Voici la localisation des radars qui seront installés cette année 2020

Lien permanent
L'année passée , la Région wallonne a financé l’installation de 69 radars sur son territoire. cette  année , le chiffre sera porté à 154.
 
Boîtiers fixes, radars tronçon, radars feux de signalisation : voici où et quand ils seront installés cette année  2020.

Au 31 décembre 2018, la Wallonie comptait 215 radars.
 
Il y en a 67 de plus, selon le décompte fourni par la ministre wallonne de la Sécurité routière, Valérie De Bue (MR). Mouscron, Thuin, Celles, Bastogne, Wavre, La Louvière, Namur, Dinant ou encore Neupré : ces engins ont fleuri un peu partout (retrouvez leur localisation exacte sur nos sites web) au cours des derniers mois.
 
Le rythme d’implantation sera nettement plus soutenu en 2020.
 
«Selon les conditions météorologiques et les contraintes liées aux travaux, on devrait installer une dizaine de radars chaque mois», indique la ministre Valérie De Bue.
 
En tout, 154 sites seront équipés en 2020.
 
Le Hainaut se taille la part du lion avec 68 nouveaux radars, suivi par la province de Namur (30), le Luxembourg (28), Liège (28) et le Brabant wallon (10).
 
Les grandes agglomérations, comme La Louvière, Mons, Namur ou Liège, seront fournies.
Mais le gros du contingent sera attribué aux petites localités, y compris très rurales. Il s’agit ici des travaux déjà programmés dans le temps. Au moins un site devrait se rajouter à la liste établie.
 
Des études sont en cours pour contrôler la RN25 avec un second radar tronçon.
 
Un premier dans le sens Nivelles-Genappe est en cours d’installation et flashera d’ici la nuit de la Saint-Sylvestre. Le prochain prendra ses quartiers dans le sens Trois Burettes-Beaurieu.
 
Les feux rouges aussi
En dehors de ce cas particulier, 18 radars tronçon qui calculent la vitesse moyenne sur un parcours de plusieurs kilomètres sont planifiés pour 2020.
 
L’un sera mis, à la demande de la police fédérale de la route, sur la N5 à Walcourt.
 
Les autres ont été demandés par les zones de police locale notamment à Namur, Hensies, Andenne, Hotton et Ohey.
 

Par ailleurs, sept radars fixes contrôleront la vitesse, mais aussi le respect du feu rouge.
 
On les attend à Juprelle, Liège, Sprimont, Soignies et La Louvière.
 
Comme les radars actuellement en fonctionnement, leur présence sera dûment annoncée par des panneaux.
 
«J’attache autant d’importance au contrôle de la vitesse qu’à la prévention à travers le signalement de l’emplacement d’un radar fixe. C’est le couple indissociable pour assurer la sécurité routière», souligne Valérie De Bue.
 
Prévention: 900.000 € pour former les enfants dans les écoles

En marge de l’implantation des nouveaux radars, la ministre Valérie De Bue a dégagé un budget de près de 900.000 euros pour sensibiliser les enfants dans les écoles, principalement dans le cycle primaire mais aussi en secondaire. Les cinq provinces wallonnes vont recevoir une enveloppe de 742.500 euros.
 
Cette subvention leur permettra de mener des actions de prévention et de formation à la sécurité routière dans de nombreux établissements scolaires.
 
Concrètement, deux policiers, vêtus de leur uniforme, sont mobilisés dans chaque province pour dispenser des leçons théoriques et pratiques en primaire.
 

Par ailleurs, un subside de 90.000 euros a été débloqué pour un appel à projet, baptisé «EMSR» à destination des communes et des associations sans but lucratif. Les projets de sensibilisation des enfants à la sécurité routière seront lancés en septembre 2020.
 
Les lauréats seront connus à la fin du mois de juin, voire début juillet. Enfin, un second appel à projet est destiné aux référents au sein des écoles. Ces personnes-ressources sont spécialement formées en matière de sécurité routière. Un budget de 50.000 € sera alloué.
 

«La formation des enfants à la sécurité routière est capitale. Elle permet d’intégrer les bons comportements dès le plus jeune âge et participe à la prise de conscience des parents. Certaines habitudes sur la route doivent changer», note la ministre Valérie De Bue.

Zone 50: davantage de gros excès de vitesse à Mons
 

Si vous aimez rouler à vitesse élevée en ville, évitez Mons. La police y est particulièrement vigilante. De toutes les villes de Wallonie, c’est à Mons qu’il y a proportionnellement le plus d’excès de vitesse supérieurs de 30 km/h à la limite dans une zone 50.
 
 
Ce seuil est important car, au-delà, le conducteur se retrouve automatiquement devant le tribunal de police, tout comme les automobilistes flashés à plus de 160 km/h sur l’autoroute.
 

Discret, le radar

Pour le premier semestre 2019, nous avons comparé le nombre de p.-v. pour ces graves excès de vitesse avec le nombre total d’infractions de vitesse au sein de la zone de police locale.
 
Sur la base de ce calcul, la cité du Doudou affiche un taux de 5,88%, devant Ath (4,99%) et la zone de Bruxelles-Capitale Ixelles (4,2%).
 
 
Les Montois seraient-ils des fous du volant?
 
Dominique Parot, responsable du service circulation, se garde bien d’abonder en ce sens. «Nos chiffres plus élevés doivent s’expliquer en partie par le fait que nous utilisons deux nouveaux radars, des NK7.
 
Comme ils fonctionnent par infrarouges, il n’y a pas d’éclat lumineux. Les conducteurs ne peuvent donc pas se prévenir par des appels de phares.
 
De plus, la voiture anonyme que nous utilisons n’a pas encore été repérée et n’est donc pas sur les réseaux sociaux».
 

Pour plus de discrétion, le NK7 peut être dissimulé dans une fausse poubelle. «D’autres polices le font déjà, nous étudions cette possibilité», précise Dominique Parot.
 

«Ces radars furtifs représentent une bonne chose. Au fur et à mesure de leur multiplication, les avertisseurs embarqués perdront de leur utilité, les conducteurs ne pouvant plus se prévenir mutuellement», réagit Benoît Godart de l’Institut Vias. Le spécialiste de la sécurité routière plaide pour le fait que les radars fixes continuent à être annoncés. «Le but, avec ces contrôles, est que tout le monde adapte son comportement à certains endroits afin de les sécuriser.»
 

Quant au reste de notre classement, Mouscron est à 4,09%, Charleroi à 3,24%, La Louvière à 2,89%, Huy à 2,18%, Namur à 1,90%, Wavre 0,85% et Liège à 0,23%.
 

Par Yannick Hallet

 

   

 

Source

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel