• Chasse au sanglier le DNF demande aux chasseurs de faire un ultime effort

    Lien permanent

    Avec 35.000 animaux abattus cet hiver, la saison 2019-2020 constituera une nouvelle année record en prélèvement de sangliers. C’est le Département de la Nature et des Forêts de Wallonie (DNF) qui l’annonce. Il a demandé un ultime effort aux chasseurs dans les zones où les sangliers sont les plus nombreux.


    Peste porcine, prolifération toujours plus importante, dégâts dans les cultures : par leur nombre et les problèmes qu’ils posent actuellement jusqu’aux portes de nos grandes villes, les sangliers sont devenus une priorité en Wallonie.


    Les plans de tir imposés aux chasseurs dans certaines zones sont toujours plus exigeants. À un point tel que, cette saison, malgré un prélèvement record (35.000 sangliers tués, comme en 2018-2019), le DNF a demandé aux chasseurs d’organiser une à deux battues supplémentaires en janvier et février dans les zones les plus peuplées en sangliers (là on a tiré plus de 60 bêtes par 1.000 hectares ces quatre dernières années).

    « Nous avions déjà imposé trois battues supplémentaires partout l’an passé », explique Michel Villers, directeur du département Chasse et Pêche au DNF. « Cette fois, nous avons analysé la situation avec les chasseurs et les représentants des agriculteurs dans quinze zones de chasse très peuplées en sangliers. Et nous avons demandé, dans la plupart des cas, d’organiser une ou deux battues supplémentaires en janvier ou février pour réduire encore la population de sangliers ».


    Dans les zones qui pensaient avoir terminé leur saison, les chasseurs seront obligés de reprendre le chemin de la forêt, arme au poing.

    Ces nouvelles battues devront être organisées en dehors des activités prévues en forêt. Si vous prévoyez des activités ludiques en forêt dans les zones cynégétiques concernées (voir la carte ci-contre) Michel Villers conseille de vous renseigner auprès du cantonnement forestier local (coordonnées sur environnement.wallonie.be).


    Encore trop de cerfs


    La saison de chasse en cours, qui se terminera fin février pour le sanglier, s’annonce exceptionnelle (35.000 prélèvements). « C’est une volonté en raison de la peste porcine et de la prolifération de l’espèce en 2018 et 2019 », analyse Michel Villers. 2018 et 2019 avaient été riches en glands et faines, des fruits forestiers dont le sanglier raffole. Les laies ont eu des portées plus importantes (elles peuvent avoir jusqu’à six petits et plus) et les jeunes laies ont pris plus rapidement du poids, ce qui les a rendues fertiles plus tôt.


    On tue environ 15.0000 chevreuils par an en Wallonie (leur population est stable) et un peu plus de 5.000 cerfs. Depuis 2010, les populations de cerfs sont à la baisse mais elles restent encore trop importantes à certains endroits, avec des dégâts aux peuplements forestiers et des difficultés de régénération de la forêt.

    Par Michel Royer

    Source

     

    chasse 1.JPG

    chasse 2.JPG

  • Trois nouvelles bières créées par les jeunes de la Mézon à Huy

    Lien permanent

    A Huy, la Mézon, la maison de jeunes de Huy, poursuit son aventure dans le milieu du brassage de la bière.
    Un premier atelier de brassage avait été organisé avec les jeunes en février 2018, en collaboration avec Nathalie Pinson, brasseuse et zythologue de la Brasserie des Coteaux à Liège. «Grâce à un subside de 1.500 euros de la Fédération Wallonie-Bruxelles, nous avons réalisé un premier brassin et la première bière de la Mézon est arrivée à maturation fin juin 2019. Il s’agissait d’une bière légère, cuivrée et houblonnée que nous avons sobrement nommée «La Mézon». Ce brassin a été écoulé et il n’en reste plus», indique Laurent Streel, animateur et responsable de l’atelier de brassage.
    Le 30 novembre dernier, Laurent Streel a remis le couvert pour un deuxième brassin. «Ce sont une dizaine de personnes, jeunes et moins jeunes puisqu’il s’agit d’un atelier inter-générationnel, qui ont à nouveau participé à ce deuxième brassin. Nathalie Pinson a à nouveau fourni les ingrédients (l’orge, le houblon et les cuves) aux jeunes apprentis qui se sont chargés du mélange d’une soixantaine de litres et les jeunes ont pu réaliser trois nouvelles bières», se félicite Laurent Streel.
    Noire, brune et blonde
    Ce sont les jeunes qui ont baptisé ces trois nouvelles bières. «Il y a la «stout ou rien», une bière noire aux notes de café et de chocolat (65 bouteilles), la «Winter is coming», une bière brune chaleureuse et épicée (50 bouteilles) et une bière blonde légère aux houblons fruités (40 bouteilles)», détaille Laurent Streel.
    Ces trois bières ont été mises en bouteilles le 10 janvier dernier avec leur propre étiquette chacune: la rouge pour la bière blonde, la bleue pour la bière brune et l’orange pour la bière noire. «Il faudra encore attendre un bon mois avant de pouvoir les déguster mais les jeunes se réjouissent déjà», conclut Laurent Streel.
    A noter que les autorités communales hutoises ont remis ce mercredi à la Reine Mathilde un petit colis contenant les trois nouvelles bières de la Mézon.
    Par MARC GéRARDY

     

    Source

  • Atelier cuisine Organisé par Coralie Thomas et La Fine Bouffe 27 janvier 2020

    Lien permanent

    Elle a demandé a quelques participants :

    Pourquoi venez-vous aux ateliers cuisine ?

    Ils lui répondent :

    - pour cuisiner ensemble
    - pour avoir de nouvelles idées recettes
    - pour oser des nouveautés
    - pour avoir des repas diététiques et savoureux
    - pour une cuisine simple et facile
    - pour pouvoir refaire les recettes à la maison
    - pour la convivialité
    - pour papoter
    - pour apprendre à être dans le moment présent
    - pour être guidé
    - pour poser des questions à une diététicienne

    Vous venez avec nous le 27 janvier ?

    Plus d'infos sur le site :

    www.coraliethomas.com

    Vive les 5 sens, l'énergie et la santé !

     

      0496 48 77 81

    Rue Tige de Strée, 4577 Modave, Belgique

     

    Coralie Thomas et La Fine Bouffe

    Atelier cuisine

  • Avis de décès de la région Madame Nadia DELHEZ Epouse de Monsieur Jean Goffart de Marchin

    Lien permanent

    Madame Nadia DELHEZ Epouse de Monsieur Jean Goffart

    Domiciliée à Marchin (4570)
    Née à Huy (4500) le vendredi 24 décembre 1937
    Décédée à Huy (4500) le jeudi 16 janvier 2020 à l'âge de 82 ans

    Source

    avis delwez .png

     

     

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Accident entre deux camions N 63 route du Condroz passage difficile

    Lien permanent

    Un accident entre deux camions s’est produit sur la Nationale 63 qui relie Marche-en-Famenne à Liège, à hauteur de la borne kilométrique 24.6.


    Le passage est difficile, ce qui ralentit la circulation.

     

    Source

     

    Plus d'infos dans les éditions Sudinfo H-W 

     

  • Journée Pure Altitude le 7 février 2020 à la Pharmacie Baecken‎

    Lien permanent

     

    De 10h à 15h la représentante vous chouchoute pendant une heure. Inscrivez-vous rapidement vu le nombre limité de place

    Pharmacie Baecken

    Route du Condroz 207, 4550 Nandrin
    085/511275

    Pharmacie Baecken

    Journée Pure Altitude

  • ‎Conférence gratuite : Le harcèlement en milieu scolaire l'affaire de tous ! le 6 février 2020

    Lien permanent

     

    Conférence gratuite : Le harcèlement en milieu scolaire, l'affaire de tous !

    Le harcèlement en milieu scolaire préoccupe de plus en plus les parents et les enseignants. Les brimades, les insultes et les menaces nuisent de manière évidente au bien-être des jeunes. L’utilisation de l’espace numérique et ses dérives viennent également compliquer le problème du harcèlement scolaire. Toutes ces formes de violences visibles ou invisibles échappent, pour la plupart d’entre elles, au contrôle des enseignants, des éducateurs et des parents. Le harcèlement en milieu scolaire est un phénomène contre lequel on ne peut lutter seul. Il n’est pas seulement l’affaire d’une victime et d’un auteur mais de tout le monde.
    - Comment pouvons-nous ensemble prévenir le harcèlement en milieu scolaire ?
    - À quoi devons-nous être attentifs pour réagir au mieux dans une situation d’intimidation ?
    - Quelle aide apporter à son enfant, qu’il soit victime, auteur ou témoin ?

    Pour répondre à toutes ces questions, n’hésitez-pas à nous rejoindre à ce Jeudi Santé.

    Conférencières : Madame Véronique LIVET, assistante sociale, et Madame Chloé CLINQUART, infirmière en santé communautaire du service Openado.

    S’informer, c’est bon pour la Santé !

    Lieu : salle des fêtes de l’IPES de Huy - Avenue Delchambre, 6 - 4500 HUY

    Conférence gratuite et ouverte à tous sur INSCRIPTION au 04/279.43.40 ou iproms@provincedeliege.be

     

     

    Promotion Santé - Province de Liège

    Conférence : "Le harcèlement en milieu scolaire !"

  • Martin Van der Elstraeten de Neupré a été sélectionné lors du blind mardi 14 janvier à The Voice Kids

    Lien permanent

    Martin Van der Elstraeten, un élève de l’Académie de Seraing qui habite Neupré, a été sélectionné lors du blind de ce mardi 14 janvier. Il intègre l’équipe de Slimane.


    L’aventure continue pour Martin Van der Elstraeten, 12 ans, qui s’est présenté au blind de «The Voice Kids» de ce 14 janvier. Sur scène, il a interprété une chanson de Daniel Balavoine, «SOS d'un terrien en détresse».


    Martin, submergé par l’émotion, a fondu en larmes juste au moment où Slimane s’est retourné.

    «J'ai été touché en plein cœur», a indiqué le coach, qui se réjouit de travailler avec sa nouvelle recrue.


    Martin fait partie, depuis 4 ans, de la chorale ANIMA de l'Académie de Seraing.

    Source

     

     

     

  • Avis de décès de la région Monsieur Roger Brandt Veuf de Madame Barbara Thurmes de Neuville-En-Condroz

    Lien permanent

     

    Monsieur Roger BRANDT
    Né 25/06/1931 (Saint-Nicolas (Lg.))
    Décédé 15/01/2020 (SERAING)
    Domicilié(e) à Neuville-En-Condroz

    Source

    avis dc Brandt .jpg

     

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Avis de décès de la région Monsieur Ernest FORTHOMME Epoux de Madame Alberte BONMARIAGE d'Ouffet

    Lien permanent

    Monsieur Ernest FORTHOMME
    Epoux de Madame Alberte BONMARIAGE
    Né à Stoumont, le 08 octobre 1939 et décédé à Ouffet, le 15 janvier 2020.
    Vous en font part,
    Alberte BONMARIAGE
    son épouse ;
    Eric et Viviane FORTHOMME-MATHY
    Guy et Sylvie FORTHOMME-LAMER
    Véronique et Dany FORTHOMME-LEBURTON
    Vanessa et Julien FORTHOMME-PIROTTE
    ses enfants ;
    Steven et Alexandra
    Manon et Maxime, Elodie et Yorick
    Brice et Jade
    Louise, Adrien
    ses petits-enfants ;
    Clément, Elya
    ses arrière-petits-enfants ;
    Chantal FORTHOMME
    Laëtitia LAMER
    ses filleules ;
    Ses frères, soeurs, beaux-frères et belles-soeurs
    Ses neveux, nièces, cousins et cousines
    Les famille FORTHOMME-BONMARIAGE et apparentées
    La cérémonie religieuse, suivie de l'inhumation aura lieu en l'église d'OUFFET, le lundi 20 janvier 2020 à 10 heures 30.
    Ernest repose au funérarium LARDAU-JEANJEAN & Fils, Rue Petit-Ouffet, 67 à 4590 OUFFET, où la famille sera présente vendredi, samedi et dimanche de 16 à 19 heures.
    Le jour des funérailles, réunion à l'église.
    Cet avis tient lieu de faire-part.
    Condoléances : www.funerarium-lardau-laffut.be
    Un merci particulier au Docteur Maëlle GROSJEAN et son infirmière Agnès.
    Pompes Funèbres LARDAU-JEANJEAN & Fils
    Funérariums et fleurs
    Melreux, Marche, Bonsin, Ouffet, Barvaux s/O, Anthisnes
    086/36.75.82
    P.F. LARDAU-JEANJEAN & fils

    Source

    En mon nom et au nom de l'équipe du Blog de Nandrin , nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille .

  • Les «Enfants de Chœur» pour l’Action Damien

    Lien permanent

    L’émission de radio « Les Enfants de Choeur » sera enregistrée à Huy, ce 20 janvier. L’intégralité des bénéfices sera reversée à l’ONG Action Damien.


    Ce 20 janvier, les nouveaux chroniqueurs de l’émission de radio Les Enfants de Chœur (Farah, Lucile Poulain, Julien Demarche, Pierre-Yves Wathour et David Bartholomé), emmenés par la voix de Michaël Pachen, s’empareront du micro du Grand Auditoire de l’Institut Supérieur Industriel de Huy.

    Ils seront également accompagnés d’invités prestigieux : Sandra Zidani et Didier Boclinville.


    Depuis près de dix ans, Les Enfants de Chœur se retrouvent dans diverses salles en Wallonie et à Bruxelles pour proposer une émission humoristique et rafraîchissante. Comme à son habitude, l’émission de Vivacité reversera l’intégralité de ses bénéfices à une association.

    Celle du 20 janvier sera destinée à l’ONG belge, Action Damien.

     

    DES FONDS Grâce À L’HUMOUR


    Depuis 1964, Action Damien se bat pour éradiquer des maladies infectieuses comme la tuberculose, la lèpre et la leishmaniose.
    Le 20 janvier, ce sera la première fois que l’ONG s’associera avec une émission de radio.

    L’occasion, pour elle, de récolter des fonds grâce à l’humour.
    « Cet argent nous permettra d’acheter des médicaments ainsi que du matériel médical et logistique.

    Celui-ci sera redistribué dans les 16 pays que nous aidons », confie Jacques Ryon, collaborateur d’Action Damien.


    À Noter : Prix : 10€ - Horaire : le 20 janvier de 19h30 à 22h30 - Réservations : www.actiondamien.be - Nº compte : BE39 1910 1779 5119 - Adresse : Rue Saint-Victor 3, à Huy

     

    Source

     

  • La facture de courant, souvent difficile à comprendre

    Lien permanent

    La facture d’électricité reste un grand mystère pour de nombreux consommateurs wallons. Exemple avec une lectrice qui a installé des panneaux photovoltaïques sur son toit en août.


    Une lectrice, qui s’est équipée de panneaux photovoltaïques, au mois d’août 2019, vient de recevoir une facture d’acompte de son fournisseur. La période couverte, ce sont les deux premiers mois de 2020. Et elle s’étonne, en découvrant l’estimation de ce que va lui coûter son électricité en 2020. Pas moins de 1.736 euros hors TVA. Et dans le détail de cette somme, un poste l’intrigue : « distribution et transport » : 884,79 euros, hors TVA toujours. « Comment ? 800 euros pour l’acheminement de l’électricité, ce n’est pas possible », nous dit-elle, désemparée. « Ils ont sûrement déjà appliqué la taxe prosumer. »


    Cette facture d’acompte appelle plusieurs commentaires et clarifications. Et on peut comprendre que la plupart des consommateurs soient perdus.


    Pas de tarif prosumer


    Tout d’abord, non, le tarif prosumer pour les propriétaires de panneaux photovoltaïques n’est pas encore d’application. Comme nous l’avions expliqué, l’application de ce tarif, entré en vigueur le 1er janvier, est postposée jusqu’au 30 avril. Attention, ça ne signifie pas que le tarif prosumer, cette redevance pour utilisation du réseau, soit reporté ou même supprimé, mais qu’il ne figurera pas sur la facture avant le mois de mai.
    Il est possible que, sans accord entre le gouvernement et le régulateur (la Cwape), les quatre premiers mois soient réclamés par la suite. Le gouvernement souhaite une exonération pour les prosumers durant 5 ans, la Cwape ne veut pas en entendre parler. Les quatre mois jusque fin avril sont destinés à trouver un accord. Pour une installation moyenne, ce tarif varie entre 340 et 460 euros par an.


    Réduction des provisions


    L’estimation de consommation pour cette lectrice est de près de 8.000 kWh. C’est une consommation importante, qui s’explique notamment par la présence d’une piscine, chauffée par une pompe à chaleur. C’est d’ailleurs en partie pour cela que la famille s’est équipée de panneaux photovoltaïques. Et aussi pour répondre aux appels à respecter l’environnement.


    Oui, mais voilà : la facture d’acompte envoyée par le fournisseur ne tient pas du tout compte de ces panneaux et de leur production. Une raison à cela : les panneaux ont été montés en août et mis en service en septembre, il n’y a donc pas encore une année complète de production à laquelle se référer. Il n’empêche, la facture d’acompte peut et doit être diminuée par son fournisseur. En discutant avec le fournisseur, elle a déjà obtenu une division par deux de sa facture d’acompte. Elle peut encore obtenir plus.


    La facture en détail


    Mécaniquement, moins d’achat d’électricité entraîne une diminution de tous les autres frais liés, comme le transport, la distribution, etc. Il se peut même que la famille, dont l’installation peut produire 7.500 kWh par an puisse arriver à ne rien acheter, si elle diminue sa consommation.
    On n’en est pas là. Et c’est l’occasion de réexpliquer ce qui constitue votre facture d’électricité. Celle-ci n’est en effet pas très détaillée : elle indique ce que vous payez à votre fournisseur (Electrabel, Luminus, Lampiris, etc.), ce que vous payez en transport et distribution et les taxes. En réalité, c’est plus compliqué.


    La partie purement « énergie » (payée au fournisseur) représente environ 30 % de la facture. La partie distribution (par Ores, Resa, etc.) représente environ 31 % de la facture. Le transport, c’est Elia, avec ses lignes à haute tension. La TVA et des taxes et prélèvements représentent ensemble environ 20 % de votre facture. Et puis il y a toute une série de « surcharges », que nous détaillons dans l’infographie ci-contre. Elles sont nombreuses mais ne représentent qu’une vingtaine d’euros sur une facture moyenne.


    par Benoît Jacquemart

    Source

  • Le Belge se rue sur les bouteilles en… verre !

    Lien permanent

    Faut-il acheter des boissons dans une bouteille en plastique ou en verre ? De plus en plus de Belges se posent la question, malgré la différence de poids. Les distributeurs de boissons indépendants ont tendance à voir leurs journées de travail se rallonger…

    Scène de vie quotidienne. La semaine dernière, nous nous rendons chez Eric Filée qui tient un commerce de détail de boissons dans son magasin de Limal (Wavre). À peine arrivés et nous constatons que trois autres voitures se garent. Des particuliers, comme nous. « Tous les jours, sauf le mardi où je ferme, c’est comme cela. Ça défile », lâche l’homme qui a vu son rythme de travail augmenter ces derniers mois. « Il a doublé. Avant, j’avais encore le temps pendant mes heures d’ouverture de ranger les nouveaux bacs. Là, depuis deux mois, je n’ai plus le temps ». La raison n’est pas difficile à trouver. « De plus en plus de gens veulent acheter des bouteilles en verre, plus de plastique ». Et comme on ne trouve pas toutes marques dans les supermarchés, on se dirige vers les distributeurs indépendants. C’est notre cas qui apprécions la Vittel… qui, en verre, est introuvable dans les supermarchés.

    Nous nous tournons vers la FeBeD, la Fédération Belge des Distributeurs en boissons. Guy Dewulf, son porte-parole. « Notre fédération compte 250 distributeurs en boissons. Cela représente entre 70 et 80 % du marché au niveau du chiffre d’affaires ». Ici aussi, ses membres ont constaté un changement dans les mentalités. « Pour les eaux, nos membres parlent d’une augmentation de 40 % de la vente de l’eau plate en bouteilles consignées. Pour l’eau pétillante l’augmentation est de 25 %. Ils constatent une diminution de leur vente d’eaux en emballages PET de 30 % ». Cela correspond avec ce que nous disait Éric Filée.

    Le plastique reste maître

    Ce constat est-il le même dans les supermarchés ? Pour avoir la réponse, il suffit de leur poser la question. Chez Colruyt, c’est le cas. « Au niveau des ventes, l’eau en bouteille en verre connaît effectivement une belle croissance d’environ 25 % », nous apprend Nathalie Roisin, responsable presse francophone du groupe. « Dans le même temps, celles des bouteilles en plastique ont tendances à se tasser. Cependant, il s’agit de nuancer, vu que la toute grande majorité (95 % de l’offre) de l’eau que nous vendons est toujours conditionnée dans des bouteilles en plastique ».

    Elle précise que, à côté de cela, Colruyt introduit des alternatives durables, comme la récente entrée de Sodastream dans son assortiment. « De plus, de nombreux fournisseurs font que leur conditionnement soit plus durable, notamment en recourant au PET 100 % recyclé ».

    Chez Delhaize, même constat. « Les ventes de bouteilles en verre « retournable » (RGLASS) ont connu cette année des croissances de plus de 20 % », souligne Karima Ghozzi, sa porte-parole. « Outre le fait qu’on pollue moins en utilisant du verre, il y a la santé », conclut Guy Dewulf. « Le verre est un produit inerte. Vous n’avez pas de molécules qui vont se mélanger comme c’est le cas avec le plastique ».
     
     
    «Une bouteille consignée est utilisée 25 fois»

    Du côté de Spa Monopole, le Head of Corporate Affairs sort ses chiffres. « Au niveau du ratio verre-plastique, nous avons atteint les chiffres que nous faisions il y a plus de dix ans, avant la crise qui a touché le secteur horeca. Les gens allaient moins au restaurant et, forcément, ils buvaient moins d’eau servie dans des bouteilles en verre ».
     
    Cela veut dire que, aujourd’hui, 90 % de l’eau vendue par Spa est distribuée dans des bouteilles en plastique, et donc 10 % dans du verre. Il nous apprend qu’en moyenne, une bouteille consignée est utilisée 25 fois. Du côté de Coca-Cola, on constate « une augmentation de la popularité du verre et de la demande des consommateurs. « Cette augmentation est principalement tirée par la vente d’eau en bouteille (Chaudfontaine). Il s’agit pour le moment d’une très légère augmentation », précise sa porte-parole, Suzanne Decock.
     
    Par Pierre Nizet