On allonge la 2ème piste de Bierset

Lien permanent

La seconde piste d’atterrissage de Liège Airport va être, elle aussi, augmentée de 900 mètres pour accueillir de gros avions à pleine charge. Car la piste principale sera en rénovation en 2026 et il faut assurer le bon fonctionnement de l’aéroport.
 
Ce mardi soir à 19h, place du Pérou à Grâce-Hollogne aura lieu une information au public des 17 communes liégeoises concernées par le développement de l’aéroport de Liège.

La Sowaer, qui gère les aéroports wallons, a en effet l’intention d’allonger la piste secondaire (dite « de contingence ») d’environ 600 mètres vers le nord-est et d’environ 300 mètres vers le sud-ouest). Elle sera ainsi portée de 2340 à 3300 mètres, quasiment la même longueur que la piste principale (3690 mètres).

« Cette dernière doit en effet être entièrement rénovée en 2026, explique Bénédicte Grandgagnage, porte-parole de la Sowaer. Cela prendra plusieurs mois et la piste secondaire actuelle n’est pas suffisamment longue que pour accueillir de gros-porteurs à pleine charge. Et il faut bien sûr assurer la continuité des activités des entreprises présentes sur le site. »

Elle ajoute aussi une seconde raison : « Actuellement, les avions stationnés sur la dalle nord doivent traverser la piste principale lors de leurs manœuvres. Il y a donc un risque au niveau de la sécurité. »

Cela signifie-t-il aussi que les deux pistes pourront être utilisées simultanément pour augmenter la capacité d’accueil des avions ? « Non pas du tout, reprend-elle. En effet, pour que deux pistes parallèles puissent être utilisées simultanément, il faut qu’elles soient éloignées de 760 mètres. Or ici, il n’y a que 210 mètres. Par la suite, cette piste de contingence ne servira donc qu’en cas d’urgence. »
 

Remblai de la sablière
Cette enquête publique préalable à une étude d’incidences sur l’environnement prévoit également le remblai de l’ancienne sablière de Fontaine, située en bout de piste sud-ouest ?
« Effectivement, elle est recouverte d’arbres sur lesquels se posent des oiseaux et nous avons déjà connu des incidents lors de décollage. Même sans allongement de la piste, il aurait de toutes façons fallu le faire. » Vu qu’il s’agit d’un Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB), son remblai est accepté pour des raisons de sécurité mais devra faire l’objet de compensations.

Deux autres SGIB voisins sont également concernés : l’ex-sablière des Quatre Fossés et celle de la plaine de Cubber (ancienne caserne aérienne). « Comme compensation, il est prévu de réaliser un corridor écologique qui viendra ceinturer tout le volet nord de la zone aéroportuaire. »

Cette étude d’incidences permettra d’entendre les riverains avant la réelle demande d’un permis de bâtir.
 
Par Luc Gochel
 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel