Julien Nicaise un Liégeois à la tête de 25.000 profs et 200.000 élèves

Lien permanent

Julien Nicaise est devenu le nouveau patron du réseau Enseignement Wallonie Bruxelles. Ce qu’on sait moins, c’est que ce quadragénaire, devenu travailleur bruxellois, est un véritable Liégeois de souche. Aujourd’hui responsable de plus de 25.000 professeurs et de 200.000 élèves, il se livre sur son éducation liégeoise et les liens qu’il entretient encore et toujours avec « sa » Cité ardente.


Aujourd’hui, vous devenez le patron de 25.000 enseignants et de 200.000 élèves en Wallonie et à Bruxelles, plutôt stressé ?


Non, confiant et conscient de la tâche qui m’attend. Et je suis aussi très fier. Je viens d’un milieu modeste, de la petite classe moyenne. Du côté maternel, je suis le premier de la famille à avoir fait l’université. Mes arrières grands-parents étaient mineurs et mes grands-parents étaient ouvriers. C’est grâce à l’école que j’en suis arrivé là. On peut dire aujourd’hui que la boucle est bouclée.
Vous travaillez maintenant à Bruxelles, est-ce que vous vous sentez toujours Liégeois ?
Oui, et je vis toujours à Liège !


D’où venez-vous ?


Je suis originaire de Beyne-Heusay où j’ai grandi avec ma famille. J’y ai même joué au handball à l’Union beynoise jusqu’à mes 18 ans. J’étais pivot. Ensuite, j’ai vécu à Saint-Léonard et depuis je n’ai pas bougé d’ici. Je suis toujours installé à Liège, quai de Rome. Mes liens avec Liège restent très très forts, même si je travaille à Bruxelles. Mes deux enfants sont scolarisés dans des écoles liégeoises. Ma femme travaille à Liège. Liège reste mon port d’attache, sans aucune ambiguïté. J’aime son ambiance si particulière qu’on ne retrouve pas ailleurs.
Vous avez encore vos petites habitudes ici ?
Oh oui, je vais encore à la Batte. Juste après, je passe à la boucherie Colson. J’aime aussi aller manger chez Maccheroni. J’ai aussi mes petites habitudes dans un magasin de spiritueux qui s’appelle « Watch Smell Taste & Having Fun ». J’aime surtout le gin et le vin… Et puis j’aime la musique. D’ailleurs, je vais toujours aux Ardentes ! Je n’ai raté aucune édition depuis bientôt 10 ans ! Cette année, ce sera un peu différent à cause du changement de site. Je suis curieux de voir ce que ça va donner.
Où avez-vous étudié ?
J’ai fait ma scolarité à l’Athénée Saucy et ensuite j’ai obtenu mon diplôme en sociologie à l’université de Liège. J’ai aussi obtenu un master en management à Solvay. C’est la seule « entorse » à mon éducation liégeoise (rire).
Quel genre d’étudiant étiez-vous ?
J’étais plutôt un bon élève mais je n’étais pas studieux (rire). Je l’avoue. Je ne passais pas mon temps à la bibliothèque. Je traînais plus dans les cercles de baptêmes et ce genre de choses… Mais je faisais ce qu’il fallait.
Comment l’enseignement est arrivé dans votre vie ?

Je pense que ça vient de ma mère qui était institutrice primaire. Et puis à l’université, mes recherches portaient aussi sur l’enseignement. Ensuite, j’ai travaillé en politique dans différents cabinets, toujours liés à l’enseignement. C’est vraiment le fil conducteur de ma vie. C’est un sujet qui m’a toujours intéressé. J’ai en quelque sorte grandi avec ça de l’intérieur.

 


«Rénover les bâtiments et donner plus d’autonomie»


Julien Nicaise en a également profité pour fixer ses priorités : « C’est un enseignement qui a de nombreux défis à relever. Celui des bâtiments scolaires. Il faut investir pour rénover nos écoles. On estime aujourd’hui qu’il faudrait financer ces rénovations à hauteur d’un milliard d’euros. C’est une des priorités. Ensuite, il faut aussi donner assez d’autonomie aux directeurs d’école et professeurs pour gérer leurs établissements. Car ce sont eux qui se trouvent sur le terrain. Aussi leur permettre de recruter le personnel dont ils ont besoin. Pour essayer de les détacher de tout ce qui est charge administrative pour qu’ils puissent se concentrer davantage sur l’encadrement des élèves »

 

 

Propos recueillis par Stefano Barattini

 

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel