Votre avis sur les nouveaux sacs PMC imposés par Intradel

Lien permanent

Vous n’avez pas pu y échapper. Un nouveau système de tri des déchets plastiques est instauré en province de Liège depuis le 1er décembre. Deux nouveaux sacs PMC sont dorénavant disponibles dans 65 communes. Quel regard portent les habitants sur ces changements ? Petit tour d’horizon à Huy et Wanze.
Depuis une semaine, Huy, Wanze, Waremme et 62 autres communes de la province ont accueilli de nouveaux sacs PMC : un sac bleu au contenu élargi et un nouveau sac transparent pour récolter vos plastiques souples. Si ce système de tri permet de recycler davantage de plastiques, il va devoir faire ces preuves s’il veut séduire les habitants.
En tant qu’ambassadrice propreté de Wanze, Dominique Servais accueille avec enthousiasme ces nouvelles mesures. « Plus on trie, mieux on recycle. Il est temps que l’on cesse d’enterrer et d’incinérer nos déchets. Notre avenir en dépend. »
Moins convaincus, d’autres habitants émettent des réserves. Pour Béatrice Graindorge, qui réside à Huy, plutôt que de créer de nouveaux sacs-poubelles, il aurait été plus logique d’en réduire leur contenance. « En Allemagne, les bouteilles en plastique sont consignées. Quitte à changer de système, je trouve dommage que la Belgique ne se soit pas inspirée de ses voisins », regrette la Hutoise.
Huit semaines d’attente
Le sac transparent ne sera relevé que toutes les huit semaines. Une démarche problématique pour certains habitants. « Le risque d’oublier de sortir notre sac existe. Plutôt que de le garder huit semaines supplémentaires, certains pourraient s’en débarrasser en jetant leurs déchets dans la mauvaise poubelle », relève Jean-Luc Riga.
Ces huit semaines de délai sont cependant optimales pour Dominique Servais. « Je suis adepte du vrac et apporte mes propres contenants quand je réalise mes courses. Je ne remplirai donc probablement pas un sac-poubelle complet. »
« Pas facile en appartement »
Si, comme le relève Calogero Bennardo, un Hutois le sac transparent n’est « ni odorant, ni encombrant », tout le monde ne possède pas l’espace nécessaire pour accueillir ce nouveau sac. « Des personnes vivant en appartement risquent de rencontrer des difficultés. », reconnaît Jean-Luc Riga. De son côté, Béatrice Graindorge prévoit d’accrocher ce sac sur sa terrasse, mais elle ne peut s’empêcher de penser qu’en huit semaines, son sac « pourrait se déchire ou s’envoler. »
« Même si le contenu du sac bleu est élargi, il ne peut pas accueillir tous les plastiques. », souligne Calogero Bennardo, un Hutois. « Ce nouveau système demande donc d’être encore plus attentif pour trier, mais il permettra de recycler plus de déchets. ». « Je comprends que ces changements puissent être déstabilisants. Pourtant, je suis certaine que tout le monde s’y adaptera rapidement », confie Dominique Servais.
Si certains sont séduits par le nouveau système de tri, d’autres ne peuvent s’empêcher d’être sceptiques face à ces changements.

8 kg de déchets en plus dans les sacs
Depuis une semaine, deux systèmes de tri cohabitent en province de Liège.
Sept communes se sont vues octroyer un seul sac bleu unique, tandis que 65 autres ont reçu un sac bleu élargi et un sac transparent.
« Nous avons expérimenté les deux modèles de sacs pendant trois ans à Marchin et Hannut », explique Jean-Jacques De Paoli, porte-parole d’Intradel.
« Cette phase de test nous a permis d’évaluer la quantité de déchets jetés et de déterminer le modèle convenant le mieux à chaque région en fonction de son taux de remplissage. »
Adapter les usines de triage
Pour l’instant, sept communes (Liège, Ans, Herstal, Saint-Nicolas, Flémalle, Seraing et Grâce-Hollogne) bénéficient d’un sac-poubelle bleu au contenu élargi. À la différence des 65 autres régions (dont Huy, Wanze, Waremme…), celui-ci peut contenir également les plastiques souples.
« Notre objectif est d’adapter l’ensemble de nos usines de triage d’ici deux ans, afin de pouvoir proposer ce sac bleu unique à toutes les régions », révèle Jean-Jacques De Paoli.
Selon le porte-parole, ce nouveau système de tri, qui englobe un nombre supérieur de déchets plastiques, doit permettre, en moyenne à chaque ménage d’économiser 8 kg de déchets « tout venant ». Même si les sacs sont payants, cela devrait permettre une économie pour certains, puisque la plupart des communes appliquent une taxe au kilo de déchet, au-delà d’un certain forfait.
Par Fiona Sorce
 
 

8 kg de déchets en plus dans les sacsPlastiques souples.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel