En 95 ans, pas moins de 176.500 accouchements y ont été pratiqués! Le samedi 15 février, la clinique Saint-Vincent de Rocourt fermera définitivement ses portes

Lien permanent

Le samedi 15 février, la clinique Saint-Vincent de Rocourt fermera définitivement ses portes pour gagner le nouvel hôpital MontLégia. Avec ses quelque 3.500 naissances par an, c’est la plus grosse maternité du pays.

Depuis 95 ans, presqu’un Liégeois sur deux y est né.

La Meuse ne pouvait pas laisser passer ça.


Il faut dire qu’il s’en est passé des choses depuis son ouverture en 1925.

En 95 ans, pas moins de 176.500 accouchements y ont été pratiqués! Soit, avec les naissances multiples, presque 200.000 naissances. «Et sans être une usine à bébés, souligne Sabrina Lava, la directrice, car chaque maman y reçoit les soins personnalisés qu’elle mérite.»

3.500 naissances par an
Et depuis une vingtaine d’années, avec ses 3.500 naissances annuelles, elle est même devenue la plus grosse maternité du pays établie sur un seul site. « L’an dernier, nous avons connu une légère baisse, reconnaît la directrice. Il y a eu 3.476 naissances pour 3.543 en 2018.

Dont 76 jumeaux et une seule fois des triplés. »
Si la maternité Saint-Vincent a connu un tel succès, c’est aussi parce qu’elle s’est sans cesse spécialisée dans les nouvelles techniques (monitoring, péridurale, néonatal…). Et qu’elle est la seule à proposer 24h/24 un gynécologue, une pédiatre et un anesthésiste de garde.

Mais dans un mois, tout le monde devra partir.

Le CHC a décidé de rassembler ses trois hôpitaux liégeois en un seul lieu et Saint-Vincent est concerné.
370 équivalents temps plein, soit environ 500 personnes, vont devoir déménager en une seule journée, ainsi que les 160 médecins, dont 80 gynécologues, qui y travaillent.
« Aujourd’hui, il est temps qu’on y aille, souligne Sabrina Lava.

Le personnel s’y est déjà rendu à plusieurs reprises en visite ou pour se former.

Là, tout est nouveau, superbe et quand on revient ici, on se rend compte que c’est tout de même fort vieillot. Maintenant, on regrettera sans doute l’ambiance familiale qu’il y avait à Rocourt. »

Dans un mois donc, les portes se fermeront définitivement, avant de céder la place à une maison de repos dans l’ex-maternité et de l’habitat en psychiatrie.

C’est en 1925 que cinq religieuses de Saint-Vincent de Paul, originaire de Grammont, rejoignent la clinique fondée deux ans plus tôt par le docteur Jean Jonlet, lui donnant son nom par la même occasion. Il s’agit plutôt d’une grosse maison de maître à l’époque qui ne cessera ensuite de s’agrandir. Et jusqu’en 2001, ce sont les Sœurs qui vont gérer le lieu, avant qu’il ne soit repris par le Centre Hospitalier Chrétien (CHC).
La qualité des soins, mais également l’ouverture au progrès scientifique et médical en firent rapidement la plus grosse maternité de la région liégeoise.
Ainsi en 1950, s’ouvre le premier centre néonatal par le docteur Charles Gottschalk, un pédiatre formé aux États-Unis. En 1954, la pouponnière se voit doté d’un bâtiment bien à elle pour héberger une trentaine d’enfants en difficultés familiales et âgés de 0 à 3 ans.
En 1971 est inauguré le bâtiment de la maternité rénové qui existe encore aujourd’hui.
Les premières péridurales sont placées au début des années 70  : « c’était une véritable révolution à l’époque, plus besoin d’enfanter dans la douleur », explique Sabrina Lava.
En 1975, le docteur Dubois ouvre un service d’échographies morphologiques afin de dépister les anomalies fœtales. En 1976, c’est l’ouverture d’une crèche pour soixante enfants.
Et en 1988, un service de soins intensifs en néonatal est créé pour les grands prématurés avec les docteurs Langhendries, Battisti et Bertrand.
Une véritable dynastie de gynécologues en fera également les beaux jours jusqu’à aujourd’hui encore, celle des docteurs Alexandre, Paul et Olivier Wéry « qui comptent à leur actif plus de 20.000 accouchements. »
Le cap des 2000 bébés par an est atteint dès 1964 et celui des 3000 en 1989.
Parallèlement se développe également autour du bâtiment principal dès 1991, un service de psychiatrie avec 75 lits et un hôpital de jour.
L.G.

 

Par Luc Gochel

|Source

 

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel