Un verger associatif sera planté pour réduire l’empreinte carbone du festival «Bucolique» de Ferrières

Lien permanent

L es organisateurs du « Bucolique » de Ferrières veulent planter un verger « communautaire » pour réduire l’empreinte carbone du festival. La commune soutient le projet et met à leur disposition l’ancien terrain de foot de My. Les premières plantations pourraient commencer en mars.
Un terrain a finalement été trouvé pour le « verger communautaire » de Ferrières : la commune a proposé l’ancien terrain de foot de My. Pour rappel, les organisateurs du festival « Bucolique » veulent planter un verger communautaire pour faire de la « compensation carbone » et créer un projet associatif dans la commune (voir La Meuse du 8 janvier 2020). Les habitants pourront donc participer au projet et ainsi récolter les fruits. Ce verger sera également « didactique » et pourra servir aux écoles.
« Cela fait deux ans qu’on veut faire quelque chose pour la « compensation carbone ». Les réactions sont très positives. C’est un projet qui va se faire petit à petit », explique Jérôme Grosjean, coordinateur du Bucolique. Ce lundi, une réunion a eu lieu à Ferrières pour expliquer le projet.
Emplacement de qualité
Pour les organisateurs du festival, ce terrain est parfait. Il mesure environ 7500m². Mais, concrètement, le verger occupera plus ou moins la moitié du terrain. D’autres aménagements « favorables à la biodiversité » sont prévus pour l’autre partie.
Pour l’instant, on parle de pommiers, de poiriers et de cerisiers. En tout cas, les arbres seront choisis avec soin. « On ne veut pas planter n’importe quoi : on aimerait des variétés résistantes et qui sont adéquates dans notre région », explique Jean-Marc Demonty, échevin de l’environnement, du développement durable et de la biodiversité à Ferrières.
« Une analyse de sol est en cours. On veut se diriger vers des variétés rustiques et locales. On regarde actuellement les disponibilités. On va sans doute commencer par une quinzaine d’arbres », précise Jérôme Grosjean.


Très prochainement


« C’est un très beau projet. On ne va pas traîner, car c’est le moment de planter », indique le bourgmestre de Ferrières, Frédéric Léonard. « On aimerait bien commencer dès cet hiver. Entre l’autonome et mars, c’est la période idéale. Dans un premier temps, on va planter quelques arbres et on va compléter au fur et à mesure », précise l’échevin.


Des rencontres avec les habitants de My sont également prévues pour discuter du projet. Les organisateurs du festival veulent en effet impliquer la population locale pour véritablement créer un espace de convivalité entre citoyens.
 Par Ro.Ma.

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel