• 6 élèves de l’athénée royal d’Ouffet fabriquent une cabane pour une maison de repos

    Lien permanent

    Depuis le mois d’octobre, les six élèves de la section professionnelle option « bois » de l’athénée royal d’Ouffet sont occupés à confectionner une cabane non seulement originale mais utile.
    Cette dernière sera installée dans la future plaine de jeux de la maison de repos et de soins «Château Sous-Bois » à Spa. «L’idée est de ramener les enfants dans les maisons de retraite. Le module cabane avec balançoire et toboggan que nous confectionnons permettra aux pensionnaires grands-parents de jouer avec leurs petits-enfants », explique Pierre Eelen, professeur de menuiserie.
    Donner du sens
    Cette initiative s’inscrit dans un cadre européen et provincial. Le projet « The ! » (pour Technology in Healthcare Education) met effectivement en relation des élèves des sections techniques et technologiques avec des entreprises, des acteurs de la santé et des bénéficiaires de soins pour apporter des innovations technologiques à des problématiques réelles. Les élèves/étudiants sont amenés à travailler sur des situations-problèmes soumises par les entreprises ou les institutions du secteur. « Le gros avantage, pour nos élèves, c’est de fabriquer du concret. L’exercice ne va pas finir à la poubelle mais sera placé et va servir à beaucoup de monde. Cela les motive énormément », souligne le professeur. Une façon, donc, d’acquérir des compétences en donnant du sens aux apprentissages. « Le projet est global : il y a la production mais aussi la communication, le relationnel… », relève également Eric Thielens, directeur de l’établissement scolaire ouffetois. L’école ne doit pas acheter les matériaux, elle fournit uniquement la main d’œuvre.

    Outre la cabane, des meubles seront également réalisés. « Nous commencerons le placement après les vacances de carnaval », indique Pierre Eelen.
    C’est la deuxième année que l’athénée participe à ce projet. L’an dernier, les élèves de 3e et 4e années de menuiserie avaient créé des meubles adaptés et des panneaux d’affichage pour la Résidence les Trois Rois à Visé.

    Par Annick Govaers

    Source

    Lire la suite

  • L’enregistrement en ligne pour le don d’organes dès l’été

    Lien permanent

    Cet été, les donneurs d’organes pourront s’inscrire en ligne grâce à une application, a annoncé la ministre de la Santé, Maggie De Block, répondant à une question du député CD&V Steven Matheï.
    Il existe depuis un certain temps une loi qui permet de s’inscrire en ligne, mais sa mise en oeuvre tardait à venir. Une base de données est, aujourd’hui, en cours de développement, où les autorités communales et les médecins généralistes pourront approuver ou refuser des dons d’organes. Une application va aussi être lancée afin de permettre aux citoyens de s’enregistrer en ligne. Maggie De Block espère leur activation pour la « mi-2020 ».
    Steven Matheï souligne que, chaque année, de nombreux organes ne sont pas prélevés, les défunts n’ayant pas exprimé leur volonté explicite d’être ou ne pas être donneurs.
    Depuis 2006, on peut s’inscrire à la commune en tant que donneur d’organes. La nouvelle application permettra encore d’accélérer le processus.

     

    Source

  • Choucroute jeudi 24 janvier 2020 par Télé Service du Condroz

    Lien permanent

    Télé Service du Condroz

    Le jeudi 24/01 à 12h30 :
    Repas 14€, Membres et sympathisants : 12€
    Menu : Choucroute Cuistot : M-C Jaspard
    Lieu : Cercle Ste Jeanne à Ferrières

    Encore quelques places...inscription jusque ce mardi midi

    086/36.67.18 ou 0479/298.118

  • Soirée d'information à l'attention des futurs élèves de 1 er année et de leurs parents à l'Athénée Royal d'Ouffet le 5 février 2020

    Lien permanent

    Soirée d'informations ce jeudi 6 février à 18h

    Tous les professeurs du 1er degré seront heureux d' accueillir afin de présenter leur cours.

     

     

  • Stage de Tennis durant la deuxième semaine des vacances de Pâques

    Lien permanent

    Voici les informations concernant le stage organisé durant la deuxième semaine des vacances de Pâques (du 13 au 17 avril)

    TC Templier


    Priespré, 3
    4550 Villers-Le-Temple, Liege, Belgium

    085 51 21 80

    www.tctemplier.be

     

  • Action Job Etudiant à MARCHIN LE 29 JANVIER 2020

    Lien permanent

    De 16h à 19h le MERCREDI 29 JANVIER
    Au programme :
    Offres de jobs Marchin et environs collectées par l'Agence de Développement Local de Marchin
    Simulation d'un entretien d'embauche et toutes les Infos sur la législation du travail étudiant par Infor Jeunes Huy
    Aide à la création de CV et lettre de motivation avec le service Ecrivain public
    Mais aussi :
    Des infos sur les jobs en plaine de vacances et comme moniteurs de stages sportifs --> Accueil Temps Libren et Centre Sportif Local de Marchin
    L'opération Eté solidaire présentée par le Plan de Cohésion Sociale (PCS)
    Des infos pour savoir comment postuler pour travailler comme étudiant à Marchin --> Service Ressources de la commune
    Ennéagramme : pour quoi faire ? par le CPAS de Marchin
    Seront également de la partie :
    Le Centre culturel de Marchin,
    L'IFAPME
    La Plateforme pour le Service Citoyen...

    Bibliothèque de Marchin-Modave

    Lire la suite

  • Exclusions scolaires : les motifs les plus fréquents, incivilités et violences

    Lien permanent

    Plus de 3.600 élèves ont été virés de nos écoles l’an dernier

    Au cours de l’année scolaire 2018/2019, 3.651 élèves ont été virés des écoles fondamentales et secondaires de Wallonie et de Bruxelles. C’est 4 % de moins que l’année précédente : il y a eu, précisément, 16 exclusions de moins (2.167 au total) et 113 refus de réinscription (1.484), l’autre versant de la problématique. Motifs les plus souvent évoqués : les incivilités, devant les violences psychologiques, puis physiques.
    Hainaut, Bruxelles et Liège. Si ces données peuvent impressionner, on est loin d’atteindre 1 % de la population scolaire : 0,23 % de la population scolaire du Hainaut qui concentre, dans l’absolu, le plus grand nombre de signalements d’exclusion, devant Bruxelles (0,25 %) et Liège (0,26 %). Le Brabant wallon est la province la moins touchée (0,14 %). En ce qui concerne les refus de réinscription, ceux-ci sont trois fois moins fréquents en Province de Luxembourg et à Namur qu’à Bruxelles.

     

     


    Surtout les garçons. Sans grande surprise, les garçons sont quatre à cinq fois plus exclus que les filles (85 %-15 %) et quatre fois plus concernés par un refus de réinscription (81 %-19 %). Sont majoritairement concernés les élèves âgés de 14 ans (18,9 % des exclusions et 21,2 % des refus de réinscription) suivis de près par les élèves de 15 ans. À noter que 17,2 % des élèves sont majeurs au moment de l’exclusion.
    Cinq faits motivent une exclusion. Une exclusion intervient rarement à cause d’un seul fait répréhensible. En moyenne, 5,6 faits motivent l’exclusion d’un élève et 5,8 faits le refus de sa réinscription. Dans 76,61 % des cas, les incivilités sont rapportées, suivies des violences psychologiques (29,75 %), puis des violences physiques (25,06 %). Si on met la loupe sur ces motifs, on constate que les coups et blessures portés à un autre élève sont trois fois plus nombreux que les coups portés à un membre du personnel (motif quand même évoqué dans 5 % des exclusions). Que les incivilités concernent surtout un refus d’obéissance (57 % des incivilités), mais les perturbations systématiques des cours et l’attitude négative face au travail les suivent de près (51 %). Les violences sexuelles sont avant tout des attouchements ; les atteintes aux biens du vandalisme et les atteintes à la sécurité l’introduction d’une arme (souvent blanche) ou d’objets dangereux dans l’école. Quant aux violences psychologiques, il s’agit, à parts égales, d’insultes ou de diffamations envers un étudiant ou un membre du personnel.
    Il est à noter que dans l’enseignement fondamental ordinaire, les violences physiques sont les plus signalées (69,2 %), suivies des incivilités (57,7 %) et des violences psychologiques (53,8 %). Dans le secondaire, ce sont les incivilités (80,8 %) qui devancent les violences psychologiques (27,9 %) et les violences physiques (22 %).
    Surtout en, 1re et 2e secondaire. Les élèves exclus de l’enseignement secondaire ordinaire proviennent surtout du premier degré (40,2 %) et de la 3e professionnelle (22,7 %). « Ces derniers sont quinze fois plus signalés exclus que les élèves de 3e générale », explique l’administration. « Sur l’ensemble des exclus ou refusés âgés de 12-13 à 17-18 ans (enseignement ordinaire de plein exercice), on observe un pourcentage important d’élèves en retard scolaire (ayant redoublé). Plus l’élève est âgé au moment de l’exclusion, plus il présente un taux élevé de retard scolaire. » Ainsi, 56,76 % des élèves de 17-18 ans ont un retard de 3 ans et plus. 71,43 % des élèves âgés de 16-17 ans ont un retard scolaire de deux ans. Seulement 9,28 % des élèves exclus âgés de 14-15 ans n’ont jamais redoublé.
    Récidivistes. Les élèves exclus ou refusés ont plus de risques de l’être à nouveau. L’année dernière, 107 élèves ont été signalés exclus à deux reprises et six l’ont été trois fois sur l’année solaire. 405 élèves exclus ou refusés en 2018-2019 (11 % du total) l’avaient été au moins une fois en 2017-2018.

    Par Didier Swysen

     

    Source

     

  • Fermeture exceptionnelle des sites Recyparc le 23 janvier 2020

    Lien permanent

    Comme stipulé dans votre calendrier des collectes, et en raison de l’organisation d’une journée de formation destinée à l’ensemble du personnel d’Intradel, nous vous informons que les recyparcs, le Biocentre de Soumagne, le Biocentre de Lixhe ainsi que le siège administratif de l’intercommunale seront exceptionnellement fermés ce jeudi 23 janvier 2020.
    Nos sites seront ouverts normalement dès le lendemain et aux heures habituelles, de 09h00 à 12h30 et de 13h00 à 17h00.

     

    Source

  • Le salon Jobs étudiants revient à Seraing pour la 3e fois le 1 er février 2020

    Lien permanent

    Pour la troisième année consécutive, la MdA « l’Info des Jeunes », Centre d’information et de documentation présidé par Monsieur Grégory Naisse, organise son Salon Jobs étudiants à l’école polytechnique de Seraing.
    Cette année, le salon se déroulera le Samedi 01 Février de 11h00 à 16h00 afin d’offrir au plus grand nombre la possibilité d’y participer.
    « Suite au succès grandissant de cet événement, nous aurons le plaisir d’accueillir des nouvelles enseignes: Decathlon, MediaMarkt, Burger King et Quick », annonce la Ville de Seraing. Seront à nouveau présents : Mac Donald, Beobank, Delhaize, Ikea, Club Med, Belcco, la Ville de Seraing, Interseniors, la FGTB Jeunes, la CSC jeunes, le Forem ou encore la Tête de l’emploi. Les agences intérimaires seront également représentées via Activate, ACCENT, Team One, Konvert, Randstad.

    « La majorité des entreprises et agences présentes proposent un large panel de jobs. Certaines d’entre elles recherchent des profils spécifiques comme l’intercommunale Interseniors qui est plus susceptible d’engager des futurs aides-soignant(e)s ou infirmier(e)s, Beobank plus intéressée par des étudiants bacheliers en comptabilité ou en assurances et le Club Med en recherche constante de GO spécialisés en animation ou en HoReCa. »
    Les jeunes sont invités à venir munis de leur CV ou à rejoindre préalablement à la MdA « l’Info des Jeunes » qui les aidera à le réaliser.
     
    Par L.C.
     

  • Luminus veut construire la plus grande centrale à Seraing

    Lien permanent

    Projet d’envergure pour Luminus : une nouvelle centrale Turbine-Gaz-Vapeur pour 2025 de 870 MW, sur le site de la centrale actuelle à Seraing.
    « Il y a 25 ans, la centrale TGV (Turbine-Gaz-Vapeur) de Seraing ouvrait ses portes et je l’ai visitée en tant qu’étudiant. Aujourd’hui, je vous présente une nouvelle centrale Turbine-Gaz-Vapeur sur le même site, en tant qu’ingénieur de l’ULiège et directeur du projet chez Luminus », se félicite Gianni Di Puma.
    Car on le rappelle, la loi prévoit l’arrêt des sept centrales nucléaires en Belgique entre 2022 et 2025. Il faut donc trouver de nouvelles capacités de production d’électricité.
    Le gestionnaire de réseau de transport d’électricité, Elia, évalue à 3.900 MW le besoin de nouvelles capacités de production alors que les centrales nucléaires ont représenté en 2019 50 % de notre production d’électricité.
    Luminus, l’un des plus importants producteurs d’électricité en Belgique, espère donc construire cette nouvelle centrale à Seraing d’une capacité de 870 MW, ce qui représente la consommation de 700 à 900.00 ménages en fonction du nombre d’heures exploitées par an !


    « Luminus, nº1 en éolien terrestre avec plus de 200 éoliennes et nº1 en hydro-électricité, propose une centrale à gaz naturel qui est un outil flexible, fiable et pilotable et qui apporte une sécurité d’approvisionnement à tout moment. Car il n’y a pas encore assez d’énergie solaire et éolienne produite en Belgique (14 %). Le rendement d’une centrale TGV est passé de 52 % il y a 25 ans à 63 %. Et à terme, la technologie TGV permettra l’utilisation de gaz vert ou d’hydrogène quand ils seront produits en grande quantité », ajoute Gianni Di Puma.
    Dans le cadre de la procédure d’obtention du permis unique, Luminus a présenté son projet  jeudi  16 janvierv2020  à la population sérésienne lors d’une réunion d’information préalable qui n’est que la première étape obligatoire du processus.


    Les riverains pourront formuler leurs observations et leurs suggestions dans les 15 jours en envoyant un courrier au collège communal de Seraing à l’Hôtel de Ville (place communale, 8 à 4100 Seraing), avec copie à Luminus (rue du Pont du Val, 1 à 4100 Seraing).


    « Il y aura ensuite l’enquête publique sur l’avant-projet pendant un mois puis l’avis des instances dans les 30 jours avant le lancement du projet et l’obtention du permis unique pour le renouvellement de la centrale actuelle et la construction de la nouvelle unité sur le même site, en conservant la tour de refroidissement », précise Marie Arys, gestionnaire du projet.


    « Ce projet, c’est la concrétisation de nombreux mois de travail, de réunions et de concertation avec EDF que je remercie d’avoir choisi Seraing. Cela permet de pérenniser l’emploi tandis que 600 personnes travailleront sur le chantier. Seraing perpétuera ainsi l’histoire d’amour énergétique dans le contexte environnemental actuel. Car cette nouvelle centrale sera plus efficiente et moins polluante », se félicite le bourgmestre de Seraing, Francis Bekaert.


    Une nouvelle centrale qui sera opérationnelle en 2025 et dont le coût de construction avoisine les 500 millions d’euros selon le marché actuel.

    Par Marc Gérardy |

    Source