Un conseil de la jeunesse voit le jour à Hamoir

Lien permanent

La commune de Hamoir va lancer un conseil de la jeunesse à côté des Conseils Communaux des Enfants et des Seniors. L’idée est de créer un espace de discussions entre les pouvoirs publics et les jeunes de 13 à 21 ans. L’initiative, portée par le président du CPAS en charge de la jeunesse Loïc Jacob, part d’un constat simple. « Durant la précédente législature et pendant la période électorale, nous avons beaucoup discuté avec les jeunes et ils regrettaient l’absence d’une structure pour développer leurs projets. Il y a bien sûr le Patro ou les clubs de sport, mais ce ne sont pas de vrais lieux d’échanges avec les pouvoirs communaux. »
« aucun taboU »


L’opération est donc lancée avec une première réunion prévue le 30 janvier et ouverte à tous les jeunes domiciliés sur le sol de la commune. « Nous visons large et sans a priori sur comment cela va se dérouler. Cela va vraiment dépendre des participants. » Les associations de jeunesse sont aussi les bienvenues. Les réunions seront mensuelles.


Tous les projets proposés par les jeunes pourront être discutés, il n’y aura « pas de tabou » même s’il existera des limites budgétaires. Les projets seront ensuite proposés au collège et au conseil communal. « Cela peut aller de la création d’une maison de jeunesse à un tournoi sportif. »


La tranche d’âge est large puisqu’un jeune de 13 ans se retrouvera dans le même conseil qu’un jeune de 21 ans. « On comprend qu’ils n’auront peut-être pas les mêmes aspirations, c’est pour cela qu’on pourrait envisager de scinder la réunion en deux par exemple. »


Pas de mandat


L’originalité du conseil réside aussi dans la sélection des participants. Là où le Conseil des Enfants procède à l’élection d’un ou plusieurs camarades de classe pour représenter l’école, le conseil de la jeunesse n’aura pas d’élections. « Il n’y aura pas de mandat, c’est vraiment ouvert à tous. La seule condition, c’est de ne pas être élu en tant que conseiller communal régulier. Vu qu’à partir de 18 ans, on peut logiquement être élu, ce cas n’est pas à exclure. On veut vraiment que ce soit dépolitisé », explique Loïc Jacob.
Par  S.V.

 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel