Arrêter de fumer via une app, c’est possible

Lien permanent

Il y a un an était lancée l’application Tabacstop pour accompagner les personnes désireuses d’arrêter de fumer. Avec 25.000 téléchargements et une utilisation active de l’app, le succès est au rendez-vous. Des nouveautés devraient arriver courant 2020.
Les applications pour arrêter de fumer sont nombreuses et leur succès semble grandissant. L’app Tabacstop, lancée voici un an par la Fondation contre le cancer, confirme l’intérêt des Belges pour ce service : depuis son lancement, 25.000 téléchargements ont été enregistrés. « Nous sommes plutôt contents », sourit Ludivine Teller, du service communication.
Mais pour vraiment parler de succès, encore faut-il que les téléchargements ne soient pas le fait de quelques curieux. « En moyenne, seuls 7,5 % continuent à utiliser une application après 10 jours. Notre app est encore utilisée par 22 % des utilisateurs après deux semaines. » Tabacstop est aussi très satisfait du nombre d’utilisateurs actifs. « Ils sont entre 300 et 400 à y avoir recours par jour. »
L’application fournit des informations préparées par des tabacologues, suit statistiquement votre parcours en indiquant le nombre de cigarettes non fumées, vos économies, le temps de vie gagné… Elle offre aussi la possibilité de discuter avec des tabacologues ou d’autres usagers. « Nous venons justement de faire une mise à jour qui permet d’indiquer si on souhaite discuter avec d’autres utilisateurs et être soutenu ou, au contraire, si on préfère effectuer ce parcours de son côté. »
Augmenter ses chances
Pour motiver l’utilisateur, des badges sont gagnés à différentes étapes : après un jour sans fumer, après 6 mois ou un an… « Selon une enquête que nous avons menée, environ 75 % des utilisateurs de l’app sont en arrêt tabagique après trois mois », se réjouit Ludivine Teller. « Ils sont également 67,5 % à juger que l’app leur avait été utile. »
Les résultats sont donc plutôt bons. Tabacstop rappelle également qu’avec une aide, les chances d’arrêter de fumer sont trois fois plus grandes. Sur base des premiers chiffres, l’application pourrait être considérée comme une aide supplémentaire et donc augmenter les chances d’arrêter. Mais cela devra se confirmer dans les années à venir.
L’application ne compte pas camper sur ses acquis puisque des nouveautés devraient voir le jour en 2020, en fonction du budget disponible. « Ce que nous aimerions vraiment mettre en place, c’est une bibliothèque qui compilerait toutes les informations. À l’heure actuelle, les utilisateurs ne peuvent accéder qu’aux infos qui apparaissent dans le fil d’actu et qui disparaissent ensuite. »
S’adresser à tout le monde
Tabacstop estime que cette application vient compléter l’aide téléphonique. « Alors que les personnes qui appellent Tabacstop sont plutôt défavorisées ou en invalidité, les utilisateurs de l’application sont en grande majorité des travailleurs. »
L’application mobile ne s’adresse toutefois pas aux personnes qui souhaitent arrêter la cigarette électronique. « Tabacstop recommande principalement d’utiliser la cigarette électronique comme aide à l’arrêt. Mais toute personne souhaitant arrêter la cigarette électronique peut bien sûr contacter gratuitement nos tabacologues au 0800/111.00 ou via le formulaire en ligne. »
Par Sabrina Berhin

 

Source

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel