• Le central téléphonique du CHU de Liège est saturé d'appels à propos du CORONAVIRUS, il y a un call-center national 0800 / 14689 l'appel est gratuit

    Lien permanent

    Bonsoir. Le central téléphonique du CHU de Liège est saturé d'appels à propos du CORONAVIRUS. Cela rend difficile le travail de tri délicat. La Direction médicale et le service d'hygiène de l'hôpital universitaire ont diffusé aujourd'hui le message suivant :
    "Pour répondre à vos besoins légitimes de renseignements, le CHU vous rappelle qu'un call-center national a été mis en place. Il est joignable au 0800 / 14689. L'appel est gratuit. Et un site internet est également disponible : www.info-coronavirus.be
    Si vous présentez des symptômes, renseignez-vous prioritairement auprès de votre médecin traitant.
    Plusieurs procédures sont également disponibles sur le site de Sciensano à destination des professionnels de la santé.
    https://epidemio.wiv-ips.be/ID/Pages/2019-nCoV.aspx
    Merci de suivre les informations par le biais qui vous convient le mieux."

    CHU de Liège

     

  • Julien Nicaise un Liégeois à la tête de 25.000 profs et 200.000 élèves

    Lien permanent

    Julien Nicaise est devenu le nouveau patron du réseau Enseignement Wallonie Bruxelles. Ce qu’on sait moins, c’est que ce quadragénaire, devenu travailleur bruxellois, est un véritable Liégeois de souche. Aujourd’hui responsable de plus de 25.000 professeurs et de 200.000 élèves, il se livre sur son éducation liégeoise et les liens qu’il entretient encore et toujours avec « sa » Cité ardente.


    Aujourd’hui, vous devenez le patron de 25.000 enseignants et de 200.000 élèves en Wallonie et à Bruxelles, plutôt stressé ?


    Non, confiant et conscient de la tâche qui m’attend. Et je suis aussi très fier. Je viens d’un milieu modeste, de la petite classe moyenne. Du côté maternel, je suis le premier de la famille à avoir fait l’université. Mes arrières grands-parents étaient mineurs et mes grands-parents étaient ouvriers. C’est grâce à l’école que j’en suis arrivé là. On peut dire aujourd’hui que la boucle est bouclée.
    Vous travaillez maintenant à Bruxelles, est-ce que vous vous sentez toujours Liégeois ?
    Oui, et je vis toujours à Liège !


    D’où venez-vous ?


    Je suis originaire de Beyne-Heusay où j’ai grandi avec ma famille. J’y ai même joué au handball à l’Union beynoise jusqu’à mes 18 ans. J’étais pivot. Ensuite, j’ai vécu à Saint-Léonard et depuis je n’ai pas bougé d’ici. Je suis toujours installé à Liège, quai de Rome. Mes liens avec Liège restent très très forts, même si je travaille à Bruxelles. Mes deux enfants sont scolarisés dans des écoles liégeoises. Ma femme travaille à Liège. Liège reste mon port d’attache, sans aucune ambiguïté. J’aime son ambiance si particulière qu’on ne retrouve pas ailleurs.
    Vous avez encore vos petites habitudes ici ?
    Oh oui, je vais encore à la Batte. Juste après, je passe à la boucherie Colson. J’aime aussi aller manger chez Maccheroni. J’ai aussi mes petites habitudes dans un magasin de spiritueux qui s’appelle « Watch Smell Taste & Having Fun ». J’aime surtout le gin et le vin… Et puis j’aime la musique. D’ailleurs, je vais toujours aux Ardentes ! Je n’ai raté aucune édition depuis bientôt 10 ans ! Cette année, ce sera un peu différent à cause du changement de site. Je suis curieux de voir ce que ça va donner.
    Où avez-vous étudié ?
    J’ai fait ma scolarité à l’Athénée Saucy et ensuite j’ai obtenu mon diplôme en sociologie à l’université de Liège. J’ai aussi obtenu un master en management à Solvay. C’est la seule « entorse » à mon éducation liégeoise (rire).
    Quel genre d’étudiant étiez-vous ?
    J’étais plutôt un bon élève mais je n’étais pas studieux (rire). Je l’avoue. Je ne passais pas mon temps à la bibliothèque. Je traînais plus dans les cercles de baptêmes et ce genre de choses… Mais je faisais ce qu’il fallait.
    Comment l’enseignement est arrivé dans votre vie ?

    Je pense que ça vient de ma mère qui était institutrice primaire. Et puis à l’université, mes recherches portaient aussi sur l’enseignement. Ensuite, j’ai travaillé en politique dans différents cabinets, toujours liés à l’enseignement. C’est vraiment le fil conducteur de ma vie. C’est un sujet qui m’a toujours intéressé. J’ai en quelque sorte grandi avec ça de l’intérieur.

     


    «Rénover les bâtiments et donner plus d’autonomie»


    Julien Nicaise en a également profité pour fixer ses priorités : « C’est un enseignement qui a de nombreux défis à relever. Celui des bâtiments scolaires. Il faut investir pour rénover nos écoles. On estime aujourd’hui qu’il faudrait financer ces rénovations à hauteur d’un milliard d’euros. C’est une des priorités. Ensuite, il faut aussi donner assez d’autonomie aux directeurs d’école et professeurs pour gérer leurs établissements. Car ce sont eux qui se trouvent sur le terrain. Aussi leur permettre de recruter le personnel dont ils ont besoin. Pour essayer de les détacher de tout ce qui est charge administrative pour qu’ils puissent se concentrer davantage sur l’encadrement des élèves »

     

     

    Propos recueillis par Stefano Barattini

     

    Source 

  • Ciné débat le 19 mars 2020 à Nandrin Mini-film "chute libre" de la série Black Mirror Par le PCS

    Lien permanent

    Mini-film "chute libre" de la série Black Mirror
    le 19 mars 2020
    Administration communale de Nandrin

    Débat animé par le Planning Ourthe-Amblève

     

     
     
     
     
     
     
     
  • ‎Rencontre avec Elise Burette, comportementaliste canin le 28 mars 2020 chez Poils et Plumes Neupré

    Lien permanent

    Vous voulez comprendre le langage de votre chien et qu'il comprenne le vôtre?
    Vous souhaitez adopter un chien qui conviendra à votre mode de vie?
    Vous souhaitez développer une relation harmonieuse avec votre chien?
    Votre chien est agressif envers les humains ou ses propres congénères?
    Il n’est pas bien dans ses pattes en votre absence (aboiements, destruction, malpropreté)?

    Ce samedi 28 mars de 14h à 17h, Elise Burette (un Chien c'est Tout), coach certifiée en comportement canin, sera présente dans votre Poils et Plumes de Neupré pour répondre à tous vos questionnements et vous expliquera sa manière de travailler.

    Bienvenue à tous


    Samedi 28 mars 2020 de 14:00 à 17:00


    Poils et Plumes Neupré
    route du Condroz 92, 4121 Neuville-En-Condroz, Liege, Belgium

     

    Poils et Plumes Neupré

    Rencontre avec Elise Burette, comportementaliste canin

  • Le Coronavirus (COVID-19) vous inquiète? Des conseils pour contrer le coronavirus l’épidémie se rapproche dangereusement de la Belgique

    Lien permanent

    Le SPF Santé Publique a mis en place un site internet spécifique afin de répondre aux questions des citoyens.

    Vous y retrouverez notamment les questions fréquemment posées, mais aussi des conseils!

    N'hésitez pas à surfer sur www.info-coronavirus.be.

    https://www.info-coronavirus.be/fr/

     

    Quels sont les conseils pour éviter l’infection ?

    Le SPF Santé publique a édité une affiche rappelant les conseils sanitaires à suivre pour éviter le coronavirus Covid-19 ou la grippe saisonnière qui peuvent, dans les deux cas, mener au décès des personnes fragilisées.

    « Le premier et le plus important est de vous laver régulièrement les mains », insiste la porte-parole du SPF concerné.

    Sur les affiches envoyées aux communes et aux provinces belges, il y a encore ces conseils : « Utilisez toujours des mouchoirs en papier. Un mouchoir ne s’utilise qu’une seule fois.

    Jetez-le ensuite dans une poubelle fermée ». Couvrez-vous la bouche et le nez lorsque vous toussez et éternuez… et évitez les contacts étroits avec toute personne présentant des symptômes de maladie respiratoire (par ex. toux et éternuements).

    Que faire si vous revenez d’une zone touchée ? Pouvez-vous aller en Italie ? Devez-vous porter un masque ? On vous dit absolument tout ici .

    Faut-il porter un masque, en rue, au bureau, pour éviter d’être contaminé ?

    Steven Van Gught, président du comité scientifique belge du coronavirus, se veut rassurant : « Non, pour la population en général, on ne recommande pas d’utiliser un masque pour le moment car on n’a pas prouvé que cela avait un effet pour stopper le virus ».

    Priorité, pour les masques, au personnel médical, qui soignent les patients en première ligne.

    « On sait que les fabricants ont des problèmes à suivre la demande mondiale. Donc, on doit laisser les masques pour ceux qui en ont le plus besoin, en s’assurant que les hôpitaux et le corps médical soient bien servis ».

    Source

    1 corona.jpg

     

     

  • Sauvetage des batraciens , des infos de Natagora

    Lien permanent

    Organiser un Sauvetage 

    Chaque année, après les dernières gelées hivernales et le retour de températures nocturnes plus clémentes, les amphibiens sortent d'hibernation pour se reproduire.

    Lors de la saison des migrations qui s'étale généralement de février à avril, outre le risque de se faire simplement écraser, les amphibiens peuvent périr par effet d’aspiration, projetés contre les soubassements des véhicules qui roulent au-delà de 30 km/h.

    Toutes ces actions ne peuvent pas voir le jour sans le travail de dizaines d'organisateurs et organisatrices volontaires qui coordonnent les bonnes volontés des personnes participant un soir ou plus.

    Il reste cependant toujours des "points noirs", des lieux de passage à forte mortalité, qui ne sont pas encore couverts. 

    C'est pourquoi nous avons besoin de votre aide afin d'encadrer les personnes motivées de votre région à s'impliquer à vos côtés.

    Voici le message de Natagora 

     L'inscription est gratuite mais obligatoire.

    La dépêche des organisateurs

    Vous avez des questions sur l'organisation des Sauvetages des batraciens?
    Contactez l'équipe "event" du département Volontariat de Natagora : event@natagora.be

     

    Source Natagora 

     

  • Il reste des places pour le BEPS Maison Croix Rouge Aywaille Hamoir Ouffet

    Lien permanent

    Maison Croix Rouge Aywaille Hamoir Ouffet

    Il nous reste des places pour le BEPS (bases essentielles du secourisme - 5 leçons de 3h00) les mardis 3, 10, 17, 24 et 31 mars prochains, de 18h30 à 21h30.

    Intéressé ?
    Inscrivez-vous sans tarder
    en envoyant un mail (luc.hausman@skynet.be) avec Nom, Prénom, adresse complète et date de naissance + n° gsm et
    45€ à verser sur le compte BE72 0682 0036 2116 de la MCR Aywaille-H-O avec la mention BEPS mars +Nom et prénom.

    OU? au local de la MCR, Rue Ladry, 25 à Sougné-Remouchamps (1er étage).

    Un fascicule est remis à l’issue de la formation.

    A savoir : Certaines Mutuelles remboursent des frais de formation.

    Et n'hésitez pas à partager l'info !!

     

  • Demain 26 février 2020 découvrir l'AVOUERIE, son passé et ses secrets de l'intérieur, sortie PCS

    Lien permanent

    Venez découvrir l'AVOUERIE, son passé et ses secrets de l'intérieur.
    ‍Pour petits et grands
    Le mercredi 26 février
    A la découverte de l'Avouerie d'Anthisnes
    (Il n'est bien sûr pas obligatoire d'avoir un costume médiéval pour pouvoir participer

    Départ à 14 h Nandrin 

    Gestionnaire Page Pcs Condroz

  • La pizzeria Gioia à Nandrin vient d’ouvrir une salle de restaurant.

    Lien permanent

    La pizzeria Gioia est bien connue à Nandrin. Situé sur la Place Odive Musin, l’établissement y propose depuis 6 ans un comptoir de pizzas cuites sur bois à emporter. Pour répondre à la demande des clients, il vient d’ouvrir une salle de restaurant.


    Aux fourneaux de la pizzeria Gioia, Pascal Mormina (58) possède plus de 40 ans d’expérience en matière de pizzas traditionnelles italiennes. « La pizza c’est toute ma vie, j’ai grandi avec et j’ai transmis ma passion à ma fille Amélia qui travaille avec moi », souligne le pizzaïolo, originaire de Grâce-Hollogne.


    Situé sur la Place Odive Musin, l’établissement y propose depuis 6 ans un comptoir de pizzas cuites sur bois à emporter.


    Il y a quelques jours, afin de répondre à une demande de la clientèle, Pascal a décidé d’innover en proposant une salle de dégustation de 20 places assises au sein de son établissement. « On me l’a souvent demandé mais il y a un mois j’ai sérieusement commencé à y penser. On avait envie d’un renouveau, de proposer autre chose en ayant un partage différent avec notre clientèle tout en montrant que nous avons encore une longue histoire devant nous », ajoute Pascal, connu par ses clients pour être un commerçant très humain et sympathique.

    Plus de 40 pizzas
    À la carte, la Pizzeria Gioia propose une quarantaine de pizzas des plus traditionnelles au plus atypiques mais aussi des pizzas blanches, des pâtes et des escalopes. Une carte variée conçue avec des produits frais du jour issus de la région et des préparations maison. Connu pour sa pâte à pizza succulente à la cuisson parfaitement maîtrisée, Pascal insiste sur le fait que chez lui l’important c’est la gourmandise et la simplicité. « Il ne faut pas grand-chose pour faire de bonnes pizzas. De bons produits, un bon four, un tour de main et beaucoup d’amour ».
    Pour rappel, la Pizzeria Gioia est ouverte du mardi au dimanche de 11h45 à 13h30 et 17h30 à 21h30. Plus d’informations via la page Facebook, « Pizzeria Gioia » ou par téléphone au 085/31.71.02.

     

    Rédaction de l'article Par La.Ma

    Source

     

  • Avis de décès de la région Monsieur Etienne Docquier Epoux de Madame Christine Lallemand de Marchin

    Lien permanent

    Monsieur Etienne Docquier

    Epoux de Madame Christine Lallemand

    Domicilié à Marchin (4570)
    Né à Marchin (4570) le vendredi 5 août 1949
    Décédé à Huy (4500) le lundi 24 février 2020 à l'âge de 70 ans

    Lieu de repos, au funérarium de Marchin
    Rue Fourneau 4a
    4570 Marchin
    Visites, La famille recevra les visites de 17 à 19 heures à partir du mardi 25.

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Offre d'Emploi Strée Modave

    Lien permanent

    Le Centre des Technologies Agronomiques (CTA) de Strée (Modave) recrute un OUVRIER ou une OUVRIERE AGRICOLE à temps plein.
    Les lettres de motivation et CV sont à envoyer avant le 28 février.
    Description de la fonction : soins aux animaux (bovins principalement et ovins), traite des vaches laitières, entretien des infrastructures, participation aux travaux agricoles,…

     

     

    25 offre emploi.jpg

    Lire la suite

  • La tradition du Mardi Gras

    Lien permanent

    gras.jpgMardi gras est une période festive qui marque la fin de la « semaine des sept jours gras » (autrefois appelés jours charnels).
    Cette période, pendant laquelle on festoie, précède le mercredi des Cendres marquant le début du Carême.
    Elle se situe donc juste avant la période de jeûne, c'est-à-dire -selon l'expression ancienne- avant le «carême-entrant» ou le «carême-prenant».
    Les «Sept jours gras» se terminent en apothéose par le «mardi gras» et sont l'occasion d'un défoulement collectif.
    L'esprit de jeûne et d'abstinence qui s'annonce est momentanément mis entre parenthèses : place au carnaval !

    Dictons

    • Lune de Mardi-Gras, tonnerre entendra.
    • Quand Mardi gras est de vert vêtu, Pâques met des habits blancs.
    • Au Mardi gras, l’hiver s’en va.
    • Mardi gras sous la pluie, l'hiver s'enfuit .
    • Si le soleil est là pour Mardi Gras, il reparaîtra tout le Carême.
    • Mardi gras près du feu, Pâques auprès de la porte ; Mardi Gras près de la porte, Pâques auprès du feu.
    • Mardi Gras, beau temps, beau foin.
    • Si le soleil luit tôt le matin, semailles de Mardi Gras vont bien.
    • Le soir de Mardi-Gras, il faut danser sur les fumiers pour avoir des navets.
    • Mardi Gras pluvieux, fait le cellier huileux. (Périgord)
    • Le jour de Mardi gras si les noyers sont mouillés y'aura des noix. (Charente)
    • Lune quand tu la verras nouvelle le Mardi gras force tonnerre tu entendras. (Aveyron)
    • Source Wikipédia 

      25chou.jpgLa potée au chou frisé 

      En Belgique, le mardi gras, on mange du chou pour ne pas être mangé des mouches en été.
      Pour ne pas dérogé à la tradition, on a fait de la potée au chou (al djote).

      Ingrédients

      1 chou frisé

      1,5 kg de pomme de terre

      200g de lardons

      1 cube de bouillon "légumes"

      10 cl de crème fraîche

      Sel et poivre du moulin 

      Préparation

      • 1 Nettoyez le chou frisé et épluchez vos pommes de terre. 
        Dans une casserole mettre cuire le tout avec le cube légumes et 2 litres d'eau. 
        Dans un poêle , rissolez les lardons et réservez. 
        Étuvez ensuite le chou et les pommes de terre et écrasez le tout grossièrement. 
      • 2 Ajoutez la crème et les lardons. 
        Laissez un peu recuire et assaisonnez à votre goût. 
        Servir avec une saucisse de campagne et un peu de moutarde. 
      • Source de la potée clic ici 

       

       

  • Factures digitales: jusqu’à 75% des clients séduits

    Lien permanent

    De moins en moins de Belges classent bien consciencieusement leurs factures. Ce n’est pas qu’ils soient plus désordonnés, c’est simplement qu’ils ont décidé de renoncer au papier ! La tendance s’observe partout, même si elle est davantage marquée dans les télécoms et l’énergie.


    Nous avons donné un coup de sondes auprès de plusieurs opérateurs. Que ce soit chez Eneco ou Luminus, environ deux tiers des clients ont décidé d’adopter les factures électroniques. Chez Engie et Base, on monte même jusqu’à 75 % des clients ! Du côté de l’eau, la Société wallonne des Eaux, ça démarre progressivement : 34 % des clients ont sauté le pas.


    Les autres distributeurs d’eau sont par contre un peu à la traîne en la matière. Seule la Compagnie Intercommunale Liégeoise des Eaux vient de débuter le processus. « Chez In BW, cela devrait être possible à partir d’avril 2020 », annonce toutefois la ministre de l’Environnement Céline Tellier. « Pour les autres distributeurs, qui desservent moins de 10 % des abonnés, c’en est toujours au stade de la réflexion. » Proposer une facture électronique est en effet un investissement qui n’est peut-être pas (encore) à la portée de tous. « Cela ne vaut la peine qu’à partir d’un certain volume de factures traitées », confirme Hélène Raimond, experte chez Digital Wallonia.

     

    Par contre, les factures électroniques ont un réel potentiel de réduction des coûts. D’après l’Agence pour la Simplification administrative, le coût moyen d’une facture papier est de 4,44 euros. Pour les factures envoyées par mail, il est de 2,02 euros. Lorsque le processus est 100 % automatisé, le coût est encore moindre : 1,2 euro ! Bref une réduction possible de plus de 70 % ! La SWDE confirme : avec 34 % de clients convertis, elle observe déjà une baisse de 25 % de ses frais.


    En toute logique, les clients devraient également bénéficier de ces économies. Chez Luminus, passer à l’électronique permet d’économiser 10 euros sur sa prochaine facture. Chez Engie, le contrat « Direct » mise tout sur le digital et offre en contrepartie un avantage financier. À la SWDE, la dématérialisation a contribué en partie au gel du coût de distribution depuis 2014.


    111 grammes de CO2 en moins


    Mais les bénéfices ne se ressentent pas d’office dans le portefeuille. La plupart des opérateurs avancent plutôt d’autres types de gains, et principalement la réduction de l’empreinte écologique. Chez Luminus, on affirme qu’en envoyant 12 factures d’acompte et un de décompte de manière électronique, on économise 111 grammes de CO2 par an et par client.


    On misera aussi davantage sur les gains « pratiques » pour le client. « Il y a économies mais nous investissons dans le développement de nos services à la clientèle », confirme-t-on chez Engie. « Grâce à la plateforme digitale, les clients peuvent ajuster très rapidement le montant de leurs factures d’acompte mais aussi consulter leur consommation », constate Mark Van Hamme, d’Eneco. Chez Base, on pointe également un délai de paiement plus long, le client recevant sa facture plus rapidement que par la poste.


    Par Sabrina Berhin

     

    Source 

  • ‎Quinzaine de la Littérature Jeunesse du 3 au 13 mars 2020 à Liège

    Lien permanent

    La littérature jeunesse est en fête à la Haute École de la Ville de Liège et il y en aura pour tous les goûts !

    Le 3 mars, conférence inaugurale avec Laurence Nobécourt (éditrice), Sophie Daxhelet et Françoise Rogier (auteures). Rue Hazinelle, 2, 4000 Liège.

    Du 3 au 13 mars, venez visiter l'exposition d’œuvres originales d'auteurs jeunesse belges : Sophie Daxhelet (Une girafe sur le toit du monde), Françoise Rogier (C'est pour mieux te manger), Anaïs Lambert (Pas de géant), Thomas Lavachery (Bjorn le Morphir).
    Rue Hazinelle, 2, 4000 Liège

    Le 11 mars de 16 à 18h, atelier et dédicace d'Anaïs Lambert à la libraire "La Grande Ourse", rue Maghin 95, 4000 Liège.

    Le 13 mars à 18h, clôture festive de l'exposition.
    Rue Hazinelle, 2, 4000 Liège

     

     

     

    Haute Ecole de la Ville de Liège

    Quinzaine de la Littérature Jeunesse

  • Il y a quelques jours, un agriculteur d’Ouffet, agacé a décidé de placer une pancarte « gardez vos crasses

    Lien permanent

    Des pancartes pour la propreté ont été vandalisées à Ouffet

    Il y a quelques jours, un agriculteur d’Ouffet, agacé d’observer les incivilités des citoyens dans les champs et aux abords des routes a décidé de placer une pancarte sur laquelle on peut y lire : « gardez vos crasses. La nature n’est pas une poubelle ! Souriez, vous êtes filmés ». Mais il n’a pas fallu longtemps pour ces affiches soient l’objet de vandalisme.
    Des tas d’immondices sont déversés et abandonnés le long des routes, un peu partout en Belgique. C’est malheureusement aussi le cas dans la commune d’Ouffet. Ce qui agace de nombreux habitants qui aimeraient que les mentalités changent.
    Un agriculteur ouffetois n’a d’ailleurs pas hésité à planté une pancarte dans son champ en bord de route, laquelle a pour but de dissuader les auteurs des dépôts clandestins. On peut y lire : « Gardez vos crasses. La nature n’est pas une poubelle. Souriez, vous êtes filmés ! ». Mais elle n’a pas l’air d’avoir fait réfléchir certains citoyens.

    Francis, un habitant d’Ouffet a remarqué les nouvelles incivilités suite à l’installation des pancartes. « Je fais pratiquement tous les jours une promenade à cet endroit..Il y avait 2 pancartes plantées dans les champs. Je trouvais dégoûtant les crasses que certaines personnes inciviques jetaient....Une semaine après, j'ai constaté cette provocation de personnes débiles... ».
    En effet, des personnes sont venues déposées des bouteilles vides au pied de la pancarte. Une attitude honteuse qui indigne Francis. « Quand dans votre campagne, un agriculteur demande à respecter la nature.Voilà la réponse des imbéciles...pancartes arrachées, et bouteilles de verres au pied du piquet...D’autres canettes et bouteilles jongent le long de cette route, située à l’abri des regards...Il y a peu, c’était une centaine de capsules de café... dégoûtant ».

     

    Rédaction de l'article par AD 

     

    Source 

     

    Des bouteilles déposées.
  • Chalet Savoyard les vendredis et samedis du mois de mars 2020 à Neupré

    Lien permanent

     

     

    chalet SAVOYARD revient durant tout le mois de MARS

    RESERVATIONS OBLIGATOIRES

  • Avec des tarifs planchers, certains tentent de fidéliser les clients: la bonne affaire?

    Lien permanent

    Gaz-électricité: les fournisseurs surfent sur la baisse des prix!

    Quand le décompte annuel arrive dans la boîte aux lettres, nous sommes nombreux à faire la grimace. Pourtant, certains mails envoyés par les fournisseurs pourraient peut-être vous faire sourire. Vu les tarifs très bas, ils tentent de fidéliser les clients existants…
    « Vu votre consommation actuelle, nous vous proposons de renouveler votre contrat sur notre produit fixe TOP sur les tarifs de février, pour une durée d’un an. Les tarifs de février sont les plus bas depuis 4 ans pour le gaz et 18 mois pour l’électricité. C’est donc le moment idéal pour faire des économies sur vos factures d’énergie. »
    Lorsqu’elle a reçu ce mail, Laurence s’est demandée si elle n’était pas face à une arnaque. C’est qu’il n’est pas commun qu’un fournisseur d’énergie vous propose de payer moins cher ce qu’il vous vend. Mais il n’en est rien.
    Lampiris, comme d’autres fournisseurs, surfe simplement sur l’actualité pour tenter de garder des clients. Chez Engie, le plus gros fournisseur, on incite le consommateur en fin de contrat à bénéficier des prix moins élevés. « La majorité de nos clients ont des contrats à tarification fixe », nous explique Anne-Sophie Hugé, porte-parole d’Engie. « Deux mois à l’avance, on leur communique le nouveau tarif. »

    Un nouveau tarif Plus bas
    Comme nous vous le révélions il y a quelques jours, les prix du gaz et de l’électricité atteignent des niveaux planchers. La Creg (Commission de régulation de l’électricité et du gaz), le régulateur fédéral de l’énergie, publie chaque mois un tableau de bord sur les prix de l’énergie.
    La chute la plus spectaculaire concerne le gaz. En janvier 2019, la facture moyenne d’un Belge s’élevait à 1.484 euros pour une consommation de 23.260 kWh par an.

    La facture d’électricité est elle aussi en baisse. En moyenne, un ménage belge payait 1.034 euros en janvier 2019 pour une consommation annuelle de 3.500 kWh (compteur monohoraire). En janvier 2020, cette facture tombait à un peu moins de 915 euros.
    Faut-il pour autant céder aux sirènes des fournisseurs et à leurs offres, à première vue, alléchantes. Pas forcément ! Car le contrat de trois ans que vous avez signé fin 2017 et donc toujours valable pour les prochains mois est peut-être plus intéressant. Et un outil permet de le savoir immédiatement : le Cregscan.
    « Il est mis à jour chaque mois et il permet de savoir pour chaque consommateur si son contrat est plus intéressant que les offres actuellement proposées », nous explique Sophie Lenoble, la porte-parole de la Creg. « En six clics, l’utilisateur remplit des informations de base et les données de son contrat actuel. »
    Le résultat du Cregscan est assez atypique : il vous montre où se situe le produit pour lequel vous avez souscrit par rapport au plus cher et au moins cher du marché. Si vous désirez changer de fournisseur, la Creg vous renvoie alors vers un comparateur mis en place par l’un des trois régulateurs régionaux, ou sur « Comparateur-energie.be ».
    Rappelons que, depuis 2012, les particuliers peuvent arrêter sans frais leur contrat, quelle que soit la date d’échéance prévue du contrat. S’il y a un préavis d’un mois à respecter, c’est le nouveau fournisseur qui se charge du changement administratif. Autant en profiter.

     

    Par Guillaume Barkhuysen

     

    Source