles n’accueillent plus que 1 % des enfants habituels. En temps normal, 35 % des enfants sont accueillis en crèche, rappelle-t-on au cabinet de la ministre de l’Enfance de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard.
    Dès lors, la question se pose de savoir s’il faudra diminuer le nombre d’implantations. « On réfléchit avec le secteur », nous a-t-on répondu ce dimanche. Il est vrai aussi que certaines crèches accueillent encore de nombreux enfants, là où d’autres sont quasiment vides. Il faut aussi garantir l’accueil dans de bonnes conditions des enfants du personnel soignant, déjà soumis à forte pression.
    Aides
    Jeudi, le gouvernement de la Fédération a débloqué un fonds de 4,8 millions pour aider le secteur de l’accueil. Ce fonds est notamment destiné à compenser l’important manque à gagner que va subir ce secteur. Les parents ne sont plus obligés de payer si leur enfant ne fréquente plus la crèche, voire peuvent demander un remboursement de sommes déjà payées si leur enfant ne va plus à la crèche. De plus, certains parents se retrouvent eux-mêmes en difficulté financière, du fait du coronavirus et du confinement qu’il implique. D’un autre côté, le secteur doit être encore à même d’accueillir des enfants qui seraient en danger.

    Les 4,8 millions d’aide sont une première tranche. Une autre tranche est déjà à l’étude, suite à l’annonce du fédéral, vendredi, de prolonger les mesures de confinement.

    Rédaction de B.J

    Source 

  • Le Grand Curtius de Liège propose ses oeuvres sur internet !!!

    Lien permanent

    Tous les lundis, il publie un article général ou pédagogique comme : un carnet de jeux pour enfants autour de l'exposition Europalia "Racines, les civilisations du bas-Danube" ou "faites vos jeux gallo-romains" ou des coloriages à partir des chefs-d'oeuvres du musée.

    Mais aussi des ressources pédagogiques pour les parents ou les professeurs et des articles sur les coulisses du musées comme le travail des restaurateurs.

    Une des à 360 degrés de Thierry Lechanteur

    Tous les mercredis, un reportage des visites virtuelles du Grand Curtius, grâce aux photos 360° de Thierry Lechanteur à l’adresse https://roundme.com/tour/1879/view/5507/

    Tous les vendredis, une publication d'une vidéo de découverte virtuelle d'un des chefs-d'oeuvre du Grand Curtius !

    Dans ce nouveau format vidéo, Edith Schurgers vous invite à parcourir virtuellement les chefs-d’œuvre du Grand Curtius comme si vous y étiez. Pour cette première édition, elle vous emmène sur les traces d’un peigne à quatre dents daté de – 5.300 ans, découvert il y a un peu plus d’un siècle sous la Place Saint-Lambert. Et si son usage n’était pas celui que vous croyez... ?

    Rédaction Par L.G

    Source et photos clic ici 

    https://www.youtube.com/watch?v=8vlpx0Ozim0

  • Les Evêques de Belgique ont décidé de reporter les célébrations Mariage , confirmation et des premières communions

    Lien permanent

    Les Evêques de Belgique ont décidé de reporter les célébrations de confirmation et des premières communions prévues entre Pâques et la Pentecôte, à cause de l’épidémie de coronavirus, annoncent-ils lundi. Les confirmations sont reportées aux mois de septembre ou d’octobre, tandis que les premières communions auront lieu lors de la prochaine année scolaire.
    Chaque diocèse proposera des dispositions en fonction de sa situation spécifique et en assurera la communication, précisent les Evêques de Belgique.

    Par Sudinfo avec Belga

    Source

     

    Après avoir supprimé les cérémonies autour de la Semaine Sainte, l’Église belge réfléchit à supprimer les activités « de masse » pour les mois de mai et de juin, quelle que soit la décision de prolonger ou non le confinement.

    Une décision pourrait intervenir dans les prochaines heures.


    L’Église de Belgique a appris ce vendredi la prolongation des mesures de confinement par le Conseil national de Sécurité. Avant cela, elle avait déjà anticipé, en annulant toutes les célébrations autour de la Semaine Sainte et de la fête de Pâques.


    Désormais, les évêques de Belgique regardent plus loin : mai, juin, et l’été… « Nous suivons évidemment, comme l’ensemble des citoyens, les décisions prises au niveau fédéral et le calendrier des autorités », indique Tommy Scholtes, attaché de presse de la Conférence épiscopale.

    « Pour les événements qui n’ont pas pu être préparés pendant ces semaines de confinement, nous aurons du mal à pouvoir les faire se dérouler normalement en mai et en juin même si le confinement était levé ».


    Entendez donc notamment les mariages et les communions, qui nécessitent des rencontres et des séances de préparations plusieurs semaines voire mois avant la célébration… « Nous discutons beaucoup, nous souhaitons arriver à une décision commune à l’ensemble des évêques de Belgique.

    Régionalement, chacun regarde ce qu’il est possible de faire. Mais l’Église risque de fonctionner un peu au ralenti lorsque le confinement sera levé. Il faudra être prudent ».

    De nombreux reports de mariage ont déjà eu lieu, que ce soit pour les mois de mars et avril, mais aussi pour des événements prévus en mai, en juin et même cet été, les mariés souhaitant éviter de devoir limiter le nombre de participants à la fête, et être certains de pouvoir inviter tous leurs proches et amis à leur cérémonie…

     

    Par L.P.

    Source

  • Soutenons nos indépendants locaux :Boulangerie pâtisserie Michaux Villers le Temple Nandrin mêmes horaires que d'habitude

    Lien permanent

    La boulangerie reste bien ouverte aux mêmes horaires que d'habitude.
    Mercredi-vendredi : 7h30-18h30
    Samedi : 7h à 18h30
    Dimanche :7h à 17h
    Pensez à passer vos commandes par téléphone ->085/512565
    N'oubliez pas vos commerçants locaux !

    1michau.jpg

  • Changement d'horaire à la Station Prévot Nandrin

    Lien permanent

    Station Prévot Nandrin annonce sur la page Facebook 

    CHANGEMENT HORAIRE à partir du lundi 30/03 jusqu'à nouvel ordre ...
    LUNDI au VENDREDI 9h-18h
    SAMEDI 8h-16h
    Respectez la distanciation sociale 1m50
    Préférez le paiement par voie électronique
    MAXIMUM 2 CLIENTS à la fois
    Prenez soin de vous et de nous, merci de votre compréhension

    Station Prévot Nandrin

     

     

  • Réouverture partielle des recyparcs dès la semaine prochaine ?

    Lien permanent

    Réouverture partielle des recyparcs dès la semaine prochaine et sous certaines conditions: «Nous ne sommes pas en train de préparer le déconfinement»

    Fermés depuis le 18 mars, les recyparcs rouvriront partiellement et sous certaines conditions. Cela permettra d’éviter l’accumulation de déchets à domicile mais aussi de lutter contre les dépôts clandestins.

    Article complet clic ici 

  • Confinement OUI –> Dépôts sauvages NON

    Lien permanent
     
     
     
    Intradel l'explique sur la page Facebook 


    Les recyparcs sont toujours fermés et nous sommes conscients qu’il n’est pas toujours évident de stocker certains déchets. Toutefois, nous vivons une période exceptionnelle et des dépôts sauvages ne sont pas une solution.


    Nous vous demandons encore un peu de patience et de garder vos déchets chez vous.


    Que faire des déchets spéciaux des ménages ?


    Stockez-les chez vous dans un endroit sec et aéré (cave, garage…), hors de portée des enfants et des animaux domestiques.


    Ne mélangez jamais les déchets spéciaux entre eux, au risque de provoquer des réactions indésirables.
    Conservez les dans leurs emballages d’origine, placés dans un bac étanche.


    Et pour aller plus loin et éviter de produire trop de déchets, voici quelques trucs et astuces :
    Fabriquer son nettoyant WC ? Voici la recette  :
    Matériel : un flacon vaporisateur de 500 ml, une cuillère à café
    Ingrédients : 1/3 vinaigre blanc, 2/3 eau, 2 cuillères à café d’huiles essentielles
    Utilisation : vaporiser sur les parois du wc, laisser agir 15 à 20 min, brosser.
    Un fond de casserole brûlée ?
    Pour le récupérer : faites bouillir de l’eau avec 2 cuillères à soupe de vinaigre durant 10 minutes.
    Dépolluer l’air de votre maison ?
    Optez pour un dépolluant naturel plutôt que chimique !

    Certaines plantes (cactus, chrysanthème, lierre, ficus,…) peuvent faire office de véritable station d’épuration contre les polluants de l’air.
    Plus d'infos et conseils dans notre brochure : https://bit.ly/2wtUMqL
    Merci à tous pour votre compréhension et votre collaboration.

     
     

     

  • Période de confinement et si on essayait la lecture numérique?

    Lien permanent

    En cette période de confinement, si vous êtes en manque de livres, pourquoi ne pas tester la lecture de livres numériques ?

    Rendez-vous sur www.lirtuel.be où un accès gratuit vous est proposé pour un mois (si vous souhaitez ensuite poursuivre l'utilisation de la plateforme, il vous suffira simplement d'être en règle de cotisation dans une bibliothèque publique reconnue par la FWB).
    L'inscription sur Lirtuel est simple et sera validée dans un délai de 24h maximum. Vous pourrez ensuite commencer à emprunter des livres.

    Fnac

    Amateurs de lecture, venez découvrir la sélection d'ebooks gratuits en français de la Fnac !

    Disponibles aux formats epub ou pdf, vous trouverez des romans, de la fantasy, des polars, des classiques et mêmes des exclusivités. Les plus grands auteurs sont aussi au rendez-vous : Marcus Malte, JK Rowling, Harlan Coben ou encore Homère et Dostoïevski.

    Le téléchargement est immédiat, alors branchez vos liseuses Kobo et plongez au cour de centaines de livres numériques sans plus attendre.

    Pour mieux comprendre ce qu'est le livre électronique, nos experts Fnac en livres vous en parlent dans leur blog.

    https://livre.fnac.com/n286016/Petit-prix-et-bons-plans-ebooks/Tous-les-Ebooks-gratuits

     

  • Les boîtes à Livres à Yernée et Fraineux sont accessibles Nandrin

    Lien permanent

     

    Pour les amateurs de lecture, contrairement à Tinlot  à Nandrin les boîtes à livres restent accessibles aux citoyens !!!

     

    Dans le hameau de Yernée sur le coin de la rue Trihettes et Saint-Donat !!!

    Au coin de la rue Tige des saules et la rue du Pery à Fraineux Nandrin

    Le Facebook de la Commune le confirme sur la page de Nandrin Nandrin

    Une boîte à livres à Fraineux Nandrin clic ici

    Une boîte à Livres à Yernée Nandrin clic ici

     

  • Dès ce lundi, Gaia répond gratuitement à toutes les questions que vous vous posez via un numéro vert

    Lien permanent

    Dès aujourd’hui, GAIA lance son propre numéro vert : le 0800/53 335.

    Le but de l’association de défense des animaux est de répondre à toutes les nombreuses questions que se posent les Belges à propos des animaux domestiques en cette triste période de Covid-19. Nous avons compilé les questions que vous vous posez le plus souvent : vous les retrouverez en bas de cet article.


    Qui d’autre que GAIA pouvait lancer un numéro vert pour répondre à toutes les questions que se posent les Belges à propos des animaux domestiques ? Personne. « Et des questions, il y en a beaucoup. Nous avons décidé d’ouvrir ce numéro pour désengorger le call center d’info-coronavirus.be », précise Rafal Naczyk, le porte-parole de l’association.

    Dès aujourd’hui, vous pouvez donc appeler le numéro gratuit 0800/53 335.

    « Nous avons une équipe d’une dizaine de membres de GAIA qui répondront ».


    Il sera accessible entre 9h et 17h30. Pour le lancement officiel de la campagne, ce sont Michel Vandenbosch et Ann De Greef, le président et la directrice de GAIA qui répondront en direct sur Facebook, à 14h.

    « C’est une période très incertaine mais nous pouvons essayer d’en tirer quelque chose de positif », déclare la directrice. « Les gens peuvent maintenant consacrer plus de temps à leurs animaux domestiques.

    Nous voulons les aider à profiter au mieux de ces moments avec eux. Plus que jamais, l’enjeu est de maintenir les bonnes relations entre les hommes et les animaux ».


    « C’est le contraire ! »


    Le but est aussi d’éviter que les propriétaires ne pensent à l’impensable : à abandonner leur animal. « Les refuges pour animaux sont déjà en difficulté. Nous voulons tordre le cou à toutes les contre-vérités qui circulent », poursuit Rafal Naczyk qui rappelle que, non, le Covid-19 n’est pas transmissible de l’animal à l’être humain. « C’est le contraire : l’homme peut transmettre la maladie à son animal.

    Il y a donc des règles d’hygiène à respecter si vous avez le malheur d’être infecté par le coronavirus ». L’une d’elles est de se laver les mains avant et après avoir caressé son animal. « Et ne pas se frotter au nez de ses animaux ». Il existe un risque de « contamination passive ».

    « C’est pourquoi il est préférable de ne pas laisser caresser votre animal par d’autres personnes en ce moment », explique l’Union Professionnelle Vétérinaire en collaboration avec Étienne Thiry, spécialiste en virologie vétérinaire à l’Université de Liège.

    « Votre animal peut être un émetteur passif comme n’importe quelle surface. Par exemple : une poignée de porte ».

    « Nous dissiperons les doutes de toutes personnes qui en ont », promet Ann De Greef. « Par exemple, certains parents ont peur de laisser leurs enfants dans le jardin, parce qu’il y a le choix des voisins. Il faut pouvoir les informer correctement et les rassurer ».

    Elle pense aussi aux chats errants qui peuvent toujours être nourris. « Quant aux projets de stérilisation dans les communes, ils doivent se poursuivre. Sinon, les dégâts sur la population féline seront énormes après cette crise ».

    Rédaction de l'article Pierre Nizet

    Source

  • Qui ne stresse pas à l’idée de ramener le coronavirus en allant simplement faire ses courses ? des conseils ici

    Lien permanent

    Conseils pour des courses sans stress

    Qui ne stresse pas à l’idée de ramener le coronavirus en allant simplement faire ses courses ? Voici 6 petits conseils utiles pour réduire le risque.


    1. Respecter scrupuleusement les fameux « gestes barrière » désormais connus de tous et surtout, surtout, garder ses distances. Faire ses courses seul histoire de limiter au maximum le monde dans les magasins.


    2. L’après-midi, c’est le bon plan. La plupart du temps, la fréquentation est moindre l’après-midi que le matin. Si vous avez une grande surface de prédilection, vous savez certainement quelles sont les heures creuses. Profitez-en.

     

    3. Attention aux gants. Ils doivent être à usage unique ! Se désinfecter les mains à l’entrée du magasin, les enfiler ensuite, les jeter dans une poubelle après et ne surtout pas les mettre dans son sac ou conduire avec. Ils doivent être jetés ! De nombreuses grandes surfaces désinfectent les chariots entre chaque client ou demandent au client de le faire. Sinon, n’hésitez pas à user d’un peu de votre précieux gel hydroalcoolique à cet effet.


    4. Virez les emballages ! Ne mettez pas les cartons au frigo, nettoyez ce que vous ne pouvez pas déballer (pot de yaourt, sachet de fromage râpé, boîte de lait) avec un essuie-tout humide. Transvasez ce que vous pouvez, comme les pâtes ou la farine, dans des boîtes fermées, style Tupperware. Et lavez-vous les mains avant de déballer les courses et aussi après. Quant au pain, vous pouvez le chauffer à 60 degrés.


    5. Lavez et frottez les fruits (quand c’est possible) et les légumes à l’eau. Ou faites tremper avec du vinaigre blanc. Une fois cuits, il n’y a plus de risque.


    6. Personnes fragiles, faites-vous livrer. Et si ce n’est pas ou plus possible vu l’engorgement des services de livraison, demandez à un proche de faire les courses pour vous histoire d’éviter les magasins. Même s’ils sont nombreux, aujourd’hui à réserver certaines tranches horaires aux publics à risque comme les personnes âgées. Et quand on vous apportera vos courses, procédez comme au point 4 pour le déballage.

     

    Source

  • Prévenir et gérer les difficultés financières

    Lien permanent

    De nombreux citoyens (consommateurs, entreprises, indépendants) s'inquiètent pour leur avenir financier et s'interrogent sur les mesures prises et leur marge de manœuvre dans le cadre de la crise actuelle.

    L'Observatoire du Crédit et de l'Endettement vous apporte des réponses pratiques en vue de prévenir les difficultés financières.

    Vous trouverez toutes les réponses à vos questions en cliquant sur ce lien.

    Une mise à jour est réalisée au fur et à mesure de l'actualité.

    Pour toute autre question, l'équipe de l'Observatoire continue d'assurer ses consultations juridiques par email (consultations@observatoire-credit.be) et par téléphone (071.33.12.59).

    Mesures spéciales COVID-19

  • Zéro PV dans le Condroz !!!

    Lien permanent

    Confinement : après une semaine de prévention, place à la répression. Les consignes du gouvernement (à savoir rester à la maison, n’effectuer que des déplacements indispensables, etc) ont-elles été bien respectées ce week-end dans l’arrondissement de Huy-Waremme ?

    C’est la question que nous avons posée aux différents zones de police.

    Zone du Condroz : une dizaine de demandes d’interventions est parvenue à la zone de police du Condroz « mais aucun P.-V. n’a été dressé », assure le président de la zone, Philippe Dubois, bourgmestre à Clavier.

    « C’est très calme, les seuls petits écarts qui m’ont été rapportés sont une famille de 3 personnes qui circulaient en voiture avec un vélo sur le toit.

    Ou encore un père et son fils qui transportait de la terre dans une remorque. »

    zone de Huy. Selon le bourgmestre Christophe Collignon, le confinement n’a pas suscité d’énormes problèmes « sauf quand il a fait beau.

    Nous avons eu quelques rassemblements sur les terrains de foot mais avec le temps, la situation s’est améliorée. »


    « Notre plus grande difficulté est de sensibiliser les publics plus marginaux.

    Au Batta, par exemple, c’est plus compliqué de faire respecter les mesures.

    Une sanction immédiate, je ne suis pas certain que ça fonctionne. »

    Rédaction Par M-Cl.G.

    Article complet clic ici