Un suivi médical à distance «Covid19 – eMonitoring First Line».

Lien permanent

Un SMS avertit le généraliste si son patient confiné passe en stade «critique»

Depuis ce week-end, les généralistes peuvent suivre à distance l’état de leurs patients atteint du coronavirus (testés positifs ou non) qui sont confinés à leur domicile. Pour cela, il leur suffit d’inscrire leurs malades sur la plateforme internet « Covid19 – eMonitoring First Line ». Un système développé par des geeks et le monde médical dont The Faktory, Fotostudio le Collège francophone de Médecine Générale, le Réseau Santé Wallon, l’ISPPC et le Projet e-santewallonie.
Mais comment cela fonctionne-t-il ? Le médecin se connecte à partir de son ordinateur ou smartphone en allant sur le portail du Réseau Santé Wallon. Il y inscrit son patient et lui crée une fiche signalétique. Il peut y préciser des données médicales comme le jour d’apparition des symptômes. Ensuite, « le patient reçoit toutes les 12 heures, sur son smartphone (et/ou celui du tiers de contact), un SMS. Ce SMS lui fournit un lien vers un e-form, un formulaire en ligne, à remplir. Il est invité à préciser (essentiellement) : sa température, son rythme cardiaque, sa fréquence respiratoire, la présence de signes digestifs, son état de conscience, sa capacité à continuer la quarantaine à domicile… », explique un document d’e-santewallonie. « Les paramètres transmis par chaque patient sont analysés grâce à un algorithme qui a été spécifiquement adapté au contexte belge par le banc académique du Collège de médecine générale et la SSMG. Chaque patient se voit attribuer un code couleurs grâce auquel le médecin repère si son état est stable (vert), à risque (orange) ou critique (rouge) ». Cela permet au praticien de décider des actions à entreprendre pour chaque malade. Sur son écran, il dispose à tout moment d’une vue d’ensemble de l’état de santé de tous ses patients inscrits dans l’application.
Centre de tri, laissez passer !
« Je l’utilise pour plusieurs patients et c’est vraiment un très bon outil qui est fait pour la sécurité de tous. Il rassure les malades et généralistes. Le médecin n’a plus la pression de ne pas oublier de rappeler certains malades », nous explique le Dr Orban. « Si le patient change de stade et qu’il passe de « stable » à « à risque », je reçois un SMS et le patient aussi. Celui-ci demande qu’un appel soit effectué entre nous dans les trois prochaines heures. Si l’état devient « critique », le SMS demande un contact direct. En cas de non-réponse du généraliste, le malade est renvoyé vers le 112. Si le médecin l’estime nécessaire, il peut à tout moment demander un transfert vers un centre de tri ou un hôpital. Le patient peut alors recevoir un SMS pour confirmer le choix de son médecin au centre de tri, ce qui est une forme de laissez-passer. Le centre de tri et l’hôpital peuvent enfin avoir accès à tout l’historique de l’évolution de la maladie chez ce patient, ainsi qu’au numéro de téléphone d’un aidant proche », conclut président du collège de médecine générale francophone.

Rédaction par Alison Verlaet

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel