Votre smartphone en guise de billet

Lien permanent

En France ou en Espagne, les smartphones des supporters de foot font office de tickets. En Belgique, ce n’est pas encore le cas. Mais l’examen du dispositif est en cours ! Cette nouveauté est très attendue par les supporters qui en ont marre de devoir imprimer leurs billets.


Bonne nouvelle pour tous les fans de foot : l’utilisation de tickets mobiles, à présenter sur son smartphone pour entrer dans le stade, est à l’examen pour les championnats de Division 1A et 1B belge. Une information que nous confirme la Pro League. Selon le ministre de l’Intérieur, Pieter de Crem, « son partenaire commercial pour la vente de e-tickets de football, Ticket-Master, est en train de développer une intégration avec les deux systèmes d’exploitation les plus courants afin, à l’avenir, de scanner le ticket directement sur smartphone. »
Entrer dans un stade de foot avec son smartphone, c’est déjà possible dans différents clubs, comme au Paris-Saint-Germain ou au FC Barcelone. Mais pas encore en Belgique. Une situation qui peut causer quelques désagréments. Prenons l’exemple d’un ticket acheté en dernière minute. « Je reçois le mail de confirmation avec, en pièce jointe, le billet », nous explique un supporter du Sporting de Charleroi. « Mais je suis obligé de l’imprimer. Sans imprimante, je dois me rendre en vitesse dans un copy shop. Alors que j’ai le ticket sur mon smartphone, c’est complètement absurde ! » Le Sporting de Charleroi ne fait pas office d’exception. La réalité est la même pour tous les clubs belges.

 

La fin de l’impression


Actuellement, l’ensemble des clubs professionnels offrent pourtant la possibilité d’acheter ses tickets en ligne. On parle alors d’e-tickets (voir ci-dessous), que l’on peut consulter sur son smartphone, mais que l’on doit imprimer malgré tout. « Il arrive que ça fonctionne avec le smartphone, mais ce n’est pas garanti », confirme Pierre-Yves Hendrickx, secrétaire général du club carolo. « Il y a notamment des reflets qui rendent la lecture du code moins facile. »


Comme pour les tickets imprimés par le service ticketing du club, les e-tickets imprimés chez soi doivent contenir toute une série d’informations : match, plan du stade, conditions d’accès, indication de place numérotée, nom du détenteur, etc. Les tickets mobiles devraient donc remplir les mêmes conditions. « Afin d’accompagner les défis technologiques relatifs aux tickets numériques et aux contrôles d’accès », le ministre envisage toutefois de modifier l’arrêté royal relatif à la billetterie, afin de l’adapter aux nouvelles réalités du terrain.
C’est pourquoi il a lancé un groupe de travail, présidé par la Cellule football du SPF Intérieur, et composé de représentants de l’Union belge de football, de la Ligue Pro et de la police.
Adapter la loi


« Ce groupe de travail a pour mission d’optimaliser la billetterie et le contrôle d’accès dans les stades de football en actualisant le cadre réglementaire existant », indique-t-il. « Les implications au niveau de la sécurité y seront également discutées. » À ce stade, le groupe de travail s’est déjà réuni à trois reprises.
Les m-tickets seraient une première étape. Pieter de Crem annonce d’ores et déjà d’autres possibilités pour l’avenir : « De nouveaux moyens technologiques, sur base de critères biométriques, permettent d’envisager de futurs contrôles d’accès de manière efficace, conviviale et sécurisée. »

Des e-tickets à imprimer, des m-tickets à scanner


Ne vous y trompez pas ! E-ticket et m-ticket, ce n’est pas la même chose. L’e-ticket, c’est celui que vous recevez sur votre boîte mail. Mais attention, ce n’est pas parce que vous pouvez le visualiser sur votre smartphone, que vous pouvez l’utiliser via ce canal. Eh non : les e-tickets, vous devez quand même les imprimer… mais chez vous. Plus besoin d’attendre que celui-ci arrive dans votre boîte aux lettres, ou de faire la queue le jour de l’événement. Une belle avancée... à l’époque du moins.
Aujourd’hui, la technologie nous offre les m-tickets, des tickets mobiles. Et là, votre smartphone suffit. Fini le papier gaspillé ! Le billet est ici complètement dématérialisé. Il se télécharge directement sur le smartphone que vous présenterez à l’entrée. Seule limite : votre batterie.
Des mauvaises surprises
Si les e-tickets sont développés un peu partout aujourd’hui, les m-tickets sont plus rares. Il arrive cependant que certains organisateurs d’événements acceptent les e-tickets uniquement téléchargés sur smartphone. Il arrive aussi de temps en temps que les deux versions coexistent. Renseignez-vous bien pour éviter les mauvaises surprises.
En Europe, les m-tickets prennent toutefois de plus en plus d’ampleur ces dernières années. Selon Telecoming, le chiffre d’affaires de la billetterie mobile atteindra environ 41 milliards d’euros en Europe pour 2019. Au cours des cinq prochaines années, ce chiffre augmentera de 18 %, dépassant les 78 milliards d’euros.

 

Par Sabrina Berhin |

 

Source

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel