• Panne d'électricité sur une bonne partie du Condroz

    Lien permanent

    Soirée du 22 au 23 février 2020 

     

    La panne est importante , il semblerait qu'il faut plus ou moins 2 h pour réparer

    Ochain électricité revenue un peu avant minuit 

    L'échevin d'Ouffet Arnaud Massin informe 

     

     

    1 panne .jpg

  • Les déchets nucléaires pourront être stockés sur le site de Thiange pendant 80 ans

    Lien permanent

    Le ministre Willy Borsus (MR) a accordé le permis d’urbanisme pour la construction du hall de stockage de déchets nucléaires usés sur le site de la centrale de Tihange.

    Après l’accord du ministre de l’Intérieur, le dernier obstacle a donc été levé pour Engie-Electrabel.

    Sauf recours, les déchets nucléaires pourront être stockés sur le site pendant 80 ans.


    Rappelons que le hangar doit permettre d’entreposer des déchets nucléaires sur le site de Tihange pour une période de 80 ans. Les combustibles usés seront stockés « à sec » et non plus dans des piscines comme c’est le cas actuellement. 120 emplacements de stockage sont prévus.
    Début février, le Ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem, avait autorisé par le biais d’un arrêté royal, la demande d’Engie-Electrabel visant à construire trois bâtiments destinés à accueillir les combustibles nucléaires usés sur le site de la centrale de Tihange. Pour que le projet se réalise, Engie devait encore décrocher le feu vert de la Région wallonne. En octobre, la Région et le fonctionnaire délégué à l’urbanisme avaient refusé d’octroyer le permis d’urbanisme, mais Engie a introduit un recours auprès du ministre régional de l’aménagement du territoire Willy Borsus. Qui a décidé de casser le premier refus. Sous réserve d’un recours toujours possible devant le Conseil d’Etat, le permis est donc accordé.
    « Gabarits raisonnables »
    Le ministre Borsus justifie sa décision en affirmant qu’il se base sur la proposition de décision de son administration et l’avis favorable de la Commission d’avis sur les recours. « Il précise qu’il ne se prononce que sur le volet urbanistique et non sur le volet radiologique du projet. La Commission, dans son avis, constate que les bâtiments projetés ont des gabarits raisonnables et ne sont pas visibles du domaine public du fait de la présence d’un merlon sur le site et des infrastructures existantes. »

    Rappelons que la demande porte sur la construction de 3 bâtiments destinés à la manutention et à l’entreposage temporaire d’emballages contenant du combustible nucléaire usé :
    – un bâtiment principal abritant le hall d’entreposage,
    – un bâtiment attenant contenant les locaux auxiliaires et les sanitaires,
    – un bâtiment destiné à l’entreposage des accessoires utilisés lors du transport et de la manutention des emballages.
    La construction de ce centre divise les habitants et les élus des communes situées autour de la centrale. Au total, 265 courriers de citoyens opposés au projet avaient été transmis à Electrabel lors de l’enquête publique.

    le Collège de Nandrin ne compte cependant pas introduire de recours

    Comme Engis, Amay, et Verlaine, le Collège de Nandrin avait émis un avis défavorable face au projet de hall de stockage de déchets nucléaires envisagé à Tihange, lors de l’enquête publique.

    «Ce n’est pas une volonté d’acharnement contre les déchets nucléaires: ils sont là et il faut s’en préoccuper, mais nous estimions que le dossier était mal ficelé. Les réacteurs sont blindés, pourquoi le hall de stockage ne l’est-il pas?

    En cas de crash d’avion n’y a-t-il pas un risque d’écoulement de déchets dans la Meuse?»

    A priori, le Collège de Nandrin ne compte cependant pas introduire de recours contre la décision du ministre Borsus: «Je parle à titre personnel, il faut encore que j’en réfère au Collège» précise-t-il le Bourgmestre Michel Lemmens  .

    A.BT

     

     

     

    Source 

    Par Aurélie Bouchat 

     

     

  • Boucles de Clavier demain 23 février 2020 le Timing et cartes ici

    Lien permanent
    Rallye automobile se déroulant en grand partie sur le territoire de la Commune de Clavier .

    Les infos générales sur l'organisation via ce lien.

    Plus d'infos sur les horaires et les parcours via ces liens.

     

    Timing et cartes clic ici 

  • Les échos du conseil communal de Clavier

    Lien permanent

    La réfection de voiries et le projet de Régie Communale Autonome (RCA) ont fait débat au conseil communal de mardi. L’opposition s’inquiète pour le pouvoir décisionnel des clubs.


    L’opposition s’est fait entendre au conseil communal de mardi, concernant le projet de régie communale autonome et la réfection des voiries. Les rues de l’Agauche (Bois-et-Borsu) et Odet vont être partiellement remises en état avec un revêtement en béton.


    Pour la première, les travaux s’étendront du n°9 au 17.

    La rue Odet sera quant à elle rénovée du n°35S au 39. « Elles sont vachement abîmées et il est grand temps d’y faire quelque chose, affirme Alain Huppe, échevin des travaux publics.

    C’est dans l’idée de refaire la route qui va de Verlée jusque Bois. On répare localement puis on fera les jonctions. » Les travaux avoisineront les 90.000 €.


    Dany Cornet (Ensemble) émet une réserve pour la rue de l’Agauche. Il a voté défavorablement. « Il n’y a pas énormément de charroi là-bas, explique le conseiller de l’opposition.

    Je trouve qu’il faudrait mieux cibler les priorités pour que ça serve la majorité des gens.

    C’est la ferme qui a abîme cette route. Qui abîme, paie. » Mais selon Alain Huppe, certaines entreprises agricoles menacent de ne plus desservir la zone à cause de l’état de la route.

    « Il y a également 7-8 maisons là-bas », précise le 1er échevin Damien Wathelet.

    En fin de conseil, une information a été partagée concernant le projet de RCA. « On est à mi-parcours, explique Damien Wathelet. On sera au bout du processus d’ici 4 mois. »

    Un an plus tôt, le conseil a voté un cahier des charges pour choisir un prestataire qui accompagnerait la commune dans le processus.

     

    «L’avantage est qu’on ne paiera pas la TVA de 21% sur la construction du hall omnisport et des transformations de la piscine. Ça représente un million d’euros. »

    La conséquence se fera ressentir sur le prix du ticket d’entrée sur lequel sera appliqué une TVA de 6%.

    « Le deuxième avantage indéniable, c’est que la RCA est autonome. Le coût opérationnel sera sorti du budget communal. La comptabilité sera tenue par le CA de la RCA, qui sera composé de conseillers communaux et de personnes extérieures. »


    Dans les bancs de l’opposition, on s’inquiète de voir que le football, la piscine et le club de tennis d’Ocquier, pourraient perdre leur pouvoir de décision. La gestion quotidienne restera entre les mains des comités.

    Les objectifs, le programme et les prix seront fixés lors de deux réunions annuelles avec les clubs et la RCA.

    « Il y a déjà beaucoup trop de projets politisés à Clavier, estime Dany Cornet. »


    Dans un mois, tous les cahiers des charges devront être finalisés. La commune a jusqu’au mois d’octobre 2020 pour décider de créer, ou non, la RCA.

    Une nouvelle carte de Clavier

    Nouvelles cartes : Le 1er échevin Damien Wathelet a distribué aux conseillers communaux la nouvelle carte de Clavier. « L’ancienne version datait d’un certain temps et on arrivait à rupture de stock. Il y a une carte gratuite par ménage. Il suffit de se présenter au service Population pour la réclamer. »


    Convetion annuelle avec la centrale de Tihange : « Les 16 communes se trouvant dans un périmètre de 10 km autour de la centrale nucléaire peuvent promériter à un versement de 880.862 € (à répartir), explique le bourgmestre Philippe Dubois. La commune de Clavier a droit à une somme de 2.586 €. »


    Prévention Intradel : La commune a décidé d’adhérer à deux des trois actions de prévention proposée par Intradel en 2020 : la distribution d’un emballage réutilisable pour remplacer la boite à tartine des enfants de 6e primaire et 1e secondaire et la mise à disposition de films réutilisables en cire d’abeille pour les citoyens.

    Le service Environnement a décidé de ne pas adhérer au projet « commune zéro déchet », considéré trop lourd en matière de suivi administratif.

    «La commune fait déjà beaucoup à ce niveau, » estime Damien Wathelet.

    Par Pierre Targnion |

     

    Source

     

  • Infos Circulation, mobilité demain dimanche 23 février 2020 carnaval d'Amay

    Lien permanent

    Le centre-ville sera interdit à la circulation entre 12h et 19h.

    Afin de garantir la sécurité des riverains, participants et autres usagers de la voirie, dans le cadre du cortège carnavalesque organisé dans le centre d’Amay le dimanche 23 février prochain, des mesures de circulation sont prises le dimanche 23 février 2020 entre 12h et 19h.

    L'accès sera interdit, dans les deux sens, à tout conducteur excepté riverains sur la RN617 (Chée Terwagne et Chée Roosevelt) entre le Pont de l'Arbre et la rue Sous les Vignes. La circulation sera détournée par l’autre rive de la Meuse.

    L’accès sera interdit, dans les deux sens, à tout conducteur, excepté riverains sur la R.N.614 (Chaussée de Tongres, entre le rond-point Velbruck et la place J. Jaurès. La circulation sera détournée par la rue Velbruck et la chaussée Romaine.

    L'accès sera interdit, dans les deux sens, à tout conducteur rue Gaston Grégoire, entre son carrefour avec la rue Désiré Léga et la Place des Cloîtres.

    L'accès à tout conducteur dans les deux sens et le stationnement des véhicules seront interdits des 2 côtés de la Chaussée dans les rues empruntées par le cortège, à savoir : Rue Bossy, rue Kinet, la R.N.617 (Chée Roosevelt), Place J. Jaurès, rue de Biber, rue de l'Industrie, Place Gustave Rome, rue J. Wauters, R.N.617 (Chée F. Terwagne), Place A. Grégoire, rue P. Janson, rue de l'Hôpital.

    L’accès à tout conducteur et le stationnement des véhicules seront également interdits rue Entre-deux-Tours.

    Infos pratiques : Cortège du 23 février
    13h30 : formation du cortège face à la boutique fleuriste Intuitions.
    Les groupes rallieront le lieu de concentration par la chaussée Roosevelt.
    14h : DEPART DU CORTEGE
    Itinéraire prévu : chaussée Roosevelt - rue de Biber - rue de l’Industrie - place Gustave Rome - rue Joseph Wauters - chaussée Roosevelt - place Adolphe Grégoire - rue Paul Janson - chaussée Roosevelt - rue de l’Hôpital - fin au gymnase communal.

    Afin d’éviter des incidents prévisibles, il est souhaitable de déplacer les véhicules en stationnement sur le parcours du cortège dès 11h30.

     

     

  • Le saviez-vous ? Les moteurs reprogrammés sont indétectables au contrôle technique

    Lien permanent

    Les constructeurs automobiles ne fabriquent plus différents moteurs adaptés à chaque modèle de leur gamme. Ils programment un bridage électronique pour moduler la puissance. Résultat, des automobilistes recourent à des reprogrammations auprès de spécialistes, officiels ou non.

    « De plus en plus de circuits non officiels proposent de reprogrammer le set-up initialement implémenté par le constructeur. Certains ateliers vont jusqu’à doubler la puissance originale du véhicule », s’alarme le député Vincent Scourneau (MR) qui a interpellé le ministre fédéral de la Mobilité. Ce dernier l’a renvoyé vers les Régions, la matière ayant été transférée dans le cadre de la 6e réforme de l’État.

    Au Service public de Wallonie, on est conscient du problème. « Avant, on ajoutait des puces pour améliorer des performances, mais les gens recourent de plus en plus à la reprogrammation », note Nicolas Yernaux, du SPW. Il n’est pas facile de détecter la modification. « Nous ne pouvons pas la repérer lors du contrôle technique. Il faut des bancs spéciaux », note Virginia Li Puma, d’Autosécurité. « En fait, le problème se situe surtout au niveau des assurances », souligne Nicolas Yernaux.

    « La puissance en kW fait partie entière de nos critères de segmentation, au même titre que la sinistralité ou l’âge du conducteur, afin d’objectiver le niveau de risque », explique Chloé Tillieux, d’AXA Belgique. Et de souligner : « Les statistiques établissent que plus un véhicule est puissant, plus la fréquence et la gravité des accidents sont élevées ». En clair, les primes vont augmenter en même temps que le boost apporté. « Le client doit toujours signaler la modification sinon il risque qu’on se retourne contre lui pour récupérer les frais du sinistre », enchaîne Laurence Gijs, d’AG Insurance. « En cas de sinistre, l’expert est en mesure de déterminer si la puissance du moteur correspond à la valeur indiquée sur les papiers », prévient Chloé Tillieux, à l’intention de ceux qui omettraient d’informer leur assureur.
     
    L’augmentation apportée doit être raisonnable. « Si le gain dépasse les 10 %, nous refusons car il y a un risque que les freins et les pneus notamment ne soient pas adaptés à une telle puissance », justifie AG Insurance.
    « Avec une telle puissance sous lec apot, le conducteur est tenté de l’utiliser », réagit de son côté Benoît Godart, porte-parole de l’Institut Vias qui ne voit pas d’un bon œil ces manipulations. « Surtout que les moteurs sont déjà, en moyenne, plus puissants de 25 % qu’il y a dix ans à cause du poids accru des voitures. Et d’enfoncer le clou : « C’est stupide à cause de toutes les limitations de vitesse et des radars, le conducteur risque une grosse amende ».
    Au-delà de 250 km/h

    Vias pointe un autre problème lié au débridage des moteurs. Les grosses berlines allemandes sont, volontairement limitées par les fabricants, à 250 km/h. Là aussi, il existe des sociétés qui proposent en Belgique, à la vue de tous, de faire sauter ce blocage : « Au-delà de la sécurité routière, il y a des questions d’environnement. Plus on va vite, plus on pollue. En Allemagne où il y a des tronçons où la vitesse n’est pas limitée, il y a actuellement des discussions pour les remettre en cause. L’idée est de n’autoriser que les voitures électriques à dépasser la limitation, et encore, uniquement de nuit ».

    Quel que soit le type de débridage, Traxio, la fédération des détaillants automobiles, déconseille vivement à ses membres de se livrer à de telles pratiques. « Pour les véhicules neufs, les marques ne laissent aucune marge de manœuvre au concessionnaire. La garantie constructeur tombe. C’est aussi le cas pour les occasions qui seraient modifiées. Les risques sont énormes », met en garde Pieter Van Bastelaere, porte-parole de Traxio.
    Un spécialiste: «Surtout pour le confort de conduite»

    Le sujet est sensible. Nous avons contacté l’une des principales sociétés à pratiquer une telle optimisation. Elle a pignon sur rue : près de 2.000 véhicules traités chaque année. Le responsable accepte de répondre à nos questions pour autant qu’il reste anonyme. Nous l’appellerons Jean.

    Performance, pas vitesse

    « L’objectif est d’augmenter le couple et la puissance, pas la pointe de vitesse », précise Jean, soulignant qu’il a très peu de fondus de vitesse parmi sa clientèle. « Nous avons des gens de tous les âges, notamment des policiers ou des experts automobiles. Leur principale motivation est d’avoir un comportement plus confortable, avec de meilleures reprises au moment de dépasser sur l’autoroute. Il y a aussi ceux qui trouvent que leur camionnette n’est pas assez puissante lorsqu’elle est très chargée. Les camping-cars représentent une catégorie importante. Ces véhicules sont patauds. Des propriétaires veulent de meilleures performances en montagne ». Jean met un dernier argument sur la table : les économies de carburant. Une reprogrammation permettrait de gagner 1 l aux 100 km. « Le gouvernement devrait plutôt s’occuper des personnes qui roulent sans assurance ou en défaut de contrôle technique. Ils sont bien plus nombreux et potentiellement plus dangereux », dit-il.
    Le spécialiste reconnaît que la programmation s’accompagne de certains inconvénients. « Si le garage s’en rend compte, la garantie constructeur saute. » Les clients sont prévenus. Pareil pour l’assurance.
    Pour lui, l’interdiction de l’activité causerait la perte de nombreux emplois. « Et des gens continueraient à le faire illégalement. Je parle des fameux « préparateurs de parking » qui se font payer au noir et n’utilisent qu’un ordinateur. Nous, nous avons des bancs de puissance (60.000 € chacun) pour nous assurer que les modifications apportées ne détruiront pas le moteur », conclut Jean.
    Par Yannick Hallet
     

  • Grand Prix Raygeo à Villers-le-Temple le 29 février 2020

    Lien permanent

    Course cycliste pour Elites & Espoirs Individuels en ligne qui se déroule le samedi 29 février 2020 à Villers-le-Temple.

    Distance: 125,9 km
    Inscriptions de 12h à 13h30
    Préinscriptions possibles via le lien suivant: https://forms.gle/PWc5XCrp9CZLe8bLA

    Départ à 14h15

    Informations: willems.cedric@live.be

    Il est possible de se préinscrire à l'épreuve via le lien suivant:

    https://docs.google.com/…/1FAIpQLScGYX16pGko6GsvTU…/viewform

    Voici l'itinéraire-horaire de cette édition 2020. Le parcours est quasi identique à l'année passée, seule l'entrée sur le circuit local est modifiée suite à des travaux.

    Le plan du parcours est disponible via le lien suivant:

    https://www.openrunner.com/r/10817505

     

  • Aujourd'hui samedi 22 et dimanche 23 février 2020 Art au village à Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    22 fzv.jpg

    Exposition d'Art au village à Saint-Séverin Nandrin les 22 et 23 février 2020

    Entrée gratuite 

  • Des nouvelles de Jules le jeune Nandrinois !!!

    Lien permanent

    Le petit Jules, originaire de Nandrin progresse de jours en jours. Pour la première fois ce jeudi, il était debout à l’aide d’un déambulateur. L’enfant de 2 ans et demi, victime d’un accident domestique ne cesse d’impressionner son entourage.


    C’est encore un pas en avant pour le petite Jules, âgé de 2 ans et demi ! Et une avancée, c’est le moins que l’on puisse écrire puisque le petit garçon a fait ses premiers pas depuis son accident survenu en juillet dernier. Le Nandrinois qui est, toute la semaine, suivi dans un centre de revalidation neurologique à Louvain-la-Neuve progresse chaque jour. « Jules a fait ses premiers pas à l’aide d’un déambulateur manuel », nous confie son papa, David Mullenders.

    L’appareil qui lui donne l’impulsion de la marche et permet de remuscler les jambes du petit garçon a été prêté pour deux mois. Il est entièrement remboursé par la mutuelle. Mais l’objectif à long terme est d’acquérir un déambulateur électrique. « Il sera accroché à son dos. La machine fait le mouvement de la marche pour lui muscler ses jambes. Grâce à cela, on peut espérer qu’un jour, il puisse marcher à nouveau, seul », ajoute David Mullenders, épaté par la force de son fils. « Après avoir fait ces premiers pas ce jeudi, lorsqu’on arrête le déambulateur, il râle parce qu’il arrête de marcher. C’est très positif ».

     

    Le coût pour cette machine tourne entre 25.000 et 50.000 euros. « Ce n’est pas remboursé par la mutuelle ». Un compte a d’ailleurs été ouvert pour venir en aide aux parents du petit Jules pour l’aider à progresser dans la vie depuis son accident.

    En juillet dernier, le petit garçon était tombé dans la piscine familiale en échappant quelques secondes à la vigilance de ses parents. Retrouvé inanimé, il avait été transféré à l’hôpital dans un état critique. Les médecins avaient annoncé aux parents qu’il ne lui restait que quelques heures. Finalement, l’enfant s’en est plutôt bien sorti puisque Jules évolue chaque jour. Et a même prononcé son premier mot huit mois après l’accident. Il continue à déjouer tous les pronostics. Et pour l’aider davantage dans sa récupération, les parents de Jules sont allés jusqu’en France chercher un caisson hyperbares. Un traitement peu connu mais qui permet de réoxygéner les cellules qui ont manqué d’oxygène pendant l’accident. Et cela semble porter ses fruits.


    Jules est un petit garçon reconnu handicapé mais qui se bat comme un lion. Une groupe Facebook, « Noël solidaire pour Jules et sa famille » a été créé pour l’enfant. Ce groupe est un élan solidaire pour aider Jules dans les frais et soins de santé.

    Pour ceux qui veulent aider les parents, voici le numéro de compte du papa :

    BE95 0837 7488 0358.

     

    Par Amélie Dubois

     

    Source

  • Aujourd'hui le 22 février 2020 Boucles Claviéroises Radio Rallye Officielle (Sport 7) Organisé par 7FM et Radio Ourthe Amblève

    Lien permanent

    8° Boucles Claviéroises // Radio-rallye officielle

    Suivez toute l'actualité rallye sur les différentes fréquences radio "Rallye de Hannut":
    • 106.2 FM (Vallée de l'Ourthe et de l'Amblève) - avec la collaboration de Radio Ourthe Amblève
    • 89.1 FM (Pays de Bastogne/Houffalize)
    • 96.2 FM (Gouvy/Vielsalm/Eifel)

    Sans oublier www.7fm.be / www.roa.be, l'app 7FM sur smartphone, les pages Facebook de vos radios locales et l'app TuneIn.

    EMISSIONS SPÉCIALES:
    • Mercredi 19 février, de 17h à 18h
    • Samedi 22 février, de 16h à 19h (en direct du centre de Clavier)
    • Dimanche 23 février, dès 8h (en direct du centre de Clavier)

     

    7FM

    ‎Boucles Claviéroises -

    Radio Rallye Officielle (Sport 7)