Le boom des assurances omnium !!!

Lien permanent


« De 25 à 30 % de nos clients optent pour la full omnium. C’est la seule garantie qui a connu une progression au cours des cinq dernières années, au détriment des RC seules, désormais à 55-65 % », chiffre Ulrike Pommee, porte-parole de Belfius. La petite omnium est à 10-15 %. Chez Corona Direct, on a enregistré une hausse de 30 % des contrats omnium pour une croissance totale de 10 % de la branche auto.
Franchise plus basse
« Les garanties omnium sont gardées un peu plus longtemps », analyse Laurence Gijs d’AG Insurance. « On reçoit aussi souvent des demandes pour de nouvelles garanties à part l’omnium complète et la mini-omnium, par exemple uniquement le bris de vitres ou uniquement les forces de la nature », détaille notre interlocutrice.
Une tendance en cours depuis près de dix ans se poursuit : la volonté d’avoir une franchise plus basse, une option souvent payante. D’une manière générale, AG constate une baisse des sinistres dans toutes les garanties, sauf pour la garantie forces de la nature. « La fréquence de l’appel à cette dernière garantie reste basse, mais les conséquences peuvent être importantes. Il y a souvent beaucoup de dégâts pour un seul sinistre », constate Laurence Gijs.
AG accorde une réduction de prime si le véhicule dispose d’au moins deux aides à la conduite reconnues (radar, etc.). En 2019, plus d’un véhicule sur deux entrait dans ce cas de figure. Le corollaire à cette évolution, c’est que les pièces sont désormais plus chères. Un pare-chocs est maintenant souvent équipé de plusieurs capteurs et est presque toujours peint. « Le coût de la main-d’œuvre a aussi augmenté. Le garagiste moderne à tendance à devenir un véritable ingénieur et moins un pur mécanicien », pointe Laurence Gijs.
« Le coût moyen d’un sinistre en omnium a fortement augmenté. La diminution des coûts liée à la baisse du nombre de sinistres est annulée par l’augmentation du coût moyen des réparations », observe Corona Direct.
Quid des primes ?
Dans ces conditions, les assureurs pourraient demander des primes plus élevées, mais ce n’est pas la tendance chez Belfius. « Malgré l’évolution du prix des véhicules et de la technologie embarquée, les primes moyennes omnium ont peu évolué au cours des cinq dernières années », souligne Ulrike Pommée. Le portefeuille d’assurances auto de Belfius a connu une forte croissance depuis 2015, avec un quasi-doublement du nombre de contrats.
« Certes, il y a une adaptation à la hausse des prix chaque année chez presque tous les assureurs mais, depuis cinq-six ans, les augmentations sont plus basses que l’inflation », conclut Laurence Gijs, d’AG Insurance.
par Yannick Hallet

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel