L’épargne-pension s’effondre

Lien permanent

C’est une des conséquences de la forte correction des marchés boursiers de ces derniers jours : la valeur de votre compte épargne-pension chute lourdement. La cause ? Et oui, la propagation de l’épidémie du coronavirus, toujours lui… Faut-il s’inquiéter ?
Avec les applications de banque, vous pouvez suivre quotidiennement l’évolution de la valeur de votre épargne-pension. Et celle-ci a tendance a piqué du nez, et pas qu’un peu, depuis une grosse semaine. Prenons un exemple concret : Yves a un compte épargne-pension chez Belfius, avec un portefeuille réparti de la manière suivante : 48,86 % dans un « Belfius Pension Fund Low Equities » et 51,14 % dans un « Belfius Pension Fund High Equities ». Le 28 février dernier, sur son smartphone, la valeur indicative affichait 14.812 euros. Et ce mercredi 11 mars, elle avait chuté à… 13.007 euros. C’est ce qui s’appelle une dégringolade qui fait mal. Ne cherchez pas plus loin le coupable : c’est, en très grande partie, à cause du coronavirus.

« Cette baisse est effectivement une conséquence de la forte correction enregistrée par les Bourses ces dernières semaines », confirme Guy Vanroten, Investment Strategy chez Belfius.


« Le Belfius Pension Fund High Equities a une exposition de 67 % en actions (solde : 31 % d'obligations et 2 % de liquidités) et il a par conséquent également souffert de la correction boursière générale de ces dernières semaines. Entre le 19/2/2020 (cours le plus haut) et le 9/3/2020, le fonds a perdu environ 15 % ».

« Pour info : durant cette période, la Bourse mondiale (MSCI World) et la Bourse européenne (MSCI Europe) ont perdu 23 % », poursuit Guy Vanroten. « Le volet obligataire du portefeuille a rempli sa fonction de stabilisateur. En cas de rétablissement des Bourses, à savoir lorsque l’incertitude liée au coronavirus se sera atténuée (il s’agit de notre scénario, nous n’attendons pas de récession économique), le cours du fonds d'épargne-pension pourra se redresser. Le parcours sera peut-être cahoteux (plus de volatilité boursière). Les corrections boursières se répercutent dès lors toujours sur le cours des fonds d'épargne-pension. Dans le compartiment High Equities, l’impact est plus grand que dans le Low Equities (pondération des actions de 32 %). Pour info auissi : le compartiment Low Equities n’a reculé que de 8 % ces dernières semaines ».
« Les fonds d'épargne-pension sont un investissement pour le long terme, avec des baisses de cours de temps à autres (p. ex. 2018), mais avec de bons rendements positifs à long terme. Même après la correction actuelle, les gains de 2019 enregistrés par le fonds Pension Fund High Equities ne sont pas entièrement balayés (rendement encore positif de 3 %) ».

« Vu qu'un montant fixe est versé chaque année dans les fonds d'épargne-pension (généralement chaque mois), le principe de la « répartition de l’investissement dans le temps » est appliqué ici et l'impact des baisses de cours sur le rendement est quelque peu atténué », termine Guy Vanroten.
Il n’empêche : la chute actuelle fait mal. En sachant que, chaque année, vous pouvez déposer, sur ce type de compte, un montant qui oscille entre 990 et 1270 euros selon le type de plafond que vous avez choisi, Yves a tout de même perdu l’équivalent de deux années de cotisation en… moins de deux semaines. Faut-il s’inquiéter ? « Nous sommes dans un événement assez exceptionnel et pas très fréquent », explique Thierry Masset, Chief Investment Officer Belgium & Luxembourg chez ING. « L’ampleur de ce mouvement est significative, on est d’accord. Mais il faut relativiser. Même si ce n’est pas agréable à constater, ces variations s’expliquent logiquement. L’épargne-pension, c’est un produit à long terme, qui s’étale parfois sur 30-40 ans. Vous avez deux manières de réagir. Soit, vous regardez le verre à moitié vide et oui, on constate alors que, sur une période très courte, vous êtes passé de 14.000 à 13.000 euros. Soit, vous restez serein, et vous constatez que sur les X années d’investissement, vous avez fait du 5,99 % de rendement, et ce, même si avant la baisse récente, vous étiez à du 6,4 %. Je préconise la seconde option ».

La situation actuelle touche surtout les personnes âgées qui doivent toucher bientôt le montant de leur épargne-pension. Celles-ci peuvent avoir perdu, selon leur profil et le montant total investi, plusieurs milliers d’euros en deux semaines. Ces personnes auront évidemment moins de temps pour se « refaire ». Les plus jeunes, eux, doivent rester sereins : tôt ou tard, cela repartira, comme toujours, et normalement, à la hausse.

Rédaction de l'article par Cédric Baufayt

 

Article complet clic ici 

L’épargne-pension, comment ça marche?
Les fonds d’épargne-pension se divisent en trois catégories qui correspondent à trois profils de risque : selon la dénomination propre à votre banque, vous êtes soit dynamique, soit neutre ou soit défensif. Le produit le plus répandu est celui du « neutre » ou parfois appelé le « balancé ».
Cela signifie dans ce cas (et c’est l’exemple concret cité ci-dessus), que les montants que vous versez sont investis à 50 % dans différentes catégories d’obligations et liquidités. Et les 50 % autres dans des actions. C’est votre banque qui gère ces investissements.
« Un calcul de la valeur d’inventaire se fait tous les jours », indique Thierry Masset. « Cette valeur d’inventaire représente de facto la valeur consolidée de tous les placements et investissements sous-jacent dans votre fond. Qui, eux-mêmes, évoluent de manière directe selon l’évolution du marché. C’est cette valeur que l’on voit sur l’application. Et elle fluctue, à la hausse ou la baisse, chaque jour ». Généralement, ces variations quotidiennes de valeur d’inventaire sont inférieures à 1 %.
Depuis, quelques jours, par contre… « Lors du dernier trimestre 2018, où l’on avait une correction boursière de moindre importance que celle de maintenant, les fonds d’épargne pension avait, sur cette période, baissé en valeur de 7 à 10 %. Ici, la correction est un peu plus importante puisque la correction du marché « actions », pour l’instant, est aux alentours d’une vingtaine de pourcents. Si vous prenez donc un portefeuille d’un utilisateur qui a un profil « 50-50 », l’impact sur la valeur de sa part en actions est de moins 10 %…
Et ce, indépendamment de la partie investie en obligations et en liquidités. Qui peut elle aussi monter ou descendre… ».
rédaction de l'article par C.B.

Article complet clic ici 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel