50% des enfants de 30 mois présentent des troubles du langage

Lien permanent

Compétence lecture: des cours dès la maternelle

Cinq ans après l’étude qui démontrait que 15% des jeunes quittent l’école sans diplôme et sans l’usage fonctionnel de la lecture, les tests PISA 2019 soulignent que cette compétence est encore en léger recul en Belgique. Pour pallier les difficultés des jeunes élèves dans cette matière, des ateliers seront mis en place dès la rentrée prochaine, dans le maternel

Les élèves francophones belges ne lisent pas assez bien. Les enquêtes internationales PISA et PIRLS le montrent depuis plus de 10 ans.

Les résultats établissent que les petits Wallons et Bruxellois ont des lacunes en lecture et sont bien en dessous de la moyenne OCDE dans cette compétence.

En effet, d’après une étude relayée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, seulement 25% des élèves de 4e primaire auraient une bonne maîtrise de la lecture.

Pis, 15% des jeunes quitteraient l’école secondaire sans diplôme et sans l’usage fonctionnel de la lecture.

Mais une enquête de l’ONE démontre que les troubles de la maîtrise de la langue apparaissent déjà chez les tout-petits. En 2015, 50% des enfants âgés de 30 mois présentaient déjà un retard ou des troubles du langage. Voilà pourquoi il était nécessaire de mettre en place des solutions dès le plus jeune âge.

En effet, un référentiel pour les maternelles est en cours de finalisation à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il s’agit du nouveau programme, réalisé dans le cadre du Pacte d’excellence, qui sera d’application à la rentrée 2020.

«La lecture est une préoccupation de tous les référentiels, une attention particulière est portée aux élèves pour qui une maîtrise insuffisante du français est un obstacle majeur aux apprentissages».


DES «COURS» EN MATERNELLE

«Dès la maternelle, des activités d’éveil de la ‘conscience phonologique’ seront organisées, ce qui permettra aux enfants d’être sur un pied d’égalité en 1re primaire pour entrer dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture».

La conscience phonologique est le fait d’être capable de jouer consciemment avec les composantes sonores d’un mot,sans prise en compte du sens. Les activités consistent à repérer, segmenter, fusionner des sons, à l’oral uniquement: «C’est le prérequis essentiel pour entrer dans la lecture (et l’écriture)».

Concrètement, les petits devront pouvoir établir des relations sonores entre des mots entendus en énonçant des mots contenant une même syllabe par exemple, ou encore distinguer les sons constitutifs du langage.

Ils devront aussi pouvoir rythmer un mot, un groupe de mots ou une phrase courte en scindant les syllabes orales en frappant des mains pour marquer chaque syllabe. Il n’y aura toutefois pas de volume horaire indicatif pour ce type d’activité en maternelle. Aux réseaux d’élaborer les programmes «en restant bien dans une logique d’enseignement maternel, pas une pré-primaire».

 

Rédaction de l'article par PAULINE GOVAERT

Source 

 

Les commentaires sont fermés.