Tendances saisonnières ? on aura très peu de périodes hivernales !!!

Lien permanent

À l’instar de l’année dernière, il y a très peu de chances d’avoir de la neige pour Noël ou Nouvel An en Belgique. Selon MeteoBelgique, qui a livré ses dernières tendances le 7 décembre, on a la confirmation du retour d’un temps doux et perturbé après quelques jours plus froids en ce début décembre. « Cette tendance, d’un temps doux, venteux et pluvieux, devrait nous concerner jusqu’au début des vacances de fin d’année ». Avec, peut-être un relatif refroidissement par la suite. « À l’heure actuelle, pour le centre de notre pays, nous estimons la probabilité de neige pour Noël à 10 % et à 15 % pour le jour de l’An ».


Pour trouver la trace d’un dernier Noël blanc en Belgique, il faut remonter à 2011 dans les Hautes Fagnes. Pour un dernier Nouvel An blanc en Belgique, cela remonte à 2015, toujours dans les Hautes Fagnes. En ce début de mois, le météorologue Philippe Mievis avait dévoilé ses incontournables tendances saisonnières. C’est le seul en Belgique à s’avancer pour les trois prochains mois. « L’hiver 2019-2020 devrait être doux et souvent perturbé », annonce-t-il. « Le temps hivernal, cet hiver, sera rare et de courte durée. Cela n’empêche pas d’avoir l’une ou l’autre surprise temporaire, et ce, d’autant plus qu’on se dirigera vers la fin de l’hiver ».


 Décembre. La douceur reprend ses droits en cours de première décade avec un temps plutôt perturbé avec pluies et grisaille.

« Cette tendance devrait se poursuivre en seconde décade (même si l’un ou l’autre petit intermède plus frais peut se produire), avant de connaître, en dernière décade, une accalmie et le placement d’un blocage anticyclonique nous apportant un temps plus frais mais plus sec également.

Mais, a priori, pas de grand froid à attendre ici non plus pour cette fin décembre 2019 ».


 Janvier. « La première partie du mois devrait être un peu plus hivernale mais, a priori, cela concernerait plutôt l’Ardenne et les Hautes Fagnes.

Ensuite, retour de la douceur et des rails dépressionnaires pour tout le monde pour la seconde partie de janvier ».


Février. « Beaucoup d’incertitudes et de divergences pour ce dernier mois de l’hiver météorologique.

Peut-être le mois le plus hivernal de notre hiver ?

Il est encore trop tôt pour le certifier à l’heure actuelle. »


Par Pierre Nizet

 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel