Il faudra payer la RTBF pour diffuser sur écran géant l' Euro 2020

Lien permanent

Le 12 juin, les supporters de toute l’Europe seront à la fête.

Devant 68.000 spectateurs, l’Italie affrontera la Turquie en match d’ouverture de l’Euro 2020.

Un peu partout, des écrans géants permettront de se retrouver autour des rencontres et de vibrer devant les exploits des Diables rouges. Mais en Belgique francophone, pour diffuser un match sur écran géant lors d’un événement public, il faut payer des droits à la RTBF.


Pour de nombreux supporters des Diables rouges, se réunir devant un écran géant est une tradition lors des grandes compétitions. En Wallonie, de nombreuses associations et communes s’organisent déjà pour rendre cet Euro 2020 inoubliable.


Cependant, comme lors de la précédente Coupe du Monde, la RTBF devrait demander aux organisateurs le paiement de droits pour retransmettre publiquement ces matchs. Si des discussions sont toujours en cours entre la RTBF et les Unions des villes et communes wallonne et bruxelloise, il nous revient que des montants à payer similaires à ceux demandés lors de la Coupe du Monde seraient demandés.

 

Pour rappel, en 2018, ceux-ci étaient calculés en fonction de la capacité d’accueil de l’événement. Pour les rassemblements de plus de 300 personnes, les organisateurs devaient payer entre 1 et 1,5 € par personne présente. Une manière de compenser, pour la RTBF, la perte de revenus publicitaires liée à ces rassemblements. Car on estime que près de 20 % des téléspectateurs ne sont pas dans leur salon mais bien devant un écran géant et loupent les fameux tunnels publicitaires. Enfin, les autres années, les cafés, restaurants et les organisateurs d’événements existants et récurrents ne devaient pas payer ces fameux droits.

Deux écrans sinon rien


Si les tarifs ne sont pas encore publics, l’Euro 2020 sera synonyme de nouveautés en matière d’écrans géants. Au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la ministre des Médias, Bénédicte Linard (Ecolo), a fait le point sur ce dossier la semaine dernière à la demande du député MR Olivier Maroy. « La RTBF a décidé, en accord avec les communes, de modifier certaines conditions, notamment pour la diffusion de l’Euro 2020 », a précisé Bénédicte Linard. « Parmi ces modifications, citons la possibilité d’organiser deux événements par commune, notamment pour des raisons de sécurité, mais aussi de prendre en compte des événements météorologiques de force majeure comme les orages, les averses et les fortes pluies qui entraîneraient une baisse importante de la fréquentation par rapport à la capacité normale de l’événement ».

Bref, les organisateurs ne craindront plus que la tempête Ciara assèche les recettes des bars et empêche le paiement de ces droits.


le choix libre des sponsors ?
Autre nouveauté : selon la ministre Linard, la RTBF est sur le point de finaliser un accord avec l’UEFA pour les droits des grands écrans de la phase finale de l’Euro 2020. Et l’UEFA imposerait désormais à tout organisateur d’événement le respect de nouvelles guidelines notamment quant au choix des sponsors, avec priorité aux sponsors officiels, et à la tarification !
Le paiement de ces droits provoque toutefois la polémique. Il y a deux ans, le Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles avait voté une résolution demandant à la RTBF d’exonérer les communes et les associations. Face à ce texte, la RTBF avait adouci sa position et avait proposé que les communes organisatrices qui ont payé ces droits se voient attribuer des espaces publicitaires gratuits en radio, sur Vivacité. « La RTBF m’indique qu’elle a pris des contacts avec l’ensemble des communes concernées », a précisé Bénédicte Linard. « Toutefois, seul un quart d’entre elles, environ, ont demandé à bénéficier de ce crédit d’espace promotionnel. »


S’oriente-t-on vers un mécanisme de compensation similaire pour l’Euro 2020 malgré le succès très relatif de cette contrepartie ? Du côté du service public, on ne souhaite pas encore communiquer sur la question, ni sur les montants qui pourraient être demandés aux organisateurs. « Nous sommes actuellement en discussion avec les Unions des villes et communes wallonne et bruxelloise », nous précise Axelle Pollet, la porte-parole de la RTBF. « Nous communiquerons sur le sujet bientôt. »
Au Parlement, le député MR Olivier Maroy a exprimé sa surprise face au « cadenassage » possible des sponsors ou sur le fait que les communes devraient à nouveau payer ces fameux droits. « Si un tiers du Parlement a été renouvelé lors des élections, la résolution serait sans doute votée avec la même unanimité aujourd’hui. Nous serons d’ailleurs sans doute amenés à la redéposer ! » Que la guerre des écrans géants commence…

 

Par Guillaume Barkhuysen

 

Source 

Commentaires

  • UEFA, FIFA, .... ces organismes au dessus des lois qui font ce qu'ils veulent comme ils le veulent.
    Rien d'étonnant à ce que le monde du foot soit corrompu.
    La RTBF qui est publique ose demander un retour sur une soit-disant perte ... le comble

    Le foot restera basé sur l'argent et sur le n'importe quoi tant il reste au dessus des lois

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel