Pas simple pour tous les petits producteurs

Lien permanent

La crise du coronavirus n’a pas un effet identique sur tous les petits producteurs du pays.

Les boucheries à la ferme et les producteurs de denrées alimentaires attirent plus de clients que jamais.


« Tout le monde ne profite pas de la même manière de cette nouvelle clientèle, mais on est sur une augmentation moyenne de 30 % », se réjouit Emmanuel Grosjean, coordinateur du Collège des producteurs.

 

« Les circuits locaux ont la cote et les supermarchés franchisés font, plus que jamais appel à leurs services.

Certains producteurs m’ont dit qu’ils ne s’étaient jamais sentis aussi utiles qu’aujourd’hui. Visiblement, le client réfléchit autrement, il consomme autrement et se contente des produits disponibles chez le petit producteur ».


Le drame des pépiniéristes


Le Collège des producteurs essaie d’anticiper ce qu’il restera de cette tendance après le confinement parce qu’il devra conseiller les producteurs sur de futures augmentations de productions.


Pour les pépiniéristes, en revanche, c’est le drame puisque c’est la période des achats pour le jardin. Ils sont fermés alors que des « concurrents » comme les pompes à essence ou les grandes surfaces vendent des produits de jardin.

« On les encourage à vendre en ligne et à livrer », explique Emmanuel Grosjean.

Leurs adresses seront disponibles dans les prochaines heures sur les sites de l’APAQW et du Collège des producteurs.


L’aquaculture, qui fournit l’Horeca en poissons et qui rempoissonne à l’ouverture de la pêche souffre lui aussi énormément.

Rédaction par MR 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel