La saison ne reprendra que le 29 février à Villers-le-Temple Nandrin

Lien permanent

Les jeunes Liégeois boudent la route

La saison ne reprendra que le 29 février à Villers-le-Temple… avec de moins en moins de coureurs de la province de Liège. Les jeunes ne sont plus sur la route toute la sainte journée.

Et du côté des dirigeants, on peut voir le doute en eux s’immiscer.

A la veille de la reprise de la saison cycliste sur route 2020 dans notre province, on peut s’interroger sur l’avenir des routiers provinciaux.


Pour les relents d’embrocations et les premiers dossards épinglés, les coureurs provinciaux devront encore attendre une bonne semaine. Ou prendre la direction d’Escanaffles, un village coincé entre Tournai et Mouscron à 200 kilomètres depuis la capitale de notre province, pour retrouver les premières doses d’adrénaline de la saison.

Pour la quatrième année d’affilée, aucun championnat des clubs n’ouvrira la campagne liégeoise.

Il faudra attendre l’inamovible épreuve d’ouverture à Villers-le-Temple, le 29 février puis… un mois supplémentaire pour un deuxième rendez-vous à Harzé (Cadets/Juniors) et Amay (Elites/Espoirs).

Et dans cette spirale négative, le nombre de coureurs provinciaux ne cesse de diminuer.

Fini les présentations d’équipe à tout-va en février. Seuls le VC Ardennes et le TC Hesbaye entretiennent encore une école de jeunes, tandis que le Pesant, en relançant sa section Elites/Espoirs, propose la seule offre dans cette catégorie, sans oublier l’Entente Cycliste de Wallonie, qui reste enregistrée dans la province (avec Guy Crasset, à Wanze), mais dont l’encadrement sportif est issu des provinces de Namur et du Brabant Wallon.


Des chiffres relativement stables


Pourtant, du côté de la fédération, les chiffres, accumulés depuis la création de la FCWB en 2002, restent relativement stables… voire progressent !

Pour 146 affiliés en U15 en 2005, et après un pic à… 304 en 2015, on comptait encore 296 licenciés de moins de 15 ans domiciliés en province de Liège en 2019, les demandes 2020 n’étant pas encore finalisées.

Les Juniors, eux, se stabilisent (60 en 2019, pour 54 en 2020) tandis que les Débutants, désormais renommés Cadets U17, enregistrent une petite diminution (on passe de 63 en 2005 à 49 en 2019), plus spectaculaire chez les Espoirs (41 en 2010 pour 22 en 2019, si l’on exclut les coureurs enregistrés à l’échelon Continental).


Trial, BMX et VTT...


Ces statistiques brutes invitent à l’optimisme… mais méritent de souligner le poids pris par les disciplines du off-road face à la route. « Tous les jeunes préfèrent le côté fun du trial, du BMX ou du VTT », constate Marie-Claire Vogts, l’initiatrice de la commission 3D qui organise des stages pour les jeunes. « Sur la centaine de jeunes qui ont fréquenté nos stages depuis 2016, quinze ont pris une licence de compétiteurs mais aucun ne s’est engagé sur la route. C’était une petite surprise, mais le trial et le BMX ont vraiment la cote auprès des jeunes adolescents. La route intéresse peu. C’est moins fun, et plus dangereux avec la circulation. »

La ventilation des licences par discipline n’est pas compilée, mais du côté de la fédération on concède que « la route souffre clairement ». Une tendance marquée partout en Wallonie. « Liège limitant le mieux la casse », insiste-t-on à la FCWB. Entendez que le nombre de coureurs routiers a fortement baissé, en attestent les championnats régionaux organisés en trois manches, car avant la réforme, les championnats provinciaux dépassaient difficilement la quarantaine de partants.


Exil


Autre phénomène, regrettable pour le cyclisme provincial, de nombreux jeunes optent pour l’exil vers des clubs non-Liégeois pour poursuivre leur apprentissage, ce qui était interdit jusqu’au début des années 90. Le CC Chevigny compte ainsi… une vingtaine d’affiliés liégeois, dont une majorité de Hesbignons formés au TC Hesbaye. Attirés par des avantages essentiellement matériels (vélo, vêtements, casques, …), les provinciaux préfèrent souvent se priver d’entraînements collectifs et s’intégrer dans des effectifs de vingt à trente coureurs par catégorie… alors que les sélections en interclubs sont réservées aux 5 ou 6 meilleurs éléments. « J’aimerais retrouver plus de petits clubs », pose le nouveau coordinateur provincial Patrick Burguet.
Pour des petites structures


Face à la limitation criante de l’offre, les jeunes n’ont plus que le choix entre le VC Ardennes du côté verviétois, du TC Hesbaye et de l’Entente Cycliste de Wallonie. « C’est en recréant des petits clubs au niveau local qu’on pourra toucher les jeunes. Avec des petites structures, on retrouvera des coureurs, des organisations, des bénévoles, … ce qui sera positif pour tout le monde. A nous, la fédération, de trouver des facilités pour que les clubs puissent s’échanger des coureurs plus facilement, pas uniquement en créant des équipes mixtes, mais aussi en facilitant les « prêts » pour des interclubs en Belgique et à l’étranger. Plutôt que de créer des structures de 30 coureurs, ou d’étouffer les clubs avec deux ou trois membres, il faut favoriser les petites structures. »


La Philippe Gilbert Juniors devient une course par étapes


Le format de la Philippe Gilbert Juniors sera complètement révisé pour 2020. Fini les vestiges de la classique UCI pour Juniors Remouchamps-Ferrières-Remouchamps, toujours organisée par la famille Gilbert, et place à une formule… par étapes qui conclura le calendrier international des Juniors, les 3 et 4 octobre prochains, juste après les Mondiaux de Martigny (Suisse). L’occasion peut-être de voir le nouveau champion du Monde U19 étrenner sa tenue avant son passage chez les Espoirs sur la quatrième épreuve UCI Juniors 2.1 en Belgique, au même rang qu’Aubel-Thimister-Stavelot par exemple.
Samedi, l’entrée en matière sera plus légère, avec 82 km, selon le premier itinéraire connu, entre le Château de Harzé et La Gleize, où l’arrivée finale de Liège-La Gleize était auparavant jugée. Le dimanche, le maillot jaune défendra ses mailles sur les 126 km qui reprennent quasi à l’identique le parcours de la classique pour finir sur les pentes de la Redoute.

Par Maxime Segers

Source 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel