Le système peut détecter un souci de santé

Lien permanent

L’intelligence artificielle pour veiller nos seniors

Le bouton d’alarme existe déjà pour les personnes âgées vivant seules. Jane franchit une étape supplémentaire en combinant des détecteurs de mouvements et un programme repérant les comportements inhabituels.
« Les seniors veulent pouvoir rester à domicile le plus longtemps possible. Or, un sur cinq tombera un jour et la chute se produira souvent à la maison. Pour une personne seule, c’est un risque important », note Laurent Goudemant, de Belfius Insurance. L’assureur a lancé une start-up pour développer Jane.
Grâce à l’intelligence artificielle, Jane cerne le quotidien et les habitudes de la personne âgée afin de pouvoir informer la famille proche en cas d’incident. Cela peut par exemple être une chute dans la salle de bain ou le fait de ne pas être rentré chez soi le soir.
Le système comporte trois éléments : trois boutons d’alerte manuels (un se porte en permanence et les deux autres peuvent être positionnés à des endroits stratégiques comme la table de nuit), six détecteurs de mouvements à disposer dans les différentes pièces et le système d’intelligence artificielle qui détermine le comportement habituel de la personne en fonction des mouvements enregistrés en permanence. « Il faut 25 jours à Jane pour apprendre comment la personne se comporte. Par la suite, elle se base sur les dernières semaines », explique Laurent Goudemant. De cette manière, Jane s’adapte aux fluctuations saisonnières : les horaires de vie ne sont pas les mêmes en été et en hiver.
Informés par une app
Jane lance une alerte vers une centrale d’alarme ou les proches si le senior n’est pas dans la cuisine à midi comme d’habitude. Auparavant, le système aura vérifié s’il y a eu des mouvements dans d’autres pièces. L’information est transmise via une app sur le smartphone de la famille, mais aussi d’autres personnes qui viennent en aide au senior, par exemple des voisins, voire l’infirmière à domicile. « Pour recevoir l’app, il faut que le senior ait donné son accord. On peut aussi programmer l’app pour qu’elle signale que la personne se lève plus tard ou ne se rend pas aux toilettes de manière régulière », détaille le responsable de Belfius Insurance.
Ne serait-ce pas intrusif ? « Il n’y a pas de micro. La famille peut discrètement se faire une idée de ce qui se passe chez le senior, les soins peuvent être ajustés à titre préventif afin de permettre à la personne âgée de rester autonome chez elle plus longtemps. Et puis, cela crée du lien. En cas de doute, les enfants prennent des nouvelles par téléphone », rassure Laurent Goudemant.
Jane a été testée pendant un an auprès d’une soixantaine de seniors isolés. En moyenne, il lui a fallu vingt minutes pour détecter une situation anormale, un laps de temps qui a parfois atteint une heure et demie. « La société évolue. Les enfants travaillent et ont des activités. Ils n’ont pas toujours le temps de passer tous les jours. Un tel système est rassurant pour les proches », conclut le spécialiste.
Par Yannick Hallet

 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel