• Bon réveillon à vous toutes et tous !!!

    Lien permanent

    La période des fêtes est particulièrement propice à l'évocation des souvenirs que nous partageons et que l'éloignement rend encore plus précieux.


    Meilleurs Souhaits pour Le Nouvel An !


    Que les Fêtes soient riches de joie et de gaieté, que la nouvelle année déborde de bonheur et de prospérité et que tous les vœux formulés deviennent réalité!

    Bonne Année!

    Soyez prudents sur les routes 

     

    Bon réveillon à vous !!! 

    31rev2019.gif

  • Attention danger, méfiez-vous des pétards, pas des p.-v.!

    Lien permanent

    Même dans les communes où les feux d’artifice sont interdits, la police ne verbalise pas

    Vous serez nombreux, aujourd'hui minuit, à allumer la mèche pour passer à l’an neuf, avec un feu d’artifice improvisé dans votre jardin.

    Certaines communes interdisent ce genre d’activités mais, n’ayez crainte, la police ne verbalise que très rarement pour ne pas dire jamais.

    Méfiez-vous en revanche des accidents. Le 31 décembre dernier, les feux d’artifice ont fait 19 blessés graves dans notre pays.


    À Charleroi, le règlement général de police interdit aux particuliers de tirer des feux d’artifice sur tout le territoire et à toute date, « sauf autorisation préalable du bourgmestre ».

    Le contrevenant s’expose à une amende administrative maximale de 175 à 350 €, selon qu’il soit mineur ou majeur.

    Renseignement pris, aucune autorisation n’a été délivrée pour ce 31 décembre et pourtant, on peut déjà l’écrire : mardi à minuit, éclateront des bouquets multicolores au-dessus de la ville et de ses villages… Et aucun p.-v. ne sera dressé.

    « Pour la nuit du réveillon, nous travaillons avec les effectifs habituels (10 équipes d’intervention et 2 équipes de première ligne) et elles cravacheront !

    Il y aura déjà bien à faire avec les bagarres, les différends familiaux, les accidents de la route, les suicides ou tentatives », nous dit l’inspecteur principal David Quinaux, porte-parole de la zone.

    « Pour constater un tir de feu d’artifice, il faut être sur place au bon moment et, surtout, identifier la personne qui a allumé la mèche. C’est quasi impossible à constater ».


    À la zone de police des Arches (Andenne), les feux d’artifice sont interdits sur la voie publique, pas dans les jardins. Mais le chef de zone avoue faire preuve de tolérance pour le 31 décembre.

    « C’est la fête et le feu d’artifice fait partie du folklore », nous dit le commissaire Stéphane Carpentier.

    « Un jour pareil, nous ne recevons jamais de plaintes de la part des riverains.

    C’est comme lorsque les Diables rouges gagnent à la Coupe du monde, ça klaxonne dans les rues, mais on ne verbalise pas pour tapage ».


    À Liège, les feux d’artifice sont interdits sur la voie publique et dans les immeubles et jardins qui longent la voie publique.

    Le contrevenant risque jusqu’à 1.750 € d’amende et/ou 1 à 7 jours de prison.

    Précisons que l’on peut tirer un feu d’artifice dans son jardin s’il est situé à l’arrière. Mais la police liégeoise a aussi d’autres choses à faire : aucune trace de p.-v. pour infraction aux feux d’artifice l’an passé…


    Un jeune Carolo brûlé


    Si la « peur du gendarme » ne refrénera pas vos ardeurs, méfiez-vous des dégâts que peuvent causer ces pétards et autres feux de bengale.

    Selon le SPF Économie, 19 accidents graves se sont produits au dernier réveillon de Nouvel An (24 le 31 décembre 2018 et 20 le 31 décembre 2017).

    Les victimes ont été atteintes de graves brûlures et de lésions ouvertes aux mains, aux doigts et aux yeux.


    « le 21 juillet dernier, un jeune de Charleroi a été admis au service des grands brûlés de Loverval », témoigne le docteur Serge Jennes.

    « Une fusée placée verticalement dans une bouteille s’est déclenchée plus vite que prévu et a mis le feu à ses vêtements. Sa compagne a tenté de le soigner avec des bandages mais il a fini chez nous.

    Il était tout brûlé dans le bas du dos, au 3e degré et sur 5 % de la surface de son corps (photo).

    Il a dû être opéré et subir des greffes ».

    Le médecin se souvient aussi d’une Bruxelloise à qui il a fallu amputer une partie du pouce parce que le pétard avait éclaté dans sa main.

    « Le feu d’artifice ne provoque pas que des brûlures. Le blast peut entraîner de très graves lésions aussi. Les accidents sont rares mais, quand il y en a un, c’est tout de suite très grave. »


    par Françoise De Halleux

     

    Source

  • Le Mona à Nandrin, c’est bel et bien fini, la dernière soirée aujourd'hui, à l’occasion du réveillon du Nouvel

    Lien permanent

    Le dancing ferme définitivement ses portes après le réveillon pour renaître sous un nouveau concept.
    C’est une page qui se tourne définitivement.

    Celle des années de gloire de la discothèque « Le Monastère » sur la route du Condroz à Nandrin.

    A l’instar des autres boîtes de nuit qui ferment les unes après les autres, le « Mona », inauguré en 1976, ne fait plus recette depuis quelque temps déjà. « Le concept est passé de mode.

    Ce qui faisait le succès des clubs tenait à trois choses : la musique, les rencontres amoureuses et boire un verre. Aujourd’hui, les chansons ne sont plus très dansantes, les couples se rencontrent par internet et la peur des contrôles d’alcool au volant dissuade pas mal de fêtards… Sans compter la concurrence des festivals, garden-parties et voyages bon marché. Les loisirs ont changé », analyse Tony Di Sciascio, actuel locataire du Monastère, le bâtiment appartenant désormais, pour rappel, au patron du Proxy Delhaize voisin.

     

    Un constat qui a poussé Antonio Di Sciascio à passer la main. D’ailleurs, l’annonce de la fermeture du Monastère remonte à… octobre 2018.

    « A l’époque, deux employés devaient reprendre le bail en cours avec un concept « event » mais cela ne s’est finalement pas fait.

    J’ai alors décidé, en grande partie pour mon personnel, de poursuivre l’activité jusqu’à la fin de mon bail, c’est-à-dire le 1er janvier 2020, en ouvrant une fois par mois uniquement, sauf ces dernières semaines où nous avons ouvert plus souvent », nous explique-t-il.


    Ouverture mensuelle


    Une ouverture mensuelle qui attirait entre 300 et 400 clients par soirée.

    « C’est mieux de rassembler plus de monde une fois par mois que d’avoir 100 fêtards tous les week-ends. Mais cela ne restait pas suffisant pour couvrir les frais.

    Ces deux dernières années, j’ai mis plus de 90.000 euros de ma poche pour compenser. Cela ne pouvait plus durer. »

    Et le monde de la nuit, Tony Di Sciascio a donné. « J’ai repris le Monastère en juin 1993, j’ai aujourd’hui 55 ans. Les horaires ne me conviennent plus, j’ai envie de prendre du repos. Et si nouveau projet personnel il y a, ce ne sera pas dans l’Horeca », promet-il.


    Petit-déjeuner offert


    La dernière soirée du Monastère aura donc lieu ce mardi, à l’occasion du réveillon du Nouvel An.

    Les nostalgiques auront l’occasion de fouler une dernière fois la piste de danse de la discothèque « ancienne version ». L’entrée sera gratuite avant 23h et le petit-déjeuner sera offert aux aurores.

    Par Annick Govaers

     

    Source

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Deux soirées de clôture se tiendront les vendredi 5 et samedi 6 octobre fermeture définitive du Monastère clic ici

     

    Le Monastère, c’est vraiment fini! clic ici

  • Le bureau de la directrice saccagé à l’école St-Martin à Nandrin

    Lien permanent

    Il y a quelques jours, l’école Saint-Martin à Nandrin a été la cible de vandalisme.

    Des individus ont pénétré dans l’établissement scolaire et ont saccagé le bureau de la directrice.


    La vandalisme est malheureusement devenu un acte courant.

    Il y a quelques jours, le bureau de la directrice Véronique Gebreude a été saccagé.

    « Cela s’est passé avant le réveillon de Noël.

    Il y a une porte qui est démolie. Nous avions déjà eu des tentatives plus tôt dans l’année », nous explique Jacques, le président du Pouvoir Organisateur de l’école.

    Par A.D.

          

    Source

  • Attention à cette arnaque, elle sevit depuis lundi, il y a de nombreuses victimes

    Lien permanent

    Avalanche de faux e-mails rédigés au nom de distributeurs de colis: les messages utilisent le logo de bpost

    Safeonweb, le site du Centre pour la cybersécurité Belgique (CCB), a reçu lundi quelque 8.500

    alertes pour des messages de phishing rédigés au nom d’un distributeur de colis,

    rapporte VTM Nieuws.

    Ces messages, en néerlandais, utilisent les logos de bpost ou Post NL et contiennent une sommation de payer des frais d’envoi.

    Safeonweb reçoit chaque jour environ 4.000 signalements pour des arnaques.

    Ce lundi, ce nombre a grimpé jusqu’à 8.500, d’après la chaîne flamande VTM.

    « À cette époque de l’année, nombreux sont ceux qui doivent effectivement se faire livrer un colis à la maison ; il faut dès lors être encore plus vigilants ! «, mettait déjà en garde Safeonweb mi-décembre.

    « Les messages que nous avons pu intercepter étaient envoyés aux noms de bpost et de Post NL et utilisaient les logos des deux services. Bien qu’à première vue, les messages semblaient tout à fait légitimes, à y regarder de plus près on pouvait se rendre compte qu’ils ne provenaient pas réellement de bpost ou de Post NL et que le numéro de référence était faux. Les messages contenaient une sommation de payer des frais d’envoi.

    Or, la plupart des sites de vente en ligne incluent les frais d’envoi dans leurs prix. »

    Les citoyens qui reçoivent un e-mail suspect sont invités à l’envoyer à suspect@safeonweb.be puis à le supprimer, sans rien payer évidemment

    Source

     

  • Des cadeaux de Noël déjà revendus, et les vôtres ?

    Lien permanent

    À Noël, il y a le plaisir d’offrir… qui n’équivaut pas toujours au plaisir de recevoir.

    Selon une enquête réalisée par 2ememain, Troc.com et Cash Converters, près d’une personne sur cinq est mécontente de son cadeau sous le sapin…

    Et pour preuve : plusieurs cadeaux ont déjà été mis en vente et revendus sur ces plateformes.


    « Sac de sport, enceinte intelligente Google Home Mini et matelas de massage : tels étaient, cette année, les premiers cadeaux non désirés.

    Dans la plupart des cas, il s’agit de produits que les gens possèdent déjà ou qui ne sont pas à leur goût », explique Aleksandra Vidanovski, porte-parole de 2ememain.

    « Les gens ne font d’ailleurs pas de secret à ce sujet : de plus en plus souvent, ils indiquent dans leur annonce qu’il s’agit d’un ‘cadeau non désiré’ et pourquoi c’est le cas. Les acheteurs potentiels savent ainsi tout de suite que le cadeau n’a pas encore été utilisé et qu’il est vendu à un prix avantageux. »


    Selon l’enquête réalisée auprès de 2.000 Belges, les vêtements arrivent en tête des cadeaux indésirables les plus vendus, suivis par les articles de déco, les livres, les parfums et cosmétiques, et enfin, les bons d’achat.

    Un top 5 qui reste relativement stable puisqu’on y retrouvait les mêmes produits dans l’enquête précédente. Seul l’ordre change quelque peu.


    Le garder malgré tout


    Lorsqu’un cadeau ne vous plait pas, plusieurs possibilités s’offrent à vous : le garder malgré tout, l’échanger ou le revendre. La plupart du temps, le cadeau est conservé.

    Seuls 17,2 % des répondants ont affirmé l’avoir revendu.

    Malgré tout, la tendance serait à la hausse.

    « Ces revendeurs sont de plus en plus nombreux et c’est une tendance positive », explique Stefano Musolino, porte-parole de Troc.com.

    « Pourquoi ne pas vendre ces objets afin que quelqu’un d’autre en profite ?

    L’argent ainsi récolté permettra en outre de se faire plaisir. Nous lançons donc un appel : ne laissez pas ces cadeaux indésirables prendre la poussière dans un placard ! »

     

    Source

  • Voici tous les jours fériés de la nouvelle année 2020

    Lien permanent

    Dix jours fériés sont légalement reconnus en Belgique chaque année. Voici quand ils tombent en 2020.

    Mercredi 1er janvier 2020 : Jour de l’An

    Lundi 13 avril 2020 : lundi de Pâques

    Vendredi 1er mai 2020 : Fête du travail

    Jeudi 21 mai 2020 : Ascension

    Lundi 1er juin 2020 : lundi de la Pentecôte

    Mardi 21 juillet 2020 : Fête nationale belge

    Samedi 15 août 2020 : Assomption

    Dimanche 1er novembre 2020 : Toussaint

    Mercredi 11 novembre 2020 : Armistice

    Vendredi 25 décembre 2020 : Noël

    Les jours fériés qui tombent le week-end peuvent évidemment être récupérés par les travailleurs.

     

     

    Source

  • À partir du 1er janvier 2020 les sirops composés contre la toux et le rhume retirés du marché

    Lien permanent

    Suite à une révision du rapport bénéfice-risque, les sirops composés de plusieurs substances actives contre la toux et le rhume seront retirés du marché.

    À partir du 1er janvier 2020, seuls ceux contenant un seul principe actif pourront être vendus, informe l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) sur son site web.


    Les préparations composées suivantes seront retirées du marché: Acatar, Broncho-Pectoralis Pholcodine, Inalpin, Longbalsem, Noscaflex Expectorans et Toplexil.

    La formule composée Pholco-Mereprine reste néanmoins disponible jusqu’à fin mai 2020.
    Les préparations officinales contre la toux et le rhume ne peuvent également plus contenir qu’une seule substance active à partir du 1er janvier 2020.


    L’organisation de défense des consommateurs Test-Achats avait déjà émis des réserves, il y a plusieurs années, quant à l’utilité des sirops composés.

     

    Source

  • Tout le réseau TEC gratuit Aujourd'hui et demain 31 décembre 2019 et 1er janvier 2020 !

    Lien permanent

    Afin de bien terminer l’année et de la commencer mieux encore, le TEC offre la gratuité sur l’ensemble de son réseau (hors lignes WEL) les 31 décembre et 1er janvier (du premier au dernier service).
    Tout le réseau TEC gratuit les 31 décembre et 1er janvier!
     
    Bien que le transport à bord des véhicules soit gratuit les 31 décembre et 1er janvier, la validation reste obligatoire.
     
    Vous disposez d’un titre valide sur votre carte MOBIB/MOBIB basic ou sur votre ticket sans contact ? Validez-le lors de votre montée dans le bus comme d’habitude : aucun trajet ne sera décompté !
    Vous ne disposez pas de titre de transport valide ? Adressez-vous au chauffeur qui vous délivrera un billet gratuit.
     
     
    Consultez les horaires et itinéraires sur l’application du TEC ou sur le site infotec.be pour préparer votre déplacement.
     
    Les services spéciaux PMR sont également gratuits durant ces 2 jours
     
     

  • Des panneaux, un slogan de la FJA au rond-point de Saint-Séverin Nandrin

    Lien permanent

    Agriculteurs et consommateurs       Les deux dindons de la farce!

    Une campagne qui vise à mettre en évidence les situations qui posent question à l’échelle de la chaîne agro-alimentaire.

    Certaines pratiques de certains maillons lèsent en effet les deux extrémités de la chaîne : les agriculteurs et les consommateurs!

    Toutes les infos ici 

     

    https://www.lesdindonsdelafarce.be

     

    81970989_1245504419172560_4161994717673816064_n (2).jpg

  • Un dangereux fil barbelé tendu entre 2 arbres à Solières

    Lien permanent

    Un VTTiste a fait une dangereuse découverte dans le bois de Solières ce week-end : un fil barbelé avait été tendu entre deux arbres à environ 1 m 50, à droite d’un puits, dans le prolongement de la rue du Puits.


    Un dispositif qui, surtout dans l’obscurité, est susceptible de blesser grièvement les cyclistes ou les joggeurs.


    Le sportif ne disposait malheureusement pas de l’outillage pour ciseler le câble mais a posté une photo sur Facebook afin d’alerter les promeneurs.


    Si vous allez vous balader dans ce coin-là, soyez attentifs !

    Source

    Tendu à 1 m 50 du sol.
    Tendu
  • Le PS condamne les propos de l’échevin de la commune de Neupré contre les gens du voyage

    Lien permanent

    Le PS condamne fermement dimanche « les propos inacceptables » de l’échevin socialiste de la commune de Neupré (province de Liège) Benoît Hons.

    Celui-ci a qualifié samedi les gens du voyage de « spécimens parasites » dans un message posté sur le réseau social Facebook. « L’élu devra répondre de ses propos devant les instances disciplinaires du parti qui décideront de la sanction », a annoncé le parti socialiste dimanche à Belga.


    L’existence de ce message, retiré depuis, a été relayée samedi soir par RTL Info.


    L’échevin en charge du Tourisme et de l’Enseignement, en voyage à Séville, en Espagne, s’est fait voler ses cartes bancaires, sa carte d’identité, son argent et son sac à dos.

    Dans un message Facebook, M. Hons a alors accusé les gens du voyage d’être à l’origine du vol, les qualifiant notamment de « spécimens parasites, vivant du vol et pondant leur engeance dans des poubelles roulottes voire dans leurs grosses Mercedes… »


    Face à la polémique, l’échevin a lui-même réagi dimanche sur le réseau social.

    « Ma compagne et moi avons été abordés par plusieurs femmes appartenant à la communauté des gens du voyage qui voulaient nous vendre des brins de romarin. À plusieurs reprises nous avons décliné leur offre.

     

    Un quart d’heure plus tard (…) j’ai été stupéfait de voir mon sac de voyage (papier d’identité, carte de banque, lunettes de vision et argent) disparaître. J’ai interpellé la police qui m’a indiqué qu’elle était démunie face aux voleurs professionnels et aux personnes que les policiers m’ont désignées (…). »


    « Assurément, les propos que j’ai tenus sous le coup de la fatigue, de l’émotion et de la grande difficulté de m’orienter sans lunettes de vue, ont dépassé une juste vue des choses », ajoute l’échevin.

    « Si je reste persuadé qu’une attitude plus ferme et plus sécurisante devrait être menée par les forces de sécurité, il est clair que je n’aurais pas dû viser une communauté entière mais plutôt les individus malveillants que j’ai croisés sur ma route. Je présente toutes mes excuses à toutes les personnes que j’ai offensées dans leur identité, leur culture et leur mode de vie. »

    Par Belga | REGION LIEGEOISE

    Source clic ici 

     

    Benoît Hons l’échevin PS de Neupré, insulte les gens du voyage sur Facebook clic ici

     

    Convoqué par sa bourgmestre et le comité de vigilance PS

     

    La bourgmestre libérale de Neupré, Virginie Defrang-Firket, ne décolérait pas hier.

    «Ces propos sont clairement inadmissibles et totalement déplacés.

    Et en plus par écrit sur les réseaux sociaux dont on connaît les effets dévastateurs qu’ils peuvent provoquer. Et de la part d’un échevin de l’enseignement de surcroît.»

    «Je comprends sa colère par rapport à ce qui lui est arrivé mais cela ne justifie en rien des amalgames et des raccourcis sans preuves vis-à-vis d’une communauté.

    Je lui ai téléphoné et l’ai rappelé à l’ordre.

    Il venait de retirer sa publication et j’ai exigé qu’il présente aussi ses excuses sur son mur.»

    Et ce n’est pas tout, la bourgmestre a décidé aussi de le convoquer ce lundi à 18 heures àla maison communale de Neupré.

    «Je veux d’abord entendre ses explications avant de prendre une décision.

    Il y a une gradation qui peut aller jusqu’à l’exclusion du collège. Même si c’est un très bon échevin…»
    Du côté de la fédération liégeoise du PS, c’est aussi l’ébahissement.

    «Je ne peux pas cautionner ça», s’indigne le président Jean-Pierre Hupkens.

    «Rien n’autorise un pareil commentaire qui généralise et stigmatise une communauté de manière violente.

    On peut être en colère, certes, mais quand on écrit un message le lendemain, celle-ci doit être retombée.

    Je ne laisserai pas les choses en l’état.

    J’ai demandé au secrétaire de la fédération de saisir le comité de vigilance car sanction il doit y avoir.»

    Elle peut aller du simple rappel à l’ordre à l’exclusion du parti, en passant par le blâme et l’interdiction de figurer sur une liste électorale.

    Par L.G.

    Source 

     

  • Fermeture des recyparcs le 31 décembre 2019

    Lien permanent

    Un petit rappel! Comme chaque année, les  recyparcs ferment leur portes les mardis 24/12 et 31/12.

    Source

  • Le pic d’épidémie de gastro etc des solutions ?

    Lien permanent

    Le pic d’épidémie de gastro est attendu durant les fêtes clic ici

    Sudinfo.be l'annonce , l’épidémie pourrait être déclarée dès cette semaine.

    voici quelques conseils.
     
    Une hygiène irréprochable
    c’est de se laver les mains car 80 % des microbes passent par les mains.
    Les germes se transmettent surtout par les mains et la salive
    Se protéger
    Prendre soin de soi
    Pas la peine de penser antibiotiques.
    Antidiarrhéiques ou des antiémétiques si les symptômes sont violents.
    Riz seul, carottes cuites, bananes, fruits cuits
    N’oubliez pas de boire et encore boire pour réhydrater votre organisme
    En 48 h à 72 h, elle devrait disparaître.

     

  • Crèches et illuminations sur le Condroz décembre 2019

    Lien permanent

    Les illuminations dans quelques endroits du Condroz dimanche 29 décembre 2019  

    Clic ici pour voir l'Album avec les photos 

     

     https://nandrin.blogs.sudinfo.be/album/creches-et-illuminations-sur-le-condroz-decembre-2019/

  • Une quarantaine de «Contes au carré» à Marchin dès le 5 janvier 2020

    Lien permanent

    Quatre cases pour résumer l’entièreté d’un conte.
     
    Cela vous semble irréaliste ?
     
    C’est pourtant le défi qu’a décidé de relever l’auteur et illustrateur, Loïc Gaume.

    Du Petit Chaperon Rouge à La princesse au petit pois , en passant par Le Petit Poucet et Les Trois petits cochons , Loïc Gaume nous propose une plongée fantastique dans l’univers des contes.

    Après avoir obtenu une mention Première œuvre au Salon international du livre de jeunesse de Bologne en 2017 pour son premier livre Contes au carré , Loïc Gaume a imaginé une exposition itinérante, directement inspirée de son recueil, pour l’opération La langue française en fête de 2019.

    Accueillie par le Centre Culturel de Marchin, en partenariat avec la bibliothèque de Marchin-Modave, l’exposition Contes au carré est accessible aux enfants dès 5 ans. Ludique et interactive, elle plonge petits et grands dans l’univers des contes traditionnels, à travers des jeux de formes, de couleurs, de pictogrammes…

    « Loïc Gaume est parvenu à remettre les contes à sa sauce avec beaucoup d’humour », confie Nicolas Fanuel, responsable de la bibliothèque Marchin-Modave. Au total, ce sont une quarantaine de contes illustrés en seulement quatre cases que les visiteurs pourront découvrir.

    Jalonnée de dessins originaux et des reproductions géantes des planches de l’album Contes au carré , l’exposition propose également des activités directement inspirées du recueil.

    « Nous proposons des animations invitant les visiteurs à jouer avec les mots et les images du livre pour apprendre à composer des contes « au carré » ou en imaginer de nouveaux », explique le responsable de la bibliothèque.

    Des animations seront organisées le 5 janvier au Centre Culturel de Marchin - D.R.
     
    Entièrement gratuite, l’exposition se tient au Centre Culturel de Marchin (place de Grand-Marchin, 4 Marchin) jusqu’au mardi 7 janvier 2020.
     
    Des animations pour les familles y seront également organisées le dimanche 5 janvier à 11h (inscriptions nécessaires au 085/270421).
     
    Par FIONA SORCE

  • En fonction de la commune dans laquelle vous habitez, vous ne pourrez peut-être pas les faire exploser impunément

    Lien permanent

    En fonction de la commune dans laquelle vous habitez, vous ne pourrez peut-être pas les faire exploser impunément. Mais pour Terence, c’est très clair : « C’est comme le cannabis, ce n’est pas autorisé mais beaucoup en fument quand même ».

     

    Interdiction ou pas dans certaines communes, les feux d’artifice se vendent comme des petits pains .
    « Certes, il faut une autorisation, mais ce n’est pas interdit d’en vendre, loin de là, donc c’est un peu contradictoire d’interdire les gens de les utiliser chez eux ».

     


    Cela a un petit impact sur les ventes, car certains n’osent pas outrepasser l’interdiction : « Alors ils prennent des petites choses moins chères comme des fontaines, par exemple ». Pour cet artificier : « La police à de toute façon autre chose à faire un soir de Nouvel An que d’aller chez les gens car ils ont fait un petit feu d’artifice ».
    Polémique des pétards
    Outre l’interdiction des feux d’artifice, c’est surtout les pétards qui posent problème, « la faute aux jeunes qui ne s’en servent pas correctement », explique Terence Renier.
    « En Belgique, c’est le chaos en termes de législation. Les pétards « violents » ont été retirés du marché il y a quelques années et c’est un gros manque à gagner chez nous, car avec les batteries, c’est ce qui se vend le mieux. Mais les jeunes les utilisent uniquement pour faire du bruit, dans une démarche négative, en manifestations ou autres. »
    Ce qui n’est pas le cas des feux d’artifice ! « Ce qu’il faut c’est définir un seuil de puissance autorisé, car de nouveaux systèmes sont apparus, et la déflagration est plus violente que les anciens… Ce n’est pas logique », soupire-t-il.
    Par Alem

     

    Source

  • Echange de Voeux de Nouvel An 2020 le 12 janvier 2020

    Lien permanent

    Chers amies et amis du Prieuré saint Martin de Scry,
    En ces temps de fêtes, prenons le temps de nous rencontrer, de faire ou
    refaire connaissance ; partageons le verre de l’amitié ainsi qu’un petit
    goûter dans la joie et la bonne humeur.
    Nous serons heureux de vous accueillir
    le dimanche 12 janvier 2020 à 15 heures
    au Prieuré Saint Martin de Scry.
    Rassemblons-nous en auberge espagnole
    pour vivre ensemble un moment convivial et s’échanger nos bons voeux.
    Merci à chaque famille de prévoir une collation à partager.
    Les boissons chaudes et froides seront offertes par le Prieuré.
    Pour une bonne organisation, merci de nous prévenir de votre présence :
    Françoise : 085/ 511 458 ou 0475/961 501 ou francoise@prieure-st-martin.be
    Myriam : 085/51.23.05 ou 0479/665 405 ou myriam@prieure-st-martin.be ’équipe d’animation du Prieuré Saint Martin de Scry.
    Place de l’église, 24557 Scry-Tinlot www.prieure-st-martin.be

  • C’est cette semaine que seront conçus le plus de bébés!

    Lien permanent

    La période entre Noël est Nouvel An est magique pour de nombreux couples. On retrace la belle année parcourue, on pense à de nouveaux projets pour la suivante. Une semaine remplie aussi de moments en famille qui donneront l’envie à un grand nombre de Belges de devenir parent ou d’agrandir la fratrie.
    Baby-boom de Noël
    Plusieurs études internationales le démontrent, la dernière semaine de décembre est celle où on conçoit le plus de bébés en Europe et dans le monde. Ainsi, au Royaume-Uni, d’après la National health service (NHS), 17.000 femmes tombent en moyenne enceintes à cette période contre 15.500 en temps normal. Et, c’est d’ailleurs le 26 septembre que naissent le plus d’enfants ! « Nous savons à quel point nos services de maternité sont occupés en septembre et octobre, que la période la plus merveilleuse de l’année entraîne un baby-boom », précise la présidente des maternités.


    Et en Belgique ?

    « Cette tendance se confirme aussi. Si on reprend les données de l’office belge de statistiques Statbel, on découvre que c’est en octobre – et plus particulièrement la première semaine d’octobre – qu’on recense le plus de naissances en Belgique. Ces bébés ont été conçus durant la période des fêtes. Ainsi, en 2018, il y a eu 10.230 naissances ce mois-là contre 8.000 en temps normal. Certains appellent cela le baby-boom de Noël », nous confie Élisa, une sage-femme. « On note aussi un grand nombre de naissances en juillet et août, cela s’explique par l’arrivée de l’automne et les corps qui se réchauffent. Durant l’autonome, il s’agit aussi de grossesses programmées. Les parents veulent que leur enfant arrive durant les beaux jours ou calculent vis-à-vis de leurs congés. Les bébés de Noël, comme on les surnomme, sont souvent conçus sur un coup de tête ».


    Peu de naissances à Noël


    Si les fêtes offrent de magnifiques cadeaux 9 mois après, il y a par contre très peu de naissances les jours de Noël et du Nouvel An. « Ce sont les jours qui comptent en moyenne le moins de naissances dans l’année. La raison est qu’on ne programme aucune césarienne ces jours-là face au personnel réduit mais aussi à la demande des parents d’attendre un autre jour », conclut-elle.


    Par Alison verlaet

    Source

  • Benoît Hons l’échevin PS de Neupré, insulte les gens du voyage sur Facebook

    Lien permanent

     

    «Spécimens parasites, qu’ils aillent en enfer»: quand l’échevin PS de Neupré, Benoît Hons, insulte les gens du voyage sur Facebook

    La publication a suscité l’indignation sur le réseau social.

     

    « Spécimens parasites, vivant du vol et pondant leur engeance dans des poubelles roulottes… » : voilà comment Benoît Hons, l’échevin socialiste de la commune de Neupré, en province de Liège, qualifie les gens du voyage pendant son séjour à Séville, en Espagne. L’information est rapportée par nos confrères de RTL, qui ont été alertés par un lecteur, choqué de la publication de l’échevin.

    Le message a été posté samedi vers 18h sur son compte Facebook. Benoît Hons a visiblement été victime d’un vol lors de son voyage en Espagne, une mésaventure que l’échevin attribue aux gens du voyage.

    « La magnifique place d’Espagne gardera pour moi un goût amer. Me faire voler mon sac à dos, mes cartes de banque et d’identité, de l’argent et mes lunettes… par ce que les romantiques appellent les « gens du voyage », spécimens parasites, vivant du vol et pondant leur engeance dans des poubelles roulottes voire dans leurs grosses Mercedes… cela me fait ?? (ndlr : smiley vomissant). Je pense aux terrains que les communes mettent à leur disposition, avec eau et commodité pour leur immonde « fécalité ». Je pense à leurs fausses larmes fétides et à la seule chose de valeur dans cette « espèce » : leurs dents en or. Qu’ils aillent en enfer et je suis disposé à leur montrer le chemin le plus direct ».

     

     

    Capture d’écran RTL

     

     

    "Spécimens parasites": l'échevin de Neupré s'explique
    • 00:28
    • 00:26
    • 00:13
    • 00:39
    • 00:53
    • 00:54
    • 02:00
    • 00:58
    • 01:17

     

    L’homme politique a, depuis, supprimé la publication litigeuse. Mais continue de poster des souvenirs de ses vacances sur le réseau social, en mentionnant encore les « gens du voyage ». Contacté par nos confrères de RTL, l’échevin ne verrait pas le problème dans sa publication Facebook. « J’ai posté un message de tristesse par rapport à la situation. Je ne pense pas être agressif par rapport à une communauté ou à des personnes. Je suis simplement dans la tristesse de voir que par rapport à des personnes dont on sait bien qu’elles posent un problème, que ce soit aux touristes ou même aux Espagnols, on ne prenne pas des mesures adéquates d’éloignement ou de protection des touristes »

    Source Sudinfo et RTL TVI 

     

     

     

  • ‎Bourse aux vêtements et aux jouets 2 février 2020 par le Comité Scolaire de Saint-Séverin (Nandrin)

    Lien permanent

     

    Première bourse aux vêtements et jouets (puériculture, vêtements (de sports d'hiver), jeux, livres).

    Pour les exposants :
    Réservez votre emplacement par mail à reservations@comitescolairests.be en indiquant le nombre de mètres souhaité (5 euros/mètre). Paiement sur le compte du comité scolaire

    BE90 0689 0073 2832. Nombre de tables limité !

    Installation de 8 h à 9 h.

    Pour les dons :
    Vous voulez vous débarrasser de jeux, jouets, livres, vêtements en bon état qui vous encombrent sans passer par la case "vente" ? Faites-en don au comité scolaire : ils seront vendus lors de la bourse au profit des élèves de l'école.

    Pour les chineurs :
    Entrée libre de 9 h à 16 h.

    Bar et petite restauration


    Dimanche 2 février 2020 de 08:00 à 17:00
    Salle communale de Saint-Séverin

     

    Comité Scolaire de Saint-Séverin (Nandrin)

    Bourse aux vêtements et aux jouets

  • Beaucoup d’animaux sont terrorisés par les bruits des feux d’artifice, voici un exemple !!!

    Lien permanent

    Pétards, un calvaire pour les animaux

    L’année passée, deux chevaux ont cassé la porte de leur box

    Beaucoup d’animaux sont terrorisés par les bruits des feux d’artifice. Les chevaux peuvent notamment essayer de s’échapper. Une propriétaire d’un manège à Villers-le-Bouillet a déjà eu des problèmes. Elle témoigne.
    Malgré les interdictions (voir La Meuse du 21 décembre 2019), certains attendent avec impatience le réveillon de Nouvel An pour faire exploser des feux d’artifice à tire-larigot. Mais pour les animaux, à la ville comme à la campagne,ce soir de fête est un véritable calvaire.
    « C’est un fléau », soupire Héloïse Schalenbourg, gérante d’un manège à Villers-le-Bouillet. « Les cheveux sont terrorisés. Certains sautent. D’autres se cabrent. Parois ils crient ».
    L’année passée, cette passionnée des chevaux a dû interrompre son réveillon. Deux chevaux ont eu peur, ont cassé la porte de leur box et se sont enfuis. Un homme a aperçu les deux bêtes près de la route et Héloïse a pu être contactée rapidement.Par chance, les chevaux ne sont pas restés près de la route très longtemps et sont revenus dans la propriété. Plus de peur que mal…
    La propriétaire essaie ainsi de trouver des solutions pour éviter le pire. « On ferme les portes pour limiter le bruit », explique Héloïse, qui ne réveillonnera pas cette année pour être disponible en cas de problème.
    Selon elle, les gens devraient adopter un comportement plus responsable, pour les animaux, mais aussi pour eux. « Pour trois minutes de plaisir,ils prennent le risque de se blesser », indique Héloïse.
    Panique au refuge
    Tous les ans, les mêmes problèmes reviennent. Philippe Schutters, vétérinaire en charge de la sécurité civile animalière de la Province de Liège, l’affirme : « C’est un terrible problème pour l’ensemble des animaux. Pour les animaux de compagnie, pour les chevaux, les bovins... Le bruit des pétards est soudain et imprévisible, et c’est ça qui pose le problème. Je conseille de ne pas sortir le chien les nuits de réveillon, et surtout pas sans surveillance ».
    Fabrice Renard, gérant du refuge « Animal sans toit » (Faimes), reste au refuge le soir du réveillon avec sa compagne. « L’explosion fait peur aux animaux. Les poules ont tendance à paniquer, à courir dans tous les sens. On craint les crises cardiaques pour les animaux plus âgés », confie Fabrice Renard.
    Les animaux à l’extérieur sont les plus exposés. Les chiens sont également très sensibles et essaient de se cacher lorsqu’ils entendent les bruits des pétards.
    Le gérant a également peur que la paille prenne feu à cause d’un feu d’artifice. Il restera donc sur ses gardes le jour du Nouvel An.
    Philippe Schutters a dû intervenir à plusieurs reprises lors du réveillon de Noël pour des incidents liés aux pétards.Le vétérinaire rappelle également que des alternatives existent, comme les feux d’artifice à bruit contenu.
    Par Ro.Ma.

    Source

     

  • Facture GSM, des milliers de Belges peuvent payer moins cher!

    Lien permanent
    Comme pour l’électricité et le gaz, il existe un tarif social pour la téléphonie et l’internet. Au 30 septembre, 224.273 Belges bénéficiaient de cet avantage. Paradoxe : ils étaient 386.137 en 2010 a en bénéficier. Selon une étude de l’IBPT, 33 % des personnes aux plus faibles revenus ignorent son existence. Le tarif social est-il devenu le secret le mieux gardé des opérateurs ?
    En matière de gaz et d’électricité, le tarif social permet d’aider les personnes ou les ménages à payer leur facture. Une mesure qui, pour un certain nombre de bénéficiaires, est même accordée de façon automatique.
    Mais saviez-vous qu’un tarif social existe également pour les télécommunications ? Ces tarifs permettent d’obtenir des réductions sur l’abonnement au téléphone ou à l’internet et sur les communications.
    Selon des chiffres fournis à notre demande par l’Institut belge des postes et télécommunications, 224.273 personnes bénéficiaient du tarif social le 30 septembre 2019. Un nombre en chute constante depuis dix ans. En 2011, ils étaient 386.137 à en bénéficier !
    Les raisons d’une chute
    Plusieurs facteurs expliquent cette forte chute. D’abord, il semble y avoir un manque cruel d’information. Ainsi, dans l’enquête sur la perception du fonctionnement du marché réalisée par l’IBPT en 2018, il ressort que 33 % des répondants dans le groupe de revenus les plus bas indiquent ne pas savoir ce qu’est un tarif social.
    « Ce résultat pourrait être expliqué par la complexité des conditions d’octroi du tarif social, qui engendre un manque de transparence », nous explique le porte-parole de l’IBPT. « Il serait donc souhaitable de revoir les conditions d’octroi du tarif social afin d’accroître la transparence. Cette révision pourra également servir de base à l’octroi automatique des tarifs sociaux, qui permettrait à chaque personne concernée de bénéficier du tarif social directement, sans effectuer de démarche. Une automatisation complète est pour le moment impossible, au vu de la complexité des conditions légales actuelles. »
    Lire aussi
    Voici comment payer moins cher votre abonnement GSM
     
    En 2015, deux députés CD&V ont introduit une proposition de loi visant à accorder le tarif social Télécom selon les mêmes conditions que le tarif social en matière d’énergie et à automatiser celui-ci. « Le sujet de la réforme des tarifs sociaux revient périodiquement. Comme indiqué dans notre rapport annuel de 2018, la réforme des tarifs sociaux ne peut se faire sans un exercice complexe, consistant en une réflexion au sujet des groupes sociaux devant bénéficier de réductions. »

    Notons que si l’on est passé de 386.137 bénéficiaires en 2011 à 224.273 en 2019, c’est aussi parce qu’en 2017, l’IBPT a commencé à vérifier les anciens dossiers et à supprimer le droit à toutes les personnes qui en bénéficiaient indûment depuis plusieurs années parfois.

    Les télécoms, un besoin essentiel

    Du côté des acteurs de terrains, on rappelle que l’accès aux technologies de l’information et de la communication est essentiel pour des personnes dans le besoin. « Aujourd’hui, si vous cherchez de l’emploi, c’est difficile de faire sans internet », nous rappelle Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté. « De plus en plus d’organismes publics, comme la SNCB et les écoles, utilisent les technologies numériques. Mais on peut s’interroger sur le pourquoi on ne simplifie pas davantage la manière d’obtenir le tarif social. Pourquoi ne pas automatiser tout ça pour les personnes qui y ont droit ? »
    Qui a droit au tarif social ? Voici les réductions possibles

    Pour pouvoir bénéficier d’un tarif social sur les télécoms, il faut remplir un certain nombre de conditions.

    Pour cela, il faut :

     Soit bénéficier d’un revenu d’intégration sociale et avoir l’abonnement à son nom.
     Soit avoir plus de 65 ans et avoir un revenu brut imposable limité et vivre seul.
     Soit être handicapé à plus de 66 %, avoir plus de 18 ans, avoir un revenu brut imposable limité et vivre seul.
     Soit être déficient auditif ou vivre avec son enfant ou petit-enfant qui l’est.
     Soit avoir subi une laryngectomie ou vivre avec un proche qui en a subi une.
     Soit être aveugle militaire de guerre.
    Réductions accordées
    La première réduction concerne les abonnements. Les bénéficiaires ont droit à 40 % de réduction sur un abonnement internet, ligne fixe ou GSM avec un maximum de 8,40 €/mois. Notons que les bénéficiaires du revenu minimum d’intégration ne peuvent bénéficier que de la réduction sur l’abonnement internet.
    Sur les communications, il est possible d’obtenir 3,10 €/mois de réduction sur les communications hors forfait. Au total, c’est maximum 11,40 € par mois de réduction qui sont donc accordées aux bénéficiaires.
    Parmi les opérateurs télécoms qui proposent des tarifs sociaux en Belgique, on retrouve Proximus, Base, Orange, Scarlet, Telenet et VOO.
     Plus d’infos sur www.ibpt.be 
     

    Par Guillaume Barkuysen

     

     

     

           Source

  • Les 3 applications de la décennie

    Lien permanent

    Elles font partie de votre quotidien. Ces applis ont révolutionné notre manière de communiquer. Le sociologue Dominique Boullier dresse le top 3.


    1. Youtube. « En termes d’occupation du temps d’attention, Youtube est très importante et montre que le vocal, à travers la vidéo, revient », explique-t-il.


    2. Whatsapp et les applis de messagerie instantanée.


    3. Instagram, qui a, selon le spécialiste, « modifié l’écosystème » à travers son format.


    Suivent Twitter, Snapchat et Tik Tok. « Twitter », explique Dominique Boullier, « est limité à un certain public mais donne le rythme sur la toile ».

    En revanche, Snapchat et Tik Tok sont définies par le professeur comme deux applications qui sont dans « l’hyper immédiateté ».

    « Sur ces réseaux, on peut avoir une communication qui permet de maintenir le lien, mais moins élargie que celle qu’on peut avoir sur Whatsapp ou sur d’autres messageries qui permettent l’envoi de données comme fichiers et documents », conclut le professeur.

     

    Source

    Nouvelle décennie, nouvelle ère ? Les années 20 verront-elles la chute des géants du Web ? Rien n’est moins incertain, tant leur suprématie semble assise sur d’une part, des capitaux gigantesques et, d’autre part, un public très fidèle. Force est de constater, en tout cas, que les Facebook, Twitter & co. semblent plus que jamais ancrés dans les pratiques et usages médiatiques du quotidien.

     

    On retrouve donc, dans l’ordre :

    – Facebook

    – Messenger

    – WhatsApp

    – Instagram

    – Snapchat

    – Skype

    – Tik Tok

    – UC Browser

    – YouTube

    – Twitter

    On notera toutefois deux grandes tendances : les réseaux sociaux qui tentent de professionnaliser leur offre, pour en public de plus en plus « corporate » (Twitter, Facebook et Skype) et, d’autre part, ceux qui s’orientent beaucoup plus vers les jeunes (Instagram, Tik Tok et Snapchat).

    On constatera également que Mark Zuckerberg, le jeune créateur mégalomane de Facebook a eu les dents longues ces dix dernières années : en effet, les quatre lauréats de ce top 10 lui appartiennent (Facebook, Messenger, Instagram et Whatsapp).

    Source

  • La Ville de Liège proposait que l’action des pompiers se déroule à l’école d’Hôtellerie mais le délai est trop court

    Lien permanent

    Pas de distribution de nourriture aux SDF

    Pas de distribution solidaire sur l’espace public à Liège et finalement pas de distribution non plus à l’école d’Hôtellerie de la Ville de Liège. Le délai est trop court pour les pompiers.
    Les pompiers de Liège ont le cœur sur la main. Ils voulaient encore le prouver ce jour de réveillon de la Saint-Sylvestre en distribuant de la soupe et des pains saucisses aux SDF ce mardi midi sur la place Saint-Lambert à Liège.
    Mais ils se sont heurtés au règlement communal. Le Collège s’est réuni ce vendredi et a diffusé le communiqué suivant : « Conformément à ce qui a été annoncé par le Bourgmestre, le Collège confirme sa position de ne pas autoriser la distribution de nourriture sur l’espace public et propose aux pompiers la mise à disposition de l’École d’hôtellerie ce 31 décembre pour leur action de solidarité.
    Le Collège tient à saluer la générosité de l’initiative et précise que l’École d’hôtellerie dispose de toutes les commodités sanitaires pour réaliser cette action dans des conditions respectueuses de la dignité des personnes. La Ville de Liège n’interdit pas la distribution de nourriture aux plus démunis mais souhaite que cela se fasse dans de bonnes conditions pour les personnes fragilisées.
    Le Collège espère que cette proposition trouvera écho auprès du Peloton de pompiers concernés et des nombreux citoyens pour qui Liège est une ville solidaire et généreuse.
    Devant la polémique suscitée, le Collège rappelle également que la réponse a été communiquée aux organisateurs il y a près de deux mois en leur proposant de les mettre en contact avec le tissu associatif.
    Offre restée sans réponse à ce jour. Le Collège souhaite également réexpliquer que la philosophie des autorités communales en matière de cohésion sociale s’inscrit dans une série de principes à respecter, tels que : le respect et la dignité de la personne ; l’absence de stigmatisation des personnes en situation de détresse ; l’accueil respectueux dans un lieu présentant toutes les commodités ; la convivialité et l’échange entre personnes.
    De plus, au-delà de l’aide de première ligne, l’objectif final de cette politique, est de permettre aux personnes de bénéficier d’un parcours d’intégration qui permette la prise en charge, la récupération des droits sociaux, le règlement de certaines difficultés administratives et ce, afin de favoriser la responsabilité du bénéficiaire. »
    « J’ai découvert ce dossier ce jeudi matin et 24 heures plus tard, le Collège a trouvé une solution en proposant les locaux chauffés de l’école d’Hôtellerie de la Ville, en Hors-Château, à 100 mètres à peine du centre de la Ville », précise le bourgmestre de la Ville de Liège, Willy Demeyer.
    Le peloton de garde des pompiers de Liège a été informé de cette solution de dernière minute.
    « Nous avions prévu d’aider 300 personnes, ce qui nécessitait toute une logistique avec également des partenaires qui nous aidaient pour la nourriture. Les recontacter en cette période de fêtes est impossible. Rien ne s’organisera, faute de temps », regrette le responsable du peloton de garde des pompiers.
    Par MARC GéRARDY

     

    Source

  • Les Célébrations des messes aujourd'hui dimanche 29 décembre 2019

    Lien permanent

    Le dimanche 29 décembre :

    à 9h: eucharistie au presbytère d’Ouffet,

    à 10h30: eucharistie à l’église de Fraiture,

    à 11h: célébration autour de la Parole à la clinique de Fraiture.

  • Collecte au profit de la conférence « Saint-Vincent de Paul » de Nandrin-Tinlot dimanche 29 décembre 2019

    Lien permanent

    Le dim. 29 décembre  à 10h30 à l’église de Fraiture : Eucharistie animée par les chorales suivie d’un apéritif convivial.

    Répétition des chants prévue à 9h30. Collecte au profit de la conférence « Saint-Vincent de Paul » de Nandrin-Tinlot

    source

  • Les salaires des bourgmestres de Huy-Waremme

    Lien permanent

    Le Moniteur a publié ce vendredi les rémunérations des élus pour 2018 sur base de leurs déclarations de mandats. Il s’agit de montants bruts et annuels.

    L’occasion de se pencher sur le salaire des bourgmestres de notre arrondissement.

    Ces rémunérations sont différentes selon la taille des communes, mais aussi en fonction du nombre de postes cumulés. Un cumul qui a tendance à s’alléger au fil des années.


    La liste des rémunérations publiée au Moniteur ce vendredi permet de découvrir les salaires que nos élus ont touchés en 2018, avec une exception, les rémunérations des députés fédéraux et européens qui feront l’objet d’une publication ultérieure.


    Nous nous sommes penchés sur les rémunérations des bourgmestres de l’arrondissement de Huy-Waremme (1).

    Premier constat, ils ne sont pas tous logés à la même enseigne : en fonction de la taille de la commune, les mayeurs ont touché, l’année dernière, entre 20.765 euros pour Joseph Dedry à Berloz à 64.685 euros pour Manu Douette à Hannut.


    À la rémunération de bourgmestre, il faut parfois ajouter d’autres mandats politiques, dérivés ou non.

    Signalons que la majorité d’entre-eux n’est pas rémunérée.

    À Nandrin, Michel Lemmens assume ainsi 15 mandats à titre gratuits.


    Quelques fonctions sont cependant rémunératrices, comme les députés wallons qui touchent 101.231 euros bruts par an ou la présidence de certaines intercommunales.


    En 2018, en tant que président du CHRH, Alexis Housiaux avait ainsi touché 22.500 euros.

    Eric Lomba a perçu 18.449 euros en tant que président de Meuse-Condroz Logement et Jean-Michel Javaux a été rémunéré 30.948 euros pour sa fonction de président de Meusinvest.

    Un montant que l’Ecolo assume : « C’est bien que la transparence soit faite sur les rémunérations.


    Je rappelle qu’il s’agit d’un montant brut et annuel. En outre, au-delà de la taxation classique, je rétrocède à Ecolo une partie de la somme.


    Depuis sept ans, elle n’a pas changé.

    Ce sont des chiffres qui n’ont rien à voir avec ceux dont on a entendu parler dans la sphère Nethys.

    Et je ne touche pas de rémunération en provenance du privé contrairement à la plupart des autres élus qui cumulent leur fonction politique et un job.


    Cela me permet de me consacrer entièrement à ma fonction de bourgmestre et de président de Meusinvest » conclut Jean-Michel Javaux.

    (1) La liste des rémunérations de pratiquement tous les mandataires communaux est visible sur nos éditions digitales. Clic ici 

    «Bourgmestre à titre gratuit depuis juin 2019»


    En 2018, ce sont les députés-bourgmestres qui ont touché les rémunérations les plus importantes. En tant que mayeur de Huy, Christophe Collignon a touché 62.235 euros et 100.231 euros comme député.

    Depuis six mois, son salaire a cependant diminué.

    « En juin 2019, au terme de longues discussions, le PS s’est prononcé en faveur du décumul financier.

    Depuis, j’exerce donc la fonction de bourgmestre à titre gratuit.

    Mon salaire est plafonné à celui de député, (à savoir 100.231 euros) Nous avons beaucoup discuté au sein du parti de l’opportunité de pratiquer le décumul intégral (ne pas pouvoir être député et bourgmestre en même temps NDLR) et finalement c’est l’option du décumul financier qui a été choisie.

    Je suis un légaliste, j’applique donc les règles du parti, cela ne sert plus à rien de revenir là-dessus » commente le député-bourgmestre.

    Le détail des rémunérations


    Amay
    Jean-Michel Javaux (Ecolo) : bourgmestre 59.635 euros ;
    Administrateur au CHRH 1.830 euros ;
    Vice-président de l’union des villes et communes 820 euros ;
    Président du Conseil d’administration de Meusinvest 30.948 euros.


    Anthisnes
    Marc Tarabella (IC) : bourgmestre et député européen non communiqué 


    Berloz

    Joseph Dedry (MR) : bourgmestre 20.765 euros ;
    Home waremmien : 675 euros ; SWDE 649 euros


    Braives
    Pol Guillaume bourgmestre 52.806 euros


    Clavier


    Philippe Dubois (MR) bourgmestre 44.232 euros ;
    CA Ecetia 1.472 euros, Vice-président intercommunale 2.942 euros, CA UCW 1.025, président du collège de police 679 euros


    Crisnée
    Philippe Goffin (MR) 

    Philippe Goffin (MR) : député à la Chambre des Représentants (112.548,15 brut par an) et bourgmestre de Crisnée (41.038,03 brut par an).


    Donceel


    Jean-Luc Boxus bourgmestre 38.131 euros, administrateur au home waremmien 582 euros


    Engis
    Serge Manzato (PS) : bourgmestre 52.187 euros


    Faimes


    Etienne Cartuyvels (EDF) bourgmestre 38.150 euros


    Ferrières


    Frédéric Léonard : 42.293 euros
    Fexhe-le-Haut-Clocher
    Henri Christophe : bourgmestre 42.313 euros,
    Ecetia collectivité 8.963, Ecetia intercommunale 7.242 euros.
    Geer
    Michel Dombret : bourgmestre 35.077 euros
    Hamoir
    Patrick Lecerf (MR) : bourgmestre 3.011 euros,
    député au parlement wallon 100.231 euros


    Hannut


    Manu Douette (MR) : bourgmestre 64.685 euros


    Héron
    Eric Hautphenne (PS) : bourgmestre 42.242 euros, président du CE SWDE 10.347 euros


    Huy
    Christophe Collignon (PS) : bourgmestre 62.235 euros, député wallon 100.231 euros
    Lincent
    Yves Kinnard : bourgmestre 40.623 euros, home waremmien 75 euros, SWDE 624 euros


    Marchin
    Eric Lomba (PS) : bourgmestre 43.713 euros, conseiller provincial 6.827 euros, centre de réadaptation au travail 75 euros, président de Meuse Condroz Logement 18.449 euros, SPI 240 euros, Régie d’édition autonome 410 euros.


    Modave


    Jeanne Defays (Ose) : bourgmestre 40.857 euros


    Nandrin


    Michel Lemmens (PS) : bourgmestre 45.685 euros


    Oreye
    Isabelle Albert (PS) bourgmestre 35.246 euros,
    conseillère provinciale 8.759 euros, AIDE administratrice 1.054 (2018), AIDE administratrice et AG : 10.756 euros (de 2013 à 2018), home waremmien 675 euros.


    Ouffet
    Caroline Cassart (MR)

    Caroline Cassart-Mailleux (MR) : députée à la Chambre des Représentants (112.548,15 brut par an), bourgmestre d’Ouffet (39.312,50 brut par an), administratrice chez FINIMO et comptable chez « Sobemax sa ».


    Remicourt


    Thierry Missaire bourgmestre 3.327 euros, conseiller communal 879 euros, conseil d’administration Néomansio 820 euros.


    Saint-Georges


    Francis Dejon bourgmestre 55.413 euros, CA IILE 2.064 euros, CA SLSP 883 euros
    Verlaine
    Hubert Jonet bourgmestre 41.486 euros


    Villers-le-Bouillet


    Aline Devillers bourgmestre (Ensemble) 43.580 euros


    Wanze


    Christophe Lacroix (PS)  Difficile à résumer, car nombreux changements de fonc
    tions au cours de l’année (sénateur coopté, ministre, bourgmestre, échevin).

     


    Waremme
    Jacques Chabot (PS)

    Député à la Chambre des Représentants (7.089,01 brut pour la période exercée), bourgmestre de la Ville de Waremme (73.766,71 brut pour la période exercée), administrateur à l’UVCW (228 brut pour la période exercée), président du SLSP Le Home Waremmien (11.832,60 brut pour la période exercée) et employé chez WBI (Wallonie Bruxelles International).RO


    Wasseiges
    Thomas Courtois (non communiqué)

    Par Aurélie Bouchat

     

    Source

  • Signaler un contrôle n’est pas un acte solidaire

    Lien permanent

    « Nous sommes à peine arrivés sur place que déjà notre présence est annoncée sur les réseaux sociaux », déplore Daniel de Nève.

    « Ce n’est pas être solidaire avec les autres usagers que de signaler les contrôles alcool.

    En agissant ainsi, on laisse sur la route des gens qui ne sont plus en état de conduire », prévient Olivier Quisquater de la police fédérale.


    Au-delà de cela, les contrôles Bob servent de porte d’entrée permettant de constater d’autres infractions, et pas seulement de roulage.

    « La France mène d’ailleurs une campagne à ce sujet.

    On y voit un conducteur changer de route alors qu’il transporte dans son coffre la victime d’un enlèvement.

    Sans aller jusque là, les contrôles Bob mettent en évidence des documents qui ne sont pas en règle, des défauts d’assurance ou de contrôle technique.

    Parfois, on tombe sur des personnes qui sont recherchées ou des ports d’armes prohibés », détaille Olivier Quisquater.

    Lors des contrôles de nuit, il arrive que des cambrioleurs tombent dans la nasse, repérés par le butin transporté et les outils de travail.


    Ok pour les radars


    « Il est temps d’en finir avec ces signalements », juge le policier fédéral.

    Par contre, il n’est pas opposé à ce qu’ils persistent pour les contrôles de vitesse : « Nous en signalons d’ailleurs nous-même.

    Le but n’est pas de faire du chiffre avec les contraventions, mais de diminuer la vitesse à certains endroits.

    De toute manière, l’avenir est aux radars-tronçon qui calculent la vitesse moyenne sur un trajet.

    Et là, il faut adapter la vitesse tout le long. Les signalements ne serviront à rien ».


    Par Y.H.

     

    Source

  • La Croix-Rouge cherche des bénévoles en province de Liège

    Lien permanent

    La Croix-Rouge, avec 11 millions de bénévoles, est le plus grand mouvement bénévole au monde. En Belgique francophone, ils sont 11.300 bénévoles Croix-Rouge à mettre leurs compétences, leur temps et leur énergie au service des autres et en particulier des personnes en situation de pauvreté et de vulnérabilité.


    Parmi eux, 700 « mandataires », présidents, trésoriers… qui encadrent les équipes de bénévoles et gèrent les activités des entités « Maisons Croix-Rouge » en Wallonie et à Bruxelles. Il y en a également 1.300 qui accueillent les donneurs de sang, 1.200 qui s’occupent des demandeurs d’asile et 4.300 qui aident les plus démunis.


    « Sans nos bénévoles, rien ne serait possible. Leur action touche un Belge sur 40 », explique Nancy Ferroni, porte-parole de la Croix-Rouge de Belgique.


    En cette période hivernale, durant laquelle toutes leurs actions de solidarité sont renforcées pour aider les plus démunis et les sans-abri, la Croix-Rouge cherche encore quelque 1.000 bénévoles.


    Rendre visite aux personnes isolées


    « Il manque environ 300 bénévoles pour rendre visite aux personnes isolées, en particulier en région de Bruxelles-Capitale; 200 bénévoles pour nos services de location de matériel paramédical, principalement dans les provinces de Liège et du Hainaut; plus de 160 bénévoles pour tenir des boutiques solidaires de vente de vêtements de seconde main, le même nombre pour nos actions d’aide alimentaire mais aussi 150 bénévoles pour nos actions auprès de sans-abri en particulier en provinces de Liège et du Hainaut», ajoute Nancy Ferroni.

    Il manque également au moins 60 bénévoles pour accompagner les enfants de détenus en visite à leurs parents (surtout dans le Hainaut, à Liège et à Bruxelles).

    Si vous êtes tenté par l’aventure, plus d’infos sur www.croix-rouge.be/benevole.

     

    Par Laurence BRIQUET

    Source