Il pète les plombs lors de la reconstitution du meurtre à Neupré

Lien permanent

Mardi 11 février 2020 au matin à Neupré avait lieu la reconstitution du meurtre de Karine Iskoumene, pour lequel le compagnon de la quinquagénaire, Laurent Silien, a avoué les faits. S’il s’est montré collaborant au début, il a ensuite « pété les plombs » lorsqu’il a dû mimer le moment de la mise à mort de sa victime. Il aurait même cassé un mur de sa maison.
Un important dispositif avait été mis en place pour éloigner les badauds, ce mardi matin aux alentours du numéro 25 de la rue des Bouvreuils à Neuville-en-Condroz, en vue de la reconstitution du meurtre de Karine Iskounene (56), tabassée à mort à coups de batte de baseball, le 3 juillet, en soirée.

L’homme qui partageait sa vie depuis une dizaine d’années, Laurent Silien (33), avait fait mine de « découvrir » le corps sans vie de sa compagne, en rentrant chez lui vers 22 heures. L’enquête, et notamment l’analyse du sang sur ses vêtements, a révélé qu’il était vraisemblablement l’auteur des faits : fin novembre dernier, à l’issue d’un très long interrogatoire, il a fini par avouer.


La quinquagénaire est décédée après avoir reçu de multiples coups de batte de baseball, sur le haut de la tête mais aussi sur le visage et le corps. Elle gisait dans une grande quantité de sang lorsque les services d’intervention avaient été contactés par une voisine, alertée par les cris de Laurent faisant mine de découvrir le cadavre.
Les analyses ont parlé
L’analyse des vêtements du trentenaire a montré qu’après la scène d’une grande violence, il avait ôté ses vêtements souillés, et qu’il les avait trempés dans le sang de la victime, pour masquer les éclaboussures qui le trahissaient. Il avait ensuite remis ses vêtements avant d’appeler à l’aide.
La victime arborait également des traces de couteau, mais le trentenaire soutiendrait qu’avant la scène finale, la victime avait tenté de se suicider.
Les couteaux trouvés sur place étaient pourtant tous soigneusement lavés et rangés à leur place initiale.
Silien s’emballe
Laurent Silien a d’abord, durant cette reconstitution, accepté de collaborer. Il y aurait eu une première scène, avec de premiers coups de batte de baseball, puis le trentenaire aurait laissé là sa victime pour aller chercher une enveloppe d’argent cash, qu’elle cachait.
En revenant, elle lui aurait dit « des paroles méchantes » et il se serait énervé encore en frappant vigoureusement.
La reconstitution n’a pas pu aller plus loin car le trentenaire s’est ensuite emballé, perdant le contrôle, frappant sur le mannequin puis sur le mur de la maison, qu’il a partiellement démoli à coups de poing.
La reconstitution s’est alors prolongée en son absence, avec la voisine notamment, pour se terminer aux alentours de 13h30.
Toutes les parties étaient présentes : juge d’instruction, experts, police, ainsi que Me Wintgens, qui défend désormais, avec Me Delbouille, le trentenaire, Me Molders-Pierre, pour les filles de la victime qui étaient aussi présentes à la reconstitution, et Me Töller, pour le frère de la victime.

 

Par LWs Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel