• C’est nouveau et ça démarre ce mercredi !

    Lien permanent

    Vos amendes routières envoyées… par mail!

    C’est nouveau et ça démarre ce mercredi ! Le SPF Justice enverra désormais les amendes routières par mail à tous les utilisateurs de l’eBox, une boîte aux lettres électroniques sécurisées.

    Le papier disparaît donc encore un peu plus…


    Depuis ce mercredi 29 janvier, les citoyens peuvent recevoir leurs amendes routières… par mail !

     

    Mais pas sur n’importe quelle boîte mail : seulement sur l’eBox.

    Utilisée par quelque 830.000 utilisateurs selon le SPF Justice, cette boîte aux lettres électronique est « un point central où vous pouvez recevoir, conserver et gérer tous vos documents officiels de manière digitale et en toute sécurité ».


    Concrètement, toutes les infractions de roulage qui font l’objet d’une perception immédiate pourront passer par le biais de cette messagerie sécurisée.

    Il s’agit donc notamment des excès de vitesse sur autoroute, de l’usage du téléphone au volant, du non-port de la ceinture, etc.


    « Nous commençons par une période transitoire pendant laquelle le contrevenant recevra son amende aux formats papier et numérique », indique le SPF Justice. Les versions papiers disparaîtront ensuite.

    « Toutefois, si le contrevenant ne réagit pas à l’envoi du procès-verbal et de la perception immédiate, il recevra le rappel dans les deux formats. »


    Plus rapide


    Avec l’eBox, les amendes arriveront encore plus vite chez les citoyens.

    « Il n’y a plus de délai d’impression et d’envoi. Une fois le procès-verbal encodé, l’envoi et la réception de l’amende sont instantanés », souligne la porte-parole.

    Cette alternative offre deux autres avantages : la réduction de la charge de travail et de la consommation du papier.


    Pour l’instant, seuls les citoyens sont concernés par la mesure.

    « Mais les entreprises recevront également prochainement leurs amendes routières dans leur eBox. Cette solution est en cours de développement. »


    Une fois la contravention reçue sur l’eBox, le paiement pourra lui aussi se faire de manière digitale via le site internet ou le QR Code. La version « papier » par virement est elle aussi toujours possible. L’avantage du digital, c’est qu’il permet au citoyen de gérer ses amendes – et de les payer – où et quand ils le souhaitent. Ce qui devrait aussi permettre d’éviter des retards de paiement… et les frais supplémentaires.


    Bientôt pour les pensions
    De plus en plus de services sont disponibles sur l’eBox.

    Depuis le 1er octobre dernier, vous pouvez par exemple y consulter votre avertissement-extrait de rôle.

    D’ici la mi-mars, ce sera au tour du SPF Pensions d’être disponibles sur l’eBox avec l’envoi des fiches fiscales, des adaptations du montant de la pension, des formulaires à compléter… D’après le cabinet du ministre du Numérique, Philippe De Backer, l’arrivée du SPF Justice viendra à lui seul gonfler le nombre de messages de plusieurs centaines de milliers d’unités par mois.


    Enfin, plusieurs communes flamandes et bruxelloises ont également adopté le système pour l’envoi des factures de crèches, d’écoles, l’enrôlement de taxes, l’envoi de courriers, etc.

    Pas encore de communes wallonnes dans la liste mais elles pourraient s’y mettre bientôt.

    « Plusieurs dizaines de communes et certaines provinces se préparent toutefois à se connecter à l’eBox », nous confirme-t-on du cabinet du ministre du Numérique.
     
    L’eBox compte déjà quelque 830.000 utilisateurs
    Au 30 novembre dernier, le SPF Stratégie et Appui annonçait 797.329 comptes eBox activés par les citoyens. Aujourd’hui, le SPF Justice en annonce quelque 830.000 !

    « Nous constatons une augmentation rapide du nombre d’activations de l’eBox parmi les citoyens », se réjouit-on du côté du ministre fédéral du Numérique.


    L’idée de l’eBox est simple : rassembler en un seul et même endroit tous les documents des différents services publics fédéraux, mais aussi des communes, des régions, ou encore des institutions publiques de sécurité sociale. À chaque nouveau message sur l’eBox, une notification est envoyée sur l’adresse mail privée du citoyen pour éviter de manquer une information. L’inscription est simple : il suffit de se rendre sur le site mycitizenebox.belgium.be/myebox et de créer un compte via un lecteur de carte d’identité ou l’application itsme par exemple.


    Par Sa.B.

     

    Source

     

  • Accident en cours route du Condroz N 63 Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    Il semblerait qu'un accident serait en cours à la hauteur du magasin la Différence de Nandrin 

    Aujourd'hui mercredi 29 janvier 2020 fin d'après midi 

    Info 16h 35

    Route du Condroz N 63 Saint-Séverin Nandrin

    Mise à jour 17h 25Les secours sont sur place

    Mise à Jour 18h 08 Deux blessés transporté dans les hôpitaux de la région 

     

    Les infos dans les éditions Sudinfo La Meuse H-W Clic ici 

     

    29 3 nan.jpg

    29 bis acci.jpg

     

     

    29 accident.JPG

  • La grippe a franchi le seuil épidémique durant la semaine du 20 au 26 janvier 2020

    Lien permanent

    Le seuil épidémique de la grippe a été franchi durant la semaine du 20 au 26 janvier. Pour que l’épidémie soit déclarée officiellement par l’Institut belge de santé Sciensano, ce seuil doit être franchi pendant deux semaines consécutives.

    La disponibilité du vaccin n’est actuellement plus garantie, car la vaccination se fait généralement entre la mi-octobre et la mi-décembre. Les personnes à risque qui veulent encore être vaccinées devraient consulter leur médecin généraliste. Les personnes faisant partie d’un groupe à risque sont :

    – les personnes de plus de 65 ans et par extension, celles de plus de 50 ans

    – les femmes enceintes quel que soit le stade de la grossesse

    – les personnes atteintes de maladies chroniques

    – le personnel soignant

    – les personnes faisant partie d’une institution (de soins).Sciensano surveille le nombre de cas d’infections grippales en Belgique sur la base de données fournie par les médecins généralistes, les hôpitaux et les laboratoires vigies. Le bulletin grippe hebdomadaire est disponible chaque mercredi après-midi sur le site internet Influenza de Sciensano.

    Entre le 20 et le 26 janvier 2020, 245 personnes pour 100 000 habitants ont consulté leur médecin généraliste en raison d’un syndrome grippal (température élevée, toux, écoulement nasal, mal de gorge, maux de tête, douleurs musculaires, fatigue, etc.), soit un niveau d’activité supérieur au seuil épidémique de 153 consultations pour 100 000 habitants. Celui-ci est donc franchi pour la première fois cette saison. L’épidémie est bien présente mais ne sera déclarée officiellement que lorsque le seuil épidémique sera franchi pour la deuxième semaine consécutive.

    Pour cette même période, 72 % des échantillons respiratoires, récoltés par le réseau des médecins vigies et testés par le Centre National de Référence influenza, étaient positifs pour les virus influenza.

    Article complet clic ici 

     

     

  • Le Plan de cohésion sociale annonce 70 personnes ont participés au petit déjeuner santé, et sa conférence Bien vieillir

    Lien permanent

    Vous étiez près de 70  personnes ce samedi 26janvier 2020  à Saint-Séverin, pour le petit déjeuner santé, et sa conférence ayant pour thème: "Bien vieillir...

    Mon médecin généraliste peut-il m'aider?".

    Encore une belle mise en valeur des produits des acteurs locaux (Le Chat Lait, Boucherie Defgnee, Boulangerie Michaux, Intermarché ) orchestré par les éducatrices du PCS autour d'un débat intéressant et au cœur de questions d'actualité…  Les photos dans le poste ci-dessous 

     

     

    PCS Condroz

     

     

  • Une idée sortie ? L' escape room pour enfants sur le thème d’Harry Potter, la Chambre des Secrets à Amay

    Lien permanent

    L a Forêt de Popy a ouvert une « escape room » à Amay.

    Intitulée « La Chambre des Secrets », cette attraction a pour thème Harry Potter. Selon le gérant, il s’agit d’une première en Wallonie.
    C’est une nouvelle mode. Les « escape rooms » fleurissent un peu partout dans les grandes villes. Le concept est souvent le même : vous êtes enfermés dans une pièce et vous devez résoudre une série d’énigmes pour trouver la clé de la sortie.

    Toutefois, les « escape rooms » pour enfants sont plus rares… La Forêt de Popy (centre récréatif pour enfants à Amay) va permettre très prochainement aux bambins de tester ce genre d’activité. « On vient de lancer le concept. Les premiers clients de l’“escape game” viennent le dimanche 2 février », indique Christophe Bataille, gérant de La Forêt de Popy.


    Sur Harry Potter


    Les organisateurs ont choisi la saga Harry Potter comme thème. Tout est décoré dans une ambiance « Poudlard ». Les petits se retrouvent ainsi dans une pièce obscure avec un grand chronomètre. Ils ont une heure pour récupérer la clé de la sortie.


    « On propose des activités logiques et pédagogiques, comme des puzzles à reconstruire. Ça reste accessible et gérable pour les enfants. Mais un adulte doit être présent », indique le gérant. Plusieurs objets sont d’ailleurs mis à la disposition des enfants : des lunettes 3D, des fiches thématiques, une calculatrice… Le prix de cette activité : 100€ pour 60 minutes (un adulte et cinq enfants).

    Une activité pour les adultes


    Ouverte depuis six ans, la Forêt de Popy se porte bien, avec une soixantaine d’anniversaires par mois. Le centre est d’ailleurs complet jusqu’au 15 février pour les anniversaires… « Mais les gens peuvent venir sans réserver pour passer l’après-midi », indique Christophe Bataille.


    Le gérant de Popy aimerait également ouvrir une autre « escape room », pour les adultes et les adolescents, à Popy Aventures à Amay (Chaussée de Liège).

    Forêt de Popy Chaussée Roosevelt 42, 4540 Amay 0474/660.999

    Par Ro.Ma.

     

    Article complet avec photos clic ici 

     

     

  • Les enfants ne savent plus écrire, danger pour les mains de vos enfants!

    Lien permanent

    Chaque jour, des milliers de parents se disent que leurs enfants restent bien trop longtemps devant un écran. Si on sait que cela peut être nocif pour leur santé, on découvre aujourd’hui que ça freine également leur développement moteur.
    De nombreux enfants en 6e primaire ne savent d’ailleurs plus écrire correctement.

    « De plus en plus d’enfants arrivent en 6e primaire avec une écriture totalement illisible.
    Elle ressemble à celle des médecins. Dans ma classe de 22 élèves, une bonne moitié souffre de ce problème.
     
    Cela entraîne de grosses difficultés dans leur apprentissage car ils ne savent, par exemple, pas relire leurs notes et exercices », nous confie Nadine, enseignante depuis plus de 20 ans.
     
    « Ils n’arrivent pas à tenir correctement leur stylo. Il y a dix ans d’ici, ce souci n’existait pas. C’est l’usage excessif des écrans qui a conduit à cette perte de mobilité ».

    « C’est devenu effrayant », nous confie une autre institutrice de la région montoise. « On voit que ces enfants hyperconnectés ont perdu leur sensibilité. Leurs doigts sont comme raidis.
     
    Malheureusement, le seul moyen de les aider est de les renvoyer vers le monde médical. Il faut parfois insister auprès des parents pour qu’ils agissent.
     
    Souvent un déclic se fait quand on leur rappelle que cela impactera toute la vie de leur petit : retard scolaire et social, difficultés à l’embauche, soucis au niveau de la signature et de l’identification de documents officiels… »
     
    Manque de développement

    De nombreuses études scientifiques confirment ces témoignages. Toutes affirment que les enfants ont perdu des notions élémentaires de mouvements.
     
    En cause, les écrans ! D’un côté, les bambins restent de longues heures assis devant leurs machines et ne vont plus à la découverte du monde. Dès le plus jeune âge, ils n’apprennent donc plus à se mouvoir, à comprendre les possibilités que leur offre leur corps, à connaître les différentes textures…
     
    De l’autre, le mouvement des pouces au-dessus de l’écran induit un raidissement des doigts vu le manque de sollicitation de certains muscles.
     
    « Les enfants n’entrent plus à l’école avec la force et la dextérité qu’ils avaient il y a 10 ans », déplore Sally Payne, chef de la Fondation Heart of England NHS Trust et auteur d’une de ces recherches.
     
    « Pour pouvoir saisir un crayon et le déplacer, vous devez maîtriser les muscles fins de vos doigts. Les enfants ont besoin de beaucoup d’opportunités pour développer ces compétences. Et, ils n’en ont plus la possibilité ».

    Un cercle vicieux

    « Moins les enfants utilisent leurs mains et moins ils développent leur motricité, plus ils vont rester sur les écrans. Ils ne vont pas jouer avec des jeux de société car ils sont conscients de leurs difficultés.
     
    Ils vivent cela comme un échec. C’est donc un cercle vicieux », précise Angélique D’Hayer, ergothérapeute à Rhode-Saint-Genèse.
    Quasi tous ces petits patients souffrent de ce retard.
    « Tout cela n’est pas irrémédiable.
     
    Nous pouvons les aider à acquérir les manipulations et les sensations. Cela se fait par une rééducation », continue-t-elle.
    « La prise en charge est holistique car, en plus de ne pas savoir écrire, certains ne savent pas couper leur viande. Il faut en moyenne un an de suivi. Mais, cela peut prendre plus de temps si des exercices ne sont pas effectués à la maison entre les semaines ».

    « Auparavant 10 % de mes patients souffraient des conséquences de l’omniprésence des écrans, aujourd’hui on est à plus de 90 %.
     
    Outre l’écriture, certains ne savent pas tenir leur fourchette, couper avec des ciseaux, ouvrir une porte… Le plus important est de réagir dès les premières suspicions de retard moteur. Le mieux, dès la maternelle. Malheureusement, trop enfants commencent leur rééducation en 6e primaire », ajoute un autre ergothérapeute.

    De l’arthrose précoce chez les plus grands

    Les écrans sont aussi à l’origine d’un développement d’arthrose précoce chez les adultes. « L’arthrose est la maladie articulaire la plus répandue. Elle se caractérise par une destruction du cartilage qui s’étend à toutes les structures de l’articulation, notamment à l’os et au tissu synovial.
     
    Cette pathologie peut être induite par des mouvements répétés comme celui du pouce sur le clavier de son smartphone ou celui de la main sur sa souris d’ordinateur.
     
    On doit soigner de plus en plus travailleurs qui ont œuvré toute leur carrière sur un ordinateur mais aussi des jeunes de 30-40 ans qui sont toute la journée sur leurs écrans », nous confie Nicolas, un généraliste.
    Par Alison Verlaet

  • La programmation de février à juin 2020 à la Tanière des Deux Ours de Vierset-Barse

    Lien permanent

     
     
    un avant gout de la programmation 2020, … humour, conférence, projection, musique
    Place Georges Hubin 2
    4577 Modave
    0478 41 42 79
     

  • L' agenda des ateliers chez Creatopia Nandrin

    Lien permanent

    Ateliers:

    -le 11/02 perles en papier 18h-20h 25€
    -le 13/02 bloc "live" ou "home" (rouille) 19h15-22h 55€
    -le 15/02 vannerie sauvage petit mangeoir (les deux-pièces)10h-12h 25€
    -le 07/03 vannerie sauvage(mangeoir avec toît) 10h-16h 40€
    -le 19/03 peinture plexi 18h30-21h30 43€

    Réservation OBLIGATOIRE
    Téléphone 085/713803

     

    Creatopia est installé  à Nandrin  Route du Condroz, 127/3
     

     

     

  • A la recherche d'un emploi saisonnier ou d'un job étudiant?

    Lien permanent
    Ouvrier polyvalent Mont Mosan

    Le Parc Mont Mosan ouvrira ses portes le SAMEDI 28 MARS!

    A la recherche d'un emploi saisonnier ou d'un job étudiant?

    Ouvrier polyvalent: caisse d'entrée, cafétéria, friterie, manèges, balades à poneys, magasin de souvenirs, entretien du parc, ...

    Vous habitez la région hutoise ? Vous êtes motivé, flexible et vous aimez le contact avec les enfants?

    Envoyez votre CV, une lettre de motivation (et vos disponibilités - pour les étudiants) à l’adresse: montmosan@skynet.be
    Plaine de la Sarte 22, 4500 Huy

     

    Source

  • Le magasin de nos producteurs à Nandrin

    Lien permanent

    Rue Tige des saules 48 à Fraineux Nandrin 

    085/843460 

    2451359529.3.2.jpg

  • Les Grandes voix Cosaques de Kouban le samedi 29 février 2020 à Amay

    Lien permanent

    Les Grandes voix Cosaques de Kouban le 29 février 2020 à Amay

    Collégiale Ste Ode place Grégoire à Amay 4540 

    29 fev.jpg

  • Un nouveau directeur depuis janvier 2020 à l'école communale de Nandrin

    Lien permanent

    Depuis le 1er janvier, les implantations de Villers-le-Temple et Saint-Séverin ont un nouveau directeur, Vincent Dessart.

    Il succède à Yves Melin et à Yves Mottet qui avait assuré l’intérim (et qui reste instituteur).

    Par le passé, le Nandrinois de 45 ans a été dix ans durant, directeur de l’école fondamentale de Saint-Martin, à Seraing.


    « J’ai entendu parler de l’appel à candidature externe et j’ai postulé.

    Cela me permet de me rapprocher de mon domicile et de mes enfants qui fréquentent l’école de Villers-le-Temple. »


    Par Annick .G.

    Source

  • 200 saumons atlantiques élevés à école communale de Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    Depuis peu, l’école communale de Saint-Séverin dispose d’un aquarium.

    Y ont été délicatement déposés, ce lundi, 200 œufs de saumon. Les élèves de 5e année sont chargés de surveiller leur évolution ainsi que les paramètres du milieu. Après l’éclosion, les enfants relâcheront  les alevins dans la rivière.

    Un cas concret aux multiples enseignements.
    Ce sont des enfants particulièrement attentifs qui ont assisté à l’animation du Contrat de Rivière, ce lundi.

    Les deux coordinateurs étaient déjà venus la semaine passée apporter un aquarium et tout l’attirail : filtre, pompe à air, refroidisseur, thermomètre. Cette fois, ils ont apporté le trésor tant attendu : 200 œufs de saumons atlantiques, rassemblés dans une petite boîte en plastique, en provenance de la pisciculture (le Conservatoire du saumon mosan) d’Erezée.

    « Il y a vraiment 200 œufs dedans? Ils sont minuscules », s’étonnent les enfants.


    Après une mise en bouche théorique sur la surveillance des paramètres et l’entretien de l’aquarium (acidité de l’eau etc.), les élèves de cinquième année de Saint-Séverin ont assisté à la mise à l’eau des œufs, sur un tapis de gravier.

    Pendant plusieurs semaines, ils vont observer et surveiller leur évolution, jusqu’à leur éclosion et la remise à l’eau, probablement dans le Fond d’Oxhe.

    « Les leçons prévues autour du projets « Saumons en classe » font appel à de multiples compétences d’éveil, la géographie, la biologie, mais aussi la géométrie et les grandeurs, les problèmes, l’analyse de données, le vocabulaire, la pyramide alimentaire... », relève Laurence Deom, institutrice remplaçante d’Yves Mottet.


    3.200 oeufs


    « Cela permet de sensibiliser les enfants, acteurs de demain, à la survie du saumon et à nos rivières en général, de façon concrète et visuelle. Ils peuvent ainsi apporter leur pierre à l’édifice », souligne pour sa part Sylvie Messiaen, coordinatrice au sein du Contrat Rivière Meuse Aval.


    « Saumons en classe » est un projet mené par plusieurs Contrats de Rivière wallons : 14 écoles sont concernées. Nandrin a la particularité d’en compter deux : l’implantation communale de Saint-Séverin et l’école libre Saint-Martin, l’entité chevauchant deux sous-bassins hydrographiques (Meuse Aval et Ourthe).

    Dans notre arrondissement, l’école communale de My a également été sélectionnée.

    En tout, 3.200 œufs ont été répartis dans les différentes implantations.

    Grâce aux passes à poissons, le saumon revient

     Pourquoi avoir choisi le saumon pour ce projet? « Car c’est une espèce parapluie comme on l’appelle. Cela signifie que là où le saumon peut vivre, de nombreuses autres espèces le peuvent aussi », explique Patrick Rixen, coordinateur du Contrat de Rivière Meuse Aval.

    « Il a aussi la particularité de pondre en rivière. Après l’éclosion en eau douce, les jeunes migrent vers l’océan avant de remonter les rivières pour aller pondre. Or, il y a de nombreux obstacles à franchir lors de la remontée : écluses et barrages ont fait diminuer la population de saumons atlantiques, très abondants autrefois. Petit à petit, et notamment grâce aux efforts de la Région wallonne et à la législation, les obstacles sont dotés de passes à poissons et la situation s’améliore », ajoute-t-il.

     Une femelle saumon pond en moyenne 1.600 oeufs par kilo de masse corporelle.

     Les saumons atlantiques mesurent en moyenne 40 cm de long, 20 cm de large et 25 cm de long. Quand les enfants les relâcheront dans la rivière, ils seront encore tout petits, mais capables de se nourrir par eux-mêmes. 
     
    tm.JPG«Je croyais qu’il vivait dans l’eau salée»

    Les élèves de 5e année ont retenu leur leçon autour du saumon. Très attentifs, ils ont posé de nombreuses questions aux animateurs, craignant notamment de mal faire et de ne pas permettre aux œufs d’éclore.

    « J’aime beaucoup le projet « Saumons en classe » ! Moi, je croyais que le saumon vivait tout le temps dans l’eau salée. J’ai été étonné de voir que les œufs étaient si petits. J’ai appris à utiliser le thermomètre et à faire fonctionner les bulles.
     
    Ça m’intéresse car c’est quelque chose que je ne connaissais pas, je ne l’avais jamais fait donc je trouve ça chouette », confie Théo Maton, 10 ans, de Nandrin.
     
    Par Annick Govaers
     
     
  • L’éolien wallon aussi puissant qu’un réacteur nucléaire!

    Lien permanent

    Le parc éolien wallon a franchi l’année dernière le cap du gigawatt de puissance installée, rapporte Le Soir, lundi, sur base de chiffres de l’Apere, l’ASBL de promotion des énergies renouvelables.

    Il y a désormais 440 éoliennes au sud du pays, dont 45 qui ont commencé à tourner en 2019.


    Edora, la fédération des entreprises du secteur qui a réclamé les chiffres, croit en l’attractivité de la Wallonie pour l’industrie éolienne et souhaiterait renforcer encore le rythme de croissance.

    « Cent nouveaux mégawatts par an, c’était la cadence minimum d’installation souhaitée par le précédent gouvernement », rappelle Fawaz Al Bitar, directeur général d’Edora. Un rythme nécessaire pour atteindre respectivement en 2020 et 2030 une production de 2.437 et 4.134 GWh/an, telle que fixée dans la « Pax eolienica », un ensemble de mesures votées en 2018 pour favoriser l’éolien en Wallonie.

    « Pour 2020, l’objectif est atteignable, mais pour 2030, ça va dépendre des mesures qui seront prises par le nouveau gouvernement », précise le directeur d’Edora.


    Les projets en cours en sont à différents stades d’avancement.

    Outre ceux au stade de l’étude d’incidence, un nombre conséquent font l’objet de recours au Conseil d’Etat, ce qui inquiète le secteur.

    Par Belga

     

       Source

     

  • Le Collège Saint-Roch à Ferrières a 200 ans en 2020

    Lien permanent

    Le Collège Saint-Roch à Ferrières a 200 ans en 2020.

    C’est donc l’occasion de revenir sur l’histoire d’une des plus anciennes et des plus renommées écoles de la région.

    Dans le décor paisible et verdoyant de Ferrières se cache l’imposant Collège Saint-Roch. 800 élèves fréquentent les bancs de cette école aux allures de Poudlard. Cette année, cela fait 200 ans que des cours se donnent dans l’établissement.


    Benoît Dardenne gère le collège depuis maintenant 16 ans.

    Il est le 21e directeur de l’établissement… Dans son bureau, entouré de témoignages et de reliques du passé de Saint-Roch, il nous reçoit pour retracer l’histoire de son établissement.

    Alors un collège de 200 ans ?

    « C’est exceptionnel », confie le directeur. Une école plus vieille que la Belgique, ce n’est évidemment pas fréquent. Des générations d’élèves ont fréquenté les murs centenaires de Saint-Roch.

    Et chaque année, les nouvelles têtes sont au rendez-vous. Toutefois, la direction essaie de ne pas dépasser les 800 élèves. « On a le souci de l’excellence. Mais on n’est pas élitiste », affirme le directeur de l’école.


    Un peu d’histoire


    Le site de l’école (appelé « Bernardfagne ») est occupé depuis des siècles. Un monastère a été construit au Moyen Âge et le lieu a connu diverses occupations avec la Révolution française et les bouleversements historiques des siècles passés.

    En 1820, il y a maintenant 200 ans, est ouvert le « petit séminaire », avec l’option « grec et latin ».

    À l’ouverture, il y avait une trentaine d’élèves, que des garçons. Il faudra attendre 1985 pour voir les premières filles dans l’établissement…

    L’école est placée sous le patronage de « saint Roch de Montpellier ». Un saint très populaire au Moyen Âge, mais dont l’existence est controversée...


    Et petit à petit, l’école a grandi pour devenir l’établissement prospère d’aujourd’hui. « Cette histoire donne du sens à notre lieu de travail », confie le directeur, qui enchaîne les anecdotes historiques sur le bâtiment et ses occupants.


    L’établissement possède 206 chambres, mais l’internat est fermé depuis 2000. Toutefois, en dehors des périodes scolaires, les chambres sont utilisées par divers organismes, comme le Céran.


    Le futur de l’école


    Une enquête a été réalisée pour connaître les motivations des parents. Deux choses ressortent particulièrement : la qualité de l’enseignement et le cadre exceptionnel. L’école possède en effet 34 hectares.

    « Cela garantit la quiétude des lieux. Il y a des professeurs qui vont courir sur nos terres pendant les pauses », indique le directeur.


    L’espace devant le collège sera aménagé prochainement pour mieux accueillir les transports en commun. Un projet de piscine est également en cours, en collaboration avec les communes et les écoles de la région.
    L’école organise une porte ouverte le mercredi 12 février, de 14 à 19h. L’occasion de découvrir ce bâtiment plein d’histoire et d’écouter les témoignages des élèves.

    Par Romain Masquelier

    Source

     

    L’intérieur de l’établissement.L’intérieur de l’établissement. - Ro.Ma.

    Lire la suite