• La Petite Boutique de Nandrin vend des biscuits pour l’Australie

    Lien permanent

    La Petite Boutique de Nandrin

    Rue du Presbytère 3
    4550 Nandrin    0494 94 34 88

    Une Héronnaise fabrique et vend des biscuits pour l’Australie

     

    Afin d’aider la population, la faune et la flore australiennes ravagées par les flammes, une Héronnaise a décidé de se mobiliser. Depuis deux semaines, elle prépare des biscuits Anzac et les vend en vue de collecter un maximum de fonds à reverser à trois organisations officielles. Rencontre.

    La catastrophe naturelle qui frappe l’Australie depuis le mois de septembre n’est pas près d’être terminée. Des températures caniculaires et des vents violents ravivent encore les flammes dans l’est australien. Ce jeudi après-midi, les pompiers ont annoncé que 73 feux étaient toujours actifs en Nouvelle-Galles du Sud. Même une fois éteints, les incendies laisseront une empreinte écologique durable, les dommages à l’écosystème étant funestes. Cette situation touche particulièrement Jasna Majetic, une Belgo-Australienne de 55 ans installée dans la commune de Héron depuis 2004. « Je suis née à Brisbane, je n’y ai vécu que cinq ans mais je suis restée très attachée à mes racines, à ma terre. D’autant plus que mon frère Eric était retourné vivre en Australie et y était pompier. Il est à présent décédé mais je ne peux m’empêcher d’imaginer qu’il aurait pu lui aussi être au front avec ses collègues pompiers pour vaincre les flammes », glisse tristement Jasna Majetic. Qui a décidé d’agir. « Il ne s’agit que d’une goutte d’eau à mon niveau mais c’est déjà ça. Je ne suis pas riche mais je sais cuisiner, mes cinq enfants et bientôt quatre petits-enfants peuvent en attester, sourit-elle. Alors je réalise des biscuits Anzac. »

    Ces biscuits Anzac (le sigle d’Australian and New Zealand Army Corps) sont nommés en l'honneur des corps d'armée australien et néo-zélandais de la Première Guerre mondiale. « Ils faisaient partie des rations des militaires car ils sont nourrissants et se conservent bien », ajoute-t-elle. Ils se composent de farine, sucre, flocons d’avoine, sucre de canne, beurre et coco râpé.


    Le bouche-à-oreille


    Jasna s’est lancée le 10 janvier dernier. « Je suis timide mais je passe outre pour la bonne cause », avoue-t-elle. D’abord via le porte-à-porte puis le bouche-à-oreille, l’initiative de la Héronnaise, épaulée par toute sa famille, commence à prendre de l’ampleur. La station-essence de Hamoir, la Petite Boutique de Nandrin lui en ont notamment acheté. Un groupe Facebook « Soutien a l’Australie » a aussi été créé. « Ce week-end, j’ai livré 107 paquets. J’en réalise une septantaine ce jeudi. En tout, je suis à plus de 200 paquets », se réjouit-elle. A six biscuits par sachet, les fours de Jasna n’ont pas chômé. La Héronnaise jongle entre les minuteries dans sa petite cuisine au rendement maximisé.


    Si vous souhaitez aider Jasna Majetic dans son combat, ou simplement goûter ses délicieuses préparations, vous pouvez passer commande via la page Facebook, le mail jasnamajetic64@gmail.com ou le téléphone de sa maman au 0498/67.34.62. 

    « Un besoin sur le long terme»


    Chaque paquet de 6 biscuits est vendu à 5 euros. Les recettes seront reversées à trois organismes officiels australiens : la Croix-Rouge, Wires (une organisation caritative de sauvetage et de réhabilitation d'animaux sauvages), et les pompiers ( NSW Rural Fire Service).


    « Je vais ouvrir un compte à la Poste, indique Jasna Majetic. Je note toutes mes dépenses et les commandes, pour œuvrer en toute transparence. Le but n’est pas de me faire de l’argent, évidemment. J’ai investi mes propres deniers. J’ai choisi ces trois organisations car je sais qu’elles sont efficaces. Pour tout reconstruire, replanter, guérir les animaux, cela va prendre énormément de temps, elles ont besoin d’argent sur le long terme. »

    Créations: un groupe Facebook unique pour la Belgique francophone


    Vous l’avez sans doute remarqué, des appels à la création de poches pour les bébés marsupiaux orphelins, imitant le ventre de leur mère, se sont multipliés ces dernières semaines. Charlotte Pirnay, Amaytoise de 30 ans, a voulu les rassembler en créant un groupe Facebook unique pour la Belgique francophone. Son nom ? « Des Belges pour l’Australie ». 1.764 internautes l’ont rejoint.


    Les contributions ne se limitent pas à la fabrication de ces poches, nids, couvertures, sacs de couchage pour les chauves-souris et mitaines pour koalas, en tricot, crochet ou tissu. « Certains se chargent de récolter les tissus, d’autres offrent un point relais pour stocker les colis, font de la publicité, ou font des dons pour financer les envois vers l’Australie qui coûtent assez cher etc. », énumère Charlotte Pirnay, qui travaille dans l’organisation d’événements. « Rien à voir avec les animaux donc, sourit-elle, mais j’ai été touchée par ce qui se passe en Australie. »


    Pour des refuges belges ?


    Difficile d’estimer le nombre de créations belges réalisées jusqu’à présent « mais en tout cas plus d’une centaine. » Une partie a déjà été envoyée sur place.


    Un engouement appelé à se modérer. « Nous sommes en contact avec au moins deux associations locales. Nous venons d’apprendre que les Australiens demandent d’arrêter l’envoi des créations car l’élan de solidarité international a été tel qu’ils ont suffisamment de stocks pour plusieurs mois. Nous devons dès lors décider que faire. Soit stocker en attendant qu’une demande soit de nouveau faite, soit transformer les sacs et autres pour les donner à des refuges belges », indique-t-elle.


    Un pain à l’effigie d’un koala dans une boulangerie amaytoise


    La boulangerie Jacques, située rue Joseph Wauters à Amay, apporte également sa pierre à l’édifice. Depuis ce mercredi, elle propose un pain « koala » avec l’image d’un koala dessinée à la farine sur la croûte. Il s’agit d’un pain multicéréales à base de blé pourpre de Nouvelle-Zélande, de soja grillé et de graines de tournesol. « Nous avons reçu un mail du moulin Dossche Mills qui relance une farine avec du blé pourpre en provenance de Nouvelle Zélande et d’Australie uniquement. Il s’engage à reverser 25 euros au WWF par 100 kg de farine achetés, pour sauver les koalas et autres animaux ainsi que restaurer leur habitat. Cela nous a directement intéressés», exprime Frédéric Jacques.


    La boulangerie amaytoise va même plus loin en offrant 15 cents à l’ONG par pain vendu (à 2,70 euros l’unité). « Cela démarre très bien », se félicite le boulanger. Qui précise : « Le goût de ce blé est très différent de celui de nos régions. La couleur est assez foncée et la texture dense. »

    Par Annick Govaers

    Source

     

  • Un véhicule sur le toit à Clavier

    Lien permanent

    Jeudi vers 16 heures, un véhicule s’est retrouvé sur le toit, rue de Brève à Clavier.

    A l’heure actuelle, on ignore les causes de l’accident. L’automobiliste, seul en cause, a été transporté au CHR de Huy par les pompiers de la zone Hemeco. Ses jours ne sont pas en danger.

    Source

  • Nouveau La Table des Chefs à Neupré forme des apprentis cuistos

    Lien permanent

    Un nouveau restaurant vient d’ouvrir ses portes dans le Condroz liégeois. C’est à Neupré que « La table des chefs » accueille désormais ses clients. Cet établissement unique forme des apprentis avec une équipe de plusieurs chefs connus et reconnus de la région.
    Nombreux sont les apprentis qui, formés en alternance au domaine de l’horeca (deux jours à l’école, trois jours dans un restaurant), sont relégués aux tâches les plus ingrates du métier. Entre la plonge et la coupe des légumes, leur bagage est parfois maigre en terminant leurs études. Mais surtout, ils gardent souvent un goût amer du métier. Si les uns pensent qu’il faut passer par là, les autres ont envie de changer la donne.
    C’est d’ailleurs de ce constat qu’est née « La table des chefs ». Le restaurant, installé sur la route du Condroz à Neupré, propose aux apprentis de devenir leur propre chef. Bien sûr, les jeunes élèves sont épaulés par des chefs expérimentés, dont la réputation n’est plus à faire dans la région liégeoise. Et c’est là que le concept est innovant. Tous les jours, un chef différent vient partager son savoir-faire avec les apprentis. Du lundi au vendredi, les étudiants passent entre les mains de pointure de la cuisine et découvrent toutes les saveurs qu’une assiette peut contenir.
    Au menu, cuisine italienne le lundi, bistronomie le mardi, cuisine du terroir le mercredi, cuisine du monde le jeudi et cuisine française le vendredi. Pour cette saison, qui va durer trois mois (jusque mi-mars), « La table des chefs » accueille par exemple les chefs des restaurants Chez Wislet à Seraing, Il Baro Ristorante à Liège, Chez Aladin à Flémalle ou encore Reno Cooking (chef à domicile).

     

     


    L’occasion pour les apprentis d’acquérir de l’expérience dans plusieurs types de cuisine. Et surtout de participer concrètement à leur propre formation ! Car ce sont eux qui réalisent les plats des clients, qui s’occupent des courses et de l’organisation, qui gèrent la salle. Les élèves, envoyés par le CEFA ou l’IFAPME, sont également encadrés par une équipe fixe.


    « C’est ce qui a manqué dans mes études, pendant mes stages, avoue Sylvie Wilset, la chef ce mardi, qui a directement accepté de collaborer au projet. Les jeunes acquièrent une expérience plus large, ils peuvent apprendre les techniques de plusieurs personnes. Il y a vraiment un partage qui se fait. Je suis certaine qu’ils auront un meilleur bagage grâce à ce concept ».


    « L’avantage, c’est qu’il s’agit d’un restaurant de formation. Les gens qui viennent savent que ce sont des élèves et qu’il peut y avoir des faux pas », continue Sylvie Wislet.

    Ce qui n’est pas toujours possible dans un restaurant classique dont la réputation est en jeu.
    Ouvert début janvier, le lancement de cet établissement inédit se passe en douceur. Pour l’instant, « La table des chefs » fonctionne uniquement sur fonds propres mais cherche des subsides pour pérenniser le projet.


    Le samedi, ce sont les apprentis les chefs


    Avec cinq chefs différents par trimestre, c’est dans les mains de 20 cuisiniers confirmés que les apprentis passent en une année. De quoi leur donner un sacré bagage.


    Ce mardi, c’est Jordan qui est aux fourneaux. « Je suis apprenti ici. Ce qui change, c’est qu’on ne nous prend pas comme des chiens. On fait la cuisine et pas que la vaisselle. J’apprends vraiment. Aujourd’hui, j’ai cuisiné des noix de St-Jacques », livre-t-il.


    Le restaurant, de 49 places assises, est ouvert tous les midis en semaine. Et le samedi, les jeunes accueillent les clients tant pour le service de midi que pour le service du soir.

    Et c’est menu libre !


    « Le samedi midi, ils doivent imaginer leur propre menu », confie Geoffrey Douillet. C

    ela afin de permettre de déclencher leur créativité et d’acquérir de la confiance en eux.


    Le soir par contre, les apprentis proposent un remake des cinq menus de la semaine.

    « Cela les force à être attentif et à apprendre les menus pour être capable de les refaire », enchaîne-t-il. 

     

    Par Victorine Michel    

    Source

    Lire la suite

  • On nous demande de vous informer du Bingo Lotto le 26 janvier 2020 à Seny

    Lien permanent

    2020 Affiche.jpg

    Bingo Lotto le 26 janvier 2020 à Seny

  • Attention, si on vous paie avec de faux billets.

    Lien permanent

    Attention, si on vous paie avec de faux billets.

    De faux billets retrouvés à Arlon ,Tournai, Huy, Hannut.

    Le phénomène a été repéré récemment dans la région de Huy-Waremme. Aujourd’hui, un cas de figure se présente dans la région d’Arlon. Vanessa Bertrand, gérante de deux salons de coiffure - L’Atelier du Cheveu - à Arlon et Etalle, a découvert un faux billet de 10 euros dans son tiroir-caisse. « Si on y regarde à deux fois, on constate que le billet n’est pas normal. Mais si on ne fait pas attention, on se fait avoir ».
     
    En règle générale, les commerçants se méfient des grosses coupures : 100, 200, 500 €. Mais pas des « petits billets ». Pourtant, que ce soit visuellement ou au toucher, il est possible de faire la différence. Sur ces faux billets, la bande holographique n’est pas du tout argentée. A y regarder de près, on remarque l’inscription « copy » sur une des faces du billet. Il ne possède pas non plus de filigrane, normalement visible par transparence.
     
    Il s’agit sans doute ici d’une vulgaire copie faite à la photocopieuse sur du papier assez fin. « Mais si on vous glisse ce billet parmi d’autres, ça passe », souffle Vanessa.
     
     
    La police d’Arlon a été avertie du phénomène. Le parquet du Luxembourg n’a pas contre pas été avisé.
    Vanessa Bertrand a partagé sa mésaventure sur Facebook. Un commerçant averti en vaut deux.
     
     

     

     

  • Découvre le nouveau site du Télé Service du Condroz et toutes les infos

    Lien permanent

    L'ASBL propose différents services tels que: aide aux déplacements, organisation de balade, préparation de repas, organisation d'ateliers divers, toujours dans le but de permettre aux personnes de se rencontrer et de vaincre l'isolement.


    Par l'action des bénévoles et des rémunérés, le Télé-Service cherche à reconstruire des solidarités de proximité. L'éveil des citoyens aux réalités sociales au travers de l'engagement des bénévoles est pour nous essentiel.
    Permanence téléphonique de 8h30 à 12h du lundi au vendredi.

    Aide aux déplacements

    Voyage autour d’une fourchette

    Ateliers divers - balades rencontres

    http://tele-serviceducondroz.be/

     

     

    Ou Clic ici

  • Présentation du budget Communal 2020 le 27 janvier 2020 à Neupré

    Lien permanent

    Le Collège communal souhaite la transparence totale et une communication complète  en faveur des Neupréens dans sa gestion des deniers publics .

    Présentation du budget 2020 par notre Échevin des Finances, Charles-André Verschueren le LUNDI 27 JANVIER à 20h au 57, Chaussée de Marche.

    Bienvenue à tous!

    Annonce la Commune de Neupré 

  • Soutenir le Télévie ? souper Télévie de Huy le 29 février 2020

    Lien permanent

    Avec toute l’équipe du comité sud de Huy, nous avons le plaisir de vous inviter le samedi 29/02 au grand souper Télévie de Huy.

    Cette année, après Outre-Meuse et Ben-Ahin, nous organisons cette belle soirée à l'école de Huy-Sud. A partir de 18h30, on vous attend en pleine forme pour un souper spaghetti bolognaise maison + dessert (pâtisserie) au prix de 12€ (adulte) et de 8€ (enfant).

    Le souper sera suivi par une grande soirée (entrée gratuite) avec (à confirmer) :

    En 1ère partie : Thierry Wesmael, et son groupe
    En 2ème partie : Dj Dom Lapierre

    Tous les bénéfices du souper et de la soirée seront reversés au Télévie, on vous attend donc très très nombreux pour cette belle soirée solidaire et festive à Huy :-)

    Réservations :
    Par tel => Etienne Roba (0473/831296) ou Lorella Di Lallo (0474/895127)
    Par mail => etienneroba1308@gmail.com

    Souper Télévie de Huy

     

  • Exposition Toutankhamon le 7 avril 2020 sortie PCS

    Lien permanent

    Le mardi 7 Avril à 14H00 – Gare de Liège-Guillemins
    Exposition Toutankhamon « Il y a un peu moins de 100 ans, Howard Carter découvrait le tombeau de Toutankhamon. Revivez cet événement historique au travers de cette exposition. Celle-ci est inédite et retrace le règne et la mort de Toutankhamon. »
    Ouvert à tous les habitants des communes d’Anthisnes, Clavier, Nandrin, Ouffet et Tinlot
    Départ : 12h45 – Administration communale de Ouffet (Rue du village,3)
    17h45 - Administration communale de Ouffet
    Prix : 10 € par adulte, moins de 7 ans gratuit ou 3 € + 1 ticket Article 27
    Inscriptions : avant le 27 mars (indispensable) au 0474 77 51 46 (vous pouvez laisser un message, nous vous rappellerons)
    En cas de problème de transport, prenez contact avec nous !

    Plus d 'infos clic ici