• Un cortège de carnaval à l’école Saint-Martin de Nandrin demain 14 février 2020

    Lien permanent

    Le carnaval arrive à grands pas en ce mois de février et l’école Saint-Martin de Nandrin l’a bien compris.

    En effet, l’école organise le vendredi 14 février de 14h à 15h30 la première édition de son cortège de carnaval qui regroupera tous les élèves.

    « Les petits des classes d’accueil et de première maternelle suivront le cortège à bord de l’Equibus, une calèche couverte et seront accompagnés de leurs instituteurs.

    Les autres élèves, quant à eux, prendront place sur un char pour lancer des confettis », précise Véronique Grebeude, directrice de l’école Saint Martin.

    Les enfants, vêtus de leurs plus beaux costumes arpenteront les rues du village de Nandrin.

    « Le cortège démarrera devant l’école, rue Rolée, il se dirigera ensuite vers la place Ovide Musin en passant devant l’église et la boucherie de Nandrin.

    Les rues empruntées par le char seront momentanément fermées à la circulation et la police assurera notre sécurité » souligne Véronique Grebeude.

    Les enfants seront également accompagnés d’une fanfare.

    «FAIRE VIVRE LE QUARTIER »

    Par son initiative, l’école souhaite faire revivre le quartier « Depuis des années, nous faisons notre possible pour redynamiser le village.

    Nous organisons chaque année un jogging, une brocante ainsi qu’une pièce de théâtre » commente la directrice. L’école a aussi à coeur de rassembler autour de son événement les habitants du village « Un home de personnes âgées ainsi qu’un centre de personnes handicapées ont été invités et seront présents pour admirer le passage de notre cortège dans les rues.

    Nous convions aussi les parents des élèves et tous habitants à venir assister à notre défilé et/ou à marcher avec nous en musique pour faire de cette journée une réussite » espère Véronique Grebeude.

    Par LORIS DEMARTEAU

     

    Source

  • Le self a ouvert au CHC MontLégia !

    Lien permanent

    Un resto qui sera amené à servir de 1.000 à 1.500 plats par jour

    a y est! Le restaurant self-service de la clinique CHC MontLégia est officiellement le premier service à ouvrir ses portes au public. Depuis ce lundi, il accueille toutes les personnes présentes sur le chantier, internes comme externes. De quoi permettre à l’équipe cuisine de s’atteler à une grande répétition générale, d’ici l’ouverture officielle, annoncée au 30 mars.

    Ça y est ! Le restaurant self-service de la clinique CHC MontLégia est officiellement le premier service à ouvrir ses portes au public. Depuis ce lundi, il accueille toutes les personnes présentes sur le chantier, internes comme externes. « Ah, ils ont mis les bouchées doubles au niveau des finitions pour nous permettre d’ouvrir... C’est un réel cadeau de Noël avant l’heure », introduit Cédric Blogie, responsable des activités commerciales du MontLégia, qui ne peut cacher son enthousiasme.
    « Et pour nous, c’est génial ! Cela nous permet de prendre nos marques, de mettre en place tout notre process, depuis la réception des marchandises jusqu’à la production...et l’arrivée dans l’assiette du client. Il y a beaucoup de choses à régler, allant des fours jusqu’aux lampes, au système de caisse, le bancontact, le maintien au chaud... C’est comme une grande répétition générale. De tester nos installations aussi, les futurs produits... » À titre d’exemple, cette semaine, Cédric Blogie offre des frites en échantillons, « histoire d’avoir un retour sur l’aliment et sa cuisson, et de pouvoir ajuster nos choix en fonction des remarques ».

    D’un point de vue pratico-pratique, le resto possède une capacité de 400 places assises. Il sera ouvert, pour l’instant, de 11h à 14h, et est réservé aux patients, à leurs accompagnants et visiteurs, ainsi qu’à tout le personnel de la clinique. « Nous avons deux types d’offres : le take away ou à manger sur place », détaille Cédric Blogie. « Selon une formule ou l’autre, les plats peuvent varier mais l’offre s’annonce déjà très complète : salades et assiettes froides, potages, frites, sandwiches, plats chauds (classiques, du jour et végétarien), pâtes, croques, paninis, légumes... Chacun devrait pouvoir y trouver son compte. « Nos nouvelles installations nous permettent aussi la possibilité de faire des ‘show-cooking’ pour réaliser des plats à la minute devant les clients, comme des woks ou des burgers maison par exemple. »
    Le label « Green deal »
    Depuis environ six mois, le pôle hôtelier du CHC s’est également inscrit au label « Green deal » de la Fédération des cuisines de collectivité de Wallonie-Bruxelles. « C’est-à-dire que nous avons la volonté d’utiliser des produits locaux, de saison et en circuit-court dès que cela est possible. Si c’est bio, comme nos pâtes, c’est encore mieux. En fonction aussi bien sûr des règles d’hygiène et de nos process à respecter. On essaye au maximum de répondre à ce cahier de charges. » Et, niveau zéro déchet, de nouvelles habitudes ont aussi été mises en place. « Tous les emballages des sandwhiches sont en bambou recyclé par exemple », précise Cédric Blogie. « Les gobelets sont en carton recyclé aussi et les couverts seront bientôt en amidon de maïs. Nos nouvelles friteuses sont équipées de filtres spécifiques, qui renettoient l’huile chaque jour afin de la remplacer moins souvent. »
    Un tout nouveau self qui séduit donc autant les professionnels que leurs clients. « Les retours sont super positifs et, qui plus est, dans une ambiance très cosy et pratique à la fois », a-t-il conclu.

    Derrière les fourneaux: une équipe de 14 personnes
    L’équipe cuisine du MontLégia compte 14 personnes, en incluant Cédric Blogie. Elle rassemble les employés déjà présents sur les trois sites (de Saint-Joseph à Liège, Saint-Vincent à Rocourt et de la clinique de l’Espérance à Montegnée), mais aussi de la centrale de production d’Alleur.

    On retrouve des cuisiniers mais aussi des préposés-cafétéria, en gestion de la salle, de la caisse, de l’accueil ou de la plonge. « Au-delà du matériel de dernier cri dont nous bénéficions ici, je récupère une super équipe, forte de ses connaissances. S’il va y avoir quelques différences à gérer par rapport au travail effectué jusqu’ici, niveau volume de production principalement, cela reste de la restauration de collectivité. Et nous y sommes habitués », a-t-il commenté.
    Et cette équipe pourra continuer à bénéficier de l’aide de la cuisine centrale installée à Alleur.
    La centrale, un support
    « Les plats du jour seront produits là-bas. Mais c’est aussi à cet endroit que sont produits tous les plateaux-repas pour les patients et les résidents en maison de repos. Et, dans le cas où nous avons un couac, la centrale peut nous être aussi d’un grand support. C’est notre premier support à ce niveau-là. »


    Quelques chiffres
    1.000
    à 1.500 repas (selon les prévisions) seront servis au restaurant self du Mont-Légia chaque jour.
    « Ce sera évidemment progressif, le temps de trouver notre vitesse de croissance. Ce lundi, nous étions à 208 repas, contre 260 ce mardi. Le tout augmentera fortement le 30 mars évidemment. »
    3.000
    à 4.000 litres par jour : c’est une idée de la quantité de...soupe qui sera préparée sur place ! Ajoutez à cela, à titre d’exemple, 1/2 tonne de frites par semaine, ou encore 400 plats du jour chaque midi.

     

    Par Emilie Depoorter

    Source

     

     

  • Il pète les plombs lors de la reconstitution du meurtre à Neupré

    Lien permanent

    Mardi 11 février 2020 au matin à Neupré avait lieu la reconstitution du meurtre de Karine Iskoumene, pour lequel le compagnon de la quinquagénaire, Laurent Silien, a avoué les faits. S’il s’est montré collaborant au début, il a ensuite « pété les plombs » lorsqu’il a dû mimer le moment de la mise à mort de sa victime. Il aurait même cassé un mur de sa maison.
    Un important dispositif avait été mis en place pour éloigner les badauds, ce mardi matin aux alentours du numéro 25 de la rue des Bouvreuils à Neuville-en-Condroz, en vue de la reconstitution du meurtre de Karine Iskounene (56), tabassée à mort à coups de batte de baseball, le 3 juillet, en soirée.

    L’homme qui partageait sa vie depuis une dizaine d’années, Laurent Silien (33), avait fait mine de « découvrir » le corps sans vie de sa compagne, en rentrant chez lui vers 22 heures. L’enquête, et notamment l’analyse du sang sur ses vêtements, a révélé qu’il était vraisemblablement l’auteur des faits : fin novembre dernier, à l’issue d’un très long interrogatoire, il a fini par avouer.


    La quinquagénaire est décédée après avoir reçu de multiples coups de batte de baseball, sur le haut de la tête mais aussi sur le visage et le corps. Elle gisait dans une grande quantité de sang lorsque les services d’intervention avaient été contactés par une voisine, alertée par les cris de Laurent faisant mine de découvrir le cadavre.
    Les analyses ont parlé
    L’analyse des vêtements du trentenaire a montré qu’après la scène d’une grande violence, il avait ôté ses vêtements souillés, et qu’il les avait trempés dans le sang de la victime, pour masquer les éclaboussures qui le trahissaient. Il avait ensuite remis ses vêtements avant d’appeler à l’aide.
    La victime arborait également des traces de couteau, mais le trentenaire soutiendrait qu’avant la scène finale, la victime avait tenté de se suicider.
    Les couteaux trouvés sur place étaient pourtant tous soigneusement lavés et rangés à leur place initiale.
    Silien s’emballe
    Laurent Silien a d’abord, durant cette reconstitution, accepté de collaborer. Il y aurait eu une première scène, avec de premiers coups de batte de baseball, puis le trentenaire aurait laissé là sa victime pour aller chercher une enveloppe d’argent cash, qu’elle cachait.
    En revenant, elle lui aurait dit « des paroles méchantes » et il se serait énervé encore en frappant vigoureusement.
    La reconstitution n’a pas pu aller plus loin car le trentenaire s’est ensuite emballé, perdant le contrôle, frappant sur le mannequin puis sur le mur de la maison, qu’il a partiellement démoli à coups de poing.
    La reconstitution s’est alors prolongée en son absence, avec la voisine notamment, pour se terminer aux alentours de 13h30.
    Toutes les parties étaient présentes : juge d’instruction, experts, police, ainsi que Me Wintgens, qui défend désormais, avec Me Delbouille, le trentenaire, Me Molders-Pierre, pour les filles de la victime qui étaient aussi présentes à la reconstitution, et Me Töller, pour le frère de la victime.

     

    Par LWs Source

  • Rester en forme tous les mardis à Villers le Temple Nandrin

    Lien permanent

    Ensemble, bougeons pour rester en forme !
    L’activité physique à partir de 50 ans et après 60 ans stimule notre qualité de vie : nous restons en meilleure santé, ressentons plus de bien-être tant physique que mental et nous gardons de la vitalité chaque jour.
    Rester en Forme propose des séances d’activités physiques ou sportives
    – adaptées à votre niveau et à vos goûts
    – encadrées par un professionnel attentif
    – dans une ambiance décontractée, près de chez vous et en journée !
    Goûtez au plaisir du mouvement … Venez nous rejoindre !
    Il y a certainement une activité qui vous convient.

    Activité physique est indispensable …
    Oui mais dans le bon sens et avec bon sens !
    Choisissez ce qui vous convient … ne reportez pas.
    Étirements, Gym Douce, Badminton, Marche Nordique
    Coup d’œil à l’agenda hebdomadaire clic

    Programme complet 2019 – 2020

    à confirmer mardi 3/9

    à Villers-le-Temple:

    Mardi :
    – Étirements à 18h45

    A quand vous voulez,

    Olivier H.
    Rester en Forme
    0486 / 80 67 64
     
  • Se promener dans la forêt et entrer en contact avec la nature

    Lien permanent

    Partager son énergie en câlinant des arbres à Marchin

    Se promener dans la forêt et entrer en contact avec la nature. C’est ce que propose Paul Charlier le 19 fevrier prochain à Marchin. Il organisera alors son deuxième bain de forêt. Une pratique originaire du Japon et reconnue depuis 1982 comme une médecine préventive.
    Un éveil sensoriel au contact de la nature. Voici ce que Paul Charlier proposera mercredi 19 février dans le Bois de Sandron de Marchin. Ce Hutois organisera son second bain de forêt guidé, également appelé Sylvothérapie : « Les participants se laisseront guider au contact des arbres et de la nature en général pour réveiller leurs 5 sens. Un échange d’énergie se déroule lorsqu’une personne enlace un arbre. Ce geste renforce le système immunitaire grâce au phytoncides, des molécules sécrétées par les arbres, des composés antimicrobiens. C’est une manière de se ressourcer en se concentrant sur les sensations, les bruits et les odeurs », explique Paul Charlier, responsable de la marche et adepte de cette pratique depuis peu (un premier bain de forêt a eu lieu le 5 février dernier).
    Originaire du Japon
    La Sylvothérapie, nommée shinrin-yoku en japonais, provient du pays au Soleil-Levant et est reconnue là-bas depuis 1982 comme une médecine préventive. Il existe même une soixantaine de sites où la pratiquer.


    Signe que les vertus du bain de forêt sont prises très au sérieux : « Des recherches menées par des scientifiques japonais ont prouvé les bienfaits de cette thérapie. Outre le renforcement immunitaire, le contact auprès de la nature réduirait la pression artérielle, ferait baisser le taux de glycémie et améliorerait la santé cardio-vasculaire et métabolique. Ce qui est également visible à l’extérieur est le relâchement des personnes lors de ces moments privilégiés. Libérées de toute contrainte, certaines d’entre elles se livrent émotionnellement », ajoute le guide.
    Un troisième rendez-vous à proximité du château de Modave est d’ores et déjà prévu. D’autres forêts seront également visitées durant toute l’année. Le second bain de forêt se déroule le 19 février, de 14 à 16 heures. La marche se fera sur un terrain plus ou moins plat et ne comportera que 3 km maximum.
    Pour plus d’informations et pour réserver, vous pouvez contacter Paul par SMS au 0498 81 25 61. À noter que le guide ne demande pas une somme précise pour participer à l’expérience : « Je ferai comme les artistes de rue et je les laisserai donner ce qu’ils veulent ou peuvent ».


    Par M.GI.

    Source

  • Découverte de la roue à aubes (Les Avins) le 22 mars 2020 à vos agendas

    Lien permanent

    Dans le cadre des Journées de l’eau, le CICC, en partenariat avec la CIESAC, organise une porte ouverte des locaux de la compagnie des eaux et plus particulièrement du local où se situe la roue à aubes de plus de 9 mètres de haut ainsi que la machinerie qui servait à faire monter les eaux au château d’eau.


    Une petite restauration ainsi qu’une balade le long d’un tronçon privilégié du Hoyoux de 2 km est également prévue.


    Dimanche 22 mars 2020 de 10:00 à 17:00

    Rue de la Source, 10 - 4560 Clavier, Belgique

    Découverte de la roue à aubes (Les Avins)

    Tourisme Modave Marchin Clavier Tinlot

     

     

     

  • Avis de décès de la région Monsieur Jean Noël de Tavier compagnon de Madame Michèle Seret

    Lien permanent

    Domicilié à Tavier (4163)
    Né à Villers-le-Temple (4550) le mercredi 17 janvier 1951
    Décédé à Huy (4500) le jeudi 13 février 2020 à l'âge de 69 ans

    Source

    avis dc jn .jpg

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • ELIA démontera prochainement la ligne à haute tension Gramme - Rimière

    Lien permanent

    La Commune de Modave l'annonce ici 

    ELIA démontera prochainement la ligne à haute tension Gramme - Rimière, qui passe par Outrelouxe.
    Le réseau haute tension de la Province de Liège est dense et vieillissant. Il nécessite des adaptations pour anticiper au mieux les besoins actuels et futurs.

    ELIA réalise actuellement divers travaux de restructuration de son infrastructure. Des liaisons aériennes seront démontées, ainsi notamment celle entre les postes éléctriques de Gramme et Rimière, qui passe par Outrelouxhe.

     

     

     

     

  • Attention de février à avril, les batraciens sortent de terre pour migrer vers leurs sites de reproduction

    Lien permanent

    Ces animaux sortent la nuit tombante, croisent souvent des axes routiers plus ou moins fréquentés et nombre d’entre eux se font écraser. Des volontaires s’activent sur plus de 160 sites à travers toute la Wallonie mais aussi à Bruxelles ». Natagora incite les automobilistes à lever le pied et à redoubler de prudence.

    La migration débutera aux alentours du 25 février.

    A la fin de l'hiver, lorsque les premières nuits douces annoncent le printemps et avant même que les bourgeons n'éclosent, crapauds, grenouilles et tritons sortent de leur torpeur hivernale. Ils entament alors une longue marche vers leur étang natal, pour y déposer, à leur tour, leur progéniture...

    Comment ces animaux s'orientent-ils infailliblement vers leur lieu de naissance, sur des distances atteignant parfois 3 ou 4 km ?

    C'est un des secrets que la nature ne nous a pas totalement livré.

    Hélas, notre civilisation a érigé sur leur parcours bien des obstacles, dont le plus destructeur est la circulation routière.

    Surpris par la lumière des phares, ces animaux s'immobilisent sur la route ; ils sont écrasés sous nos roues ou, plus souvent, projetés contre le soubassement des véhicules par le déplacement d'air que ceux-ci occasionnent.

    Ainsi, à proximité de certains étangs, c'est par centaines ou par milliers que les batraciens sont tués lors de leur migration printanière...

    batraciens_routes clic ici.pdf

     

    grenouille 2.jpg

     

     

  • Offre d'Emploi Nandrin

    Lien permanent

    ZEB Nandrin
    Fonction
    On ne s’arrête pas chez ZEB! Nous sommes à la recherche d’un(e) Sales Advisor (H/F), 24h par semaine.
    En tant que Sales Advisor vous placez, dans tout ce que vous faites, aussi bien nos petits que nos clients central. Vous faites tout pour que le client se sent chez lui, qu’il reçoit les bons conseils et qu’il soit aidé rapidement. Vous trouvez votre satisfaction en travaillant avec les clients et votre objectif est de les voir sortir avec le sourire. Ensemble avec vos collègues vous essayez de faire de votre magasin un environnement agréable où les clients aiment bien revenir.
    Vous aidez également à sortir les nouvelles livraisons, vous aidez à la caisse et à maintenir le magasin en ordre.
    En tant que teamplayer vous aimez travailler avec vos collègues et créer un agréable esprit de groupe.
    Brièvement en tant que Sales Advisor vous construisez ensemble avec vos collègues au futur de ZEB.
    Profil
    Orienté vers le client – Votre objectif est une expérience client optimale et le client doit toujours être central.
    Sens pour l’initiative – Vous voyez les opportunités et vous allez pro activement au travail.
    Pensée critique – Vous mettez les choses en question et réfléchissez sur l’organisation de votre magasin.
    Avide d’apprendre – Vous êtes ouvert pour du feedback et employer celui-ci effectivement activement. Vous avez beaucoup envie d’apprendre de nouvelles choses et d’acquérir de nouvelles expériences.
    Pratique – Vous travaillez dans un horaire variable de 24h par semaine, où vous travaillerez également les samedis, dimanches et jours fériés. La flexibilité est donc une caractéristique importante.
    Offre
    Environnement – vous arrivez dans un environnement dynamique et en pleine croissance où vous êtes tous les jours en contact avec les clients. Vous pouvez également compter sur une équipe de collègues enthousiastes!
    Rémunération – une rémunération attrayante, complétée avec des avantages extralégaux, y compris des chèques repas.

    Intéressé(e)?
    Pour plus d'informations:
    Appelez LISA HAEZEBROUCK
    au numéro suivant: 016 24 53 06
     

  • Des nouvelles du projet « saumons en classe » école communale de Nandrin

    Lien permanent
    N

    ews des projets « saumons en classe » : à Nandrin pour le plus grand bonheur des enfants, les œufs commencent à éclore  à My, ça ne saurait tarder!

     

    Encore un peu de patience...

     

    200 saumons atlantiques élevés à école communale de Saint-Séverin Nandrin clic ici

     

     

    sumons.JPG

     

     

  • On se souvient de l'histoire de Jules à Nandrin qui avait ému des milliers de personnes !!!

    Lien permanent

    Huit mois après l’accident, Jules a prononcé un mot à Nandrin

    On se souvient de cette histoire qui avait ému des milliers de personnes il y a quelques semaines. Jules âgé de 2 ans et demi avait été victime d’un accident domestique.

    Il était tombé dans la piscine familiale et ensuite plongé dans le coma. Avec des séquelles importantes, l’enfant se bat tous les jours et a même...prononcé son premier mot depuis l’accident.


    Les jours passent mais ne se ressemblent pas pour le petit Jules, originaire de Nandrin.

    En juillet dernier, l’enfant âgé de 2 ans et demi avait échappé quelques instants à la vigilance de ses parents et était tombé dans la piscine familiale. Retrouvé inanimé, il avait été plongé dans un coma et souffrait d’importantes lésions cérébrales. Alors que les médecins pensaient qu’il resterait dans un état végétatif toute sa vie, Jules étonne son entourage tous les jours : il a parlé pour la première fois depuis l’accident. Une véritable évolution pour le petit garçon. « Jules a prononcé son premier mot lors d’une séance avec la logopède au centre de revalidation neurologique. Il a dit le mot « eau ». Cela fait énormément de bien de voir que ce petit lion évolue chaque jour et surtout, qu’il ne laisse pas tomber », confie David Mullenders, le papa.

    Mais ce n’est pas la seule évolution qui est à souligner pour l’enfant. Il continue à déjouer tous les pronostics. « Il tient de mieux en mieux sa tête et il bouge de plus en plus. Il parvient désormais à se retourner lui-même. Il est beaucoup plus éveillé », ajoute David Mullenders.


    Pour l’aider davantage dans sa récupération, les parents de Jules sont allés jusqu’en France chercher un caisson hyperbares. Un traitement encore peu connu mais qui permet de réoxygéner les cellules qui ont manqué d’oxygène lors de l’accident. Et il semble porter ses fruits. « On observe énormément d’effets positifs sur Jules depuis qu’il pratique des séances avec la caisson. Il en fait cinq fois par semaine. Il a passé une IRM la semaine dernière et elle était bonne. Cela fait du bien de voir qu’il progresse ».

    Il s’agissait d’un traitement onéreux puisque le caisson coûtait 10.000 euros. Un appel aux dons avait d’ailleurs été lancé pour aider cette famille nandrinoise. Mais le petit Jules doit encore bénéficier de traitements. « Jules va tester un déambulateur connecté, prêté par le centre et si les résultats sont favorables, nous devrons l’acheter. Il coûte environ 15.000 euros et lui permettra de lui donner l’impulsion de la marche », continue le papa.


    D’autres travaux devront également réalisés aux abords de la maison pour faciliter l’entrée et la sortie du petit garçon. « Un terrassement est nécessaire avec une allée, au prix de 45.000 euros. L’AVIQ intervient à hauteur d’1/dixième ». Des évènements pour aider la famille seront bientôt organisés.

    Par Amélie Dubois

     

     

        Article complet et photos  clic ici 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • La 8 ème édition des Boucles Clavieroises le 23 février 2020

    Lien permanent

    La 8 ème édition des Boucles Clavieroises le 23 février 2020

  • Il vient d'hériter d’une maison familiale à Nandrin, Il reçoit une facture d’eau de 2.187€, L’intercommunale IDEN avait mis le compteur en veilleuse

    Lien permanent
    Thierry reçoit 12 années de factures d’eau d’un seul coup
     
    L’intercommunale IDEN avait mis le compteur en veilleuse et s’en aperçoit à la vente de la maison
     
    Histoire étonnante que celle survenue à Thierry Lechanteur, un Liégeois qui a hérité d’une maison familiale à Nandrin. Il vient de recevoir une facture d’eau de 2.187€ pour… 12 années de fournitures non-facturées!
     
    Au décès de son père, pâtissier bien connu de la rue Saint-Paul à Liège, Thierry Lechanteur a hérité d’une maison située sur la commune de Nandrin.
    « Elle appartenait à ma grand-mère qui est décédée en 2007, raconte-t-il.
     
    Mon père en a hérité d’abord et l’a occupée de temps en temps le week-end et durant les vacances.
    Il ne m’a jamais parlé qu’il ne recevait pas de factures d’eau.
    Et puis, mon père est décédé l’an dernier. »
     
    D’où son étonnement lorsque la semaine dernière, il reçoit une facture de l’intercommunale de distribution d’eau de Nandrin-Tinlot d’un montant de 2.187,36 € pour… 12 années de fournitures impayées.
    « Je viens de vendre cette maison et c’est en transférant le compteur que l’intercommunale m’a signalé ne plus nous avoir envoyés de facture depuis 2008. »
    Effectivement, le dernier index relevé avait été pris le 15 janvier 2008 et le dernier, le 20 janvier 2020.
    Et entre les deux : 503 m³ d’eau qu’on lui facture aujourd’hui.
     
    « Il n’y a pas de contrôle dans cette intercommunale ?
     
    s’étonne-t-il. Comment une maison peut-elle ne pas être facturée pendant 12 ans ? Suis-je le seul dans le cas où y en a-t-il beaucoup d’autres ? »
     
    Et de s’étonner encore de devoir payer 14 redevances (« pourquoi 14 ? ») et de remonter si loin dans le temps : « En France, il y a prescription après cinq ans », ajoute-t-il.

    « Pour faire plaisir »

    Étonnant en effet. Du côté de l’intercommunale, on explique la situation ainsi : « En 2007, la grand-mère de ce Monsieur nous avait demandé une interruption de sa facturation pour raisons personnelles.
     
    Elle avait expliqué à l’époque qu’elle n’allait plus occuper le lieu. Personne ne nous a prévenus qu’elle était décédée et que quelqu’un allait continuer à occuper le lieu.
     
    Il y a une série de négligences de leur part. »

    Le reste n’est, d’après elle, qu’une question d’informatique : « Vu que le dossier était en suspens, il n’y avait pas d’envoi pour le relevé annuel d’index. C’est normal. »

    Toujours est-il qu’aujourd’hui, Thierry Lechanteur estime que ce n’est pas à lui à prendre en charge 12 années de factures impayées (mais jamais réclamées) et il demande au moins un geste de la part de l’intercommunale d’eau, fautive à ses yeux.

    À l’intercommunale, on joue sur la corde sensible : « On est une toute petite société, on a voulu faire plaisir. Quand on est trop gentil, voilà ce qui arrive, ça se retourne contre nous. »

    Et elle estime que ce n’est pas au contribuable wallon à payer pour celui qui n’a pas averti en temps et en heure de l’évolution du bien.

    Le dossier a donc été envoyé chez le médiateur de la Région wallonne qui devrait l’analyser et rendre son avis dans les prochaines semaines.

    Par Luc Gochel

    iden .jpg

  • L’Administration Communale d'Amay recrute des moniteurs pour ses plaines d’Été 2020

    Lien permanent

    L’Administration Communale d'Amay recrute des moniteurs pour ses plaines d’Été 2020

    Tu es étudiant… Tu as un brevet de moniteur…


    Tu n’as pas de brevet de moniteur mais tu disposes d’un diplôme ou d’un certificat de fin d’études à orientation sociale ou pédagogique au moins du niveau de l’enseignement technique secondaire supérieur de promotion sociale ET tu disposes d’une expérience utile de 150h de prestation au sein d’un centre de vacances ?

    Tu es à la recherche d’un job pour les vacances… Tu es motivé, patient, créatif, sérieux, responsable,…

    OUI ? Nous recherchons des moniteurs pour travailler lors du mois de juillet 2020 (1ère quinzaine : du 1er au 17 juillet ou 2e quinzaine : du 20 au 31 juillet).
    Prolongation des candidatures jusqu’au lundi 2 mars 2020.

    Transmets ta candidature (Cv + Lettre de motivation) au service Accueil Extrascolaire, 76 Chaussée F. Terwagne à 4540 AMAY, pour le lundi 2 mars au plus tard.
    N’oublie pas de mentionner tes disponibilités.

    Tu souhaites plus de renseignements? N’hésite pas à contacter le service Accueil extrascolaire, au 085/230 137 ou par mail : ludivine.gonda@amay.be

     

     

  • Samedi 15 février 2020 Bal du carnaval Organisé par Comité Scolaire de Saint-Séverin

    Lien permanent

     

     

    Ouverture des portes à 13 h 30

    Animation carnavalesque de 14 h à 16 h 30.

    Bar - petite restauration - cotillons.

    Entrée gratuite pour les enfants et les adultes costumés.
    3 euros pour les autres.

     

     

    Bal du carnaval

    Public