Albert ramasse 300 sacs de déchets par an à Anthisnes

Lien permanent

Il y a trois ans, Albert Colinet décide de se bouger pour rendre sa commune plus propre. Chauffeur de car scolaire installé à Hody, il en a assez de voir les cannettes briller au soleil sur le bord des routes. À 76 ans, il ramasse 250 à 300 sacs de déchets chaque année. Son initiative en fait un personnage admiré à Anthisnes.
Cela fait 3 ans qu’Albert Colinet parcoure les bords de route de sa commune pour traquer les immondices qui y sont régulièrement déposés clandestinement. Reconnaissable dans sa combinaison fluorescente et son bonnet rouge, le septuagénaire part collecter les crasses 4 à 5 jours par semaine, armé de la pince que lui a fourni la Région Wallonne. « Je suis chauffeur de car scolaire, explique le Monsieur Propreté d’Anthisnes. J’ai commencé à ramasser les déchets parce que j’en avais marre, quand je roulais, de voir les cannettes reluire sur le bord de la route. »


Lorsqu’il part faire sa tournée, Albert est régulièrement reconnu par les automobilistes, qui lui expriment leur gratitude à coups de klaxon.
« Il est assez connu dans le village, nous explique Éric Antoine, un des gérants de la librairie d’Anthisnes. À chaque fois qu’on se promène, on le voit. » Sur les réseaux sociaux, les témoignages admiratifs d’Anthisnois ayant croisé Albert sur la route se sont multipliés, à tel point que certains ont décidé de mettre en place une collecte d’argent pour pousser la gratitude un peu plus loin. « Je fais ça bénévolement donc la collecte n’avait pas lieu d’être, estime Albert Colinet. Mais ça m’a mis du baume au cœur. Ce qui me fait plaisir, c’est quand on me croise sur la route et qu’on me fait un signe ou un coup de klaxon. »

 

Les déchets ramassés vont des pneus jusqu’aux préservatifs, en passant par les serviettes hygiéniques et autres paquets en plastiques. Mais « les mégots de cigarette, c’est la plaie », nous assure-t-il. « Un jour j’ai trouvé une boîte avec un masque et des médicaments. Une autre fois, je suis tombé sur un atèle en parfait état. » Mais les dépôts sauvages ne se limitent pas à des petits détritus. « Quand je trouve un frigo, par exemple, je contacte la commune pour qu’ils viennent le récupérer. C’est trop lourd pour moi. »
300 sacs par an
Sur une année, Albert remplit entre 250 et 300 sacs, que lui fournit la Région, dans le cadre du programme Wallonie Plus Propre. Il fait partie des 19.910 Ambassadeurs de la Propreté que compte l’initiative. Toutefois, il ne cherche pas du tout à concurrencer le travail des ouvriers communaux. « Ils font du bon travail. Ils ramassent plutôt dans les villages et moi je m’occupe des routes. On forme une bonne équipe. »
Une retraite inactive ? Impensable pour Albert. Quand il n’est pas au volant de son bus scolaire ou en train de ramasser les détritus d’autrui, il transporte bénévolement des personnes malades dans sa camionnette. Il est devenu un exemple de citoyenneté à Anthisnes. « Le paradis, ça serait que les gens arrêtent de jeter, mais je n’y crois pas, » regrette-t-il.

 


Une cagnotte pour Albert
« Laurent Delmelle est venu nous trouver pour placer une cagnotte sur le comptoir, explique Éric Antoine, libraire à Anthisnes. Ça a rapidement fait le tour du village. »
Pendant deux ans, une petite urne a été placée à disposition des habitants du village. Près de 150 € ont pu être récoltés afin de faire plaisir au Monsieur Propre d’Anthisnes, bien que celui-ci insiste sur le caractère bénévole de son activité. « Pendant longtemps, on a pensé qu’il ne viendrait pas la récupérer, se rappelle le libraire. On en rigolait entre nous. Il pourra s’offrir un bon restaurant. C’est mérité. » À travers son action, au-delà d’offrir un aspect plus propre aux bords de route, Albert Colinet espère parvenir à sensibiliser les habitants de l’entité.


Par PT

 

Source

 

 

Albert s’apprête à partir en tournée ramassage.
Albert s’apprête à partir en tournée ramassage. - PT

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel