• Un juste s’en va … Thierry De Faveri était conseiller de l’action sociale à Nandrin

    Lien permanent

    Thierry, tu viens de nous quitter trop tôt, beaucoup trop tôt …

     

    Tu vas laisser un vide immense, tant ta personnalité ne laissait personne indifférent.

     

    De par ton franc parler, ton honnêteté et ta détermination, les choses étaient toujours très claires avec toi, que cela plaise ou non, mais toujours avec sincérité.

     

    Ta bonne humeur et ta joie de vivre faisaient de toi une personne résolument optimiste, positive et toujours disposée à venir en aide à ceux qui en avaient besoin.

     

    Tu aimais rencontrer les gens, apprendre à les connaitre et surtout le cœur sur la main, leur transmettre ton énergie.

     

    Conseiller de l’action sociale, tu avais trouvé là une mission qui te correspondait si bien.

     

    Nous pensons aujourd’hui très fort à Fabienne, à Laura, à Séverine et à tes proches, à leur peine immense de perdre un mari, un papa ou un parent si merveilleux.

     

    Quant à nous Thierry, nous devrons bien continuer la route sans toi, mais nous nous réjouissons de t’avoir connu.

     

    Salut l’Ami et merci.

     

    Tes amis de « Vivre Nandrin »

     

  • On nous demande de vous informer du souper annuel Télévie le 7 mars 2020

    Lien permanent

    7 m televie s.jpg

  • Avis de décès de la région Madame Marie-Josée MARECHAL Veuf de Monsieur Maxime MARECHAL Ouffet

    Lien permanent
    Madame Marie-Josée MARECHAL
    Veuf de Monsieur Maxime MARECHAL
    Domicilié à Ouffet (4590)
    Né à Rotheux-Rimière (4120) le mercredi 12 juillet 1944
    Décédé à Ouffet (4590) le lundi 24 février 2020 à l'âge de 75 ans
     

    avis décès marechal .png

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

     
  • Offre d'Emploi Clavier

    Lien permanent

    TECHNICIEN DE SURFACE (H/F) ACIS - Château d'Ochain Clavier
    Temps Partiel, Intérim, CDD

    Le Château d'Ochain, maison de repos et de soins située à Clavier recrute un(e) technicien(ne) de surface.
    Vous assurez l'entretien des chambres, communs...
    VOTRE PROFIL
    LANGUE(S)Français
    Bonne connaissance
    PERMIS DE CONDUIRE
    DESCRIPTION
    [B] Véhicules < 3,5 tonnes et 8 places maximum
    L'établissement n'est pas accessible en TEC
    CONNAISSANCES SPÉCIFIQUES
    DESCRIPTION LIBRE
    Vous avez idéalement une expérience de la fonction
    VOTRE CONTRAT
    Régime de travail : Temps partiel
    eures/sem : 3/4 temps
    Horaire : Horaire variable 1 Week End sur 2
    Commentaire additionnel : ENGAGEMENT IMMEDIAT
    Type : contrat de remplacement
     
     
     

  • La zone 30 de Vierset Modave a été agrandie !!!

    Lien permanent

     

    Pour des raisons de sécurité, les autorités communales de Vierset ont décidé d’étendre la zone 30, à Vierset. Elle sera étendue dans les rues de la Coulée et du château.

    «Nous déplorons le fait que de nombreux automobilistes ne respectent ni les limitations de vitesse ni les priorités de droite dans la déviation de Vierset. Face à ces incivilités, il n'y a pas de solution miracle.

    Nous sommes évidemment bien conscients que la situation est dangereuse», justifient les autorités communales.

    Cette décision a été prise en concertation avec l’agent technique. «Les bacs ralentisseurs sont peut-être dangereux mais bien utiles, car ils ont le mérite de ralentir la circulation.

    Nous en avons même ajoutés rue de la Coulée.», termine le pouvoir communal dans un communiqué sur la page Facebook de la commune.

     

     

     

     

  • Offre d'Emploi Anthisnes

    Lien permanent

    EDUCATEUR (H/F)
    Centre d'hébergement pour personnes porteuses d'une déficience mentale : "Ensemble" asbl Anthisnes
    Intérim, CDD
    Dans le cadre de la constitution d'une réserve de recrutement (durée de validité d'un an), notre maison d'accueil et d'hébergement pour personnes adultes, porteuses d'une déficience mentale, est à la recherche d'éducateurs de jour et d'éducateurs de nuit. Vos tâches principales seront l'accompagnement des résidents dans tous les actes de la vie quotidienne (toilettes, repas, nursing,...) mais également dans le cadre des activités spécifiques proposées par l'institution (hippothérapie, snoezelen, sport adapté, balade nature, petit élevage, culinaire,...)
    VOTRE PROFIL
    EXPÉRIENCE(S) PROFESSIONNELLE(S)
    MÉTIER DURÉE SECTEUR DESCRIPTION
    Educateur 12 mois
    Action sociale avec hébergement (Maisons de repos, Orphelinats,...)
    Une expérience dans l'accompagnement de la personne handicapée en milieu institutionnel est nécessaire. Une expérience dans le domaine du handicap est indispensable.
    FORMATION(S)ETUDE DOMAINE DESCRIPTION
    Ens. technique 3ème degré
    Travail social
    Educateur A2
    PERMIS DE CONDUIRE
    [B] Véhicules < 3,5 tonnes et 8 places maximum
    VOTRE CONTRAT
    Régime de travail : Autre régime
    Horaire : Horaire de jour OU horaire de nuit
    Type : contrat de remplacement
    Salaire : selon CP 319.02
     
     

  • Si vous présentez les symptômes de la grippe, annoncez-Le, le CHU de Liège vous le demande

    Lien permanent

     

     

    Si vous présentez les symptômes de la grippe, annoncez-Le dès l’accueil de nos hôpitaux : un masque vous sera remis.

     

     

     

     

  • Demain Mardi-Gras et potée à l’djote, la potée au chou frisé !!!

    Lien permanent

    Il est de tradition de manger de la potée au chou frisé le jour du Mardi Gras.

    Cette tradition continue de nos jours, comme le 1er janvier la choucroute, la galette des Rois le jour de l’Epiphanie également les crêpes de la Chandeleur.

    Le vieil adage dit qu'il faut manger du chou frisé à cette période de l'année "po n'nin èsse magnî dès mohètes" ce qui signifie "pour ne pas être mangé des mouches".

     

    Une recette clic ici 

     

     

  • En l’espace de neuf mois en 2019, plus de 4.589 Belges ont changé de prénom

    Lien permanent

    En l’espace de neuf mois en 2019, plus de 4.589 Belges ont changé de prénom. Et, sur l’année entière, 1.317 ont choisi d’entamer une procédure pour s’offrir un nouveau nom de famille. Ainsi, l’an dernier, M. Minette est devenu M. Grégoire, M. Casimir a changé de patronyme pour M. Delattre et M. Hannus a choisi de s’appeler M. Hannut. Une pratique de plus en plus courante qui a explosé en 2019.


    Les Belges changent de plus en plus de prénom. Entre avril et décembre 2019, ils étaient 4.589 à se lancer dans la procédure. c’est 3.477 personnes de plus qu’en 2017 ! Un phénomène qui peut s’expliquer par l’assouplissement de la loi mais pas que. « Depuis 2018, la compétence appartient aux communes et la procédure est moins onéreuse et moins longue », explique Pascal Monjoie, membre du bureau du Gapec (Groupement des agents de population et d’état civil) et chef de service administratif au service Population de la Ville d’Andenne.
    En effet, le droit d’enregistrement pour changer de prénom coûtait 490 € quand la compétence était entre les mains du SPF Justice. Son coût peut désormais varier de 0 à 490 € en fonction de la commune dans laquelle vous habitez. À Andenne, le « service » est complètement gratuit !


    Des raisons variées


    Une multitude de raisons peuvent motiver le choix du changement de prénom. Parfois, le prénom est jugé « ridicule », fait l’objet de moqueries. Ou des personnes ayant changé de sexe souhaitent que leur prénom corresponde à leur nouveau genre. « Nous avons aussi beaucoup de personnes qui veulent changer ou supprimer leur deuxième prénom car c’est celui d’un parrain ou d’une marraine avec qui on ne s’entend plus », ajoute Pascal Monjoie. La simplification de prononciation ou la suppression d’apostrophe ou de trait d’union font également parties des motifs les plus souvent évoqués dans la démarche.

    Il est également tout à fait possible de changer de prénom par simple envie ou parce que le nôtre ne nous plaît plus. Il existe tout de même quelques conditions, outre celle d’être belge : le prénom choisi ne peut être ridicule ou nuire à autrui.


    Les patronymes aussi


    Les changements de patronyme ont eu aussi la cote en 2019 : M. Minette est devenu M. Grégoire, Mme Lemort est devenue Mme Cappeliez, M. Casimir a changé de patronyme pour M. Delattre et M. Hannus a choisi de s’appeler M. Hannut. Entre autres


    Si les modifications de noms de famille augmentent d’année en année (1.317 demandes en 2019), elles restent tout de fois plus rares que les changements de prénom. « Le changement de nom n’est pas un droit mais une faveur accordée par arrêté royal », nous rappelle le SPF Justice. En effet, le changement de nom de famille n’est accordé qu’exceptionnellement, en la présence de motifs « graves ». Une procédure qui coûte 140 € et qui est n’est pas remboursée en cas de refus.


    Plusieurs motifs valables peuvent rentrer en compte dans le changement de nom et s’inscrivent parfois dans le cadre de l’immigration. « Le port d’un nom étranger n’étant en soi pas exceptionnel, le changement de nom n’est accordé qu’à condition que la demande se fonde sur des motifs graves. Par exemple un nom très difficile à prononcer ou à écrire ou un nom qui fait référence à une ethnie discriminée ou au régime politique qui a justifié la fuite en Belgique », indique le SPF Justice. D’autres motifs restent toutefois fréquents dans la démarche du changement de nom, à savoir des difficultés importantes découlant d’une situation familiale particulière, le port d’un nom ridicule ou odieux qui fait l’objet de moqueries ou encore une modification de la filiation par une reconnaissance de paternité.


    Par Pauline Govaert

     

    Source

  • MATCH D’IMPRO organisation Villers Animation Les préventes dès ce mercredi 26 févier 2020

    Lien permanent

    Les préventes seront à votre disposition dès ce mercredi 26 février 2020 chez  Faune&Flore à Nandrin.

    Elle sont à 5 €en prévente ou 7 € sur place , gratuit pour les moins de 12 ans 

    N’oubliez pas de vous y arrêter pour réserver vos places!

  • L'école obligatoire dès 5 ans en septembre 2020

    Lien permanent

    Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé jeudi en première lecture un avant-projet de décret qui impose dès septembre prochain la scolarisation de tous les enfants dès l’âge de cinq ans, contre six aujourd’hui. La mesure vise à réduire l’échec scolaire en primaire.
    La Fédération Wallonie-Bruxelles se conforme ainsi à une proposition de loi ce sens adoptée l’an dernier par la Chambre, le fédéral étant compétent en matière de fixation de l’âge de la scolarité obligatoire. La mesure imposera à tous les enfants de 5 ans de s’inscrire en 3e maternelle.
    Envisagée depuis une quinzaine d’années déjà, cet abaissement doit permettre de détecter - et de remédier - plus rapidement les éventuelles difficultés d’apprentissage des enfants, leur permettre d’intégrer plus précocement les codes de l’école, mieux maîtriser la langue d’enseignement et ainsi augmenter leurs chances d’apprentissage et de réussite dans l’enseignement primaire.

    À l’heure actuelle, seuls 97 % des enfants âgés de 5 ans vont à l’école en Fédération Wallonie-Bruxelles.

     

    Source

  • Maxime Alexandre, blogueur de randonnée qui a le vent en poupe, a réalisé un court-métrage avec le réalisateur Sébastien Pins.

    Lien permanent

    Le Hutois Maxime Alexandre bien connu sur le Condroz, blogueur de randonnée qui a le vent en poupe, a réalisé un court-métrage avec le réalisateur Sébastien Pins. Une expédition sur les chemins de Wallonie, avec une belle place pour la région de Huy et de Marchin.


    Les amoureux de randonnée le connaissent sûrement. Maxime Alexandre (34 ans) est un influenceur passionné de randonnée qui a le vent en poupe. Ce professeur d’éducation physique hutois parcourt la Belgique, et plus particulièrement la Wallonie pour découvrir les richesses de notre patrimoine naturel.


    Il est entre autres connu pour ses itinéraires et ses « conseils rando » qu’il publie sur son blog (https://www.trekkingetvoyage.com) ou sur les réseaux sociaux. Mais ces derniers temps, cet explorateur de chez nous a voulu passer à la vitesse supérieure.

    « J’avais envie d’exprimer ma passion pour la randonnée avec de belles images, et un film esthétique.

    J’ai fait appel à Sébastien Pins, qui vient de Marchin.

    Je lui ai proposé le projet et mon envie de faire découvrir de belles choses à proximité. Et il a accepté de collaborer avec moi », explique le Hutois.

    Un film de 2 minutes


    Le court-métrage très dépaysant intitulé « Belgium Wilderness » dure 2m30.

    Le Hutois y montre ses coups de cœur, dans un style très personnel. « Tout a été tourné en Wallonie. Je montre ma façon de percevoir la beauté des lieux qu’on peut apprécier en Belgique », explique le randonneur.


    Pour tourner ses images, Maxime Alexandre s’est rendu entre autres dans la vallée du Hoyoux, la vallée de la Solières, la région de Ben-Ahin…

    Et il le répète : la région hutoise est idéale pour les amateurs de promenades.

    « La région est très bien équipée au niveau des sentiers. Du côté de Marchin, il y a moyen de faire de magnifiques balades. Surtout quand le printemps arrive, on a une floraison fantastique. Le bois de Tihange est également très beau », explique le marcheur.


    Le court métrage a même été sélectionné pour le « Banff Mountain Film Festival ». Il sera projeté en marge de la sélection officielle, entre autres à Liège (le 24 mars au Palais des Congrès) et à Namur (le 27 mars au Théâtre de Namur). Le film a aussi été sélectionné pour un festival américain en Caroline du Nord.


    Influenceur


    Sur son blog, le Hutois publie des idées pour les week-ends, des bons plans… « J’ai toujours raconté ce que je faisais sur les réseaux sociaux : Instagram, Facebook... Et sur le blog depuis deux ans », explique Maxime Alexandre.

    Il écrit beaucoup sur la Wallonie et la France, mais s’aventure également dans des pays plus lointains, comme bientôt la Suède ou le Népal.


    Il est d’ailleurs passionné de randonnée depuis son plus jeune âge. « Depuis que je suis tout petit, mon père m’emmène sur les sentiers. J’adore pratiquer la “microaventure” : aller pas loin pour pas cher et couper le rythme quotidien. Comme avec une nuit sous tente », explique le randonneur.


    Le Hutois remarque que la randonnée de proximité attire de plus en plus. « Il y a un intérêt croissant. Les gens ont besoin d’aventure ».

    Maxime Alexandre a encore beaucoup d’autres projets dans la tête. Il va notamment commencer à collaborer avec des Maisons du tourisme de Wallonie.


    rédacteur de l'article  Ro.Ma.

    https://www.trekkingetvoyage.com/

    Source 

     

     

  • Brocante, atelier de compostage, initiation à la greffe d’arbres sont au programme du 1 er mars à Huy

    Lien permanent

    Le 1er mars, de 10h à 17h, au parc des Récollets, la ville de Huy organise la première édition de « Huy au printemps ». Un rendez-vous convivial et didactique avec pour thème central l’environnement et en particulier le jardinage. Des activités seront proposées, pour les grands comme pour les petits. Et c’est gratuit !


    Le printemps, marque traditionnellement le renouveau dans la nature, le changement de température, la fonte des neiges, le bourgeonnement et la floraison des plantes, le retour de certains animaux migrateurs. À l’occasion, la Ville de Huy poursuit son engagement environnemental en organisant un événement.

    Celui-ci, est réalisé dans le même esprit que Passion nature qui se déroule chaque année au mois d’octobre. Au programme : jardinage, ateliers divers, brocante du jardin, distribution de fruitiers, êtes-vous intéressé ?


    Dans le cadre de cette journée organisée dans le parc des Récollets, 6 ateliers sont proposés :


    1. Initiation à la greffe d’arbres fruitiers, une partie théorique suivie d’une greffe en fente sur pommier basse tige à reprendre chez soi. À 11h, 13h15 et 15h15. Prévoir 1h30, les inscriptions sont obligatoires à l’avance.

     

    2. Composter chez moi, pourquoi et comment ? Des conseils et méthodes pour réaliser un bon compost ainsi que des descriptions de différents outils vous seront donnés tout au long de la journée par le service Environnent.
    3. Huy, fille de Meuse se découvre au fil de l’eau, la province de Liège et le CEFA (École polytechnique de Huy) met son bateau à disposition pour vous proposer une balade sur l’eau. À 11h et 15h, pour une croisière d’1h30 à 2h, les inscriptions sont obligatoires à l’avance.


    4. Ces petites bêtes qui me rendent service, apprenez à connaître ces animaux en leur créant un abri, tout au long de la journée.


    5. Illustrations de différentes alternatives aux pesticides, apprenez à réaliser diverses solutions naturelles répulsives, tout au long de la journée.


    6. Élaboration de produits d’entretien naturels, réalisez vous-mêmes vos produits et découvrez les intérêts de la démarche. À 11h et 13h. Prévoir 1 h.


    « Il ne faut pas hésiter à venir découvrir ces ateliers, que vous soyez professionnels ou non ce n’est pas un problème le but est d’initier tous ceux qui n’ont pas la main verte », nous confie Adrien Housiaux, Échevin de l’Environnement et de la Citoyenneté.


    La journée se déroule un dimanche car le but est aussi de rassembler la famille autour de ces diverses activités.
    « Les boucs de la ville seront présents pour les enfants, il y aura une pêche au canard, un spectacle déambulant sur le thème environnemental, des kits et cadeaux seront distribués toute la journée, un marché sera installé avec des produits locaux, plus de 30 stands sont prévus. Il sera implanté au milieu du site. », nous indique Adrien Housiaux.


    De plus, une brocante réservée aux particuliers est organisée où plusieurs citoyens hutois pourront vendre et échanger des matériaux de jardinage. Il n’y a pas de droit de place, encore une fois c’est gratuit ! Mais la réservation préalable est obligatoire.


    Un quiz sur le thème de la nature et du jardin sera proposé. L’idée est de lancer les conversations sur le sujet. « Les participants pourront gagner des arbres fruitiers, il y aura 4 types d’arbres en fonction du stock disponible », nous indique Maxime Declercq, éco-conseiller.


    Il y aura sur place divers producteurs et associations qui ont permis de mettre à bien ce projet tels qu’Au Capriflore (fromage de chèvre), Le Temps d’un délice (pains), ApiFlora (pépinière de plantes sauvages indigènes), bières Saint-Mengold, Korus (Mur de Huy), Sweet Cuberdon, Natagora Condroz-Mosan et bien d’autres encore…

     


    Huy au printemps, parc des Récollets (Huy), le 1er mars, de 10h à 17h. Les inscriptions et réservations se font au 085/21.78.21 ou via les mails suivants environment@huy.befoires.marches@huy.be.

     

     

    Par Elsa Valdes

    Source

  • Une formation gratuite pour les (futurs) entrepreneurs

    Lien permanent

    Se lancer comme entrepreneur est toujours un pari risqué.

    Toutefois, des structures existent pour donner un coup de pouce à ceux qui veulent développer une activité indépendante.

    Alpi (Actions Locales pour Indépendants) fait partie de ces « structures d’accompagnement à l’autocréation d’emploi » (S.A.A.C.E) agréées par la Région wallonne.

    Au mois de mars, cet organisme propose notamment une formation gratuite, à Huy, pour ceux qui rêvent de lancer leur projet mais qui n’ont pas encore tous les outils. « Se lancer seul, ce n’est pas évident.

    Avoir une formation permet notamment de réduire les faillites. Et on aide aussi les gens après, quand ils ont lancé leur projet.

    On a des profils très différents.

    Il y a des gens de l’Horeca, d’autres qui font de la coiffure, de la mécanique… », explique Pierre-Yves Gillet, chargé de communication chez Alpi.


    UNE FORMATION SOLIDE


    Alpi travaille avec l’IPEPS de Huy Waremme.

    La formation commence le 5 mars et se donne trois fois par semaine, pendant trois mois.

    Elle s’adresse principalement aux demandeurs d’emploi qui veulent lancer leur entreprise et ceux qui veulent se lancer dans une reconversion professionnelle.

    La formation, qui a lieu deux fois par an, permettra d’obtenir le certificat de gestion de base, d’établir un plan financier et d’élaborer une stratégie de communication.

    Le nombre de places est limité : la réservation est obligatoire (par téléphone au 04 385 95 20 ou par mail via info@e-alpi.be).

     

    Par RO.MA.

     

    Source

  • ‎Spectacle de magie : Jack & Misstinguett 26 février 2020 Anthisnes

    Lien permanent

    Bienvenue dans l'univers des magiciens Jack & Misstinguett !


    Le duo de Magiciens, Jack & Misstinguett vous proposent un moment d’évasion unique & extraordinaire spécialement adapté cette fois à un public d'enfants de 3 à 8 ans ! La grande salle du Château de l'Avouerie d'Anthisnes leur servira d'écrin à leurs nombreux tours.

    Tarif :

    adulte : 3 €

    enfant : 2 €

    Réservation : 04 383 63 90

     

     
  • Formation REIKI USUI degré 1 le 28 mars 2020 Organisé par Institut Côté Chic Nandrin

    Lien permanent

    Formation Reiki Usui niveau 1

    Venez faire connaissance avec l’énergie du Reiki.


    Technique japonaise d’harmonisation énergétique.
    Accessible à tous, méthode douce pour rééquilibrer l’âme , le corps et l’esprit.
    Le taux vibratoire s’élève fortement, les blocages se dissolvent, les mécanismes d’auto-guérison sont enclenchés.

    Le premier niveau permet de canaliser cette merveilleuse énergie universelle et de la transmettre.

    Ce premier niveau vous donne la formation de base :
    Éthique
    Les 5 principes du Reiki
     L’historique
     Le positionnement des mains
     L’ auto traitement
     Le soin à autrui
     Les chakras
     L’aura

    Suite au stage vous serez en mesure de vous transmettre l’auto traitement et de donner des soins complets à votre entourage


     Samedi 28 mars
     De 9h à 17h (environ)
     Prix : 150€ / personne .
     Pré requis : avoir reçu au moins 1 séance avant la formation

    Dans un climat de respect, d’ouverture de bienveillance et de confidentialité

    0496871631

    Les places sont limitées !
    Inscription sur acompte.
    Syllabus et certificat compris.

     

    Institut Côté Chic

    Formation REIKI USUI degré 1

  • Les vins locaux classés avec les vins étrangers !!!

    Lien permanent

    L’année 2019 a été un peu plus difficile pour les vignerons wallons. Mais elle n’en reste pas moins une bonne année.

    « D’après le sondage réalisé après les vendanges, on devrait connaître une baisse de 30 % par rapport à 2018 et revenir à une production semblable à 2015, qui était aussi un record », indique Pierre Rion, président de l’Association des vignerons de Wallonie (AVW). Rappelons qu’en 2015, la production était de 620.000 bouteilles.


    Une bonne année donc, mais la production reste bien mince face à la demande. En moyenne, les Belges consomment 300 millions de bouteilles de vin par an ! Ils n’ont donc d’autre choix que d’importer, avec une prédilection pour la France.

    En 2019, la Belgique a importé quelque 12.677.590 caisses de douze bouteilles de vins français. Soit plus de 114 millions de litres ! Des importations en très légère diminution par rapport à 2018.

    La conséquence du succès du vin belge ? Une question qui fait beaucoup rire Pierre Rion. « Le marché belge est bien trop petit », sourit-il. « Ce n’est pas significatif. Par contre, en Belgique comme ailleurs, on consomme de plus en plus de bouteilles venant d’autres pays que la France. »


    De même, les taxes américaines qui menacent les exportations du vin français vers les États-Unis ne peuvent constituer une opportunité pour le vin belge. « Les exportations sont très marginales. Et la Belgique est une grande inconnue dans l’esprit collectif américain. Ce n’est pas vers nos vins qu’ils vont se tourner. »

     

    Convaincre l’Horeca


    D’autres défis attendent par contre les vignerons belges. « Aujourd’hui, les vins belges fonctionnent bien chez les particuliers. Mais nous avons un gros retard dans l’Horeca », explique le président.

    « Saviez-vous que le vin belge figure généralement dans les pages réservées aux vins du Nouveau Monde ?

    Ou qu’il se trouve parmi les vins étrangers ? » Dans les restaurants, le choix de base reste en effet le Bordeaux. « Nous voulons donc motiver le monde professionnel à mettre en avant les vins locaux », explique Pierre Rion.


    Si l’Horeca commence à valoriser les productions belges, le nombre de bouteilles produites pourrait s’avérer insuffisant. « Les traiteurs rencontrent déjà parfois des soucis d’approvisionnement. Mais nous devrions doubler les surfaces de nos vignobles d’ici 3 à 5 ans.

    Nous sommes donc loin d’avoir une pénurie. Et grâce à ces nouvelles surfaces, l’offre va gentiment suivre la demande. »


    Par  Sa.B.

     

    Source

  • Festival Benkadi 2020 le 16 mai à Neupré

    Lien permanent

    Festival Benkadi 2020 le 16 mai à Neupré  à vos agendas 

    21 mai.jpg